Yokai Septet – 7, et pas un de plus !

Depuis ma plus lointaine enfance, j’ai observé mes grands-parents, leurs enfants, leurs amis faire des parties de cartes. Parfois arrosées de Porto bon marché, entrecoupées de plats préparés avec talent par ma grand-mère, toujours posées en bout de table, comme si mon grand-père essayait de parfumer la pièce d’une attente ludique qui faisait la course avec les fumets gras et charmants qui s’échappaient de la cuisine. Passage obligé avant le retour à la maison, crème antidouleur posée sur les secrets de famille, la belote ou la manille rythmaient nos week-ends d’enfants survoltés. Autant vous dire que j’aurais pu détester les jeux de cartes de ce type en grandissant. Pourtant j’y ai toujours vu le lieu du partage, un moment de paix alors que tout le monde ne cessait de parler de ses tracas habituels, vous savez, ces dialogues à un que tous les membres d’une famille lancent dans l’air nicotinique des dimanches d’avant en attendant aveuglément que des réponses ou des mots d’espoir leur soient renvoyés.

La belote et la manille, c’était aussi pour moi l’occasion de voir les adultes se taire. Cesser de nous embêter avec nos résultats scolaires, leurs soucis professionnels de chômeurs en attente. J’avais l’opportunité de les voir s’amuser. Les mots étaient parfois durs. Mais toujours drôles. Et la mauvaise foi ou le mauvais jeu prenaient des dimensions qui dépassaient mes pires matchs de foot de banlieue foireuse. Combien de fois ai-je vu les cartes virevolter de colère lorsqu’un adversaire faisait une manche sans que les autres ne puissent réagir. Le capot. Cette succession magique de choix réussis, l’alignement de 8 cartes qui, seules ou avec l’aide du/de la partenaire, venaient briser le jeu des adversaires. Magnifique à voir.

 

 

Émerveillé par les comportements de jeu et cette tension si particulière lors des parties familiales, j’ai toujours aimé les jeux de cartes. Les jeux de plis, que je préfère désormais appeler trick-taking games, pour la simple et bonne raison que j’aime distinguer les jeux traditionnels de mon enfance de ceux que le jeu moderne nous propose. Combien de parties ai-je fait de Diamonds, ce chef-d’œuvre édité chez Stronghold Games, ou encore Tichu, que j’ai découvert tardivement mais qui m’a envoyé une gifle telle que j’ai senti les tréfonds du monde trembler de plaisir… Nyet, le récent vieux jeu Indulgence, et les dix à quinze jeux japonais qui sont présents à chaque Game Market. Récemment, celui de l’illustrateur le plus convoité du Game Market, à savoir Tori Hasegawa, s’est fendu d’un Ninja Star Trick, qui m’a beaucoup plu. Sachez que ce dernier sera peut-être un jour près de chez vous… Je croise les doigts pour que cela arrive, en tout cas.

Tichu

 

Les trick-taking games sont très populaires ici au Japon. Il en sort régulièrement, et il s’agit d’être suffisamment rapide pour se les procurer, poussant du coude, pour se ruer sur les stands qui les proposent, toujours en petite quantité. Je dois d’ailleurs en avoir une bonne vingtaine chez moi. J’essaie de ne pas jeter trop de coups d’œil sur les sites japonais qui les référencent, de peur de me ruiner à les chasser en Allemagne ou ailleurs. Signe d’une envie de collection totalement déraisonnée.

 

 

Couverture du jeu original, sorti en 2015 au Japon.

Couverture du jeu 7 Nations, 7 Symbols, sorti en 2015 au Japon.

 

7 Nations, 7 Symbols

Lors du Game Market, en 2015, au printemps si je ne m’abuse, un jeu de trick-taking appelé 7 Nations, 7 Symbols est sorti sans grand bruit. Discret et posé sur une table d’écolier entre deux autres auteur(e)s, au milieu de l’une des grandes rangées de jeux amateurs, le jeu de Muneyuki Yokouchi et Yio s’est cependant rapidement fait une réputation solide et les boîtes de cartes multicolores et aux blasons éclatants ont disparu très vite. J’ai désespérément cherché ce jeu pendant des mois avant d’abandonner. Les jeux, aussi populaires soient-ils, ressortent rarement ici. Pour des raisons de coûts trop élevés, ou tout simplement l’envie de consacrer ses économies d’auteur à un autre projet.

Il y a quelques mois, alors que je suis allé dîner avec Tori Hasegawa, devenu un bon ami, j’ai fait la connaissance de Dan Kobayashi. Il est éditeur. Lui aussi est discret mais il profite de sa double nationalité, et de sa parfaite maîtrise de l’anglais et du japonais, pour aider les grands noms du Game Market, avec Oink Games en tête. Il vit principalement aux États-Unis mais fait très régulièrement des passages à Tokyo ou Osaka. Dan, à la tête de Ninja Star Games, a déjà lancé et financé 3 campagnes sur Kickstarter. Il fait partie de ceux qui en ont un besoin vital. Sans l’argent des backers, pas de jeu possible.

Bannière KS

Bannière KS

 

Ses projets incluent Wold and Hound, Arkham Ritual et The Majority (Complete Edition), des jeux repérés au Game Market et qu’il avait envie de voir voyager hors des frontières japonaises. 7 Nations, 7 Symbols, sous le nom de Yokai Septet, sera sa 4ème campagne.

 

Les illustrations sont encore en attente d'être finalisées.

Les illustrations sont encore en attente d’être finalisées.

 

Le principe du jeu est assez simple. La règle le définit comme un jeu aisé à comprendre, surtout pour les joueurs et joueuses familiers des jeux de ce type. Il y a 49 cartes. Et quelques jetons, qui permettront d’attribuer des points de victoire. Un matériel chiche mais un jeu qui vous proposera des parties à l’infini. On n’est clairement pas au niveau d’un Tichu ou d’un Diamonds, mais le jeu mérite une place dans la ludothèque des amateurs de jeux de plis (oui, j’ai utilisé cette expression… je ne voudrais pas m’attirer trop durement les foudres des protecteurs de la langue française).

Ces 49 cartes sont réparties en 7 couleurs différentes. Les amoureux de la table de multiplication par 7 auront noté que cela représente 7 cartes sur 7 couleurs. Cela fait beaucoup de 7 par phrase (did you see what I did there?).

Ces 7 couleurs sont donc composées de 7 cartes proposant des marges de valeurs différentes : de A à 7 pour les vertes, de 2 à 8 pour les noires, de 3 à 9 pour les marron, de 4 à 10 pour les orange, de 5 à 11 pour les bleues, de 6 à 12 pour les jaunes et enfin, de 7 à 13 pour les roses. Chaque couleur possède une carte essentielle à la victoire : les cartes de valeur 7.

 

CartesYokaiSeptet

 

Dans la nouvelle thématique du jeu, les 7 représentent des Yokais, ces monstres japonais qui hantent mes jours et mes nuits, tant je suis fasciné par leurs origines, leurs demandes, leurs pouvoirs et le moyen de leur survivre. Autant vous dire qu’un jeu de trick-taking dans l’univers des 妖怪, des Yokais, je suis comblé !

Soyons clairs, cependant… le thème du jeu est un habillage avant d’être un moyen d’immersion dans l’univers du jeu. Joli mais peu en lien avec la mécanique. J’attends de voir à quoi ressemblera le récit de mise en place de l’univers ainsi que le reste du matériel, que j’ai sous la main dans une version prototypale pour le moment.

Une version draft de l'un des yokai du jeu.

Une version brouillon de l’un des yokai du jeu.

 

Le jeu se joue à 3 joueurs, en mode chacun pour soi, ou à 4, en mode équipe. Les deux versions fonctionnent très bien, même si j’ai un faible pour la version à 4.

Au début de la manche, on distribue toutes les cartes sauf 1 aux joueurs assis autour de la table. Chaque joueur aura donc en main 16 cartes dans une partie à 3 et 12 cartes dans une partie à 4. Avant de commencer, les joueurs passeront 3 cartes à leur voisin de gauche (à 3), ou à leur partenaire (à 4). Ce moment est intense. Dans les parties à 4, préserver et s’assurer le 7 est délicat, dans la mesure où le nombre de cartes de chaque couleur sous-entend que l’un des joueurs devra couper après le premier tour où cette couleur est jouée. À 3, ce n’est pas forcément le cas mais cela arrive souvent.

L’atout est décidé par la carte qui n’a pas été distribuée au début de la manche. Il existe aussi une carte super puissante : la carte A verte, appelée « super atout ». Elle prend l’avantage sur l’ensemble des cartes jouées.

Une autre version draft

Un autre yokai.

 

Le premier joueur est celui qui possède la carte A verte dans sa main. Il lance les hostilités. L’idée va être de terminer la manche sans perdre, et en gagnant. Vous allez me dire que la formule est peu subtile. Laissez-moi vous expliquer. Les joueurs vont essayer de remporter des plis contenant une carte de valeur 7. Dès qu’un joueur (ou qu’une équipe) en récupère 3 ou 4 (selon le nombre de joueurs), la manche est terminée et les points de victoire sont distribués. L’autre façon de terminer une manche, c’est d’atteindre 7 plis remportés sans avoir attraper suffisamment de cartes de valeur 7. Là, les adversaires remportent les points de victoire. Il faut donc jouer chaque carte en pesant et soupesant toutes les informations que l’on a pu ramasser lors des premiers tours. Le nombre de cartes dans chaque couleur est à l’origine de la tension que l’on ressent lorsque l’on joue chaque manche. Savoir que l’on va se faire couper très probablement dès le deuxième tour implique que l’on prennent des risques parfois inconsidérés pour attraper ces 7 si importants.

Il y a plusieurs façons de gagner des points dans le jeu : il est possible de choisir l’option fastoche, avec 1 point de victoire par manche gagnée, ou de respecter les points de victoire indiqués sur les cartes 7. Le 7 dans la couleur de l’atout est annulé et ne vaudra pas de point de victoire. Il comptera par contre dans le nombre de 7 récupérés.

Et un autre, un bon Tengu des familles !

Et un autre, un bon Tengu des familles !

 

 

Yokai Septet,7妖怪物語 en japonais, est un jeu que je conseille vivement aux amoureux et amoureuses des jeux de plis. Les sensations sont au rendez-vous et la tension est palpable à chaque carte jouée. Le défi n’est pas simple à remplir : accumuler au moins 3 ou 4 Yokais (cartes de valeur 7) devant soi sans dépasser la limite des 7 plis gagnés (en équipe, c’est 7 plis au total des deux partenaires), mais aussi étonnant que cela puisse paraître, le jeu est réglé aux petits oignons et l’objectif est souvent rempli par des joueurs confirmés. Quel plaisir de savoir quelles cartes donner à son partenaire pour contrôler les risques, et se donner plus de chance de réussir !

 

水を得た河童

          La soif du Kappa est enfin étanchée

Comme un poisson que l’on rendrait à la rivière, Ninja Star Games a décidé de rendre un peu d’eau au Kappa assoiffé. Le Game Market est un lieu que j’adore mais plus d’une fois j’ai regretté que l’un des jeux tant convoités disparaisse, sans aucune chance qu’un jour il ne revienne à la vie. En cela, amateur de Yokai comme je le suis, je ne peux que saluer Dan Kobayashi qui prend le risque de proposer un jeu aux mécaniques dépouillées mais pleines de tension via de simples cartes, loin des modes récentes et pour le pur plaisir de partager sa passion pour un jeu rare.

 

Yokai Septet est disponible sur Kickstarter jusqu’au 21/06/2018 pour 15$.

 

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

 

   

1 Commentaire

  1. morlockbob 24/05/2018
    Répondre

    Quelqu’un qui cite le Tichu ne peut avoir que bon goût

Laisser un commentaire