ARGH ! Je me suis encore fait avoir !

Argh est le dernier titre en date de Romaric Galonnier, mais aussi le prochain jeu édité chez Blue Cocker (le chien bleu a déjà 5 jeux à son actif). Argh est un jeu minimaliste qui vous invitera à bluffer et deviner le jeu de vos adversaires, un peu à la Love Letter ou Brave Rats

boite_argh1

Mise en place

Nous avons 3 piles de cartes qui représentent 3 lieux : en orange la cuisine, en bleu le laboratoire et en vert le jardin. Avant de commencer, on écarte une carte de chaque tas. Puis, on choisit le premier joueur selon des critères de notre choix, cela peut être le dernier à avoir nourri un animal ou toute autre chose. (Avec mes enfants, je leur fait faire le canard, le lapin ou autre, mais c’est surtout parce qu’ils se battent pour être preums 😉 ).

argh_3piles

À toi de jouer

À notre tour de jeu, on choisit une carte d’une pile et on a deux choix : soit on la place face cachée devant nous, soit on la propose à un des joueurs. S’il la prend, il révèle la carte et la place devant lui. S’il la refuse, c’est nous qui révélons la carte et la plaçons devant nous. Limpide, non ?

Ah, en fait, je vous ai menti. Il existe un troisième choix : au lieu de prendre une carte sur une des piles, on peut voler une carte face cachée chez un adversaire. Une carte face visible ne pouvant être volée, à nous de choisir si on ose la proposer à un autre joueur.

À ce stade du récit, je vais laisser la parole à Ratage qui va mieux vous expliquer que moi de quoi il retourne.

argh_totor

Bonjour ! Moi c’est Ratage

« Je suis un rat de laboratoire, mais suite à une expérience qui a mal tourné je suis devenu super intelligent. Comprenant ma destinée funeste, je me suis échappé, puis grâce à mon incroyable charisme j’ai convaincu mes compagnons animaux d’infortune de nous rebeller contre les humains.

C’est ainsi que grâce à ma suprême intelligence j’ai créé le Argh : « Animal Revolt aGainst Humanity » » (en français : les animaux se révoltent contre les humains).

arghbombe1

« Mes amis et moi-même avons caché des bombes ! Il y en a une dans la cuisine, une dans le laboratoire et une dans le jardin. Si à un moment donné de la partie un joueur possède deux cartes bombes face visible, il déclenche la fin et remporte la victoire. »

Quand il n’y a plus de cartes dans une des 3 piles, on finit le tour en cours et on révèle les cartes qui sont face cachées. On regarde celui qui possède le plus de points. Cependant, si un joueur révèle deux cartes bombes, il gagne immédiatement.

argh_lesagentsduargh

En revanche si personne n’a 2 cartes bombe, on va faire le compte des cartes, et le gagnant sera celui qui a le plus de points, en décomptant les points positifs mais aussi les points négatifs.

Les animaux nous rapportent des points, par contre si on tombe sur les humains, que ça soit la petite fille, la mégère avec son aspirateur, ou le le gardien du laboratoire, on perd des points de victoire.

argh_humains

Mais pas si vite !

Il y a des traîtres à notre cause, des animaux qui, à force de côtoyer les humains, ont décidé de rallier ces perfides bipèdes. Si à la fin du jeu nous avons devant nous un espion, nous perdons la partie. Par contre si nous avons deux espions, ceux-ci se disputent et ils s’annulent. Mais si un troisième se joint à la fête, on perd.

argh_espion

Quelques cartes spéciales

Pour nous aider nous avons aussi le hamster enragé. Celui-ci annule une carte à fond rouge, de préférence une carte négative ou un espion. Ceci dit, s’il annule un deuxième espion, pas de bol, on a perdu. Les lézards marquent peu seuls, mais il suffit d’avoir les 3 et on marque 10 points d’un coup. Deux nous rapportent 5 points de victoire.

Enfin, le moustique inverse une carte négative ou positive. Si on n’a pas de carte négative, pas de bol, il agira sur une carte à points. Le scientifique annule la carte la plus forte que l’on a dans son jeu. Ouch !

argh_cartesspeciales

 

Ce que j’en pense

Je ne suis pas spécialement friand des jeux de déduction et surtout de bluff… Mais celui-ci, je l’adore ! On peut se la jouer en mode silencieux ou au contraire baratiner comme un chien bleu.

Au fur et à mesure que les cartes s’amenuisent, on commence à déduire les cartes restantes, d’autant plus chacun a devant soi le tableau des cartes du jeu. On toise les joueurs :

« Quelle est cette carte que tu as placée devant toi ? Allez, montre-moi ça !
— Argh ! Un espion… J’aurais dû m’en douter. »

tableaudescartes

Je le trouve bien plus fun qu’un Love Letter où parfois on subit la manche, si on a trop vite la Princesse dans la main, par exemple. Ici, on a enchaîné les parties, surtout qu’elles sont rapides. Autre avantage, il n’y a pas d’élimination. Enfin, on l’a fait tourner avec différents publics, que ça soit des joueurs aguerris ou des joueurs plus occasionnels, ou même des enfants, et à chaque fois, ça a fait mouche.

Évoquons le thème. Romaric (l’auteur) m’avait fait essayer le proto il y a plus d’un an et j’avais déjà apprécié la filouterie du jeu, mais le thème m’avait laissé froid (c’était les triades chinoises). Le changement de thème est bien trouvé car on rentre bien dans cet univers à la Minus et Cortex. De plus, on peut y jouer en famille ou avec des enfants sans faire grincer des dents.

Puisque l’on parle des enfants… On y a beaucoup joués avec les miens, et j’ai eu la surprise de découvrir que ma cadette (4 ans)  s’en sortait tout à fait bien dans cet exercice de bluff ! Elle se régale bien à nous pourrir la partie – en nous refilant des espions par exemple – avec son petit air plein de malice. Elle a très vite compris les cartes positives et les cartes négatives. Elle se fait plus avoir aux boniments des parents (trahir la confiance d’un enfant si jeune…). Le tout étant de lui expliquer que cet exercice dans la vie n’est pas permis, mais que l’on peut s’y adonner sans aucune limite dans un jeu.

Que dire pour finir ? Que le jeu est encore au stade de prototype mais aux dires de l’éditeur, il ne devrait pas bouger d’ici sa sortie autour de Cannes. L’édition est aux petits oignons, pour faire un jeu minimaliste, Alain Balaÿ a choisi de faire des cartes à la taille de celle d’un Dixit, ce qui permet de mettre en valeur les superbes illustrations de Anne Heidsieck (qui a déjà officié sur Meeple Wars).

Argh

Un jeu de Romaric Galonnier
Illustré par Anne Heidsieck
Edité par Blue Cocker Games
Langue et traductions : Anglais, Français
Date de sortie : 03-2017
De 2 à 4 joueurs
A partir de 8 ans
Durée moyenne d’une partie : 15 minutes

12 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 30/11/2016
    Répondre

    Le graphisme ne m’attire pas du tout et loveletter m’insupporte, je me le note a tout hasard. Merci pour l’article.

    • Nicolas MATHIEU 01/12/2016
      Répondre

      Passe donc à Pechbonnieu (31) ce samedi soir, tu pourras probablement y jouer !

  2. narnokatt 30/11/2016
    Répondre

    Quoi ? On peut pas avoir celui-là pour Nowel ?
    Aaaaargh !

  3. Blue Cocker 07/12/2016
    Répondre

    Et si vous voulez l’essayer en ligne, il est sur Tabletopia:

    https://beta.tabletopia.com/games/argh

    Par contre ça ne marche qu’avec Firefox ouIe : ils sont encore en beta.

     

    • Photo du profil de atom
      atom 07/12/2016
      Répondre

      Génial ça, il va vraiment falloir que je me crée un compte.

      • alain 07/12/2016
        Répondre

        y a même pas besoin je pense.

  4. Photo du profil de Nicolas Mathieu
    Nicolas Mathieu 07/12/2016
    Répondre

    Si, moi ça dit :
    Sign up to play
    ARGH

  5. Photo du profil de Nicolas Mathieu
    Nicolas Mathieu 07/12/2016
    Répondre

    et ensuite, j’arrive pas à passer ce panneau, même en étant logué…

  6. alain 07/12/2016
    Répondre

    ha moi j’ai pas de soucis. t’es sur PC avec firefox ?

     

  7. Nonyrick 23/01/2017
    Répondre

    Ça a l’air vraiment sympa. J’ai le Loup Garou pour une nuit qui est sympa question Bluff mais celui ci le semble être une addition sympa dans ce style.

    Et vu le prix…

    Seul truc qui m’embête le nombre de joueurs. Je me dis que ça doit pas être très drôle à 2… et pas de 5 ou 6 joueurs.

Laisser un commentaire