[Tales of Evil] Je Tales moi non plus

Comme tous les ans en hiver, la mode est aux contes et comédies romantiques.
Et s’il y un chose à laquelle nous sommes attachés à Ludovox, c’est bien à la mode, alors laissez-moi vous conter cette histoire que j’ai vécue il y a peu.

Celle-ci commence lors d’une soirée jeux :

— Eh Fouilloux, j’ai un jeu à te présenter ! Je suis sûr que vous êtes faits pour vous entendre. Il s’appelle Tales of Evil. Je vous laisse faire connaissance !

— Euh, oui OK, mais tu sais je ne suis pas un joueur facile, et puis là, je sors d’une relation compliquée avec Assassin’s Creed, je ne sais pas si je…  Bon euh bonjour Jeu, enchanté en tout cas. Tu peux m’en dire un peu plus sur toi ?

— Et bien, bonjour, je suis un jeu coopératif et narratif…

— Oh ? Ça commence bien.

 

— … où on joue un groupe d’adolescents, dans un univers d’horreur …

— Ouais, à la Cthulhu j’imagine. Super écoute, moi, Lovecraft j’en ai un peu soupé alors merci mais non merci.

— Non non attends, pas du tout. Je lorgne plutôt chez Stephen King pour mes inspirations.

— Ah oui ? Mes excuses, tu sais j’ai été déçu de si nombreuses fois, j’ai parfois tendance à sauter sur les conclusions. Moi j’aime bien Stephen King … tu me montres ?

— Regarde, par exemple, la maison dans laquelle on joue est située sur Neibolt Street. Quand on lance des dés, les échecs sur les dés sont des araignées mais on peut les annuler avec une tortue, tu vois la référence à … ?

— … Pennywise et Maturin dans Ça ! Hey, mais elles sont pointues tes allusions. Si on a pas lu le livre, on passe à côté.

 

 

— Oui mais ne t’inquiète pas ! D’autres sont plus faciles et je pioche en réalité dans une certaine pop-culture des années 80-90. En gros, moi, mon type de joueurs, c’est le geek entre 35 et 40 ans.

— Ce qui est mon cas, et je dois dire que tu me plais de plus en plus. Par contre, euh, il faut que je t’avoue : je suis marié, et ma femme était pas très geek dans sa jeunesse du coup…

— Oh, j’ai déjà été dans des relations avec des gens comme ça. Oui c’est possible que, si on fait un truc à plusieurs, certains passent à côté de quelques références. Mais je pense pas que ça les empêchera de prendre du plaisir, il y a quand même une chouette aventure à vivre. Surtout que j’ai mon système de fusion.

— Euh, comme dans Dragon Ball Z ?

— Ah non, non. C’est un système où ce que vous ferez dans la vraie vie en tant que personne, aura des conséquences dans le jeu. Par exemple, vos personnages sont dans le noir dans le jeu, alors si un joueur sort une allumette dans la vraie vie, vos personnages ne seront pas désavantagés par l’obscurité. Ou alors, vous devrez tirer à la courte paille en utilisant les allumettes de la boîte. Et pour prendre une décision, pensez bien à crier « pizza investigation ! » avant de voter tous ensemble. Garde aussi un smartphone à disposition, ça peut servir. Je veux pas me vanter mais, je suis hyper immersif.

 

— Ohhh je crois que j’ai bien envie de t’essayer. Allez, passe-moi ton livret de règles.

— Tiens, mais tu sais, il n’y a pas vraiment besoin. Moi je pense qu’un jeu ça doit avant tout être une expérience. Tu peux les regarder rapidement, mais en vrai tu vas apprendre en jouant, vas-y. Ouvre le livret d’histoire et commence à jouer. Pas le premier chapitre hein, l’entrée 1 du livret d’histoire. C’est une tutoriel.

— Ok, je regarde vite fait les règles et on s’y jette. Alors tu as un fonctionnement « livre dont vous êtes le héros », il faut donc que je fasse attention à ne pas me spoiler en lisant les mauvais paragraphes du livret d’histoire… OK, donc principalement on va lire celui-ci et agir en conséquence, il n’y a pas vraiment de tour de jeu. Mouais bon d’accord.

— C’est ça. 

— Tiens, la gestion des dégâts est rigolote : on perd des points de vie ou de mental, puis des points de santé. Ainsi les dégâts physiques et mentaux se cumulent au bout d’un moment. C’est malin ça, c’est frais. Par contre, en effet c’est court comme explications. Alors, la mise en place est faite, lisons le premier paragraphe du chapitre 1, l’entrée … 100. Alors on arrive dans la maison, on place des jetons pizzas, OK et là… euh, Jeu ? Jeu ? tu m’as dit que je comprendrais en jouant, mais là il y a une icône que j’ai jamais vue, je dois faire quoi ?

—  …

— Pas de réponse ? Tu es où ? OK, ça fait peut-être partie de l’expérience… Bon, y a vaguement le symbole que je recherche dans la description d’un type de carte… J’imagine que je dois en piocher une ? Bon allez faisons ça… Ah, un monstre. Alors, on jette les dés et… Euh, Jeu, comment je dois me servir des symboles lampe-torches ? Parce que c’est pas clair dans la règle.

— …

— Attends, tu vas vraiment répondre à aucune de mes questions? Bon, allez je vais chercher dans la FAQ. Celle de BGG hein, parce que celle de ton livret suffit pas du tout. Bon, ok, je comprends toujours pas comment fonctionnent mes objets. C’est quand même embêtant, il n’y a quasiment que ça comme règle.

— …

— Enfin, il y a aussi la magicienne, mais elle va pas utiliser ses sorts, on n’a pas compris comment ils marchaient. D’ailleurs pourquoi est-ce qu’il y a une magicienne dans ce groupe de gamins ? Allez c’est pas grave. Bon, les jetons pizzas, comment ça marche ?

— …

— T’es quand même pas très causant, Jeu. Allez, on pioche une carte pizza. Ah, un robot. Si on sait qui c’est on marque un point. Pfiou, ben je sèche. C’est pas Goldorak c’est sur, ni un Transformer, ni Bioman, mais alors qui ? Bon allez, on sait pas, tant pis pour le bonus. Bon, on regarde quand même qui c’était, au moins on aura amélioré notre culture geek. Jeu, on les trouve où, les réponses ?

— Si tu sais pas, tu sais pas. Tant pis pour toi. Je t’ai dit que c’était pour les geeks.

Qui.Est.Ce.Robot?

 

— Attends. Tu te moques de moi ? On a fait 1h30 de partie, on a rien compris aux règles, tu nous as rien expliqué comme tu l’avais promis et là tu nous donnes même pas les réponses ? Alors là, je fais jamais ça d’habitude, mais je vais même pas au bout de la partie. C’est le pire premier rencard de ma vie, adieu !

— Mais attends, attends, pense au moment chouette où tu as rencontré un Saint-Bernard et où tu as deviné qu’en fait c’est Cu… Bon il est parti. Mais il va me rappeler j’en suis sûr.

 

Quelques semaines plus tard… 

— Jeu ? Bon je sais que ça c’est mal terminé la dernière fois entre nous. Mais j’ai repensé à toi, à nous, et je me dis que peut-être ça peut coller. C’est vrai que ton ambiance me plaît bien quand même, les règles c’est un détail. Je vais faire un effort. Cette fois, j’ai bien relu le livret on oublie tout et on repart à zéro, d’accord ? J’essaie de finir le premier scénario.

— Si tu veux, mais comme je t’ai dit, tant que tu joues le tutoriel, tu comprendras les règles en jouant.

— Jeu, pourquoi y a comme une pause dans ce que tu dis là ?

— Une pause ? Ah, mais c’est mon côté mystérieux, ça. Surligne, tu vas voir.

— Attends, quoi, un tutoriel ? Y a un tutoriel ? Mais tu pouvais pas me le dire avant, ça ?!

— Ah mais si je te l’ai dit, regarde bien.

— Est-ce que tu es en train de me dire que quand tu m’as dit « ouvre le livret d’histoire et commence à jouer », il fallait que je commence par lire l’entrée numéro 1 de ce livret pour me lancer dans le tutoriel ? Tu sais que dans un système de « livre dont vous êtes le héros », on ne lit jamais une entrée du livre sans y avoir été explicitement été invité ?

— Je t’ai parlé de mon côté mystérieux ?

— Je suis sans voix… mais je veux que cette relation fonctionne. On va dire que c’est de ma faute, je t’ai pas compris, jouons le tutoriel. En effet tu expliques un peu mieux les règles. Ah ça fait plaisi… Jeu ? Dis… Pourquoi, dans ton tutoriel, il y a des règles qui contredisent celles du livret ?

— Hmm … on dit que les règles on les adapte, l’important c’est l’aventure ?

— Okayy, allez on fait ça, c’est vrai qu’elle est sympa cette aventure, on sait jamais sur quoi on va tomber et on est bien dans l’ambiance, même si c’est un peu décousu quand même. Attends le type là, c’est Jason ? Et ça, c’est la voiture de … ? Ah ouais, c’est en effet un vrai melting pot.

— Et oui, je suis un Jeu cultivé. 

— Ouais. Bon, allez on a terminé le premier scénario. Oh tiens un nouveau personnage que… Jeu ! Jeu ! Tu aurais pas pu me dire que pour la cohérence de l’histoire, il y a des personnages qu’il faut pas jouer dès le début ? Je t’aime bien, mais tu réussis à beaucoup m’agacer quand même. Bon allez… on se rappelle hein.

 

Quelques jours plus tard…

— Allez, c’est notre troisième rendez-vous, j’espère qu’on va commencer sur la même dynamique que la dernière fois.

— Oui ! Je t’ai amené un petit cadeau. Regarde, entre chaque scénario, tu peux revendre les objets trouvés pour prendre de nouveaux équipements, valables uniquement pour la mission suivante. Et ça va te plaire, j’ai même mis mon casque de Stormtrooper pour t’émoustiller. Tu aimes ? 

 

— C’est vrai que tu sais te rendre désirable… Allez, on commence. Tiens ce personnage me donne une énigme … alors : « Que font des fourmis dans un pot de sucre ? » Nom d’un chien, mais j’en sais rien moi. Ah, cette fois il y a la réponse et c’est : [Attention lecteur, un très léger spoiler se glisse ici. Surlignez seulement si vous le souhaitez pour avoir la réponse. Ça ne gâche presque rien et vous comprendrez mieux ma réaction] « Elles font la semaine blanche« … Mais ! Mais ! Mais ça veut rien dire, c’est quoi cette énigme ? Même sur internet je trouve pas à quoi ça fait allusion… c’est quoi ce bazar ?

—  Oups, oui ça, c’est une des affaires de mon ex qui traîne.

— Pardon ?

— Ça va hein, je suis passé entre d’autres mains avant toi. Notamment, mon ex, le traducteur. Dans la langue originale (l’italien), elle a du sens cette énigme. Enfin je crois.

— Ah ouais. C’est le même qui a laissé « congratulations » au lieu de « félicitations », j’imagine ?

— Bon. C’est pas grave tout ça, l’important c’est l’histoire. Là j’ai un indice pour explorer un lieu j’y vais. Mais ? Jeu, Jeu ? Pourquoi dans le lieu que tu m’as dit d’aller visiter, il ne se passe rien ?

— Bah quoi, les fausses pistes tu connais pas ?

Alors, les filles, je vous laisse me dire si cette tenue de démone est adaptée.

 

— Tu te moques encore de moi ! Si je peux pas me fier aux indices que tu me donnes, je fais quoi alors ? Je fais tout au hasard ? Et puis c’est quoi cet objet qu’on a trouvé, on sait même pas comment nous en servir ! Et pourquoi cette gamine a-t-elle des pouvoirs magiques ? Mais c’est pas possible, tu fais tout pour m’énerver ! On dirait qu’on est en couple depuis 40 ans. Allez ça suffit. Ciao ! Je pense qu’on va s’arrêter là.

— Alors ça, ça m’étonnerait.

— Et pourquoi ?

— Parce que j’ai une méta-intrigue. Tu adores les méta-intrigues. Tu veux savoir où tout cela mène. Et puis elle t’amuse bien mon histoire en fait. Tu vois je te connais par cœur, tu veux aller au bout. Je serais ton petit secret jusqu’à ce qu’on ai joué mes 6 scénarios. Parce que même si tu râles, tu as envie de m’aimer, n’est-ce pas ? Allez, on se revoit bientôt !

Epilogue (attention, ça va spoiler !)

— Prenez place, et parlez-moi de la fin de cette relation.

— Monsieur le psy, j’ai tout fait pour aller au bout de cette aventure. Mais au bout d’un moment j’ai plus supporté. Il y a eu le scénario que l’on ne réussit pas complètement parce qu’un personnage amical du jeu nous donne une indication qu’il ne faut pas suivre. Il y a eu les scénarios où il ne se passe rien. Il y a eu les contradictions entre l’histoire et les choix proposés, les adversaires qui deviennent soudainement et sans raison des alliés, le gloubi-boulga de personnages sans aucun sens, les énigmes où on ne pige rien, les moments où je faisais le bon choix mais « trop tôt », les scénarios de l’extension qui auraient plus de sens à être joué avant, le choix crucial de la fin qui n’a aucune conséquence… Et puis surtout, cette promesse de recherche d’une fin cachée qui ne s’est jamais concrétisée. Voilà c’est ça qui m’a fait craquer.

— Dur, en effet. Mais hum, je sens que vous ne me dites pas tout. Il faut exprimer vraiment ce qui vous est arrivé pour aller de l’avant. Allez, racontez-moi ce souvenir douloureux que vous gardez au fond de vous.

— Vous êtes sûr ? Des gens pourraient regretter de lire ça vous savez…

— Mais non allez-y. Il n’y a que vous et moi. 

— Bon. Alors c’était au début du dernier scénario, j’avais un choix à faire, deux objectifs à remplir, le A ou le B. Bon, moi je voulais faire le A et, et, et là… [Sanglots]

— Allez-y, parlez, ça va vous faire du bien.

— Pardon. Donc à ce moment là, le jeu m’a demandé si je voulais vraiment faire ce choix là, car, quand même, l’autre choix paraissait mieux. Alors je l’ai écouté, je l’ai suivi, et j’ai fait la partie. J’ai joué, pendant une heure et demi. Et c’est alors que…. pfouuu pardon, c’est dur à revivre tout ça… C’est alors donc que le jeu m’a dit « AHAH ! En fait il ne se passe rien, tu ne peux remplir aucun des deux objectifs. Au début, il fallait choisir l’autre option. Recommence. » Voilà c’est là que j’ai craqué…

— Ah oui, hum… Laissez couler les larmes, c’est normal. Tenez, un mouchoir. Bon allez, le meilleurs moyen de s’en sortir, c’est de se remettre en piste. Je connais un très bon jeu que je voudrais vous présenter, il s’appelle Le Projet, vous verrez, entre vous, ça va coller.

 

 

LUDOVOX est un site indépendant !

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don sur :

Et également en cliquant sur le lien de nos partenaires pour faire vos achats :

acheter tales of evil sur magicbazaracheter tales of evil sur philibertacheter tales of evil sur espritjeu

4 Commentaires

  1. morlockbob 26/01/2022
    Répondre

    Merci. Ça fera 80 e… bien joué.

  2. Totofuro 26/01/2022
    Répondre

    Il m’avait tellement hypé ce jeu… Dommage.

  3. Cédric Bruzzo 28/01/2022
    Répondre

    la mauvaise foi dans toute sa splendeur ! félicitations.

  4. atom 29/01/2022
    Répondre

    J’aime bien l’idée de discuter avec le jeu, ça donne un format original. C’est marrant parce que je ne suis pas client de ce genre de jeux, et pourtant ton article m’as plutôt donné envie d’y jouer. J’apprécie le parti pris, les risques que l’auteur prend et même si le jeu et les règles te violentent il me semble qu’il a ce petit supplément d’âme qui le rend intrigant quand même..

Laisser un commentaire