► E.D.I.T.O. Le souffle de l’indépendance aussi dans les boutiques

Aujourd’hui, en France, d’après nos sources, on dénombre dans les 500 boutiques de jeux spécialisées – ce qu’on appelle des boutiques « en dur », par opposition aux boutiques « en ligne ».

Notons qu’il s’agit là d’une opposition un peu difficile à tenir dans la mesure où, de plus en plus, les boutiques en dur vendent aussi en ligne. C’est d’ailleurs un phénomène généralisé qui n’épargne pas notre domaine particulier. Depuis quelques années, les commerçants « traditionnels » ont bien compris qu’internet n’était pas une menace mais au contraire une opportunité pour se faire connaître et vendre par d’autres moyens. 

 

Le E-Commerce en France connait une croissance impressionnante.

Le E-Commerce en France connait une croissance impressionnante. Source FEVAD

 

 

Certaines de ces 500 boutiques spécialisées ont d’ailleurs un site sur la toile, au moins en guise de vitrine virtuelle. Mais concrètement, au quotidien, elles officient la plupart du temps dans leur coin, communiquant localement et comme elles le peuvent sur leur travail, faisant face à des choix difficiles (devant le marché, les distributeurs, les impératifs financiers), souvent en solitaire.
Pourtant toutes ces boutiques ont beaucoup en commun, à commencer par un double questionnement quotidien : Comment donner envie aux gens de s’intéresser au monde ludique, comment donner envie aux joueurs de pousser leurs portes ? 

Soirée jeux en boutique (chez Ludik - Villefranche)

Soirée jeux en boutique chez Ludik – Villefranche – (Membre des Boutiques Ludiques)

 

La communication, les animations, les événements, les tournois, les soirées jeux, et la diffusion de catalogues qualitatifs sont autant d’éléments de réponse. Et pour organiser tout ça en bonne intelligence, certaines boutiques ont commencé à se regrouper il y a quelques mois. C’est ce qu’on appelle le regroupement des Boutiques Ludiques. Tout simplement. Et oui, parce qu’on peut faire le même métier, partager la même passion et se penser comme des confrères pour le bien commun, au-delà de la concurrence.

 

giphy (1)

L’union fait la force 

 

 « Le jeu dépasse à présent largement le cadre de quelques obscurs pratiquants. Nous devons nous montrer à la hauteur si nous voulons rester des lieux de référence pour les joueurs et les éditeurs. » explique Bruno Béchu, des boutiques Sortilèges. Les boutiques Sortilèges, vous connaissez ? Oui, c’est déjà un réseau de boutiques en soi (réunissant pas moins de douze enseignes de Limoges à la Réunion en passant par Rouen ou St Malo). Mais les « Boutiques Ludiques » est une association qui dépasse ce cadre-là : elles sont presque une centaine à l’heure actuelle !

L’objectif ? Regrouper des boutiques spécialisées afin de mettre en place une communication commune, un soutien à l’achat et à la vente, notamment via l’impression d’un catalogue, ainsi qu’une communication autour de ce catalogue et du groupement.

Ce catalogue, ça a l’air de rien comme ça, mais c’est un gros morceau. Mettre d’accord plusieurs distributeurs pour qu’ils se retrouvent ensemble sur un même livret n’est pas une mince affaire. Surtout quand le contenu est sélectionné par les boutiques elles-mêmes et personne d’autre. « Il s’agissait d’amener le catalogue au niveau de qualité que nous souhaitions pour disposer d’un vrai outil de conseil pour nos clients. » indique Bruno. Eh oui, un bon catalogue n’est « pas là pour passer les fonds de stock, mais les meilleures ventes » comme on pouvait l’entendre à la Radio des Jeux spéciale boutiques qui donnait la parole à Dominique Figuet (Les Contrées du Jeu, Grenoble) et Thierry Gislette (Jeux Descartes, Lyon). 

 

boutiqueludique

 

« Après la disparition des relais Descartes il y a… fort longtemps et après un catalogue de sélection de jeux abandonné faute d’accord entre éditeurs, nous nous retrouvions isolés et sans initiative commune. Nous étions donc plusieurs à souhaiter recréer un projet, » nous raconte Bruno Béchu. C’est lui mais aussi Lucie-Marie Chapuis, co-gérante des boutiques Sortilèges depuis 1992, ou encore Cathy Suignard du Lutin Ludique à Dinan (où réside le siège social de l’association) qui font avancer, pas à pas avec un ensemble grandissant de gérants, l’idée d’un regroupement de boutiques, démocratique et indépendant.   

Aujourd’hui, leur prochain grand rendez-vous est fixé à Cannes, l’occasion pour eux de faire un premier point, et de discuter de vive voix. Là-bas sera débattu l’avenir du regroupement et les priorités pour l’année en cours : se faire connaître plus largement, mettre en place des opérations d’animations et de partenariats au-delà du catalogue. Nul doute que nous nous chargerons de relayer auprès de vous les avancées de cette association de bienfaiteurs ludiques ! 

 

4 Commentaires

  1. Photo du profil de ReiXou
    ReiXou 15/02/2017
    Répondre

    Yep, ce n’est pas facile de fédérer mais les boutiques « en dur » doivent probablement en passer par là pour peser. Ca me parait être une belle initiative.

    Petite remarque « Radio des jeux », mieux vaut utiliser le lien vers notre nouveau site :

    http://laradiodesjeux.org/?podcast=s05e05-thierry-gislette-dominique-figuet

  2. Damien Andre 15/02/2017
    Répondre

    Une initiative assez marquante et un article intéressant. A suivre.

  3. Photo du profil de Grovast
    Grovast 16/02/2017
    Répondre

    J’ai du coup pu aller voir ce catalogue en ligne (sur http://boutiques-ludiques.fr/ donc), je garde le lien et je ferai suivre quand on mon entourage me demandera des conseils pour Noël ou autres cadeaux. Enfin en complément de mes sélections personnelles 🙂

    Si j’en crois le nombre d’adresses référencées en dernière page, cela fait une petite centaine tout de même. Pour une initiative aussi récente, réunir déjà presque 20%  des 500 boutiques qui existeraient au total, c’est un sacré début.

    • Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
      TheGoodTheBadAndTheMeeple 17/02/2017
      Répondre

      C’est vraiment une bonne initiative pour les boutiques qui sont tres ciblées sur leur public local et ont besoin d’avoir une vision externe.

Laisser un commentaire