► E.D.I.T.O : Le jour où je n’ai pas trouvé de perso masculin dans un jeu

Le féminisme est un sujet qui m’intéresse depuis longtemps. Personnellement je me définirais volontiers comme un homme féministe, ou un allié de la cause féministe si vous préférez. Pour rappel, selon le Robert, le féminisme est une doctrine qui préconise l’égalité entre l’homme et la femme, et l’extension du rôle de la femme dans la société.

Vikings1

 

C’est une question qui a déjà été débattue à la Rédac, par ici ou par . À chaque fois cela déclenche des débats intéressants. J’ai envie, pour mon premier édito de regarder ce sujet du petit bout de ma lorgnette à moi.

Bien sûr, je ne peux pas prétendre savoir ce que cela fait, que d’appartenir à une « minorité ».  
Mais je suis plutôt conscient de bénéficier d’avantages confortables au quotidien. Je peux rentrer dans une boutique et acheter du matériel de peinture sans qu’on me demande direct si c’est pour ma copine. Je peux m’assoir à une table de jeu dans une asso sans que l’on me prenne de haut. Je peux jouer à un jeu de rôle sans qu’on me fasse des allusions sexuelles. Et je peux choisir mon personnage parmi une pléthore de héros masculins éclectiques, qui ne sont pas mis en avant uniquement pour leurs attributs sexuels.

Brienne_de_Torth

De mon point de vue de mec, je vois que les choses évoluent dans la société, et dans le jeu de société aussi. De plus en plus, les joueurs peuvent choisir un personnage masculin ou féminin. Mieux, les femmes ne sont pas forcément représentées pour leurs attributs féminins, dit autrement on voit de moins en moins les femmes dans des armures-soutien-gorge qui ne servent qu’à flatter certaines rétines et ce, en dépit de tout sens pratique. L’image a évolué aussi dans la pop culture ; par exemple, Brienne de Torth de Game of Thrones impose le respect, et pas parce qu’elle est en petite tenue.

A-NEWS-one-deck-dungeon-Ludovox-jeu-de-societe-OK

 

Ma femme et moi avons joué à One Deck Dungeon sur le festival de Cannes. Elle incarna la guerrière et moi, la magicienne. Nous sommes repartis avec la boîte et le soir à l’hôtel nous en avons refait une. Envie d’essayer de nouveaux personnages. On en choisit alors chacun un. Je retourne les cartes, et que vois-je ? Pas de perso masculin. Nous avons une archère, une paladine, une guerrière, mais aucun homologue du sexe dit fort (calmez-vous !).

Étonné, j’ai retourné chaque carte personnage une à une, pour m’apercevoir qu’il n’existait tout simplement pas de pendant masculin (sur le recto nous avons le même personnage, mais pour jouer en solo).

One_deck_Dungeon_jeux de_societe_Ludovox

En plus de mettre en scène des héroines, le jeu propose aussi des représentantes d’autres minorités

 

J’aime bien repenser à ma réaction et j’en rigole encore. J’ai été vraiment surpris. Il est confortable de dire que l’on s’en moque de ne pas avoir de représentant de son genre, que dans ce cas-là on prendrait un perso qui nous plairait tout simplement. Il est bien commode de se dire qu’on est “conscient” de nos avantages, comme je le mentionnais ci-dessus. Mais mis devant le fait accompli et bousculé dans nos habitudes, on voit les choses sous un nouvel angle. Je fus interloqué, surpris, incrédule pendant un instant, disons-le. Au final, je crois que j’ai apprécié l’expérience, et après coup, j’ai envie de dire “bien joué” à l’auteur du jeu et aux illustratrices, parce que ce fut éclairant pour moi, ce retournement de situation. L’espace d’un instant, je me suis mis à la place d’une femme qui découvre qu’elle devra forcément jouer un mâle. Qu’elle devra s’identifier à un homme, que son genre ne mérite pas de figurer dans la partie. Une jolie claque.

 

J’apprécie aussi que cela ne soit pas un argument de vente. Il n’y a pas de sous-titre “le jeu des femmes bad-ass” par exemple. Ce n’est nullement un parti-pris marketing. Sur le dos de la boîte on nous parle de “cinq braves héros qui partent à la conquête de donjons”. On nous vend un jeu d’exploration de donjon, avec des dés, une petite aventure med-fan. J’aime que cela soit présenté comme étant tout à fait normal, car après tout, c’est ainsi d’habitude, on ne précise pas. Et le message est d’autant plus fort ainsi à mon sens, puisque c’est à chacun de le recevoir.  

 

Welcome-Couv-Jeu de societe-ludovox

 

Je pense aussi à la règle de Welcome, où l’éditeur a choisi d’attribuer les rôles des personnages à des femmes et des hommes, même dans des corps de métiers majoritairement occupés par des hommes à l’heure actuelle. Ainsi nous avons une géomètre, un agent immobilier, une paysagiste, etc.

L’éditeur va un peu plus loin puisque les aides de jeux sur leur recto retournent les clichés sexistes comme des crêpes, ainsi nous voyons deux femmes qui jouent à Meeple War pendant que l’homme de maison (en tablier) vient leur proposer une collation. Même l’illustration de la boîte transmet cela, la femme paraît plus à son avantage semblant diriger les choses, là où l’homme serait son subordonné, mais ce n’est peut-être qu’une interprétation de ma part. Si on voulait être intransigeant, on dira que malgré toute cette belle volonté, on ne voit pas d’autres minorités (pas de Noir, pas d’Asiatique, pas de Sud-Américain, …) dans cette représentation de l’American way of life pourtant si riche de mixité.

 

Welcome_jeux_de_societe_Ludovox (8)

 

Faire preuve d’ouverture dans ses choix éditoriaux permet de proposer de nouvelles choses, qui sauront surprendre, attirer l’attention, toucher d’une autre façon le public. De nouvelles typologies de personnages entraînent de fait de nouvelles histoires, c’est ce que défend Kim Belair dans sa tribune (lien ci-dessous). Et en effet, même s’il ne souhaite pas faire de politique, même s’il ne souhaite pas sciemment inclure le maximum de profils de joueurs, quel éditeur ne souhaite-t-il pas proposer quelque chose de nouveau ?  

 

Pour aller plus loin :

Les femmes dans les jeux de société

L’édito : où sont les femmes ?

L’article de Kim Belair sur Gamesindustry

 

77 Commentaires

  1. Photo du profil de Gougou69
    Gougou69 08/03/2018
    Répondre

    Billet très sympa. Moi aussi j’ai été agréablement surpris de ne voir que des femmes dans ODD et que ce soit pas un argument marketing. Et je me contrefout de jouer un perso féminin, bien au contraire. Cela fait partie de l’expérience de jeu, comme se mettre dans la peau d’un Space-Marine surarmé.

  2. Rammillica 08/03/2018
    Répondre

    Je suis désolé de le dire ainsi, mais c’est de la branlette intellectuelle et comme tu le dis avec Welcome to… on ne retrouve pas d’afro-américains, de sino-américains etc etc… En plus ça alourdit la règle inutilement (ce ou pfff… quelle torture… mettez juste tout au féminin si ça vous chante… je serai d’accord).

    Alors on va me dire que je suis réac’ parce que je suis un mec et que je ne peux pas comprendre mais clairement c’est inutile pour faire venir des femmes sur une table de jeu… complètement inutile (en tout cas c’est une fausse bonne raison).

    Tu regardes un Andor de 2012 qui propose d’incarner soit un héros homme soit un héros femme, pas besoin de hashtag pour se rendre compte que le jeu de société n’est pas un secteur si machiste que ça. 2012, il y a 6 ans et je suis sûr que si on remonte le temps, on peut trouver des exemples pertinents.

    Sauf que là, on surfe juste sur la vague débile du hashtag balance ton…. (chien, porc, et autres noms d’oiseaux) pour faire bon chic bon genre pendant que les mouches ont mal au derche (oh merde je viens d’insulter les animaux….).

    Copions les américains jusqu’au bout (et on aboutira à leurs polémiques débiles sur l’esclave de Five Tribes) …

    Je serai une femme, j’écrirai la même chose, je vous rassure (un homme peut se considérer comme un être humain)… bizarrement, c’est étrange la discrimination riche (puissant) / pauvre (soumis) n’est pas trop à l’ordre du jour… il lui manque sans doute un hashtag mélodramatique.

    • Photo du profil de atom
      atom 08/03/2018
      Répondre

      Je ne vois pas en quoi ça alourdit la règle de Welcome quant au lieu de dire : le géométre on dit la géométre, j’ai compté et recompté il y a le même nombre de syllabes. 🙂

      • Balay 08/03/2018
        Répondre

        Rammilica, que vous ne soyez pas d’accord avec la démarche, libre à vous , mais abstenez vous d’attribuer des intentions a des éditeurs alors que vous n’en savez rien. Si vous voulez savoir pourquoi et comment on fait les choses , la première étape c’est de demander pas de supputer. APRES et seulement après , vous pourrez vous permettre de donnez votre avis, et si possible juste votre avis pas un jugement. La formulation des 2 est très différente , mais au vue de vos écrits ou de vos vidéos, il ne m’apparait pas très clair que vous soyez conscient de cette différence.

         

      • Photo du profil de Dhjaz
        Dhjaz 09/03/2018
        Répondre

        « Le jeu de société n’est pas si machiste que ça ». C’est bien, du coup tu admets qu’il l’est quand même un peu, dans ta tournure… Du coup on peut en parler, le plus simplement du monde, comme l’a fait Atom, et célébrer les gens qui font ça bien, non? Sans soulever de hashtag ou copier quoi que ce soit…
        Et puis je suis sûr qu’on peut trouver des tas de contre-exemples pertinents aussi, sans avoir besoin de remonter 6 ans, on en a tout le tour du bide. Je me souviens de la promo de Taverna, je me souviens de Babes sur les stands d’Essen, je me souviens, je me souviens.

        J’aurai plutôt tendance à remercier Atom pour cet édito, et les éditeurs concernés pour avoir eu cette réflexion. 😉

    • Photo du profil de LePionfesseur
      LePionfesseur 08/03/2018
      Répondre

      C’est pas que tu ne peux pas comprendre, juste que tu as compris de travers : l’objectif de ce genre d’initiative n’est pas de faire venir des femmes sur une table de jeu (du moins ce n’est pas l’objectif direct) mais plutôt de changer les représentations de la femme dans des produits culturels afin que, on ne reproduise pas des stéréotypes sexistes de génération en génération (Coucou : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Reproduction ). En suivant le même ordre d’idée, c’est ce qui fait que, à long terme, bah si, il y aura plus de femmes dans le monde du jeu.

      « le jeu de société n’est pas un secteur si machiste que ça »
      Alors déjà : https://payetonjeu.tumblr.com/

      Et ensuite, ce n’est pas parce qu’il est moins sexiste qu’un autre milieu, qu’il ne faut pas aller dans le bon sens non ? Tu penses qu’il faut arrêter d’aider les SDF sous prétexte qu’il y a + de gens qui meurent de faim en Afrique ?

      Dernier point : ce n’est pas de la branlette intellectuelle quand on voit le nombre de réacs ou simplement de remarques désobligeantes dans le monde du jeu justement 🙂
      Et yen aura de plus en plus s’il y a de plus en plus de joueur·se·s.

      • Photo du profil de LePionfesseur
        LePionfesseur 08/03/2018
        Répondre

        D’ailleurs c’est quoi la description de branlette intellectuelle ? Faire des articles bienveillants ?

      • Photo du profil de Sha-Man
        Sha-Man 08/03/2018
        Répondre

        Merci pour ton commentaire @lepionfesseur, je me disais que j’allais répondre, j’ai lu ce que tu avais écrit et je me suis dit que ça allait etre redondant 😉

         

        Le « j’écrirais la même chose si j’étais une femme » m’a fait quand beaucoup rire merci pour ça.

        Ps : Super edito @Atom, je me suis retrouvé dans la réaction face aux persos de One Deck Dungeon, moi qui ai beaucoup de mal a m’identifier a des héros qui ne me ressemblent pas.

        • Photo du profil de Shanouillette
          Shanouillette 08/03/2018
          Répondre

          J’avoue que je trouve ça hyper top comme troll de venir parler de l’écriture inclusive alors que l’édito ne parle pas de ça et que les règles des jeux cités ne sont pas écrites comme ça. Quel talent ! XD

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 08/03/2018
      Répondre

      Je serai une femme, j’écrirai la même chose

      Alors j’ai plein de choses à dire sur le commentaire, mais je vais me concentrer sur cette phrase, qui me semble décridibiliser tout le reste. On dirait Trump qui dit « Même sans armes, j’aurais foncé vers les tireurs. » C’est facile à dire et ça ne coûte rien.
      Mais ça montre surtout bien peu d’humilité il me semble: Comment affirmer qu’on ne penserait pas différement sans JAMAIS avoir vécu ce que d’autres ont vécu, donc en fait sans avoir la moindre idée de quoi on parle? Sérieusement, comment vouloir être crédible quand on déclare un truc qui montre qu’on est absolument incapable d’imaginer que les autres, du fait de ce qu’ils sont et vivent, puisent avoir une vision différentes des choses? Comment prétendre à la discussion alors?

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 08/03/2018
      Répondre

      Bonsoir,

      Je ne vais pas y aller par quatre chemins, mais, le minimum dans ce genre de cas, c’est d’écouter les concerné.e.s, et ensuite de tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de donner son point de vue (donc, ne pas se mettre à leur place aussi facilement que ça) ; les autres que moi auront eu une approche pédagogique que je t’invite à étudier, notamment en ce qui concerne la reproduction sociale. Les cas d’autrices de minorités ayant du mal à s’affranchir de la littérature dominante à cause de ce biais sont nombreux, par exemple, et sont bien connus. Cet édito prenait le pas inverse, et célébrait justement les progrès faits par certains éditeurs. Si tu souhaites approfondir le sujet, je te suggère la chaîne youtube Femfreq.

      Merci de ta compréhension.

      • Rammillica 09/03/2018
        Répondre

        Bonjour, en fait le truc c’est que vous ne savez pas si ce n’est pas déjà le cas, quelle est mon réelle expérience dans ce domaine et vous faites une projection très éloigné de la réalité. Même si mon premier post n’était pas exempt de défauts, je suis conscient des inégalités existante même dans le milieu artistique.

        Ici, je ne traite que du jeu de société et le problème c’est que ça s’hystérise autour du féminisme en général. Je demande juste où est le problème avec le sexisme et le machisme dans le JDS qui pousse à mettre tant en avant les démarches pointées par l’article.

        Restons sur le JDS et donnez moi des exemples sur le jeu de société…. je n’attends que ça….

        • Photo du profil de fouilloux
          fouilloux 09/03/2018
          Répondre

          hystérie: Névrose caractérisée par une tendance aux manifestations émotives spectaculaires. Tout à fait le terme adapté en effet.
          Des exemples? Allez, c’est cadeau parce que visiblement les liens étaient bien planqués, sur le premier paragraphe de l’article:

          http://ludovox.fr/les-femmes-dans-les-jeux-de-societe/

          http://ludovox.fr/%e2%96%ba-e-d-i-t-o-ou-sont-les-femmes/

        • Balay 09/03/2018
          Répondre

          lol,  le mec qui se plaint qu’on ne sait pas son contexte ^^ La poutre l’oeil , tout ça … Tu ne te gene pas pourtant dans tes vidéos ou même dans ton premier post plus haut pour supputer ce que pense les autres.

          Alors au lieu d’attendre des choses, commence par 1) emettre des avis qui ne ressemble pas a des jugement, 2) cesser de présumer ou de supputer ce que pensent les gens ( demander , c’est la base).

          Alors on pourrait faire une analyse de texte de ce premier post post , mais oui c’est un euphémisme qu’il n’est pas exempt de défaut, autant sur le fond que sur la forme. J’irais jusqu’à dire que, de mon point de vue , il en est farci. ( et c’est pas un jugement , c’est un avis ^^)

          • Rammillica 09/03/2018

            « 1) emettre des avis qui ne ressemble pas a des jugement, 2) cesser de présumer ou de supputer ce que pensent les gens ( demander , c’est la base). »

            Juste pour rebondir là-dessus au niveau de mes critiques de jeux : je fais la même chose que les critiques ciné ou les critiques littéraires. Je juge sur pièce une oeuvre et je me fous complètement de qui est l’auteur, l’éditeur, le contexte dans lequel il a été réalisé… J’en ai rien à secouer et si pour moi, le côté cliché féministe trop mis en avant notamment avec le « ou » dans la règle VF qui m’a perturbé n’est qu’un outil pour mieux surfer sur la vague ambiante, j’ai le droit de le penser, de le dire, de le juger ainsi. Libre à vous de poster en dessous de ma vidéo une réponse….

            D’ailleurs, petites précisions, pour mieux comprendre ma démarche, je ne vois pas pourquoi vous me tutoyez de la sorte, je ne vous connais pas… et ne comptez pas que je vous demande l’aval lorsque je ferai une critique d’un jeu Blue Cocker.

            Le seul endroit pertinent où j’aurais à demander un avis aux éditeurs ou à l’auteur est un point de règle que je ne comprends pas… le reste…. tant que je ne diffame pas… ou n’insulte pas…

          • balay 09/03/2018

            he non mon gars, tu n’ as pas le droit de dire que j’ai fais ca pour faire plus vendre de jeux ou pour faire jouer plus de filles ,parceque justement c’est de la difamation.

            Quannd a demander mon aval pour publier un avis ( arrete de parler de critique vraiment ^^) , je ne l’ai évoqué nulle part , jamais. Alors je ne vois pas ce que ça vient faire là. C’est comment tu as dit ça aux autres ? hors sujet en plus d’etre faut.Tu as tout a fait le droit d’avoir un avis (élogieux, pitoyable, inepte, tout ce que tu veux) sur le jeu et de le jeter à la face du monde, je serais même le premier à défendre ton droit à t’exprimer. Cela ne t’autorise pas a me calomnier en disant que je fais ça pour tel ou tel raison sans rien en savoir. Encore une fois si tu veux savoir pourquoi  j’ai fait quelque chose , tu le demandes , tu ne supputtes pas . « supputer est très dangeureux » , c’est toi même qui l’a dit quelque post plus bas. Tu as déjà oublié ? ou ce ne s’applique qu’aux autres et pas à toi ?

            le point de règle que tu ne comprend pas … tu veux dire comme celui que tu évoques dans ta vidéo sans le nommer ? ha ben je ne pense pas que tu m’en ai fait part de celui-là. ha oui c’est parcce que tu es allé voir dans la règle anglaise …C’est dommage de pas avoir eu  le réflexe de m’en faire part. J’aurais peut être pu le corriger si il y a effectivement un problème. Ca pour le coup ça aurait été utile. mais ca ne t’es manifestement pas venu à l’idée ….

            Et pour finir sur le tutoiement, rassure toi, tu n’as pas de traitement de faveur, je tutoie tout le monde.

             

          • Rammillica 10/03/2018

            Alors déjà « votre gars » il vous dit que l’on a pas élevé les cochons ensemble donc…. pour un éditeur professionnel qui veut se faire respecter… c’est quand même limite…

            Je parle de critique car c’est une critique – Exemple : le cinéma :

            http://www.lemonde.fr/cinema/article/2018/03/07/eva-une-liaison-toxique-sans-aucun-piquant_5266795_3476.html

            Penser que Murielle Joudet (qui est journaliste il est vrai contrairement à moi), fasse de la diffamation en disant que le réalisateur du film (que j’ai pris au hasard)  avait l’intention de développer un « […] monde de clichés et de rebondissements téléphonés, ». Qu’il va l’attaquer pour cela, en diffamation. Pourtant, c’est une critique du Monde (j’ai envie de prendre une carte de presse et j’aurais l’immunité).

            Donc… si je trouve que le jeu surfe sur cette vague c’est ce que j’ai ressenti à l’ouverture… pourquoi ne pas le dire (et oui excusez moi, bien entendu que si je vous demande vous allez me dire non, c’est évident que cela soit le cas ou non, du bon sens). Vous me prenez vraiment pour le dernier perdreau de l’année ou vous êtes quelqu’un d’exceptionnel.

            Si j’étais vous, ça va j’ai le droit cette fois-ci vous êtes un homme (immunité sexuelle préservée, vous voyez je prends en compte les remarques), en tout cas, je ne répondrais même pas… ou par la négative.

            En fait, ce qui m’attriste ici, c’est que vous fulminez contre cette histoire précisément alors que dans le coeur de la vidéo, j’encourage les gens à pratiquer Welcome to… et que là où je vous attendais c’est plutôt sur le bémol que je fais sur la version expert qui est pour moi ratée (notamment la perte de la mécanique de loto).

            Un vrai amoureux du jeu aurait répondu là-dessus en premier et non sur le féminisme mais il faut bien se le rendre à l’évidence, m’attaquer sur le deuxième point est bien plus facile et beaucoup plus vendeur que sur le premier qui est pourtant plus important.

            Pour finir, je le redis ici, je juge le produit sur pièce et vu le nombre de sorties, je ne vais pas me reporter à l’auteur et à l’éditeur à chaque fois que quelque chose me dérange dans un jeu… à moins que vous contactiez chaque réalisateur, chaque écrivain, chaque artiste lorsque vous n’avez pas apprécier quelque chose dans ses oeuvres : j’en doute !!

          • benoit 10/03/2018

            si on ne répond que sur l’aspect inclusif, c’est peut être parce que c’est le sujet de l’article d’Atom. Ce n’est pas une critique du jeu. mais puisque vous insistez, vous avez tout à fait le droit de penser que les modes solo et expert sont ratés. Quand de notre côté on voit et lit les retours des gens multipliant les parties solo, on se dit que la mécanique alternative au tirage « loto » pour ces 2 modes fonctionne plutôt bien. Un des reproches fait à ce genre de jeux « loto » est la faiblesse de l’interaction. Le mode expert y remédie en faisant s’interroger sur le type de carte que l’on veut laisser à son voisin. Etant un draft, il ne rallonge pas la durée du jeu puisque comme le loto, c’est un mécanisme en simultané. Mais libre à vous de n’y jouer qu’en mode classique. Quant à votre critique sur le manque de diversité des objectifs, il est volontaire pour le mode classique pour permettre une compréhension plus immédiate du jeu; ce qui n’empêche pas d’utiliser les objectifs avancés pour rajouter cette diversité une fois que le jeu est compris.

            Mais au final, ce n’est pas mon rôle de contredire une critique de mon jeu. Les gens ont bien le droit de penser (et de dire) ce qu’ils veulent. Cyrus de Proxi-jeux trouve que Welcome n’est pas son type de jeu et il le dit et tant mieux. Par contre, prêter des intentions malveillantes à quelqu’un (en sachant que l’affaire Weinstein sort en octobre 2017 et que le thème et les illustrations sont prêtes depuis des mois à ce moment là) ne me semble pas être sur le même plan.

          • Rammillica 10/03/2018

            Si surfer sur une mode, c’est une intention malveillante, vous voyez le mal partout, c’est juste de la pure logique commerciale… pas de la malveillance, c’est vous qui interprétez mes propos.

            Je pourrais édulcorer en disant que c’est « dans l’air du temps »… ça revient au même.

            Merci pour votre réponse sur la version solo et expert.

          • benoit 10/03/2018

            dans l’air du temps et dans une logique commerciale, ce n’est pas du tout la même chose, en tout cas de mon point de vue. Pour tout vous dire, l’idée est arrivée immédiatement après avoir choisi le thème des 50s. En faisant des recherches d’illustrations de l’époque, on est tombé très rapidement sur les clichés sexistes de l’époque dans les pubs et on a eu envie de détourner ça pour inverser les rôles et faire un clin d’oeil à l’évolution des mentalités (ou à notre espoir d’évolution). A aucun moment, on s’est posé la question de la commercialité de la chose.

            Et pour finir, je suis bien évidemment content quand une critique compare mon jeu à karuba et estime qu’il aurait pu être, peut-être, considéré pour un prix ludique. Mais à la lecture complète de votre vidéo, ce n’est pas ce qu’il en ressort au final (et encore une fois ce n’est pas un problème).

          • Balay 11/03/2018

            he ben , mon petit gars,  ton problème vient peut être de là : t’as pas du en garder bcp des cochons ^^

            Quand a être respecter, c’est gentil de t’inquiéter , mais ça va très bien , merci.

            Tu te compares à un journaliste ? vraiment ? Tu trouves que tu as fait un travail journalistique là ? Sérieux ? La déontologie , l’honnêteté intellectuelle, l’investigation, tout ça quoi ?

            Alors on va re-re-redire la chose vu que tu sembles pas vouloir la comprendre . Oui tu as tout a fait le droit de ressentir ce que tu veux et de l’exprimer. C’est ce qu’on appelle un avis. Pour que ça devienne une critique , il faut être un expert qui a travailler un minimum sur le sujet , qui a investiguer et franchement ton avis est très très loin de ça et tu es très très loin d’être un expert.

            Je pense d’ailleurs qu’il n’y a pas grand monde dans le milieu ludique qui pourrait se targuer d’être un ou une critique et aucun ( beaucoup plus comme toi qui veulent le prétendre) de ceux-ci qui disent l’être.

            Quand a prendre une carte de presse, même si c’est possible et facile , ça ne fera pas de toi un journaliste.

            Second point : me demander si je surfais sur une vague dans un but marketing, t’aurais permis de connaitre mon opinion sur la chose et après avoir fait ce travail de base,  tu avais exprimé ton opinion quelle qu’elle soit, là tu aurais fait un travail s’approchant de celui qui journaliste doit faire. Mais tu vois tu as juste affirmé la chose sans même la formuler sous forme d’opinion ou d’avis et ça c’est juste émettre un faux jugement basé sur rien.

            Ton avis sur la version expert ou sur tout autre élément du jeu ne PEUT et ne doit amener aucun commentaire de ma part, que je sois un amoureux du Jeu ou pas , par ce que c’est un AVIS, un ressentit . Et qu’a ce titre , il n’est pas contestable. qui suis je pour dire ce que tu dois ou ne doit pas ressentir ?

            Donc tant que tu exprimes un avis et le formule ainsi, je n’ai et n’aurait aucun problème avec ça.

            Je n’ai pas le même avis, bien sur( sinon j’aurais fait les choses différemment !), mais c’est normal et même sain que tu en es un différent et comme je l’ai dit précédemment je me battrais pour que tu puisses l’exprimer. Par contre , je me battrais tout autant si tu exprimes cet avis sous forme de jugement ou de critique par ce que ce n’est en pas et que tu n’es pas un critique.

            C’est bon , c’est clair pour toi là ?

             

          • Rammillica 12/03/2018

            Etant fils d’agriculteur (précisément éleveur de cochons), votre remarque me fait bien rire…

            C’est vrai que faire une critique sur un jeu nécessite de faire une investigation de haut vol genre « Cash investigation »…

            Je maintiens, je fais des critiques… que cela vous plaise ou non… c’est tout à fait clair pour moi !

          • Balay 12/03/2018

            Ho ça n’a pas à me plaire , c’est juste faux. Allez , je te laisse a tes délires . Prend donc une carte de presse et prend toi pour un journaliste si tu veux. Au moins à l’avenir , tu sauras pourquoi tu as des remarques: c’est parce que tu énonces des trucs faux sans preuve et sans avoir fait la plus élémentaire vérification dessus.

          • Rammillica 12/03/2018

            Comment puis-je vous croire quand vous ne respectez pas l’interlocuteur en face ? (je demande que vous me vouvoyez, c’est encore d’usage même au XXIème siècle, pas de la condescendance, juste une marque de respect, vous ne le faites pas).

            Vous m’appelez « mon gars ou mon petit gars » alors qu’on ne se connait ni d’Eve ni d’Adam et c’est méprisant… des familiarités qui a priori font la loi dans le milieu du jeu de société mais que je n’approuve pas… et que je vous communique en plus !!!

            Une démonstration flagrante de votre non-respect d’autrui (un concept qui dépasse le sexe, bien heureusement)… donc venir me discuter du respect de la femme et de vos valeurs…. c’est assez risible.

            J’ai compris vos arguments et ce que vous dites sur le fait de ne pas rebondir sur mon avis est extrêmement sensé, sans aucun doute. Je revendique simplement le fait de ne pas vous croire vis-à-vis d’avoir fait cela car c’était plutôt dans l’air du temps qu’autre chose (en tout cas, il faudrait être bien dupe pour penser que vous pourriez dire le contraire).

            C’est pas vraiment grave, je ne prends pas pour argent comptant tout ce qu’on m’a dit ici … mais d’autres oui et tant mieux… (je ne musèle personne et surtout je ne dénigre pas vos propos en les réduisant à des « délires »).

            Comportement limite de la part d’un éditeur, on vous dit sanguin, toulousain, du sud, mais ça ne justifie pas tout (et surtout pas le mépris du style « je vais t’expliquer la vie mon petit » avec l’accent chantant du sud). C’est bien dommage… mais très classique…

          • Balay 13/03/2018

            Mon tout tout petit gars, tu n’as décidément pas tout compris encore une fois. Je te reproche pas de penser que j’ai fait ça pour telle ou telle raison , ni même de dire que tu le penses. Je te reproche de l’avoir affirmé comme si tu en savais quelque chose, comme un jugement. Tant que tu exprimes clairement que c’est ton AVIS , je n’ai aucun problème , tu as le droit d’avoir tort , je l’ai déjà dit  et redit ( même si ça ne semble pas rentrer, manifestement). Si tu en as des preuves , si tu as bossé ton sujet , si tu étais vraiment un critique ( et pas un auto proclamé comme tel), peut être aurais tu une vague légitimité à le faire . Là non. Tu donnes ton avis, soit. Exprime le comme tel.

            Et quant à prendre pour argent comptant ce qui a été dit ici, tu peux le faire en ce qui concerne mes propos.

            Mais comme tu sembles vouloir avoir a tout prix le dernier mot, et comme je pense que le sujet est clos, je vais te laisser conclure vu que ça semble avoir tant d’importance pour toi.

             

             

  3. Photo du profil de FX
    FX 08/03/2018
    Répondre

    merci pour ce billet 🙂

    • Photo du profil de atom
      atom 13/03/2018
      Répondre

      Rammilica je crois que l’on à fait le tour de la question non ? Si tu veux discuter avec Alain Balay je te suggère le mail ou le téléphone ou en visu dans un salon, vu qu’il a un stand ça doit être facile non ? Je tutoie aussi beaucoup les gens et c’est pour moi une marque de respect bien plus que le vouvoiement, une question de code surement.  À ton dossier bien lourd tu veux en rajouter une ligne sur les provinciaux, sur les sudistes ? L’accent chantant, le coté sanguin, Toulousain, mais tu ne t’arrêtes jamais en fait.

  4. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 08/03/2018
    Répondre

    Super Edito Atom. Il n’a qu’un défaut: maintenant que je suis prévenu, je ne me ferais pas « avoir » et ne pourrais pas vivre le truc 🙂

  5. un féministe 08/03/2018
    Répondre

    Pour aller jusqu’au bout du féminisme, il convient de rappeler qu’un être humain sur deux est une femme. Et donc qu’il ne s’agit pas vraiment d’une minorité ! (et ce même sur nos tables de jeux)

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 08/03/2018
      Répondre

      C’est pas faux, et d’ailleurs pas sûr non plus que les « blancs » soient la majorité non plus des humains. Tout le monde comprend bien le terme cela dit, mais il est en effet pas approprié. J’avoue que je sais pas trop ce qui pourrait être mis à la place. « Invisibilisé » peut être?

      • Photo du profil de Umberling
        Umberling 08/03/2018
        Répondre

        Dans le jeu vidéo, on a même une majorité de gameuses !

        • Photo du profil de Shanouillette
          Shanouillette 09/03/2018
          Répondre

          Nous sommes d’accord, le terme minorité n’est pas parfait. Si les femmes ne représentent pas forcément une minorité en nombre, elles demeurent un groupe minoritaire en termes de visibilité, de pouvoirs, etc. Atom fait l’expérience de la minorité dans cet article, et c’est là dessus que nous voulions appuyer.
          Suite à vos remarques, nous avons néanmoins ajouté des guillemets dans l’utilisation du terme.

          • Photo du profil de Sedenta
            Sedenta 15/03/2018

            Une minorité en terme de visibilité ? Moi je vois ma femme plus de fois que je ne me vois moi même :-p

            Pour le pouvoir … bah c’est pareil 😀

  6. Laurent Denis 08/03/2018
    Répondre

    Merci Atom
    effectivement la représentation culturelle de la place de la femme est sans doute plus efficace que les simples lois de quotas : je suis heureux de voir que le domaine du jeux de société n’est pas le plus en retard dans l’équité femme/ homme 🙂

  7. benoit 08/03/2018
    Répondre

    je te rejoins sur plein de points Atom et je te remercie pour ton article. L’inclusion est une bonne chose pour notre milieu et chaque détail compte (comme le meeple en fauteuil roulant de Topiary). Ravi de voir que la démarche de Welcome ait été comprise ici et de découvrir celle de One Deck Dungeon.

    Je reviens juste sur ta fin de commentaire sur Welcome où tu parles des intransigeants qui pourraient regretter le manque de diversité ethnique dans le jeu. On aurait pu, et peut être dû; mais pour moi le(s) jeu(x) n’ont pas vocation à être un catalogue de toute la diversité du monde, mais plutôt à inciter au débat par une prise de position sur un aspect particulier. Regretter le manque de diversité dans Welcome, c’est comme regretter l’absence de personne en surpoids dans Topiary ou celle de personnes âgées dans One Deck Dungeon, c’est pour moi se tromper de combat. Apprécions la démarche particulière et personnelle d’inclusion de chacun d’entre eux, qui fera peut être avancer d’un ou deux millimètres le débat, plutôt que de leur demander à eux seuls de changer le monde. Si un jour ces jeux deviennent la norme, alors d’autres iront encore plus loin.

     

  8. Virgile De Rais 09/03/2018
    Répondre

    Assez d’accord avec cet article, et j’ai trouvé ca rafraîchissant et ma chérie cool  de n’avoir que des aventurières ( sans bikini cote de mailles)  dans ODD ( Oh my goods il n’y a pas si longtemps a fait une parité parfaite avec des cartes recto verso homme femme) le petit bémol serait  »  on dira que malgré toute cette belle volonté, on ne voit pas d’autres minorités (pas de Noir, pas d’Asiatique, pas de Sud-Américain, …) dans cette représentation de l’American way of life pourtant si riche de mixité » 
    Car la on oublie que le thème du jeu est l’Amérique des années 50 pas l’american way of life de 2018, c’est a dire  10-15 avant le combat pour les droits civil , il n’ y avait malheureusement a de rares exceptions prêt  ( Amstrong, James Brown, Sydney Poitier))  pas de mixité dans les médias que ce soit presse,  radios, ou serie tv .
    Je serai une licorne ou ma sorcière bien aimé j’écrirais la même chose. sachez le ( si j’étais Sammy davies jr peut être pas)

  9. Photo du profil de Angie
    Angie 09/03/2018
    Répondre

    Bon, alors shame on me, je ne commente jamais votre très bons édito, articles, etc, car je lis de mon téléphone entre 2 RDV dans ma voiture, et (même si je vous lis), je ne viens jamais participer à la discussion. Sauf que là, je vais participer. Alors, je ne vais pas répondre à un commentaire qui m’a un peu heurté… Ca a été très bien fait. Heureusement qu’il reste des hommes, des vrais, pour parler de ce qui évolue et des réflexions qui doivent être posés correctement. Ca fait plaisir. Très bon billet, merci pour ce petit retour 🙂 !

  10. Photo du profil de Flemeth
    Flemeth 09/03/2018
    Répondre

    Pour moi il y a branlette intellectuelle quand il y a prétention, or je ne vois rien de tel dans l’article d’Atom. J’y vois plutôt une envie spontanée et bienvenue d’énoncer un changement relativement récent dans le jeu de société, à savoir un nombre croissant de joueuses, et une réponse positive des éditeurs à cela. Merci Atom pour cet article bienveillant, frais et sincère.

    PS : je suis une femme.

  11. Rammillica 09/03/2018
    Répondre

    Pour répondre à tout le monde, le terme branlette intellectuelle ne s’adressait pas à l’article d’Atom qui est bien écrit (j’ai toujours plaisir à le lire) c’est sur le fait d’ajouter sciemment et de mettre en avant que l’on attribue 50% des rôles à des femmes et 50% des rôles à des hommes ou de s’extasier car un jeu propose uniquement des héroïnes.

    Pour répondre au Pionfesseur, oui je comprends que c’est pour changer la représentation de la femme et non pour ramener des joueuses sur la table. Je voudrais bien des exemples où la représentation de la femme est bafouée dans le jeu de société (autre qu’un lien inconnu de la plupart des ludistes qui n’illustre pas grand chose). Un exemple convaincant, qui pourrait contrebalancer le mien sur Andor (qui a eu le mérite de glisser subtilement la présence équitable de femme et d’homme sans se fendre d’un encart spécial dans les règles). C’est pareil pour les réac’, je veux des exemples précis quand on m’annonce qu’il y a du machisme dans le jeu de société, de mon côté, je n’en ai jamais vu, mais il est vrai que mon spectre est limité, donc je veux bien comprendre… Inutile de citer ma réponse (car si vous y voyez déjà du machisme ou du sexisme, c’est sûr on ne va s’entendre sur les termes).

    Histoire que je comprenne en quoi c’est si important d’insister sur la représentation des femmes dans le jeu de société…

    Ca pue le marketing, surfant sur la vague #balancetonporc et je le redis, je ne vois pas en quoi ça défend la cause féministe. Et encore une fois, ce n’est pas une nouveauté, mon exemple sur Andor est criant, mais personne ne le reprend bizarrement… je zieute ma ludothèque et ce n’est pas le seul exemple…. Karuba, Bora Bora, Reworld, Bärenpark (bizarrement aucune mention dans la règle, juste de la finesse).

    Le plus triste dans votre réaction, c’est de rire lorsque je dis « Je serai une femme, j’écrirai la même chose » car oui, un Etre Humain (je vais éviter de dire Homme, avec un grand H car on va me tomber dessus) est capable avec un minimum d’empathie de ressentir ce que peut ressentir une femme et d’en être offusqué, comme il peut avoir de l’empathie pour un SDF, un animal etc etc…. je suis humain avant d’être un homme mais ça beaucoup de gens l’oublie et mette les gens dans des petites cases, car c’est rassurant. C’est pas un manque d’humilité, juste se dire qu’en tant qu’humain, on a une capacité de projection vers l’autre (d’autres sont sans doute plus doués que moi, mais quelque part, je croyais que c’était ce qui faisait qu’un Etre humain se différenciait d’une bête par exemple).

    Pour le reste des commentaires, rien que du très classique, on empoisonne le puits en citant Trump (il va peut-être redéfinir le point Godwin celui-là :D)… HORS SUJET complet, je ne vais donc pas perdre du temps à répondre.

    • Photo du profil de atom
      atom 09/03/2018
      Répondre

      L’empathie c’est se mettre à la place d’une personne pour comprendre ce qu’elle ressent.  Je ne sais pas si tu en manques, mais le #meetoo ou #balancetonporc montre qu’il y a un ras le bol, que certaines pratiques ne sont plus tolérées. Je ne sais pas si tu peux dénigrer cela d’un revers de la main, tu pourrais tenter de comprendre, demander à des amies, ta famille etc.  Surtout quand certaines ont racontés ce qu’elles avaient vécus et que parfois elles sont aussi des amies et on ne le savait pas, elles gardaient ça pour elle. Concernant nos tables de jeu, interroge des joueuses, je pense que certains retours te ferait bondir et tomber de ta chaise, oui comme partout il y a des gens vertueux et des gens beaucoup moins.

      • Photo du profil de atom
        atom 09/03/2018
        Répondre

        Andor est un exemple que Shanouillette a déjà utilisé pour sa chronique (tu peux trouver le lien à la fin de l’article).  Mais est ce que tu peux dire que tout ne va pas si mal parce que tu as un exemple vertueux. Je n’ai pas envie de cibler les mauvais élèves, ce n’était pas du tout le but de l’édito, j’avais plus à cœur de mettre en avant de bonnes pratiques, mais si tu cherches un peu tu en trouvera tout seul.
        Dire c’est des choix marketing, alors que c’est justement affiché nulle part, c’est un peu bizarre je trouve. Au contraire dans les jeux que j’ai pris en exemple, c’est quand tu installe le jeu sur la table ou que tu lis la règle que tu t’en rends compte.

        • Rammillica 09/03/2018
          Répondre

          Justement, j’aurais trouver plus fin de ne pas le préciser dans la règle… même si je trouve cela toujours assez inutile et pénible (le joueur OU la joueuse). Je ne vois pas en quoi les exemples que tu nous donnes peuvent être définis comme des « bonnes pratiques » – en quoi c’est si vertueux ?
          Je veux bien reconnaître que mon argument « choix marketing » soit erroné, il n’empêche que cette démarche surfe plus pour moi plus sur la mode du #metoo qu’autre chose. Je trouve qu’on mélange beaucoup trop les choses et c’est le problème de ce type de débat… j’ai des doutes sur la portée réelle de cette vague #metoo sur la délivrance de la parole des femmes… mais c’est une autre histoire et ce n’est pas le lieu pour cela.

          Concernant le jeu de société, vraiment ? J’ai fréquenté divers association, divers festivals… alors peut-être suis-je ingénu… où elles sont tombées sur des « porcs » et mettre un « ou » ou que des héroïnes dans un jeu en appuyant dans la règle ne va pas changer grand chose pour eux. C’est très mal s’attaquer au problème.

          • Balay 09/03/2018

            Et allez encore des jugements … Il est indécrotable lui ^^ Et puis il veut bien admettre … mais en fait non . Vraiment … Alors non, je n’ai pas utilisé les « il ou elle » ou l’inversion des rôles dans Welcome pour faire du marketing. Je l’ai fait parce que je SAIS par expérience que le langage formate grandement la vision que les gens ont des choses. Et que donc si on arrête de suivre cette règle ( édicter autoritairement au 19ieme siecle) du « masculin l’emporte sur le féminin, ce sera un pas , un petit pas vers une meilleure représentation des sexes. J’en suis convaincu. Tu peux ne pas être d’accord( je dirais que tu as le droit d’avoir tort et je me battrais pour ça aussi) mais je te dénie le droit de présumer que j’ai fait ça pour du marqueting ou pour surfer sur une quelconque vague. Tu n’en sais rien. donc ou tu apportes des preuves de ce que tu avances sur mes motivations ou tu retires ce que tu as dit. Comme tu ne sais pas ce que tu dirais si tu étais une femme juste par ce que tu es aussi un être humain. Le fait de partager cette généralité ne te permet pas de dire comment va réagir une personne qui a des spécificités que tu n’as jamais partagé et que tu ne partagera jamais. Et l’empathie n’a rien a voir là dedans.

             

          • Rammillica 09/03/2018

            J’admets que j’ai exagéré dans le fait que ce soit une stratégie marketing pour le jeu, il est vrai… surfer sur la vague du metoo je ne retire pas car je pense toujours que c’est le cas.

            En même temps c’est fort de café venant de l’éditeur de Casting, qui s’est fait (à tort) traité de jeu raciste par les mêmes sans doute qui vont saluer l’ajout de l’encart dans les règles.

            Ce que je reproche plutôt, dans les règles de Welcome, c’est le fait d’avoir appuyé là-dessus dès la première page, il y avait plus subtil et tout aussi efficace. (la multiplication des références lourdes sur les aides de jeu sont aussi contreproductives à mon sens, le gimmick devient un cliché !!!).

            https://youtu.be/3tKGBp1rVzY

            Sinon mes miroirs ont explosé devant mon égo surdimensionné et mon sens permanent du jugement 😀 .

          • Balay 09/03/2018

            ha ben quand même. Une remise en cause ! Bon c’est timide quand même. C’est pas « exagéré » qu’il faut dire mais c’est  » faux ». Et puis bien sur tu reviens dessus juste après. Sache aussi que je « ne surfe pas « , j’ y participe à la mesure de mes moyens. Et « c’est fort de café » en quoi ? tu dois être trop subtil pour moi j’ai pas compris là. Je suppose que ton honnêteté intellectuelle et le fait que tu sois un scientifique pointilleux ne vas pas aller jusqu’a retirer tes propos de ta vidéo ou tu m’accuses d’avoir fait ça pour faire jouer plus de femmes ? ho d’ailleurs , pour quelqu’un de pointilleux dans ta vidéo tu dis je cite  » les joueurs ou les joueuses » , les termes joueur ou joueuses ne sont jamais présent dans la règle. Ca aussi tu vas le corriger ? ça doit énerver quelqu’un d’aussi pointilleux que toi de dire autant d’approximations non ? J’attends de voir….

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 09/03/2018
      Répondre

      *Soupir. Bon, reprenons les bases: Le point Godwin détermine le moment où l’on va tellement dans une engueulade qu’on a plus que le recours de traiter notre adversaire de Nazis. Là, je ne fais que comparer votre réaction qui manque totalement d’empathie, mais surtout d’humilité, à une autre réaction manquant elle aussi totalement d’empathie et d’humilité. Ce serait quelqu’un d’autre qui aurait dit la même connerie ce serait pareil, j’ai simplement le plus proche de nous. D’ailleurs si vous y tenez j’en prend une autre:
      « On dirait Nadine Morano qui affirme qu’elle resterait dans son pays pour se battre plutôt que de migrer ». Ca vous va mieux? Non?

      Pourquoi ces comparaisons? Parce que dans les trois cas, des personnes affirment avoir une réaction meilleure que d’autres gens qui vivent une situation qu’eux mêmes ne connaissent pas du tout, ne connaîtront d’ailleurs jamais. L’affirmation est donc creuse, sans fondemment, et d’une arrogance incroyable. Et donc d’un mépris tout aussi incroyable pour les autres. Affirmer avoir tel ou tel comportement dans une situation qu’on ne peux juste pas connaître, faut vraiment avoir le melon le plus incroyable du monde.

      Mais vous avez raison: ne prenez pas la peine de répondre, on se passera d’une bêtise de plus merci.

      • Rammillica 09/03/2018
        Répondre

        Rien à voir avec le melon ou quoi que ce soit ? Je n’ai pas de problèmes d’humilité, encore une fois du hors sujet total. Oui, je peux avoir de l’empathie avec un SDF alors que je ne l’ai (heureusement) pas été, avec une personne âgée, une femme etc etc…

        D’ailleurs, vous ne connaissez rien à ma vie et vous ne faites que supputer, ce qui est très dangereux… Je ne dis pas que ma réaction est meilleure, je dis juste que mettre en avant les personnages féminins (en insistant bien lourdement dans les règles) est au mieux inutile pour faire avancer cette noble cause au pire contreproductif… point. C’est mon avis, ce n’est pas une réaction meilleure que les autres.

        Laissez Trump et Morano de côté, encore du hors sujet… malheureusement. Pas de la bêtise, juste du hors-sujet… Argumentation uniquement versée dans le pathos et le name dropping et le fantasme…

        J’ai consulté les deux articles (qui sont fort bien écrit au demeurant) et je fais le même constat.. je ne suis pas convaincu… ce n’est pas en refaisant l’Histoire, en intervertissant des couleurs (rose/bleu) que le sujet peut progresser. On s’attaque à la partie visible de l’iceberg car c’est facile… et on peut s’en glorifier en plus…

        *Pathétique

        • Balay 09/03/2018
          Répondre

          lol. Pour une foi , je suis d’accord : « supputer est très dangereux ». Juste dans tes écrits, ça semble être le cas pour les autres et par pour toi ^^. Tu as besoin d’un miroir je pense.

        • Photo du profil de fouilloux
          fouilloux 09/03/2018
          Répondre

          En fait je pense que c’est au niveau de la définition d’empathie qu’il y a un problème. Reprenons les bases:

          – « Je comprends que quelqu’un avec un tel vécu réagisse comme ça, peut être que moi aussi je ferais pareil » = avoir de l’empathie

          -« Si j’étais à la palce de cette personne qui a un vécu complètement différent du mien, je suis certains que je ne réagirais pas comme ça » = pas du tout de l’empathie

          C’est pourtant simple non?

          (Ah et tant qu’on y est: Hors Sujet veut dire qu’on parle d’un sujet différent. C’est facile, c’est dans le titre. Faire une comparaison de raisonnements similaires pour illustrer à quel point ce raisonnement est une ânerie, c’est justement dans le sujet. Maintenant, si vous voulez qu’on arrête de comparer ce que vous dites avec des âneries, il y une technqiue assez simple. Je vous laisse la trouver)

          • Rammillica 09/03/2018

            Citer Trump et Morano et détourner le débat sur les armes, l’immigration alors qu’on parle simplement de jeu de société, oui c’est Hors-Sujet.

            Votre définition de l’empathie est bien fumeuse. Je vous laisse vous relire. Je reprécise : si j’étais une femme, je réagirais de la même manière, les arguments qui forgent mon avis sont « universalistes » et transcendent le sexe (ne pas chercher à réécrire l’Histoire, ne pas faire de discrimination positive, que le sexisme dans le jeu de société (uniquement dans le jeu de société) n’est pas marqué, ne pas victimiser gratuitement l’ensemble des hommes…

            Bizarrement, ma compagne est d’accord avec moi et je vous rassure je suis loin de pouvoir lui m’être une muselière (et tant mieux).

            C’est juste du bon sens… une opinion (un avis) n’a heureusement pas de sexe.

          • Photo du profil de fouilloux
            fouilloux 09/03/2018

            Bingo!

            Ah bin il a fallut du temps mais ça y est on a coché toutes les cases du « bingo-macho », merci. Alors je vérifie

            Ne pas voir le problème : check
            Citer un contre exemple ou il n’y pas de sexisme et s’en servir pour affirme que donc il n’existe pas  : check
            Traiter les féministes d’hystériques : check
            Juger que les modes d’actions ne sont pas les bons, laissez moi faire je vais vous montrer : check
            Affirmer que les exemples qu’on fournis n’en sont pas : check
            Parler de Social Justice Warriors : check
            De toute façon mettre des femmes c’est pour le marketing: check
            Nous dire que quand même, on va pas réécrire l’histoire, c’est pas ma faute si il y avait pas de femmes à l’époques et oublier qu’on parle souvent d’univers fictifs. : check
            Parler de « bon sens » : check
            Dire que le jeu de stratégie est une activité masculine: check
            « Ahah mais il y a des femmes qui pensent comme moi. » : check donc
            Dire que c’est l’ensemble des hommes qui sont des victimes: check aussi, et celui là il est beau!

            Là je crois qu’on a tout c’est tout bon. Merci, au revoir.

    • Photo du profil de LePionfesseur
      LePionfesseur 09/03/2018
      Répondre

      C’est quoi le problème avec Paye Ton Jeu ? C’est un site qui recueille des témoignages donc bien sûr que c’est des gens ici du milieu du jeu. C’est juste que c’est au sens large donc ça inclut aussi JdR, Jeu Vidéo etc… Je t’invite à aller voir leur Facebook aussi.

      Sinon ya aussi ce blog : https://etpourtantellesjouent.wordpress.com/

      mais ici ce sont des témoignages dans l’univers du JdR et des GN.

      Pour ce qui est de nos JDS, tu vas voir c’est pas compliqué non plus à trouver. Bon déjà il y a les représentations dans les jeux Ameritrash qui sont hyper souvent bien sexistes, mais on peut aussi observer ça dans pas mal de jeux français j’ai remarqué.
      Ensuite, il y aussi la sous-représentation des femmes, là c’est assez simple, prends toute ta ludothèque et dis moi sur combien de pourcentage de boîtes tu vois au moins autant de femmes que d’hommes sur la couverture de la boîte ? Tu pourrais aller plus loin en regardant dans les jeux avec des personnages jouables, quel est le pourcentage de femmes.
      Enfin, tu peux aussi constater tout simplement combien de professionnels (auteurs / éditeurs par exemple) tu connais dans le monde du jeu, les lister et simplement constater la proportion de femmes.

      Sinon ce que tu peux faire la prochaine fois que tu joues avec des gens (tes potes ou en salon), c’est de prendre les roses et de voir les réactions, ça marche pas mal aussi ça :p

       

      Et sinon pour les réacs, j’ai pu en voir pas mal chez TricTrac à base de « ouais on peut plus rien dire gnagnagna »

      • Rammillica 09/03/2018
        Répondre

        Je regarde ma ludothèque – et oui il y a moins de femmes que d’homme dans ma ludothèque, c’est un fait. Mais concrètement, sachant que au moins 50% des jeux traitent d’un thème historique et que c’est un fait mais que l’Histoire commune, celle qui nous est resté en tout cas, est basé principalement sur les grands hommes, n’est-ce pas logique ?

        Sachant que les femmes « historiques » (Jeanne d’Arc, Marie Stuart, la Reine Victoria, Marie Curie,..) n’ont jamais été oublié notamment dans les jeux de civilisation (TTA, Nations). C’est pareil pour les figures mythologiques (il y a généralement plus d’hommes que de femmes) … qu’est-ce qu’on fait ? On réécrit tout ? Dans quel but ?

        « Enfin, tu peux aussi constater tout simplement combien de professionnels (auteurs / éditeurs par exemple) tu connais dans le monde du jeu, les lister et simplement constater la proportion de femmes » => ???? Cela sous-tend que si on applique une simple politique de quotas 50% d’hommes/ 50 % de femmes, les problèmes de sexisme seront réglés.

        Oui, désolé, pour l’avoir observé, généralement le jeu de société et de stratégie est plus une activité masculine, c’est un fait (sans forcément de machisme sous-jacent). Il n’empêche que je suis toujours heureux d’accueillir une femme à la table de jeu et qu’elles sont aussi capables qu’un homme…

        Moi qui croyait que le jeu était un univers de passion, on le résume à une simple statistique bien froide…

        Je peux prendre les pions roses, noirs, violets, fuchsias, jaunes…. et je n’ai pas de réactions particulières. Si les remarques type « Ah, t’as pris du rose, c’est bizarre…. hihihihi… » que j’aurais pu éventuellement recevoir sont du sexisme, effectivement, la prochaine fois que je joue je me mets un bâillon.

        J’ai parcouru le lien, paye ton jeu, effectivement du Social Justice Warrior de base, avec (à part quelques exceptions notables il est vrai) simplement des blagues lourdes… sortis du contexte… on fait dire aux choses n’importe quoi.

        • Photo du profil de LePionfesseur
          LePionfesseur 09/03/2018
          Répondre

          « Mais concrètement, sachant que au moins 50% des jeux traitent d’un thème historique »

          Bah refais pareil sans les jeux historiques alors ^^
          Je trouve ça incroyable que tu ne te focalises que sur les jeux de gestion qui sont une petite partie du monde du jds et qui plus est, de niche. A l’inverse, prends tout les jeux avec des univers fictifs (qui donc, n’ont aucune justification historique) et tu verras que ce sera la même, et en particulier avec les jeux ameritrash.

          « Cela sous-tend que si on applique une simple politique de quotas 50% d’hommes/ 50 % de femmes, les problèmes de sexisme seront réglés. »
          Non cela sous-tends que les règles sociales font que le monde du jeu de société est actuellement dirigé par des hommes en vaste majorité.

           » le jeu de société et de stratégie est plus une activité masculine, c’est un fait »
          Un fait social :p

          Sinon je t’invite aussi à regarder le blog Et Pourtant Elles Jouent et de manière général à te renseigner sur les divers sites du genre PayeTaSchnek qui recueillent moult témoignages hors cadre du jeu de société. C’est un problème à échelle sociale et donc j’aurais tendance à dire qu’il vaut mieux prendre de la hauteur pour déconstruire les acquis qui nous semblent des évidences, des « c’est comme ça et puis c’est tout » alors que non, c’est systèmique.

          Dernier truc, je ne comprends le terme Social Justice Warrior. C’est quoi le problème avec le fait d’être pour la justice sociale ?

      • Photo du profil de fouilloux
        fouilloux 09/03/2018
        Répondre

        Shorter Rammilica:

        « Vous avez pas d’exemples de sexismes dans le jeu de société »

        *on lui fournis des exemples de jeux/de comportements/des témoignages/des statistiques*

        « Non mais vous avez pas d’exemples »

        • Rammillica 09/03/2018
          Répondre

          La censure maintenant, non je n’ai pas d’exemples probants à mon sens… des SJW qui utilise leur outil Capture d’Ecran pour stabiloter des blagues lourdes sur les réseaux sociaux, des exemples sur les jeux à thème historique qui sont très discutables (pourquoi ne pas la réécrire après tout ?), le seul valable concerne Conan et une image (sur les 10000 jeux qui sortent ??). Je le redis ici, au niveau du GN et du JDV et du JDR, ce n’est pas sur ce terrain que je suis intervenu (à aucun moment donc arrêtons de mélanger).

          Je veux voir les stats que vous annoncez, aucune trace, désolé je suis scientifique donc un peu pointilleux….

          • Photo du profil de fouilloux
            fouilloux 09/03/2018

            Moi qui croyait que le jeu était un univers de passion, on le résume à une simple statistique bien froide…

  12. Photo du profil de atom
    atom 09/03/2018
    Répondre

    Rammillica

     

    Tu te dis scientifique et demande de la rigueur, mais la rigueur c’est aussi utile quand on écrit. Cela t’aurait évité de revenir sur tes paroles à chaque fois. Parce que c’est un florilège.

    Tu reproches aux autres de faire des hors sujets, mais regarde ton premier commentaire ? Il y a à boire et à manger, on passe du féminisme au esclaves dans Five Tribes etc.

     

    Des exemples on t’en a donné plein, les babes façon salons de l’auto pour attirer les geeks ? J’en connais que ça a plutôt faire fuir, mais que des éditeurs puissent y avoir pensé et le faire ça me laisse pour le moins pantois. Des jeux ou les femmes sont représentées de manière sexiste il y en a légion, il suffit de se baisser pour les ramasser :).

     

    Je fais le choix de te répondre de manière bienveillante, parce que si je ne suis pas d’accord avec toi, je pense que l’on ne change pas les gens en les braquant et à minima tu as au moins le mérite de venir donner ton avis. J’imagine que tu n’est pas le seul.
    Par contre je t’enjoins à demander leurs avis aux intéressées tu en apprendrais des vertes et des pas mûres, nous dans une asso on a viré deux personnes, une de manière gentille, mais ferme, et une autre de manière un peu plus ferme.

    • Rammillica 09/03/2018
      Répondre

      Un scientifique peut voir son avis évolué, car la science exacte n’existe pas et mes mea culpa sont une preuve que je ne suis pas obtus à la discussion. La première qualité d’un scientifique… mais ça on l’oublie souvent….

      Oui, en checkant le pourcentage de femmes et d’hommes, on va aboutir à une société à l’américaine où tout va être scruter (proportion de blancs, de noirs, d’asiatiques etc etc…), aseptisée où la liberté de parole va être complexe, c’est à mon avis la prochaine étape. On riait des américains mais on va faire pareil.

      Et encore une fois, je ne considère que le jeu de société et non le jeu vidéo par exemple (je n’ai pas vu de babes à Cannes ou à Parthenay et aucun jeu avec des femmes hyper sexualisées dans les illustrations. En tout cas, ce n’est pas comme au cinéma ou pour les jeux vidéos un argument de vente donc je ne vois pas où est le problème spécifiquement sur le jeu de société.

      Encore une fois, l’argumentation qu’on a tenté de me développer ici me paraît extrêmement limité et très discutable. En clair il ne m’a pas convaincu (exemples très peu nombreux et si virer deux gugusses d’une asso c’est significatif pour qualifier le monde du jeu de société….. effectivement nous n’avons pas la même conception de ce qu’est un argument pertinent ).

      Bref… amusez-vous bien à checker les quotas, si vous pensez que ça va faire avancer la face du monde. mais 50% hein pas plus pas moins, on ne sait jamais… discussions sans intérêt (par forcément avec vous atom). Ce babillage m’ennuie.

  13. Photo du profil de Zuton
    Zuton 10/03/2018
    Répondre

    Un bien bel édito qui trouve un écho dans ma propre expérience puisque j’ai ressenti aussi la même surprise que toi à la découverte des héros exclusivement féminins de One Deck Dungeon (même en retournant les fiches persos , tout pareil que toi).

    Ce constat ne me dérange pas du tout, je joue souvent avec des héroïnes (aussi bien perso virtuelle qu’amies joueuses réelles autour de la table ) mais là, n’ayant pas le choix, cela m’a interpellé et me suis alors rendu compte ce que pouvait ressentir les joueuses ayant elles souvent que l’option d’incarner un super héros masculin…reflet intéressant !

    Dommage que la chronique soit pollué par des commentaires désobligeants comme traiter le billet de « branlette intellectuelle » sur un sujet aussi fondamental, une belle marque d’irrespect et de manque d’humilité (ou alors c’est de l’inconscience), le ton me semblant d’emblée déplacé au point de décrédibiliser n’importe quel autre argument/avis émis dans les lignes suivantes (quand bien même seraient-ils pertinents). Donc, « no more comment » sur ce point, plusieurs personnes bienveillantes ont tenté de ramener à la raison l’irraisonné qui a le droit de vouloir avoir raison (mais pas de le clamer comme une vérité absolue).

    Encore bravo Atom pour cet édito, le premier d’une longue série ?

  14. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 10/03/2018
    Répondre

    aucun jeu avec des femmes hyper sexualisées dans les illustrations

    • Rammillica 10/03/2018
      Répondre

      https://www.youtube.com/watch?v=V_4CZu4ghMo

      Mettre Balladur après Trump et Morano, c’était plus logique.

      Je préfère ce lien au vôtre car niveau représentation des femmes dans Kaamelott, qu’est-ce qu’on en dit (notamment des nombreuses maîtresses d’Arthur ou de la niaiserie de sa femme) ?

      C’est sexiste, non ? Pas joli, joli…. Pourtant vous l’utilisez… (en fait en suivant votre logique, en voyant le mal (ou plutôt le mâle) partout  on voit bien que les choses tournent en rond)….

  15. Aegir 10/03/2018
    Répondre

    En tant que lecteur de ludovox je suis déçu par la présence de ce type d’edito dont l’objet n’est pas le jeu de société mais le sujet sociétal en vogue dont les commentaires contiennent autant de préjugés qu’ils sont sensés en dénoncer.

    1) Première contre vérité: La mise en avant du corps de la femme (pour les jeux: héroïne en string, dénudée, à grosse poitrine …) n’est aucun cas lié au machisme, d’ailleurs elle serait interdite ou au minimum condamnée dans une
    société patriacale et machiste. Cette dérive est lié à l’alliance de la société de consommation et des mouvements d’émancipation (du corps en particulier) supporter par certains courants féministes dans les années 70. Voir un de leur dernier avatar: les célèbres et médiatiquement encensées femen ….
    2) Dire que la création du secteur du jeux de société va en profiter est pour moi erronée. On peut avoir cette impression dans un premier temps car ce secteur n’est pas aussi affecté  pour l’instant que le cinéma ou la BD par exemple
    ou les nouveaux préjugés imposent de plus en plus les nouvelles normes. Cette société moderne ne supprime pas les préjugés ou les normes, elle en crée simplement de nouveaux. Voir par exemple les commentaires d’une dirigeante de Disney se satisfaisant du % de dialogues de telle communauté ou de telle genre dans les productions actuelles, en résumé vous devait avoir tel % pour les femmes, tel % pour les noirs etc … on peut s’en féliciter mais un cadre aussi contraignant
    est une catastrophe pour la créativité.
    3) ODD s’inscrit parfaitement dans cette évolution, ce qui est un atout marketing indéniable magnifiquement illustré par cet article ….

    • Photo du profil de LePionfesseur
      LePionfesseur 12/03/2018
      Répondre

      Attends tu déplores qu’il y ait des articles de fond sur Ludovox qui traite le jeu de société comme un objet culturel ? Retourne sur TricTrac dans ce cas.

      1) Les Femen c’est un courant de féministes qui n’est pas approuvé par la majorité des féministes. C’est un peu comme si tu me disais que les jeux de société c’est nul parce que le Monopoly c’est nul.
      Et sinon comme dit Fouilloux il y a une différence entre exposer son corps volontairement ou avoir une sexualité libre et sexualiser des personnes dans l’objectif de viser un public d’un certain genre.

      2) Mais non au contraire : c’est un avantage créatif puisqu’on peut désormais faire intervenir de nouveaux personnages et de nouveaux points de vue. Tu connais le test de Bechdel ?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Bechdel

      Si désormais nous avons par exemple des femmes aux manettes des oeuvres alors nous verrons peut-être + de dialogues avec des personnages féminins, plus d’héroïnes etc…
      Et je ne parle pas de quotas, juste de possibilités.

      Et sinon je comprends toujours pas pourquoi les fachos disent SJW, comme je disais plus haut je ne vois pas ce qu’il y a de mal à être contre la justice sociale.

  16. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 10/03/2018
    Répondre

    d’ailleurs elle serait interdite ou au minimum condamnée dans une société patriacale et machiste

    Affirmation qui se base sur? Parce que j’ai du mal à voir pourquoi une société patriarcale et machiste: ie où l’homme a le pouvoir et donc domine les femmes, ne voudrait pas transformer ces dernières en objet sexuel. Au contraire, ça fait une sacrée forme de domination. Dire que le machisme n’a jamais ravalé la femme à ses caractéristiques sexuelles, c’est euh, comme dire, complètement contradictoire?

    Oui les femmes peuvnet aussi prendre cela pour s’émanciper, comme le font les femens. Mais il y a une différence fondamentale entre exhiber son corps parce qu’on le choisi, et l’exhiber parce que c’est ce que la société nous impose de faire. On pourra citer les démarches par exemples de jeunes filles/hommes a qui on a volé et des diffusé des photos de nus, privées et intimes, qui se reprennent nues en photos pour justement reprendre le contrôle de leur corps.

    ce type d’edito dont l’objet n’est pas le jeu de société mais le sujet sociétal en vogue

    Le jeu de société n’est pas juste quelque chose de froid et mécanique. Il véhicule des idées, des émotions, comme n’importe quel autre objet culturel (le livre, le cinéma, etc…). Il me semble donc assez justifié de parler aussi de cet aspect là. Imagine on une critique de cinéma qui ne s’intéresserait pas au message que véhicule les films?

    Voir par exemple les commentaires d’une dirigeante de Disney se satisfaisant du % de dialogues de telle communauté ou de telle genre dans les productions actuelles, en résumé vous devait avoir tel % pour les femmes, tel % pour les noirs etc … on peut s’en féliciter mais un cadre aussi contraignant est une catastrophe pour la créativité.

    Qui parle de cadre, ou d’imposer quoi que ce soit? Depuis des décénies (siècles?), ce sont les hommes blancs qui ont la parole/les premiers rôles. Constater, chiffre à l’appui que cela change, ce n’est ni vouloir imposer quoi que ce soit, ni une contrainte. Juste exprimer une satisfaction que les choses aillent dans le bon sens.

    Enfin, je vois le mot préjugés repris de nombreuses fois. De quel préjugé on parle? Un préjugé c’est une opinion préconçue, sans fondement. De quelle opinion on parle? Qu’il y a un problème d’inégalités homme/femme dans nos sociétés? Parce que si ça c’est un préjugé, autant dire que la terre est ronde est un préjugé aussi.

     

  17. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 10/03/2018
    Répondre

    Ah, et une dernière chose: à propos des termes « en vogue », « mode ». Je pense que vous avez pas compris les gars. On est pas en train de parler d’un truc temporaire, mais d’un changement profond de la société et de la façon dont y sont traiter les femmes. Va falloir vous y faire. Mais rassurez vous, ça va bien se passer.

  18. Aegir 10/03/2018
    Répondre

    Réponse à Fouilloux:

    Se base sur un constat qui me semble difficilement réfutable (pas d’équivalent à ce niveau par exemple dans les années 50 et 60 en France) dans le cadre de la discussion qui est l’exploitation de l’image dénudée du corps de la femme dans l’espace public à des fins marketing, les échanges auxquels je me referai ne parlaient pas du statut de la femme dans la société. Les sociétés patriarcales ont  bien des défauts (dont une pression sociale sur la représentation du corps féminin dans l’espace public), inutiles de leur  attribuer ceux de notre société actuelle, tendance assez répandue.

    Pour le reste je ne retiendrai que le dernier chapitre car il contient l’indispensable mantra ‘les hommes blancs’ qui est tellement parlant et auquel manque curieusement ‘hétéronormé’, un oubli regrettable susceptible de plainte du mouvement LGBTQ …. Ce nouveau diable bien pratique, ou comment essentialiser et discriminer une population entière au nom de la lutte contre l’essentialisation et la discrimination … démarche intellectuelle à laquelle je ne pourrai jamais souscrire.

  19. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 10/03/2018
    Répondre

    Si je résume: avant les sociétés patriarcales ne dénudaient pas les femmes, donc si elles sont dénudés c’est pas une société patriarcale. Ah ouais pas mal l’argumentaire. Trouver de nouvelle façon de contrôle de l’autre, c’est sûr que ça s’est jamais vu.

    Sinon tu veux dire que les hommes blanc hétéros sont discriminés? Sérieusement? Vas y développe je sens que ça va être épique. Non mais ça va être marrant quand tu vas me dire qu’ils sont :

    – Sous-représentés dans les domaines culturelles
    – Soumis à plus de violences domestiques/dans la rue/raciste/hétérophobe
    – Sont moins bien payés
    – Sont soumis au plafond de verre
    – Victimes de clichés
    – Harcelé dans la rue
    – Traités comme des objets sexuels (voir utilisé contre leur gré comme prostitué)

    Vas y, je te regarde.

  20. Aegir 10/03/2018
    Répondre

    Mon argument s’illustre parfaitement en comparant des photos du Caire ou de Téhéran dans les années 70 avec des photos d’aujourd’hui. Un retour des valeurs patriarcales souvent portée par les religions dans nos sociétés se traduit par un effacement du corps de la femme dans les lieux publics. Le processus serait identiques dans nos sociétés occidentales à quelques différences culturelles près.

    La dégradation de l’image de la femme actuellement est bien lié au consumérisme extrême allié aux mœurs libérales sur le plan sociétal de nos sociétés. Pour un esprit mono causal, j’avoue que cela doit-être difficile à accepter.

    Pour la liste à la Prévert, en quoi est-elle spécifique aux sociétés ‘d’hommes blancs’ ???

    Tous ces problèmes sont présents et souvent de manières plus accentués dans les sociétés non occidentales.

    Cette aveuglement dans le raisonnement est à la base du terme SJW. Un raisonnement simple pour ne pas dire simpliste, qui fait sa force mais aussi sa faiblesse. Des pans entiers de la population ne peuvent pas adhérer à un mouvement basé sur de telles incohérences et contre-vérités.

     

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 11/03/2018
      Répondre

      Ahhhh mais j’ai compris. En fait vous savez pas ce que c’est de construire un argumentaire. Allez, je suis sympa, je vous explique, point par point:

      – En fait, ma liste, ça s’appelle donne des faits pour montrer qu’une affirmation est erronée. Vous dites « les hommes blancs sont discriminés ». Je vous montre que non, en vous donnant une liste d’exemples que les autres subissent et pas les hommes blancs. Voilà, c’est ça qu’on appelle un argument. C’est assez pratique quand on défend une idée.

      – Ce qui n’est pas un argument: dire « c’est pire ailleurs ». Voilà ça c’est pas un argument. C’est comme dire « Oui, alors moi je tape ma femme, mais au moins, moi je le fais à main nues, alors que mon voisin il utilise un manche à balai, donc y’a pas de problèmes » Vous sentez le truc ou pas? Faut me dire hein si je vais trop vite.

      – Ah oui affirmer que l’autre utilise des incohérences et des contre vérités, encore faut il les montrer, et ne pas se cacher derrière une affirmation gratuite non étayée. Cf, le premier point, je vous invite à le relire, ça vous aidera. Et les termes comme SJW, rappellez vous qu’il ne s’agit que d’un terme utilisé par les réactionnaires de tout poils pour parrer aux manques d’arguments pour défendre leur point de vue. Et d’ailleurs, en france on dit gauchiste ou droit de l’hommiste. Mais bon, dans tous les cas, c’est pas très malin comme terme.

      – C’est bein de faire des phrases compliquées. Mais dire des bêtises de façon sophistiqué, ça reste… allez je vous laisse deviner, je vais pas vous mâchez le travail non plus.

      – Détourner l’attention sur nos voisins « hein le Caire et Téhéran, suivez mon regard vous voyez bien ce que je veux dire. », ça marche pas, on vous voit venir avec vos gros sabots. C’est pas Tokyo et Moscou que vous avez choisis, vous ne trompez personne.

      – A propos du marketing au fait: petite question: mettre des femmes comme personnages pour leur donner envie de jouer, c’est marketing? Admettons. Mais alors, mettre des personnages stéréotypés, donc des femmes en string/soustif pour aller se battre, pour plaire au « joueurs de stratégies qui sont des hommes quand mêmes », est ce que ça serait pas un tout petit peu marketing aussi? Et du coup, quelle est la différence?

      – Alors par contre y’a un truc qui est pas faux dans ce que vous dites: oui les société patriarcales peuvent s’appuyer sur la religion. Mais, et là je sens que ça va vous surprendre, elles peuvent aussi s’appuyer sur par exemple, le consumérisme. Et oui, il y peut y avoir plusieurs causes à une société patriarcale. Comme vous dites déjà? Ah oui:

      Pour un esprit mono causal, j’avoue que cela doit-être difficile à accepter.

      J’aurais pas mieux dit! Et là je vous salue, parce qu’admettre dans une discussion que votre façon de raisonner est limitée, c’est honnête et courageux, c’est bien. Bravo. Bon maintenant il faudrait dépasser ça hein, mais c’est la bonne voie 🙂

      Voilà voilà, je vous laisse méditer tout ça, quand vous serez un peu plus serein sur les bases, revenez nous dire, on passera à l’étape d’après.

      • Photo du profil de Aegir
        Aegir 12/03/2018
        Répondre

        Votre vision racisée et genrée de la société est un appauvrissement de la pensée. En quoi un ouvrier ou un chômeur blanc est-il un privilégié ou un dominant dans notre société comparé à une actrice, une femme d’affaire, une personne de couleur ayant réussi (médecins, commerçants …) ? En quoi leur fils aura-t-il un meilleur avenir qu’une fille de cadre sup ?

        Votre obsession raciale vous aveugle, vous réduisez les problèmes de relation homme/femme en France à l’homme blanc (essentialisation détestable comme pour toute autre catégorie) … Les femmes sont mieux traitées par les hommes non blancs en France ? C’est un scoop.

        Je vais arrêter ce dialogue de sourd, nos visions et compréhension de la réalité sociale sont tellement éloignées que cela n’apporte pas grand chose de poursuivre ces échanges.

        • Photo du profil de fouilloux
          fouilloux 12/03/2018
          Répondre

          Très bien. J’en profite pour vous donner une autre piste de réflexion pendant que vous y êtes: la différence entre un individu et la majorité, et pourquoi un contre exemple ne suffit pas à invalider une tendance globale. Et aussi pourquoi il appartient de comparer ce qui est comparable: ex: la situation d’un ouvrier femme avec celle d’un ouvrier homme, d’une femme d’affaire avec un homme d’affaire.

          Moi je dis ça, c’est pour vous hein, mais quand on parle de sociologie, c’est bien d ‘avoir les bases quand même.

          Bonne méditation.

  21. Laorans 11/03/2018
    Répondre

    Vous voulez que les mentalités changent mais pourquoi faire exactement le contraire en imposant aux joueurs de One Deck Dungeon de jouer que des femmes ?
    Il aurait mieux d’avoir des cartes supplémentaire version homme comme l’a fait Andor.

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 12/03/2018
      Répondre

      Je ne sais pas le but recherché de l’éditeur. Personnellement, je pense qu’à terme, ce qu’on espère tous c’est que la parité soit respectée « au global », et pas forcément jeu par jeu: « tiens dans ce jeux c’est surtout des hommes, là surtout des femmes, là on peut choisir ». Je pense que la solution d’Andor n’est pas toujours réalisable pour plein de raisons éditoriales, et que dans un contexte où globalement la parité est présente et n’est plus un sujet, ce n’est pas grave.

      Néanmoins, on en est pas encore là, on est ici dans une phase de transition, et je trouve la démarche intéressante dans le sens qu’elle sensibilise les gens au problème. C’est bien illustré par la réaction d’Atom, qui même s’il pensait ne pas avoir de problème avec ça, s’est quand même senti déstabilisé par la situation. Je citerais également Paper Tales, qui respecte strictement la parité, et où les éditeurs et illustratrice se sont dit à un moment « tiens y’a beaucoup de femmes dans ce jeu. Ah en fait non, juste la moitié ». On est tous tellement habitué que ça nous semble normal, alors que ça ne l’est pas. Si cela fait réagir, tant mieux, je trouve.

      Après, on peut contester la stratégie: est ce qu’il vaut mieux faire prendre conscience du problème aux gens, quitte à les braquer, ou le faire en douceur comme l’a fait Andor, je ne sais pas. Moi je dirais qu’il faut les deux. 🙂

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 12/03/2018
      Répondre

      Pour que les choses changent, il faut une prise de conscience. C’est la base pour qu’on ouvre les yeux, pour qu’on accepte de changer des habitudes de prêt-à-penser… Et au final pour agir dans un sens qui semble plus juste pour tous.

      L’initiative de ODD semble vouloir jouer sur la prise de conscience. On voit bien dans les commentaires de cet Edito (qui avait un angle pas du tout polémique, faut quand même s’en rendre compte lol) que dès qu’on parle d’égalité homme-femme, on a toujours une levée de bouclier & des réactions très virulentes (qu’on peut résumer grossièrement en « pourquoi vous parlez de ça », et « c’est nul pour un éditeur de faire ça » :p ). Il y a encore du chemin, même si ça progresse ! L’exemple d’Andor a été traité dans mon article de 2013, nous voilà 5 ans plus tard, il était temps de montrer aussi comment les choses évoluent ; et on voit qu’elles bougent puisque l’exemple d’Andor est devenu une référence, de nombreuses fois citée, par tous les « camps ». L’exemple d’ODD, va un peu plus loin, et il porte aujourd’hui à discussion. Rendez-vous dans 5 ans. 😉

       

  22. Photo du profil de Krinie
    Krinie 16/03/2018
    Répondre

    Merci pour ton article, Atom, je l’ai trouvé très agréable à lire.

    J’suis une fille (enfin je crois, j’ai pas vérifié tout tout récemment) et j’ai bien aimé le parti pris des aventurières badass pas sexualisées. En plus, ce n’est vraiment pas porté en avant comme un argument marketing. Juste un état de fait. Ce qui me fait même dire que j’ai envie que tous les gosses y jouent, garçons ou filles.

    Je n’ai pas encore lu la règle de Welcome to… mais comme il traine sur ma table, ça ne saurait tarder.

    Pour apporter mon petit brin de témoignage, qui n’est ni un playdoyer féministe ni une tentative de généralisation, je ne me suis jamais sentie en minorité sur une table de jeu. Pas vu de différence de traitement dans la façon dont les autres joueurs me traitaient. C’est un peu différent dans la représentation féminine sur les boites de jeu, mais il est vrai aussi que j’ai tendance à m’en fiche: tant qu’on ne me cantonne pas à un rôle particulier (que ce soit dans le jeu ou la vraie vie) parce que  mes gonades sont à l’intérieur, tout va bien. Je ne peux pas nier que ça existe, vu le nombre de témoignages en la matière, mais je ne peux pas en parler pour moi.

    Je n’avais même pas vu que c’était la femme qui semblait diriger les manoeuvres dans Welcome to… moi, j’ai juste entendu dire que c’était une petite perle, je n’ai pas regardé la couv’ avant d’acheter. Comme quoi 🙂

    Mais bref, trève de tout ramener à moi: encore bravo pour l’édito.

Laisser un commentaire