TimeMaster_img3

Time Masters – C’est l’heure du de-de-deck-building !

 Time Masters, c’est quoi ? Pour peu qu’on vous en parle de façon rapide, on vous le présentera comme du deckbuilding, un peu semblable à Dominion, avec une orientation très particulière : le thème. Ce jeu de cartes parle de mages du temps, qui s’affrontent dans un concours. Ça nous vient de Belgique, des gars de chez Mushroom Games – à vrai dire, il s’agit de leur premier jeu !

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La boîte de Pandore

Même question matériel, Time Masters veut se démarquer de ses copains. La boîte, épaisse, trapue, n’a pas un format usuel. Remplie de séparateurs en mousse, vous pourrez séparer les différentes catégories de cartes. Bon, il reste le côté vide qu’on peut reprocher à 90 % des jeux de construction de deck : mousses retirées, la boîte semble bien vide. Quelques jetons viennent agrémenter notre pool de cartes, fournis avec sachet.

Parlons des cartes, d’ailleurs. D’un format un peu atypique, elles se tiennent à l’horizontale ! Très personnellement, je regrette un peu ce format même si je salue la tenue en main ; j’aurais aimé pouvoir protéger mes cartes plus aisément (ou alors, il m’aurait fallu du toilé). Notons que les illustrations assez barrées de Dimitri Piot donnent une belle patte graphique, aux dominantes bleu et brun, au jeu. À elles seules, ces illustrations créent un univers particulier et personnel, que l’on aura rarement vu ailleurs. Éthéré, dépouillé, mais aussi distordu. On sait d’avance qu’on va se plonger dans des eaux bien étranges…

 

Sur les côtés de la boîte, on peut voir les remerciements de l’équipe. Atypique ; d’habitude, on retrouve ce genre d’infos plutôt sur le livret, mais pourquoi pas ?

Le maquettage global manque d’un peu de rigueur : on a l’impression d’un montage pas tout à fait carré. Mais on gage que Mushroom Games saura s’améliorer par la suite !

 

Tic-Tac

Le but du jeu est de subtiliser des sorts avant qu’ils ne soient inventés, dans des sphères de conscience. Ah. Donc, voilà la justification de l’aspect graphique. Et on achète nos cartes en… jouant des cartes. Des sorts, pour être précis. Time Masters apprécie la simplicité mécanique, mais n’hésitera pas à pimenter la sauce plus tard. Pour chaque sort lancé pendant un tour, on a accès à 1 sphère de conscience (les cartes vont jusqu’à la sphère 5). Bien entendu, il est possible de panacher. Si je lance 6 sorts, je pourrai prendre un 4 et un 2, ou un 5 et un 1. Oh, et, en plus, ces cartes sont les points de victoire. Pas d’encombrement comme les victoires de Dominion ou les trophées de Thunderstone : la frustration emblématique des deckbuildings classiques se veut réduite au minimum dans Time Masters.

Le paquet de base contient 10 cartes, soit l’équivalent de 2 tours de jeu à plein régime.

Il n’y a que trois types de cartes dans tout le jeu :

  • Les concentrations. Elles permettent de faire regagner de l’énergie, appelée Kè. (On peut regagner ses Kès autrement, mais on y reviendra.)
  • Les sorts. Of course. Les sorts coûtent tous des Kès pour être lancés. Certains ont un bon rapport qualité-prix, d’autres non. Mais on se souviendra que les sorts sont l’outil principal pour gagner des points de victoire, donc on ne se plaindra pas trop des sorts un peu chers.
  • Les temporisateurs. Pouvant stocker un ou deux sorts, ils permettent de retarder des sorts à plus tard. Pratique quand on veut faire des gros tours à combo, et viser les cartes de hautes sphères de conscience. Certains temporisateurs ont des effets lorsqu’ils sont pleins, ou lorsqu’on les défausse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le paquet de base contient tous les types de cartes : un temporisateur à un emplacement, trois concentrations, et six sorts permettant roulement et souplesse (mais pas trop, n’abusons pas).

 

Autant dire que les idées de ce jeu sont bien fagotées. Pierre-Emmanuel Legrain a décidé de rénover un peu les concepts de deckbuilding, et on lui en sait gré.

 

Tour de force

Comment un tour se déroule-t-il ?

Voici un logigramme qui vous permettra d’y voir plus clair.

 timemastersturnorder

Les décisions se prennent assez vite, et épurent le jeu. Passer son tour pourra être une décision des plus statégiques, simplement parce que les Kès ne reviennent pas automatiquement ! Une ressource indépendante des cartes, en voilà une bonne idée.

L’équilibre des cartes se veut volontairement violent. Les cartes de pioche basique ramènent votre jeu à un mécanisme poussif et pachydermique, mais c’est normal. Dès les premiers achats, on sentira les synergies se mettre en place, et ce bien plus fortement que dans un Dominion ou un Thunderstone. Comme on achète à hauteur du nombre de sorts joués, on peut avoir intérêt à jouer beaucoup de petits sorts aux effets insignifiants comme à jouer des sorts surpuissants qui vous prendront un ou deux tours à préparer, simplement parce que leur effet en vaut la chandelle.

Les poncifs du deckbuilding, à savoir pioche, ressources et épurage de deck sont bien là, avec une touche de gestion de main. Mais tous servent le jeu de façon fort agréable, et le tour, très fluide, passe tout seul une fois qu’on a intégré les mécanismes de jeu. Croyez-moi, je l’ai même fait tester à des non-joueurs, et ça a très bien pris sur eux – mais ils étaient très réceptifs !

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Tu es déjà mort, mais tu ne le sais pas encore

Parlons équilibre. Comme Time Masters se joue de 2 à 4 et qu’aucune différence d’installation ou de règles ne se fait en fonction du nombre de joueurs, on peut légitimement se poser la question de l’équilibre du jeu. Certaines parties m’ont laissé un goût amer : on constate qu’un pool de cartes est taillé pour embêter les autres joueurs. Ces cartes, cependant, fonctionnent mieux à 3 joueurs : à deux, leur effet est moins puissant, et à quatre, elles dévastent la table.

Partie sur partie, l’expérience de jeu change beaucoup : on n’utilise que 10 des 20 cartes disponibles pour chaque sphère (et chacune est en 2 exemplaires). Les effets sont suffisamment divers pour créer des situations et des synergies inédites à chaque partie. Notez qu’il existe une mini-extension rajoutant quelques cartes, augmentant encore plus la rejouabilité du titre.

Si le corps de la partie est très différent à chaque fois, les deux premiers tours de chaque joueur, eux, se ressemblent comme deux gouttes d’eau. C’est peut-être un peu dommage, mais comme ces tours sont très mécaniques, on les omet vite, préférant se consacrer au reste du jeu.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La mini-extension contient quelques cartes pour bien pimenter le jeu. À réserver aux joueurs plus experts.

 

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un magicien n’arrive jamais en retard

Le jeu se termine lorsque deux piles de la zone d’achat sont vidées. Pas de fin de tour de table : la partie s’arrête sèchement. Personnellement, je ne regrette pas ce choix : chaque phase d’achat doit construire le deck et préparer la fin de partie. Si vous achetez des cartes plutôt lentes, il est tout à fait inutile de vous jeter sur les cartes des sphères de niveau 1 et 2 pour finir la partie. Au contraire, il sera préférable de viser des cartes puissantes d’autres sphères, de faire tourner son deck plus longtemps.

Parce que vous avez déjà oublié que les cartes achetées au cours de la partie sont les points de victoire. C’est simple et élégant : en retriant son deck pour ranger le jeu, chaque participant peut compter ses points !      

Les parties durent environ 35 minutes. 5 minutes de mise en place et de rangement, et trente minutes de jeu. La durée des parties est assez formidable pour cela : réglée comme du papier à musique, on n’y coupe pas. Pour peu qu’on soit des joueurs experts, on aura des longueurs sensiblement égales.

 

 

Forget me not

Alors, bilan ? Time Masters sera-t-il oublié dans l’océan de jeux de deckbuilding qui existent ? Est-il seulement oubliable ? Mushroom Games a-t-il réussi son coup d’essai ?

Mon avis est net : je pense que Time Masters a beaucoup de potentiel. Beaucoup de bonnes idées, bien en phase avec le thème, font de cette boîte une pépite, une mine à bonnes idées. Cependant, sa réalisation manque de finesse sur certains points. La lisibilité manque un tout petit peu, et l’ergonomie pourrait être meilleure (par exemple, les règles sont un peu confuses). Quant à l’équilibre, il mérite à lui seul une bonne réflexion. S’il est globalement bon, il ne résiste pas à certaines configurations pas assez favorables, ou trop favorables.

Time Masters se prête bien à des extensions plus trapues, à des modes de jeu alternatifs (une version coopérative contre un superdeck ?). On espère que ce jeu aura des suites ! Si les jeux des Belges au champignon ont une telle vision et une telle originalité en profitant de l’expérience acquise lors du développement de Time Masters, ils seront absolument géniaux. Et on veut les voir.

Difficile de dire que Time Masters est parfait. Mais ses petits défauts se font vite oublier, et on peut très facilement dire qu’on l’apprécie, ça oui !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Après quelques tours, la partie est chaotique à l’envi.

 

Lien vers la fiche du jeu

Lien vers notre preview

Lien vers l’interview de Nicholas Bodart à Essen

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

3 Commentaires

  1. Photo du profil de
    MushiGames 24/11/2014
    Répondre

    Bonjour à tous,

    Tout d’abords merci pour ce compte rendu qui est très clair et juste.

    Je vais toute fois corriger 1 point ou l’autre :

    . pour protéger ses cartes, le format 7W est bien. Car les cartes de Time Masters font « classiquement » 63 x 100

    . pour la question d’une version toilée c’est posé. Mais avec ce type de dessin et de jeu, cela ne « collait pas ».

    . les remerciements du côté de la boîtes sont les noms de certains pledgers. Les remerciements personnel sont en fin de livret de règles

  2. Photo du profil de
    MushiGames 24/11/2014
    Répondre

    (suite)

    . pour l’organigramme, super merci. Je préciserais avec ceci : la première question est :  Est-ce que je passe mon tour. Si oui je récupère mes Kès. Dans les deux cas, deuxième question est Ai-je un Temporisateur plein ? Si oui, décide-je de l’activer ? Si non, ….

    Encore un tout grand merci pour cette revue de Time Masters qui est l’une des plus juste qui fût écrite.

    Merci également pour les encouragements !

    Bien à vous

    Nicholas

  3. Photo du profil de Umberling
    Umberling 24/11/2014
    Répondre

    Merci pour ces précisions, Nicholas !

Laisser un commentaire