Votre billet Santorini – New York

Santorini est une petite île dans le sud de la Grèce, mais c’est aussi un jeu abstrait imaginé par Gordon Hamilton, surnommé Gord, un titre qui a bien trouvé son public. Le jeu a été édité par Roxley et lancé sur Kickstarter avec succès (700 000 $ canadiens et plus de 7 000 contributeurs). Depuis cette aventure participative, le jeu est sorti dans le commerce, édité par Spin Master sous la houlette de Asmodee (pour découvrir le jeu, direction Ludochrono).

Bonne nouvelle pour les amateurs : une suite a été annoncée à la Gencon ! Santorini New-York (du même auteur). Passons sur le titre qui mélange deux lieux géographiquement éloignés… Après tout dans l’original nous sommes des Dieux, alors on peut tout à fait rapprocher New-York et la Grèce, non ? ^^

pic5562958

 

Un jour j’irais à New-York avec toi 

Dans ce nouvel opus indépendant, les joueurs sont des constructeurs au 20e siècle. On déplace nos ouvriers dans le quartier de Manhattan, le but étant de monter au plus haut, comme toujours. Dans cette nouvelle version, comme dans l’ancien, on doit déplacer une de nos deux figurines ouvriers et réaliser une construction à chaque tour. On a aussi en main cinq cartes “rôle spécial” et on en joue une à chaque tour. Le premier joueur à monter au troisième niveau remporte la partie… Enfin, pas tout à fait, il y a un twist !

pic5562962

 

Chacune de ces cartes montre un numéro qui sert à déterminer l’ordre du tour, ce n’est pas anecdotique car le dernier aura la figurine de la Statue de la liberté. Il se trouve que désormais, pour gagner la partie, il faut avoir la fameuse Statue et passer au 3e niveau. Mais si vous avez la Statue de votre côté, il se pourrait bien que les autres se liguent contre vous !

Les cartes sont de 4 familles : les « spécialists », « les builders », les « engineers »et les « movers ». Chacune de ses familles a ses particularités. Seuls les ingénieurs sont capables de construire les bâtiments spéciaux par exemple, les fameux grattes-ciels qui ne peuvent pas être déplacés.

S’il semble très similaire à Santorini, en réalité ce titre comporte quelques différences. Certes, la mécanique reste la même, ainsi que la condition de victoire, sauf qu’il faut avoir la Statue pour l’emporter, ce qui veut dire qu’un seul joueur pourra gagner à chaque tour. L’ordre du tour dans New-York se fait en fonction d’une valeur d’initiative. Dans le Santorini classique on commençait avec une carte Dieu qui nous donnait un pouvoir pour toute la partie. Dans cette nouvelle version, il y a une vraie composante gestion de main (ou hand-building). Enfin, le plateau n’est plus en damier, il représente l’île de Manhattan et sa disposition est un peu particulière (il est aussi perforé pour accueillir les bâtiments… mais c’est un changement d’ordre esthétique, les joueurs ne prêtent pas attention à cela ! ;p #ousi).

pic5562954

 

Santorini se joue de 2 à 4 joueurs, mais en réalité, c’est un pur jeu abstrait pour 2 joueurs. La version pour 3 joueurs est complètement bancale et celle pour 4 joueurs qui permettait de jouer en équipe était désagréable à cause de l’effet leader. Santorini New-York est lui jouable de 2 à 5 joueurs, mais il semblerait que ces configurations soient bien pensées pour ce nouveau gameplay.
Les illustrations naïves sont de Lina Cosette et David Forest (j’avoue que je préfère leur travail sur Brass et vous ?).
Santorini New-York sort cet automne aux US. Nous n’avons pour l’instant pas plus d’informations sur une sortie française mais nous vous tiendrons informés bien sûr !

 

   

1 Commentaire

  1. nemo il y a 3 jours
    Répondre

    bonjour,

    avez vous des info sur une date de sortie en France ? (et le prix ?)

Laisser un commentaire