Valletta de Stefan Dorra, l’explorateur ludique

En 1566, Jean Parisot de Valette, le grand maître de l’ordre de Malte, a jeté les bases de la nouvelle Capitale de l’île de Malte qu’il a lui-même baptisé “Valette”. Pour être précis, il l’a appelée Humilissima Civitas Vallettae, c’est-à-dire la “très humble ville de La Valette”.

Dans ce jeu éponyme, 2 à 4 joueurs vont contribuer à la construction de ladite capitale. Ils vont gagner des points de victoire (PV) en érigeant des bâtiments importants et en usant de l’influence de puissants personnages, et surtout, en impressionnant Jean de la Valette lui-même.

Valletta est en fait un deck-building mâtiné d’eurogames, comme vous allez le voir, la gestion de ressources est bien présente. À l’heure où j’écris ces lignes, les règles ne se trouvent qu’en allemand et anglais. Le jeu est sorti en Allemagne chez Hans im Gluck et est annoncé chez Z man Games en anglais. Comme le tout semble prometteur, nous allons prendre le temps de vous expliquer en détails comment ça fonctionne…

pic3381427_md

 

Aperçu

Avec une mécanique de deck-building, les joueurs vont, via leur cartes, récupérer des ressources et construire des bâtiments des deux côtés de la rue de Valette. Tout cela sous les yeux de Jean lui-même qui va surveiller nos édifications et distribuer les PV. Chaque construction nous accordera en effet des PV qui nous feront gravir la rue de la Vallette, ainsi qu’une carte que nous ajoutons directement à notre main, et quelques bonus en sus.

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (2)

Prenez garde ! Le temps est compté, si un joueur ou Jean de la Vallette atteint le bout de la rue (l’histoire ne nous dit pas si elle a un fort dénivelé ou non), la partie arrive à son terme.

Un tour de jeu

Chaque joueur commence avec les mêmes 8 cartes. Il les mélange et en pioche 3. Le premier joueur joue ses 3 cartes dans l’ordre de son choix, il les place face visible sur son plateau, sur les emplacements 1, 2 et 3 et effectue les actions indiquées. 

Puis, il les défausse et pioche 5 cartes, et c’est au joueur suivant. Les tours d’après, il jouera 3 cartes parmi les 5, et refera sa main à 5 cartes.

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (2)

Comme dans tout deck-building qui se respecte, si le joueur ne peut plus piocher, il mélange sa défausse et pioche les cartes manquantes.

 

Les actions 

Le “bûcheron”, le “marchand”, le “sculpteur de pierre” et le “briquetier” permettent de prendre une des ressources associées depuis la réserve générale. La “serveuse” permet de récupérer une des ressources de son choix plus une pièce d’or. “L’apprenti”, quant à lui, copie une action.

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (5)

L’architecte (builder) permet de construire une maison sur la rue de la Valette, pour cela, il paye les ressources demandées et prend la carte personnage présente sur la construction pour l’ajouter à sa main.

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (8)

L’architecte permet aussi d’améliorer une carte bâtiment déjà construite (on paye à nouveau les ressources demandées à l’exception de l’or). Dans ce cas, on la retourne sur sa face avancée et on bénéficiera de son bonus si l’on joue les cartes correspondantes.

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (3)

À noter : Construire un bâtiment qui est adjacent à une ou plusieurs de vos constructions vous permet de payer une pièce de moins par bâtiments adjacents.

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (9)

Et si Mister De la Valette est présent sur la ligne de cartes où l’on construit ou améliore un bâtiment, il est tout impressionné par votre brio et vous êtes illico gratifié de 2 précieux PV !

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (7)

En jouant la carte de la Valette, on avance son pion de 1 case sur la rue de la Vallette et on retourne le tonneau correspondant (voir ci-dessus) sur le plateau central. On gagne la ressource cachée dessous.

On peut aussi, si on le souhaite, engager un constructeur (on prend la carte idoine), ou licencier un de nos personnages (on le place dans la réserve).

En construisant des bâtiments on va donc engager les personnages qui sont présents dessus, ce qui va nous permettre d’échafauder notre stratégie pour la partie.

 

Zoom sur les cartes

Les cartes que nous allons pouvoir acquérir sont de 3 types :

Les vertes nous allouent des ressources en fonction de nos bâtiments édifiés. Si par exemple je joue le banquier et que j’ai construit des cartes avec le symbole correspondant, je vais prendre 4 pièces.

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (6)

Les cartes bleues ajoutent un peu de variété en permettant de construire des bâtiments avec moins de ressources que demandée, ou ajoutent un peu d’interaction. Par exemple, en jouant le mendiant, je réclame à chaque joueur une ressource (s’il en possède 4 ou plus), mais je pourrais aussi jouer le collecteur d’impôt et bien d’autres encore…

Enfin, les cartes jaunes sont des personnages historiques, ils ont contribué à la conception de la ville et vont me permettre tantôt de gagner des PV, tantôt d’avancer mon personnage sur la piste de la ville en fonction d’une caractéristique, précipitant par la même la fin de la partie (puisque je rappelle qu’une des conditions de fin se déclenche quand un des personnages arrive au bout de la rue).

Puisqu’on en parle, quand on a atteint une des conditions de fin, chaque joueur jouera une fois de plus tout son deck, de la même façon que les tours précédents, avec une exception notable cependant : si ne pouvez pas piocher vous ne refaites pas votre main. La partie se termine quand le dernier joueur a joué sa dernière carte. Et on procède alors au décompte des points.

Pour chaque carte où l’on a placé son marqueur de construction, on va tout simplement compter les PV présents sur la carte. En plus de ça, chaque lot de 3 ressources vaudra 1 PV.

Ludovox_jeux_desociete_Valletta (1)

 

Ce qu’on en pense ?

Nous sommes face à un deck-building mêlé à de l’eurogame où gestion ressources et construction de bâtiments sont au coeur du jeu. Petit à petit, on voit que notre deck va s’améliorer, on peut même le nettoyer un peu pour qu’il soit plus efficace, avec l’action de la Vallette qui peut licencier un des personnages de notre main.

Le jeu semble un peu pimenté, avec une légère interaction, grâce à certaines cartes aigres-douces où vous pourrez vous emparer de ressources adverses, mais aussi parce que la fin peut se déclencher rapidement en fonction des joueurs.

La phase finale permet de jouer toute son deck une dernière fois, ce qui donne la possibilité d’éprouver son jeu complet, un moment qui doit être un peu le climax de sa partie. Décidément le deck-building est une mécanique qui n’arrêtera pas de nous surprendre.

Les stratégies semblent variées avec une véritable promesse de renouvellement puisque l’on ne place pas toutes les cartes constructions à chaque partie.

Visuellement, Mr Klemenz Franz est aux pinceaux, un illustrateur que l’on croise dans moult jeux à l’allemande. Cela reste du design… à l’allemande justement osera-t-on dire, efficace et sans fioritures, à défaut d’être plus évocateur ou original.

 

La fiche de jeu 

Un jeu de Stefan Dorra
Illustré par Klemens Franz
Edité par Z-Man Games
Distribué par Asmodee
Langue et traductions : Allemand, Anglais
Date de sortie : 03-2017
De 2 à 4 joueurs
A partir de 10 ans
Durée d’une partie entre 40 et 80 minutes

   

5 Commentaires

  1. Photo du profil de Zuton
    Zuton 15/05/2017
    Répondre

    Merci pour cet éclairage sur un jeu dont je n’avais jamais entendu parlé !

    Le mélange des mécanismes de deckbuilding et gestion de ressource pourrait bien me plaire.

    Quand j’ai vu l’univers graphique, je me suis dit que cela ressemblait à Orléans et Lorenzo… normal vu que c’est le même illustrateur… qui a œuvré sur un paquet de jeux de gestion mine de rien… (liste disponible en cliquant sur le lien Klemens Franz en fin d’article).

    Aucune VF en vue ?

    • Photo du profil de atom
      atom 15/05/2017
      Répondre

      Micha sur twitter a évoqué une VF qui devrait arriver bientôt.

  2. Photo du profil de 6gale
    6gale 15/05/2017
    Répondre

    Comme Zuton, je ne connaissais pas ce jeu. Merci atom.

  3. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 16/05/2017
    Répondre

    C’était écrit deck building donc j’ai passé 🙂 Pas hyper engageant niveau graphismes.

  4. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 16/05/2017
    Répondre

    Comme TGTBATM, j’arrive à me débrouiller à TYrants OTU mais le deckbuilding c’est pas mon truc…Et les illustrations sont too much indigeste…Cela reste que c est Stefaaaan, donc on y jouera quand même s’il passe pas loin.

Laisser un commentaire