Arena: For the Gods!

Vous voilà incarnant un combattant puissant (grec, aztèque, nordique, peu importe, tout est mélangé à la Smash Up !) vous mettant sur la binette pour l’amour de vos Dieux respectifs (toute ressemblance avec des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite). Point de figurine sur cette arène-là, mais des stand-up en carton, pour une boîte autour des 30€. En tout cas, l’Ami Atom a eu l’occasion de tester le proto, c’est pourquoi nous vous en parlons aujourd’hui.

 

« Choisi par une main divine pour une bataille à mort, vous assumez le rôle d’un héros mythologique… »

 

Chaque protagoniste débute la partie avec 20 points de vie scrupuleusement cachés derrière son paravent. Ces points de vie serviront à vous tenir debout durant le jeu, oui, mais surtout à vous équiper durant une prime phase d’enchère. Et oui, les temps changent ! En 2017, avoir de la ressource, c’est avoir des points de vie à mettre dans la balance. 

 

arena

 

Dans l’arène, modulable, certains éléments sont en 3D : on peut se cacher derrière des piliers ou pousser les adversaires dans des pièges, mais il se trouve aussi des fontaines de vie qui soignent d’un point de vie si on parvient à passer dessus (attention, les soins sont en nombre limité).

 

arena-(proto-partie)

Partie en cours (proto)

 

Le jeu commence donc par une enchère à poing fermé (oui, on mise avec ses points et ses poings). Misez autant de points de vie que vous le souhaitez pour tenter de gagner des cartes d’équipements qui comboteront plus tard ensemble. Au menu : armures, sorts, montures, armes bien sûr. Chaque type d’objet comprend 12 cartes différentes et on ne se sert pas de tout à chaque partie pour assurer la rejouabilité.

 

cartes arena iello

Travaux en cours

 

 

Quand tout le monde est prêt avec ses 4 équipements en poche, on se place sur les bords de l’arène dans l’ordre du tour de l’enchère. Et c’est parti pour la bataille (chaque héros garde ses 4 cartes pour toute la partie). À votre tour, lancez les 7 dés !

 

Alea jacta est… 

Vous avez le droit de relancer tout ou partie de ce premier jet, rassurez-vous. Ces dés permettront de vous déplacer et d’attaquer (à l’épée ou par la magie). Puis, après le lancement définitif des dés, on active nos cartes. Certaines permettent de causer des dégâts au joueur adjacent, d’autres d’échanger de position avec un héros adverse, de faire perdre un dé à un copain, ou d’en envoyer un quidam à l’autre bout de l’arène…

 

cartes-arena

 

Maxime Rambourg, déjà auteur du joli Big Book of Madness aime quand ça combote ! Si vous poussez un adversaire sur un élément de décor ou sur un autre héros qui pousse lui-même un autre héros, ça fera du dégât en cascade. Il n’est pas vraiment possible de se défendre, mais un certains nombre d’effets sont dissuasifs (si tu m’attaques je te pousse, etc). 

arena-(arena)

Proto l’arène toute nue

 

À vous d’optimiser vos dès, vos armes ainsi que les les éléments du décors pour être le dernier debout. La partie est assez courte (30 minutes environ) car on a pour points de vie restants uniquement ceux qu’on n’aura pas misés. Votre placement dans l’arène devra également être bien réfléchi mais il vous faut aller au contact de toute façon ! Ceci dit, peut-être faudra-t-il s’éloigner au bon moment pour ne pas en prendre trop plein la binette aussi.

 

arena-(stand-up)

Sur votre paravent : 4 actions de base

 

Visuellement au top (avec un Mafayon en forme) Arena s’avère un jeu éminemment plaisant, stratégique, très interactif évidemment, un peu foutraque mais contrôlable (malgré le hasard des dés, il y a toujours des voies envisageables) qui devrait ravir les amateurs de King Of Tokyo et convaincre ceux qui avaient trouvé ce dernier trop chaotique.

 

cartes-arena-jeu-proto

 

À savoir : le jeu peut aussi tourner en équipe 2 vs 2, 3 vs 3… et même à deux (on joue deux héros chacun, en alternant) et la rejouabilité est bien là a priori, grâce à ces nombreuses cartes.  

La bête sera d’ici avril en boutique.

champion

 

La fiche de jeu c’est par ici

Un jeu de Maxime Rambourg
Illustré par Paul Mafayon
Edité par iello
Distribué par iello
Pays d’origine : France
Langue et traductions : Anglais, Français
Date de sortie : 04-2017
De 2 à 6 joueurs
A partir de 8 ans
Durée moyenne d’une partie : 30 minutes

 

5 Commentaires

  1. Photo du profil de Sthorm
    Sthorm 09/02/2017
    Répondre

    Plus qu’à King of Tokyo, ce jeu m’a fait penser à Ultimate Warriorz et surtout WoW Mini, qui est le jeu de combats d’arène préféré de mon cercle de joueurs, malgré le fait qu’il soit arrêté depuis bien longtemps.

    Un jeu à suivre en tous cas.

     

  2. reveur81 (impossible de me logger..) 11/02/2017
    Répondre

    Un élément qui parait intéressant : toutes les cartes ne se valent pas du tout. Comparez le Mjollnir (un dégât à toutes les cibles adjaçantes et un jeton -1 dé) au Trident de Poseidon (1 dégât à une cible adjaçante). Ca devrait donner pas mal de sel aux enchères et inciter à miser les points de vie.

    • Photo du profil de atom
      atom 11/02/2017
      Répondre

      Oui et puis une carte seule ne vaut rien, si tu as une super carte pour faire du dégât, mais que tu te déplaces très mal, tu en profitera peu. Tu peux aussi ne rien miser et prendre la carte que tu voulais quand même car la carte ne va pas aux autre joueurs. Dans notre partie c’est quelque chose qui s’est passé. Celle qui a gagné a gagné avec une carte qui draine des points de vie. J’ai vraiment bien aimé c’est assez nerveux et comme tu joues avec des dés, il y a une part de chance qui permet de revenir dans la partie.

  3. Photo du profil de atom
    atom 11/02/2017
    Répondre

    Pour ceux qui ont des problèmes pour se connecter essayez ça : http://ludovox.fr/wp-login

  4. tahitigreg 18/02/2017
    Répondre

    ca me fait surtout penser a anachronism : Des héros de l histoire de tout peuple et culture .un jeu d arene avec 5 cartes …ce jeu n existant plus …je vais sûrement me tourner vers celui la

Laisser un commentaire