Transmettez la flamme du jeu de rôle ! Les Chroniques Oubliées [Jdr]

 Un peu d’histoire

Chroniques oubliées (CO), ou plutôt Chroniques Oubliées Fantasy pour être plus précis, a connu plusieurs incarnations.

En 2009, la boîte d’initiation éditée par Black book éditions avait un fort relent de la boîte rouge de Donjons & Dragons, que bon nombre de rôlistes avaient connu dans leur jeunesse. La boîte contenait tout le nécessaire pour jouer : un set de dés (d4, d6, d48, d10, d12, d20), un livret de règles et de scénarios, un écran, une carte du village de Clairval qui sert de cadre de départ aux 4 scénarios qui s’enchaînent pour former une petite campagne. Après chaque aventure, les personnages gagnent un niveau et de nouvelles capacités, ce qui les amènent du niveau 1 au niveau 5.  

Clairval

En 2011, la quatrième édition du magazine ancestral des rôlistes, Casus Belli, là aussi édité par Black Book éditions, distillait une nouvelle version des règles. On la doit à Laurent « Kegron » Bernasconi. Il ne s’agissait plus de règles d’initiation mais d’une version plus large, complète et générique, progressivement dévoilées au fil des numéros de la nouvelle formule du magazine.

casus-belli

Dès le premier numéro, on avait déjà 28 pages des règles de base pour un univers médiéval-fantastique (du Moyen-âge avec de la magie, des dieux, des races étranges,…) , alors que la boîte d’initiation avait comme seul texte un livret de 32 pages. Au bout de 3 numéros on avait la totale sur une centaine de pages, avec les règles de base, un bestiaire de monstres, des objets magiques, des règles optionnelles… et tout ça a continué pendant 4 numéros de plus (soit près de 2 ans de publication au total). L’histoire ne s’arrête pas lui car ensuite, c’est Chroniques Oubliées appliquées à un univers contemporain qui a été développé (mutants, vampires, garou, anges, pulp, super héros).

En 2014, c’est sous la forme d’un hors série du magazine Casus Belli, que Chroniques Oubliées a connu sa forme actuelle, ou plutôt ses formes, puisqu’il existe en format souple pour 24.90€ ou en format deluxe avec une couverture en dur pour 39.90€. Dans les deux cas on a un ouvrage petit format de 336 pages. On peut aussi se le procurer pour 10€ en pdf, mais c’est se priver d’un format agréable à lire et facile à transporter.

J’ai pour ma part un exemplaire souple, qui n’a pas affronté les dangers d’une table de joueurs (coca/pizza), mais que j’ai ressorti et bouquiné un paquet de fois. À force le film de protection commence à partir sur la tranche de la couverture, je peux en conclure qu’il tient bien la route. Si j’en avais un usage plus intensif, la couverture dure me semblerait un bon investissement.

Chroniques-Oubliées-Fantasy-

Comment ça marche ?

Avec CO on est sur un système dérivé de celui de Donjons & Dragons, ce qu’on appelle classiquement le système d20 (dé à 20 faces). Quelques éléments techniques caractéristiques de ce système sont :
– Des caractéristiques au nombre de 6 ;
– Un système de résolution des actions basé sur le jet d’un d20 ;
– Des classes de personnages ;
– Des niveaux.

CO02

1/ Les caractéristiques sont les classiques Force, Constitution, Dextérité, Intelligence, Sagesse, Charisme qui couvre les différentes sphères d’activité des personnages. Chacune va avoir à la fois un score et un modificateur qui en découle. Le score donne une valeur sur 20 à chaque caractéristique, qui est traditionnellement déterminée aléatoirement (en jetant 4d6 et en gardant les 3 meilleurs, soit un score entre 3 et 18). Ça a l’avantage de donner une idée claire aux joueurs de ce qu’ils valent en utilisant une échelle qui nous est bien connue (quoique, on en est où pour les notations scolaires de nos jours ?).

Ce qui nous intéresse vraiment pour le jeu, c’est le modificateur (en gros, de -1 à +3), puisqu’on va l’ajouter à notre d20 pour savoir si on a réussi une action.

Le jeu nous propose une méthode de création où le joueur répartit directement +6 points de modificateurs. Ça n’a pas le charme du tirage aléatoire qui peut parfois donner des personnages bien plus puissants dès le départ, mais c’est plus équitable pour tout le monde.

Carac2/ Pour résoudre une action, c’est très simple, on jette un d20 et on ajoute le modificateur de la caractéristique appropriée (j’enfonce une lourde porte, je fais un jet de Force). On compare ce résultat à un niveau de difficulté exprimé en pallier de 5 : pour battre un obstacle de difficulté moyenne, je dois faire 10 ou plus, un obstacle difficile 15…

Un 1 ou un 20 naturel, c’est-à-dire avant l’application du modificateur, sont des critiques, des échecs et réussites automatiques qui ajoutent un petit moins ou un petit plus à la situation.

C’est un système qui présente beaucoup d’aléatoire, ça n’est pas nouveau, vu qu’on a autant de chances de faire un 1 qu’un 20. Les personnages peuvent par contre prendre leur temps pour faire un action. Au lieu de secondes, on peut prendre des minutes et obtenir un 10 automatiquement sans jeter les dés, ou même prendre des heures pour obtenir un 20 automatique. On peut aussi aider un autre personnage pour lui donner un petit bonus sur son jet.

Pour le combat, le principe est le même sauf que le personnage utilise un score d’attaque (au contact, à distance ou magique) tiré de ses caractéristiques pour agir et que la difficulté est représentée par la capacité de la cible à se défendre (principalement grâce à son armure). En cas de succès, la cible est touchée et on jette une nouvelle fois des dés, cette fois ceux des dégâts de l’arme ou du sort utilisé (1d4 pour un gourdin, 2d6 pour une hache à deux mains, etc…). Ces dégâts sont retranchés des points de vie de la cible (ou du personnage quand c’est son tour de se faire molester). Une cible qui n’a plus de points de vie tombe inconsciente et aura besoin de soins rapidement.

Le combat est bien sûr un peu plus structuré que cela, avec un système d’initiative pour savoir qui agit quand, et des choix d’actions à faire. Un personnage peut soit se déplacer 2 fois pendant un tour de combat (environ 10 secondes), soit se déplacer et attaquer, soit exécuter une action limitée (généralement un sort ou une attaque puissante).

3/ Chroniques Oubliées propose 14 classes de personnages, ici appelées profils. C’est l’occupation principale du personnage et cela détermine ses capacités, le rôle qu’il remplira pour le groupe.

On a les classiques Guerrier, Voleur, Prêtre et Magicien qui sont là depuis la première version de D&D, les un peu plus exotiques Barbare, Barde, Druide, Moine et Rôdeur qui se sont rajoutés dans les versions avancées de D&D. Enfin, on trouve Arquebusier, Chevalier, Ensorceleur, Forgesort et Nécromancien, des classes qui sortent davantage des sentiers battus.

Pour les insatisfaits, une règle optionnelle explique comment créer d’autres classes en mélangeant les éléments de celles qui sont pleinement décrites : assassin, courtisane, paladin, ninja,… la liste serait longue.CO04

Un profil détermine quelles armes et armures un personnage sait utiliser, son équipement de départ, ainsi que le nombre de points de vie (pv) qu’il obtient par niveau. Les pvs indiquent à quel point un personnage peut-être malmené en combat (un barde en gagnera 1d6 par niveau, un barbare 1d12 car il est plus habitué à en prendre plein la tête).

DaCO03ns CO, il n’y a pas de compétences, de livres de sorts, ou de spécialisations : tout ça est remplacé par le système des Voies. Chaque profil propose 5 Voies différentes qui comportent 5 rangs. Un druide aura par exemple accès aux voies des végétaux, des animaux, du fauve, du protecteur et de la nature.

En début de jeu, il aura 2 pouvoirs de rang 1 pris dans 2 Voies différentes, et à chaque niveau gagné par son personnage il gagnera 2 points de capacités à dépenser dans ses Voies (les niveaux 1 et 2 des Voies coûtent chacun 1 point à acheter, les niveaux supérieurs coûtent chacun 2 points).

À gauche, vous pouvez voir le résumé d’une fiche de personnage débutant. Combat au rang 1 permet à Krush d’avoir +3 en Initiative et Résistance au rang 1 lui donne 3 points de vie supplémentaires : il agit plus vite et il encaisse mieux. S’il continue dans ces Voies quand il passera Guerrier niveau 2, le rang 2 de Combat lui permettra de désarmer un adversaire, et le rang 2 de Résistance le rendra plus difficile à toucher.

Bien sûr c’est un gros élément fun du jeu que de choisir des Voies qui se complètent, soit en augmentant la polyvalence du personnage soit en le spécialisant pour en faire un expert dans un domaine.

4/La progression du personnage se présente sous la forme de niveaux. Il en gagne un après avoir participé à un scénario (en moyenne 8 heures de jeu).

Trois choses changent à ce moment là :
– Ses capacités d’attaque augmentent d’un point ;
– Il gagne un nouveau dé de vie dépendant de sa classe, et donc de nouveaux points de vie (et ceux qui ont un bon score de Constitution en gagneront davantage) ;
– Il gagne deux points de capacités à dépenser dans ses Voies.

Les choses se développent encore plus quand un personnage atteint le niveau 8, car s’ouvre à lui des Voies de prestiges : la possibilité de diversifier son personnage.
En effet, développer une Voie complète coûtera 8 points de capacités, soit 4 niveaux. Un personnage peut aller jusqu’au niveau 20. Pour ceux qui ont suivi, 5 Voies x 4 niveaux pour développer chaque Voie, on arrive au niveau 20, donc tous les guerriers de niveau 20 sauraient faire la même chose à l’identique. Ça limite la rejouabilité (j’exagère juste un peu, il faut déjà y arriver au niveau 20).Vermine

Donc mon Druide pourra (pour se démarquer des autres druides) développer la Voie des éléments, celle des vermines ou du changeur de formes. Pour pouvoir acquérir certaines Voies, il faudra avoir certains prérequis. Pour la Voie du changeur de forme par exemple, il faudra déjà que je maîtrise la Voie des Animaux au rang 5 avant de pouvoir la prendre.

Il y a d’autres types de Voies de prestige, on peut par exemple aller piquer une Voie à une classe de la même catégorie (mon guerrier peut aller emprunter une capacité de barbare, mais il ne peut pas aller apprendre une Voie de la branche des magiciens) ou une Voie raciale (celle des gnomes si mon druide en est un).

À ce sujet, je n’ai pas évoqué les différentes races de créatures fantastiques plus tôt. En effet, à la création elles donnent en général un +2 à une caractéristique et un -2 à une autre, avec une petite capacité en plus (souvent voir dans le noir). Rien d’extraordinaire, mais les Voies de prestiges raciales permettent de typer un peu plus le personnage. 

Chroniques-Oubliées-Fantasy-jdr

À l’aventure

Vamp

Au bout de 112 pages, on passe à la partie destinée au Meneur de jeu (MJ), soit plus de 200 pages. Mais rassurez-vous, il n’a pas a tout connaître par coeur, pas plus que les joueurs n’ont besoin de connaître la première partie du livre. 🙂 

Ce que le meneur va trouver, c’est avant tout une énorme boite à outils. Ça commence par les premiers conseils sur la manière de gérer le jeu et les joueurs, un mini  scénario de démonstration de quelques pages et comment écrire un scénario. À la fin de l’ouvrage, on trouvera un second scénario beaucoup plus complet qui s’étend sur plus de 30 pages et qui se situe 32 ans après les scénarios de la boîte d’initiation de 2009 : )

Une autre grosse partie de l’ouvrage, sur 70 pages, c’est le bestiaire, les créatures que vous allez mettre sur le chemin des aventuriers. Il y a plus de 100 entrées dans ce bestiaire mais pour les insatisfaits, il y a surtout de quoi créer ses propres monstres en faisant quelques choix rapides (un mort vivant de grande taille et rapide ?). Tout ça va aussi être modifiable avec par exemple des rangs de Boss, pour booster les caractéristiques de base d’un profil. Comme du côté des joueurs, les monstres vont avoir des voies. Cette petite quinzaine de voies qui leurs sont réservées ne comptent que 3 niveaux chacune. On trouve par exemple la voie de la meute, du tueur, des créatures volantes, du colosse,…  Bref il y a largement de quoi customiser votre opposition.

BossCréa Monstres

Il y a bien sur un système pour équilibrer cette opposition par rapport aux personnages qui sont en face. Chaque monstre a un niveau de créature (NC). Si je lui ai rajouté des pouvoirs, ou si c’est un boss, ce niveau augmente. À ce niveau est associé un nombre de points, et pour calculer la difficulté d’une rencontre, il suffit de cumuler ces points : 10 zombies de NC 1 et une momie de NC 5, valent 200 points, soit une rencontre de niveau 7. Cela veut dire que ce sera une rencontre normale pour un groupe de 4 PJs de niveau 7. Ça pourrait aussi être le combat final pour un groupe de PJs de niveau 5, et une catastrophe assurée pour vos personnages débutants  de niveau 1.

 

Et le reste ?

Le reste, c’est la partie qui me plait le plus (= ce que j’ai relu le plus de fois), les règles optionnelles. Il ne s’agit pas tant de compliquer le jeu que de le tuner pour lui donner votre petite touche personnelle. Les personnages de base sont déjà assez héroïques dans ce qu’ils peuvent accomplir, mais vous pouvez encore les booster en utilisant des options « High fantasy », ou à l’inverse baisser un peu le niveau de fantastique et des prouesses en vous attardant sur des options « Low fantasy ».

Capture2On trouve par exemple de nouvelles races, moins courantes que les elfes et les nains : des drakonides, des elfes noirs, des hommes loups, rats, serpents ou chats. 

Pour que les humains ne soient pas en reste, ou si vous êtes dans un monde où il y a moins de races exotiques, on nous propose des capacités culturelles, histoire que mon humain qui vient de la côte diffère du votre qui a vécu dans les montagnes. Ils auront aussi des Voies professionnelles, principalement pour les PNJs mais aussi récupérable par les PJs (Voie du miséreux, du courtisan,…).

À l’opposé du spectre, on trouvera des capacités épiques, disponibles à partir du niveau 12 (+4 dans une caractéristique, lancer des sorts plus rapidement,…) et dans le même esprit de grandeur, des règles de combat de masse pour faire s’affronter des armées.

Le combat aura plein d’options possibles, comme des manoeuvres (aveugler, repousser la cible,..), des scores d’attaques différenciés pour mieux accentuer les différences de spécialisation des classes en combat, des systèmes pour rendre les blessures plus graves ou à l’inverse rendre la récupération des personnages plus rapide !

La magie proposera des versions avec des magiciens qui fatiguent à force de lancer des sorts, ou des sorts qui doivent être mémorisés avant de pouvoir s’en servir.

La progression des personnages peut aussi être modifiée, au lieu d’être automatique, elle peut être basée sur les combats, l’or récupéré et/ou les objectifs de mission atteints.

Capture

Conclusion

En résumé, c’est un ouvrage que je recommande, je le pense à la fois adapté à des débutants et à des joueurs confirmés de part son côté boîte à outils progressive : on est pas obligés de tout déballer d’un coup !

Le genre de livre à laisser traîner sur sa table de chevet et dans lequel on peut se replonger facilement. Bon ça, c’est peut-être aussi parce que certains chapitres sont un peu fourre-tout, du coup, ça ne fait pas de mal de les relire pour retrouver la petite règle optionnelle qui le fait bien 🙂

 

Chroniques oubliées

Un jeu de Damien Coltice, David Burckle, Laurent Bernasconi, Raphaël Bombayl
Illustré par Damien Coltice, Jean-Baptiste Reynaud,Miguel Coimbra
Edité par Black Book Editions
Langue et traductions : Français
Date de sortie : 2009

 

13 Commentaires

  1. Photo du profil de Sedenta
    Sedenta 26/07/2016
    Répondre

    Je cherchais justement un jdr pas trop cher pour reprendre cette activité de manière occasionnelle, j’ai le sentiment que cet ouvrage correspond à ce que je cherche.

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 26/07/2016
      Répondre

      c’est clair !

    • Juan Rojo 26/07/2016
      Répondre

      Il est exactement pensé pour ça justement.
      Et si l’heroic fantasy c’est pas trop ton kiff pas de problème !
      Dans Casus Belli tu trouveras des adaptations contemporaines, cyberpunk ou SF de Chroniques Oubliées pour varier les plaisirs sans changer de système.
      Parfait pour commencer ou se remettre le pied à l’étrier.

  2. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 26/07/2016
    Répondre

    Pour information : Aujourd’hui blackbook a annoncé qu’ils passaient chez Asmodée pour la distribution.

    • Juan Rojo 26/07/2016
      Répondre

      Chez Novalis une filiale d’Asmodée pour être plus précis. 😉

  3. Jocelyn Chaumette 02/08/2016
    Répondre

    Tiens! J’ai justement découvert et commandé ce jeu hier pour faire découvrir le jeu de rôle à mon fils 🙂

     

    Je vais quand même lire cet article aussi, ça me fera toujours un premier aperçu en attendant de pouvoir le lire. Merci 🙂

  4. Kalysto de la vacuité 25/11/2016
    Répondre

    Aujourd’hui le pdf est offert par BBE

    http://www.black-book-editions.fr/news-1447.html

  5. Photo du profil de Alendar
    Alendar 15/05/2018
    Répondre

    Ola !
    Je profite du retour de la boite d’initiation en boutique pour solliciter votre aide. J’hésite à investir directement dans le livre de base ou à passer par cette petite boite, histoire de récupérer écran, dés, stand-ups, et battle map… C’est pour se lancer en famille dans le JDR (je suis joueur depuis 20 ans, n’ai jamais été MJ, et ai deux enfants de 11 et 15 ans).

    Peut-on se lancer dans la récente campagne Invincible sans le livre de base (j’ai cru lire que l’initiation proposait des règles d’évolution jusqu’au niv 9 (même si les scénarios de base s’arrêtent au niv 5) alors que la campagne s’étalait jusqu’au niv 12)?

    Ca m’embête de prendre la boite d’initiation si le livre de base est incontournable (ce qui doit être le cas).

    • Kalysto de la vacuité 15/05/2018
      Répondre

      Salut, alors la boite d’initiation te permet de monter jusqu’au niveau 5 après 4 aventures, et ça tombe bien, vu que pour commencer Invincible, il faut être niveau 5. Vu ton public, tu ne vas surement pas trop bidouiller les règles, donc tu peux te passer du livre de base si tu le souhaites, parce que tu vas pouvoir gérer la progression des personnages avec le site dédié à l’essentiel du système de jeu : http://co-drs.org/

      Par contre tu devras surement baisser la puissance ou le nombre de l’opposition dans les scénarios vu que tu n’auras que 2 joueurs, il faudra penser à avoir un binôme assez polyvalent, ou un pool de persos : tu en crées 5 au lieu de 2, et à chaque scénario, ils peuvent changer de personnage en en prenant un disponible dans le pool. Quand les persos joués passent un niveau, ceux qui n’étaient pas joués en gagnent un aussi, et si un perso meurt, tu en remets un autre dans le pool avec 1 ou 2 niveaux de moins.

      Comme tu dis que tu n’as jamais été MJ, je te conseillerai de déjà prendre la température avec la boite d’initiation, avant de te jeter sur Invincible, et je peux même te conseiller une autre boîte d’initiation toute simple, D-Start, chez Matagot. Un système tout simple, des parties courtes, une dizaine de scénario en trois actes tirés d’univers parmi les grands classiques. Tu fais une ou deux parties avec tes petits, voir même tu leur demandes de faire venir des amis, et après tu peux tout à fait les laisser se débrouiller seuls avec les autres (pendant que toi tu prépares ton Chroniques oubliées un peu plus compliqué)

      http://ludovox.fr/d-start-decollage-immediat-jeu-de-role/

      • Photo du profil de Shanouillette
        Shanouillette 16/05/2018
        Répondre

        Merci Kalysto pour ta réponse !

        j’ai reçu la boite d’initiation j’ai commencé à regarder, comme je m’y attendais, c’est très proche de D&D donc je suis en terrain connu. Je pense faire une partie rapidement avec deux PJ aussi du coup je vais partir sur l’idée du pool.

        Je conseille également D start qui est top pour une première expérience.. mais là j’ai l’impression qu’avec la boite d’intro des Chroniques on peut aussi très bien commencer par ça aussi, la prise en main est vraiment facilitée.  Mon article bientôt ^^

        Au cas où mon article sur D start.

         

  6. Damien C. 16/05/2018
    Répondre

    Bonjour Alendar,
    Comme le dit Kalysto, tu peux effectivement te débrouiller sans problème avec le site Co-drs.org pour monter les personnages après le niveau 9. Donc c’est effectivement possible de jouer Invincible comme ça depuis la boîte d’initiation.
    Cela étant, après de nombreuses heures de jeu, je pense que tu trouveras intéressant de posséder le livre plus étoffer, pour avoir toutes les options à disposition. Ce qui est bien, c’est que tu n’en as pas besoin, donc ce sera plus en fonction de votre appétit (car en jeu de rôle, l’appétit vient en mangeant^^).
    Bonnes parties en famille !!

    Damien C. @ Black Book Editions

  7. Photo du profil de Alendar
    Alendar 16/05/2018
    Répondre

    Merci pour vos retours!
    Jouant actuellement à Pathfinder, je ne devrais pas avoir trop de mal au niveau des règles (l’aléa du D20 est frustrant, mais j’en ferai mon deuil!).

    Je pense que je vais partir sur la boite d’initiation (mon premier choix)!
    Merci pour ces conseils d’équilibrage.

    D-Start avait l’air très intéressant (j’avais d’ailleurs montré mon intérêt dans l’article de Shanouillette), mais j’avoue que l’absence d’évolution des personnages, et de campagne est un point bloquant pour moi.

Laisser un commentaire