aquasphere-bando4

AquaSphere la vie parfois fait plouf

Ces derniers temps, monsieur Stefan Feld est inspiré, en tout cas, il est ce genre d'auteur qui pourrait remplir votre ludothèque rapidement si vous n'y preniez garde. Et si vous aimez les jeux à l'alleumandeu.

Et bien, quoi qu'il en soit, je pense qu'il doit être poisson. Oui, je sais je sais, je vous balance des gros scoops qui peuvent être des véritables tremblements de terre, comme ça, à brûle-pourpoint. Restons forts, forts et solidaires.

Oui, poisson. Regardez la brillante démonstration qui s'en suit.

L'an dernier il nous envoyait déjà moult signaux, à sa façon. Comment un homme qui n'aime pas l'eau pourrait sortir coup sur coup Bora Bora (îles de la Polynésie), Rialto (Venise), Bruges (surnommée "la Venise du Nord"), et Amerigo (c'est plus tenu mais tout de même, pirate et exploration maritime répondent à l'appel du thème), l'eau n'est jamais très loin.
Et bien, là, il fait carrément son coming out ! Bravo, Monsieur, parce qu'il en faut du courage pour dire à tous qu'on est un homme-poisson. C'est pas évident de nos jours. Non. Et je vous déconseille mesdames et mesdames, de taper "homme-sirène" sur Google (et remerciez votre humble serviteuseresse de vous épargnez les visuels qu'on y trouve).

Avec AquaSphere, vous vous retrouvez à des miles sous la surface de l'océan. Pas besoin de retenir votre respiration, il y a une grande installation scientifique pour vous accueillir. C'est presque aussi grand et technologique que chez le méchant de James Bond -sauf qu'on est pas dans un volcan-.

Le jeu sortira à la fin de l'année -si le Roi Triton est d'accord bien sûr- et s'appellera donc AquaSphere.
AquaSphere c'est en fait le nom d'un centre de recherche installé dans les profondeurs. C'est là que votre équipe qualifiée composée d'un ingénieur, d'un scientifique et de robots sous-marins programmables- va essayer de recueillir autant de données que possible.

Ouh qu'il est meugnon

C'est sur BGG que nous pouvons découvrir le bestiau sous forme de prototype. Un embryon déjà bien formé. On voit les bras et les jambes. Regardez bien, il y a deux zones principales : une station de recherche composée de six secteurs dans lesquels votre scientifique mène des expériences et un district d'où votre ingénieur supervise la préparation des robots.

Je mets mon maillot et c'est parti
 
Au cours de chacun des quatre tours de jeu, vous jouez plusieurs tours, et à ​​chaque tour, vous pouvez soit :

– utiliser votre ingénieur pour programmer un robot ; chaque tour, vous pouvez choisir de trois à sept actions,
– soit utiliser votre scientifique pour mener un robot dans un secteur afin d'effectuer une action.
Donc c'est un jeu de pose d'ouvriers. Voilà.

Grâce à des actions telles que l'amélioration de votre laboratoire, l'envoi de sous-marins, la collecte de cristaux et l'examen de poulpes, vous développez les compétences de votre équipe ou vous pouvez recueillir des points de connaissances qui sont nécessaires pour gagner la partie.

D'autres défis viennent de la taille -limitée- de votre laboratoire.
Vous pouvez augmenter la taille de votre laboratoire, ce qui vous rendra la vie plus facile, mais cela coûtera un temps précieux …

AquaSphere est donc annoncé comme "un jeu de stratégie et de tactique -avec plusieurs chemins vers la victoire- qui nécessite une planification et une certaine anticipation ainsi que l'utilisation habile des opportunités à court terme." Voilà ce qu'on peut en dire aujourd'hui. Et puis aussi que c'est Pegasus Spiele à l'édition et qu'ils travaillent avec Ralph Bruhn de Hall Games, qui est déjà responsable de jeux tels que Aux portes de Loyang ou Luna. Et sachez enfin que les gens qui ont pratiqué le bestiau ont l'air contents, comme vivifiés par les iodes des algues marines. Hmm. To be continued…

2 Commentaires

  1. Photo du profil de TSR
    TSR 28/07/2014
    Répondre

    Ah… Les Wriggles !

    Sinon le jeu promet :p.

Laisser un commentaire