Sylve : faire feu de tout bois 

Pandasaurus Games est un éditeur qui ne laisse pas insensibles les joueurs, il a le mérite de proposer un peu d’originalité en ce qui concerne la thématique et l’univers visuel. Sylve (Brew en vo) arrive en français chez Catch Up Games suite à leur partenariat avec l’éditeur américain. On m’avait parlé de Brew, me le présentant comme “méchant”. J’aime bien les jeux fourbes, les jeux qui n’ont pas peur de trancher dans le vif, qui nous offrent une interaction piquante. J’avoue que le visuel de la boite ne laissait pas transparaître cette agressivité, mais plutôt un jeu familial, policé. Qu’en est-il ?

 

 

Esprits de la forêt

Nous sommes plongés dans un univers fantastique, une forêt magique où nous, mystiques, allons partir à la cueillette d’ingrédients, apprivoiser des créatures, pour rétablir le fragile équilibre de cette forêt. Quand on découvre le pitch du jeu, on se dit que l’on part dans un monde féérique fait de contemplation, de beauté, il pourrait presque servir d’amorce pour un film de Hayao Miyazaki.

 

 

 

Esprits du jeu 

Présenté comme cela on penserait avoir un jeu très sage, mais Sylve est un jeu de majorité avec de la pose d’ouvriers (avec des dés), de la combo, et quelques petites subtilités un brin chafouines, nous allons le voir. 

À notre tour, nous plaçons un de nos dés (lancés au début des quatre manches) :

  • soit au village sur le plateau central, pour y réaliser l’action choisie,
  • soit sur l’une des cartes Sylve de la manche afin de collecter une ressource, ou bien apprivoiser des créatures. Placer un de ses dés Cueillette sur une carte Sylve concoure à remporter la majorité et ainsi la carte en fin de manche. Les cartes Sylves rapportent des points de victoire, et comme on n’est pas venu que pour la balade, elle va nous donner un avantage en combinaison avec nos créatures apprivoisées, la saison exprimée par la carte étant d’une grande importance pour nos créatures.

 

Sylve – Le village coté jour

 

Esprits frappeurs

Les dés sont de deux types :

  • les dés Cueillette permettent de gagner des ressources quand on les place sur une case d’une Sylve, ou d’apprivoiser une des créatures de la forêt.
  • les dés Éléments, qui ajoutent un peu de chaos : si vous avez tiré une face Eau, vous allez pouvoir récolter plus de ressources, une face Vent remplace un de vos dés Cueillette, vous allouant ainsi une action supplémentaire et la possibilité de vous désengager d’une majorité perdue. La face Feu, plus vicieuse encore, sera placée sur un dé adverse, faisant ainsi perdre une voie pour la majorité. Une façon de dire « puisque je ne la gagnerai pas, et bien toi non plus ! ».

Vous pouvez vous faire une meilleure idée des règles avec cette ludochrono.

Pour gagner une carte Sylve, il faut avoir une majorité stricte et les dés éléments n’appartiennent à personne, mais comptent dans ce calcul de majorité.

 

Fun fact, l’auteur Stevo Torres a pensé à ce système pour le mode deux joueurs, en effet un jeu de majorité fonctionne assez difficilement en duel (bien qu’il existe quelques titres qui me font mentir : Hanamikoji par exemple). Finalement, il l’a gardé pour toutes les configurations, et il a bien raison, c’est l’essence du jeu. 

Potion Magique

Oui le jeu est assez vicieux, et ce n’est pas tout, car ces ressources gagnées peuvent être dépensées pour fabriquer des potions, et ces potions rebattent les cartes : une fois par tour, on peut en boire une, par exemple pour déplacer un dé Cueillette sur une autre case Sylve, ou placer un dé supplémentaire ce tour, permuter deux dés, et même brûler une case Sylve, un bon moyen de s’accaparer une majorité. Dans Sylve rien n’est définitif, on ne sait jamais ce que peuvent nous préparer les adversaires.

 

Sylve – Potions

 

Les créatures, au look très pokémon, quant à elles, permettent de bénéficier d’effets que l’on va tenter de combiner au mieux, pour gagner plus de ressources, plus de points de victoire, etc, un peu de construction de moteur.

 

 

Esprits malins ?

Avec son graphisme un peu cartoonesque, on croirait avoir affaire à un jeu familial, et en effet la mécanique est assez simple et vite intégrée. Mais le jeu est bien plus subtil qu’il n’y paraît au premier abord, on contrôle plus que l’on ne pense, tout dépend surtout des cartes Potions, ou des créatures que l’on aura apprivoisées.

L’aléatoire est présent, mais plutôt bien maîtrisé, en effet on commence la manche avec des faces définies par notre lancer, on peut donc prévoir partiellement ce que l’on va faire et en regardant nos dés et ceux des adversaires, ce qui va nous tomber sur le coin de la figure, mais pas tout à fait, car le jeu offre des choix significatifs. Dois-je me placer sur cette carte Sylve, aller sur le plateau village, renforcer cette majorité, ou aller en chercher une autre ?

 

les créatures ont des effets de scoring ou de manche, et sont associées à des saisons.

 

Les potions permettent de retourner la situation, je déplace ton dé qui me gène, je brûle les cases forêts restantes, et la majorité devrait m’appartenir ! L’ordre du tour est important, mais pas uniquement dans le sens que l’on pense, car fermer la marche c’est aussi avoir le dernier mot, toujours utile dans un jeu de ce genre. Ainsi les faces Vent nous permettant de récupérer un dé, nous permettrons de faire une action après les autres.

C’est là où ça devient plus interactif, plus agressif et en même temps plus calculatoire, car avec l’air de ne pas y toucher, on va essayer de renverser le fragile équilibre des forces, il se peut donc que ça couine fortement à la table, que ça pleure un peu et la vengeance n’est jamais bien loin. Mais quand on réussit ce que l’on a entrepris, c’est carrément jouissif.

 

Le village coté nuit, une manche sur deux, d’autres actions village sont disponibles.

 

Goutez-moi ce breuvage  

Le thème est un peu anecdotique, disons qu’il colle bien au jeu, mais plus pour justifier les actions que pour vivre quelque chose. D’ailleurs, il est marrant de constater qu’en anglais il s’appelle Brew (Brasser) qui fait le lien avec les potions, alors que le centre du jeu c’est plus la pose de dés et la majorité, en français cela fonctionne mieux (à mon sens) car ce sont les cartes Sylve qui rapportent le plus de points.

Sylve est une vraie petite surprise à ne pas glisser dans toutes les mains, tout le monde n’apprécie pas qu’on vienne chambouler ses plans. Il réussit à proposer un jeu de pose d’ouvriers, avec du contrôle de zone, et du chaos qui rend le jeu très vivant.

LUDOVOX est un site indépendant !

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don sur :

Et également en cliquant sur le lien de nos partenaires pour faire vos achats :

acheter sylve sur magicbazaracheter sylve sur philibertacheter sylve sur espritjeu

Laisser un commentaire