Asmodée à la conquête du monde… et au-delà ? Le rachat F2Z

Asmodée n’avait pas racheté de grosses boîtes depuis longtemps ironiseront certains ! Oui, rassurez-vous, ils sont actuellement en train de négocier le rachat du groupe canadien F2Z Entertainment (deux ans après une tentative infructueuse). F2Z est connu pour ses titres tels que Pandémie, qui s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires dans le monde, ou Dead of Winter qui a bien cartonné dans son genre (d’où l’extension-stand alone qui se prépare – cf news). L’idée pour Asmodée est manifestement de se constituer un catalogue de titres mondialement reconnus, garantissant un revenu sur la durée (voir notre reportage sur Pandemie survival pour se convaincre définitivement de la pérennité de la saga Pandémie) mais aussi d’intégrer les équipes capables de produire de tels jeux. 

Pour rappel, F2Z, fondé par Sophie Gravel en 2002, est une société qui comprend les éditeurs Z-Man Games, Plaid Hat Games, Filosofia et Pretzel Games. Notez qu’ils détiennent également les droits sur les éditions anglaises et françaises du « classique » Carcassonne, et les droits français du non moins signifiant Catan (Asmodée avait déjà récemment acquis les droits anglais de Catan). Un gros morceau. 

pandemie legacy jeu de societe

Après avoir racheté Days of Wonder, FFG, Pearl Games, les droits de Spot it (Dobble); après avoir lancé un grand partenariat avec la Française des Jeux, les français d’Asmodée continuent leur conquête du monde ludique et seraient actuellement « confiants » concernant l’acquisition de F2Z (sources). 

« À l’aube de célébrer 15 années de succès avec F2Z, nous sommes fiers d’annoncer des discussions exclusives avec le Groupe Asmodee, un partenaire essentiel depuis le début de notre aventure. Cette opération est la suite naturelle de notre coopération et offrira le meilleur environnement pour permettre à nos titres emblématiques d’atteindre leur plein potentiel et pour soutenir nos studios dans le développement et l’édition de jeux fantastiques. »

Sophie Gravel – F2Z

Asmodée, du groupe Eurazeo (une des premières sociétés européennes d’investissement, qui détient aussi bien Foncia, AccorHotels que Dessange International ou Léon de Bruxelles) continue donc sa logique de renforcement de son portefeuille de propriétés intellectuelles et sa présence à l’internationale. Comme vous le voyez, les deux entreprises ont l’air bien parties pour concrétiser ce rachat, il ne resterait plus qu’à se mettre d’accord sur un chiffre et cette annonce permet juste de préparer le terrain. Les modalités financières n’ont pas encore été communiquées mais on devrait avoir une réponse fixe d’ici « quelques mois ». 

Quand on voit cette incroyable progression réalisée par Asmodée, on pense un peu à une pieuvre qui déroulerait ses tentacules sur le monde (ou est-ce moi qui joue trop à Cthulhu ?) Bien sûr, le monde ludique connait un essor économique rare et on aurait tort d’être alarmiste. Ce qui se passe là est probablement inévitable dans l’économie de marché que nous connaissons.

Mais le joueur doit-il s’inquiéter quand même ? À dire vrai, la situation déjà forte d’une marque comme Filosofia, à l’instar de FFG dans le passé, et leurs capacités de distribution internationale, nous font penser qu’en tant que joueur, on a assez peu à attendre directement de cette opération. La distribution ne sera pas particulièrement plus grande – on peut peut-être espérer que certaines sorties qui prenaient du temps à être traduites (on attend toujours Tragedy loopers...) iront plus vite – et la façon de développer des jeux ne devraient pas être trop bousculée, a priori.

Monopole ?

Avec son catalogue gigantesque, Asmodée était déjà « le » distributeur incontournable pour toute boutique de jeux de société qui se respecte. Cette nouvelle prise ne changera pas cela, en France Filo était déjà distribué par Asmo de toute façon. Alors quoi ? Tout va bien, tout est normal, retournez vous coucher ? Ce n’est en tout cas probablement pas le ressenti des distributeurs concurrents qui voient l’écart se creuser toujours davantage…

Beaucoup d’entre vous aujourd’hui agitent le carton rouge du « monopole » et craignent de voir la qualité baisser et les prix monter (ce qui se passe généralement en cas de monopole), pourtant, il n’a jamais existé autant d’éditeurs et de distributeurs sur le marché ludique qu’aujourd’hui. Oui mais, nous savons qu’il est courant de parler de « monopole » aussi lorsqu’un acteur est si loin devant les autres qu’il en devient « irrattrapable » (on pense à Microsoft à une certaine époque) et peut imposer ses conditions de façon unilatérale à tout un secteur, ce qui laisse songeur surtout vu le modèle d’exclusivité de distribution propre à notre milieu.

Il y a des petits concurrents à foison certes, mais peu d’entre eux parviennent réellement à vivre de façon pérenne et sereine de leur activité ludique, autrement dit, le fossé entre Asmodée et la masse des autres est si considérable qu’on est en droit de se poser des questions. Comment s’aligner quand on est un concurrent d’Asmodée aujourd’hui ? Quelles sont les ambitions à long terme du groupe Eurazeo ? A quel moment vont ils revendre leurs parts d’Asmodée ? Y aura-t-il une entrée en bourse d’Asmodée par la même occasion ?

eurazeo

Aujourd’hui, pour revenir aux inquiétudes qui touchent directement le joueur, la pire situation, qui reste hypothétique, serait un certain conservatisme dans les stratégies de développement de jeux futurs. En gros, la décision de se concentrer sur la fructification des valeurs (licences) sûres. 

Les dirigeants actuels d’Asmodée ont toujours rassuré les joueurs en leur indiquant que ces investissements n’impacteraient pas leur stratégie visant à répondre aux attentes des joueurs avant tout. On est tenté de le croire car faire l’inverse serait scier la branche sur laquelle ils sont assis, mais sur le long terme, on est jamais à l’abri de voir des dirigeants financiers souhaiter ralentir le modèle de création de jeux pour notre niche et miser plus activement sur des licences grand public et de la distribution plus large.

Pour beaucoup, Asmodée est avant tout un distributeur, mais avec toutes ces acquisitions de grands noms de l’édition de jeux de société, il devient évident que la société possède désormais une grande puissance de feu dans la création des titres en eux-mêmes.

Aujourd’hui et à court-terme, il parait logique que les entités absorbées conservent leurs marques car c’est une identification forte pour le public actuel. Néanmoins, la stratégie classique dans ce type d’acquisitions voudrait qu’elles s’effacent progressivement à plus long terme pour consolider autour de la marque Asmodée.

Bref, encore une fois quand il s’agit des rachats Asmodée, seul l’avenir pourra nous en dire plus sur l’impact à long terme de leur politique. 

 

 

9 Commentaires

  1. morlockbob 22/07/2016
    Répondre

    toujours ce gros débat, ouh le méchant Asmodée…. en fait, vu qu’on suit un cheminement normal d’entreprise, il suffit de voir où en est le marché du disque, combien de Majors à l heure actuelle …3,4 ? qui finalement n investissent plus à long terme sur des artistes, sortent des chanteurs kleenex et de la compile…. jusqu’ici tout va bien. hein ?

    • Photo du profil de Sha-Man
      Sha-Man 23/07/2016
      Répondre

      J’ai une vision du monde des grandes entreprises assez dure de par mon expérience avec certaines d’entres-elles dans des milieux beaucoup plus « industrialisés » que le jeu de société.

      Cela dit, je constate que le milieu du jeu de société Français reste encore assez particulier dans son fonctionnement, entre les modèles de distribution et l’investissement assez lourd de développement dans des produits qui représentent toujours une part de risque dans leur réussite.

      Asmodée reste encore, pour un grand nombre de ses produits, sur une niche de « consommateurs », achète des sociétés qui produisent des produits de niche et donc consolide dans ce sens là.

       

      Malgré l’exploitation assez importante de licences grand public (Disney pour ne citer qu’eux avec Marcel et Star Wars) pour des produits plus « mass market », on est loin d’une stratégie visible d’abandon de la niche de joueurs a ce jour.

      Le virage « grande distribution » a la Hasbro ou Mattel n’est clairement pas la conclusion de tous ces mouvements de sociétés.

       

      De ce fait, il y a largement le bénéfice du doute quant au type d’évolution qui attend Asmodée dans les quelques années à venir.

      Attendons de voir avant de fustiger.

      • Photo du profil de fouilloux
        fouilloux 23/07/2016
        Répondre

        Ah ça la license Marcel, je suis bien content de pas aller dans le sud cette année et de pouvoir un peu y échapper.

  2. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 23/07/2016
    Répondre

    Chouette article en tout cas. J’avoue que je suis naturellement très très méfiant quand on me parle fond d’investissement, rachat etc… Mais bon, je dois reconnaitre que de là où je suis, je n’ai pas d’élément pour critiquer . Mais finalement, ce qui serait effectivement intéressant ce serait d’avoir le point fe vue des autres « pro »: concurrents bien sur, mais aussi boutiques, éditeurs,  auteurd, presse etc… Typiquement, il me semble qu’Asmodée avait changé sa politique de boutique en ligne aux USA, et je sais plus si il y a pas eu des changements au niveau de ce que peuvent/doivent commander les boutiques.

    • Photo du profil de atom
      atom 23/07/2016
      Répondre

      Pour connaitre un peu la situation a Toulouse il y a ceux qui trouvent que c’est plus simple, de faire des commandes presque journalière chez un seul fournisseur, d’autant plus qu’ils ont un excellent sav. Mais chez d’autres c’est plus mitigés, en fait a Toulouse le monde des magasins de jeux vit en bonne intelligence, ils sont tous spécialisés si bien qu’ils ne se concurrencent qu’a la marge. Un va faire des jeux a figurines, un autre des jeux de cartes a collectionner un autre encore du jeu de rôle, un des jeux plus familiaux. Bref tout ce petit monde vit bien ensemble, mais selon certains gérants parfois Asmo aurait tendance a pousser a la commande, du genre augmente ton offre, sauf que augmenter l’offre revient a entrer des produits moins cohérents avec ce que l’on vend et a entrer en concurrence avec le voisin a quelques rues et en plus le voisin sait mieux vendre ça. Bref Asmo a tendance a pousser a cette concurrence, un peu comme dans les Gms.

      • Photo du profil de fouilloux
        fouilloux 23/07/2016
        Répondre

        les Gms?

        • Photo du profil de Shanouillette
          Shanouillette 23/07/2016
          Répondre

          Grandes et moyennes surfaces je pense.

          • Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
            TheGoodTheBadAndTheMeeple 25/07/2016

            Asmo comme certains autres fournisseurs poussent a fond a la commande avec des limites de commandes et des offres sur de gros packs… donc ça dépend clairement de la taille et des moyens de la boutique. Une moyenne/grosse boutique s’en fichera, une petite boutique va avoir du mal a tirer avantage de ce systeme, et y perdre des sous (pour une boutique commander 5-10 boite d’un jeu de niche c’est impossible)

            Mais Asmo comme les autres, s’en fichent un peu de la petite boutique, elle ne rapporte que peu de chiffre face aux grosses boutiques installées.

            Ce qui se pressent peut-etre c’est l’arrivée a moyen terme de franchises en boutiques de jeu de société qui mutualiseront les commandes, auront un fond d’investissement large pour gerer les stocks de jeux, et profiteront pleinement des offres des distributeurs, etc.

            B&G le nouveau H&M du j2s ??

  3. Photo du profil de eolean
    eolean 25/07/2016
    Répondre

    Asmodée s’étant encore et toujours. A la vérité, on ne parle plus de jeux de sociétés là mais de business plan. Les répercutions sur nos jeux ? Je dirais, après réflexion, qu’elles sont minimes. En france on n’aime pas voir des grands devenir des géants. Ca nous fait penser à l’argent et au fait que « ils sont tous pourris ». A la vérité, un américain serait fier, un anglais s’en moquerait et nous français on voit le grand capital d’un oeil torve ^^  Tant qu’avoir des idées n’est pas payant, alors que ces messieurs s’amusent ^^ Après tout, c’est leur jeu de société à eux :p

Laisser un commentaire