Stockpile, ton univers impitoyAaaableuh

Stockpile

gillemetSe dit de l’accumulation d’un certain type d’objets (denrées, matériaux, …) dans le but de réaliser un stock.

 

Stockpile Market

gillemetSe dit des stocks de biens associé à un marché (de la simple entreprise à la mise en bourse de ces denrées).

 

Bref, de lui-même, vous comprenez bien que le jeu va vous parler d’un tas de trucs dont vous n’avez que faire de la nature.

 

Dans Stockpile, nous allons donc acheter et vendre des biens dont la nature nous importe peu. Ce qui va compter, c’est que ces biens rapportent des brouzoufs, du cash, du flouze, du grizbi ! Appelez ça comme vous voulez, mais nous allons investir en bourse.

 

Bienvenue au pays des magnats sans foi, ni loi.

 

pic2302252_md

 

Un thème fort à propos par les temps qui courent, sauf que vous jouez ici le rôle de l’enfoiré. Vous préférez les bébés pandas ou les gentils nelfes ? Passez votre chemin. Si au contraire, vous aimez révéler en jeu votre penchant capitaliste inavoué, alors sortez la chemise/cravate messieurs, le chemisier/tailleur mesdames, et bataillons à armes égales dans la jungle de la bourse…

 

Un jeu de bourse peut-il avoir un thème crédible ? Je dis oui ! Triple oui, et je vais vous le démontrer.

 

Plus qu’un job, un mode de vie. C’est ce que le management d’aujourd’hui vous rabat les oreilles à longueur de temps dans les entreprises du tertiaire. C’est on ne peut plus vrai dans le petit monde de la bourse. Voyez plutôt à quoi vous ressemblez, bande d’enfoirés de capitalistes (- Mr Sylvestre, World Company) !

 

investors

 

Au-delà du look, ces hommes et ces femmes que vous jouez ont un petit quelque chose de réaliste, ne trouvez-vous pas ? Ce sont des détails, me direz-vous… ? Mais ce sont des détails qui comptent dans l’immersion.

 

pic2603320_mdEt si nous entrions dans le vif du sujet ? C’est pas tout ça, mais on a du fric à se faire sur le dos du contribuable. Car de l’argent nous allons en brasser, regardez-moi ces liasses de billets ! Mix entre le billet papier (Monopoly, ou mieux, Ponzi Scheme, Megawatts) et la carte (Goa, Alhambra et tous les ancêtres…) la carte/billet thune est pratique dans le sens ou le matos est durable, et rend pas mal en main.

Par ailleurs, les billets de 1 sont verts (le dollar américain ?),

les billets de 5 bleus (le billet de 5 euros ?),

les billets de 10 rouges et les billets de 50 sont violets…

Plutôt thématique. Il n’y a que les 20 qui jurent (Jaune).

 

 

Que fait-on de tout cet argent ? Voyons voir en détail…

Notre but est d’en accumuler le plus en achetant des portefeuilles d’actions, et en les revendant au meilleur prix. Ainsi 6 types d’actions sont disponibles, et représentent les différents secteurs de bourse habituels.

 

  • L’informatique
  • La banque
  • La chimie
  • L’automobile
  • Les matières premières
  • Les infrastructures énergétiques

 

Jugez plutôt du plateau, coloré et studieux à la fois, on s’y croirait.

 

pic2254406

 

pic2603318_md

À chaque tour, nous allons tout d’abord distribuer à chaque joueur une combinaison aléatoire associant à un cours de bourse, son évolution à la fin du tour. Les valeurs possibles sont -3 -2 +1 +2 +4 et $$ (payer les dividendes).

Nous sommes donc, comme on dit dans le jargon, des initiés, car on a des informations que nous ne devrions pas connaitre…

Vous remarquerez que la moyenne des évolutions des cours est positive ((7-5)/6 = +33%). La bourse est donc en moyenne, bénéficiaire. Ce qui vous donne toujours envie d’investir !

 

NB : Il y a toujours un cours de bourses dont tous les joueurs connaissent la future évolution. Il peut rester des paires cachées si le nombre de joueurs est inférieur à 5.

 

 

 

Nous entrons alors dans la phase la plus fun du jeu, celle des enchères.

Nous disposons donc d’autant d’emplacements que de joueurs qui vont recevoir chacun une carte action. Par ailleurs, chaque joueur reçoit 2 cartes d’actions qu’il va devoir placer sur les différentes piles à sa convenance (et dans l’ordre du tour) en respectant la seule règle : une face cachée, une face visible.

 

Tout ceci ne serait pas drôle s’il n’y avait pas quelques autres cartes que des actions dans le tas :

 

  • Nous avons des cartes taxes qui rendent l’envie d’investir moindre, ou qui engendrent de mauvaises surprises si cachées ! Effet garanti.
  • Nous avons aussi des cartes permettant de faire trembler la bourse et faire artificiellement monter ou descendre le cours d’une action à sa convenance ! Cartes très convoitées.

 

Lorsque nous avons tous les portfolios d’actions, il est temps d’enchérir. Là, à l’instar d’un Amun Re, l’enchère est à valeurs fixes et chaque joueur repartira avec un lot. C’est là que tout se passe. Il est possible de bluffer en attirant les joueurs à payer cher certains tas mais aussi prendre un portfolio pour une bouchée de pain qui sera finalement plutôt rentable vues les envolées que certaines enchères prennent parfois.

 

encheres

 

Chacun à sa part de connaissance dans les enchères et la tchatche va bon train pour déceler quels portfolios sont bons ou empoisonnés.

 

Quand enfin, un joueur ne veut pas enchérir sur les actions, il se rabat sur le cinquième tas à 0 et l’enchère se termine. Chacun paie le prix ainsi que les taxes.

 

Il est alors temps de résoudre les cartes faisant trembler la bourses ! Les dents grincent et les heureux possesseurs ne se font jamais des amis dans cette phase où il est essentiel d’avoir suivi qui possède quoi pour tirer son épingle du jeu !

 

Lorsque notre portfolio est bien grassouillet, mais notre portefeuille maigrelet, il est temps de vendre. Chaque joueur va avoir la possibilité dans l’ordre du tour de vendre une ou plusieurs de ses actions au prix du marché. Une phase qui déclenche souvent des vagues de vente lorsque quelqu’un vend en premier. Tout le monde pense qu’il sait ce qui va arriver au cours ! Mais ce n’est pas toujours le cas… Couinements garantis !

 

Après cela, on applique l’évolution des cours de bourse. Le cours qui paie ses dividendes ne bouge pas mais offre à chaque détenteur d’actions de ce type une grasse rémunération de 2k par action.

 

Le tour est terminé et on recommence ….

Au dernier tour, un dernier décompte des actions vendues permet d’offrir une prime de 10 Millions à celui des joueurs qui a le plus d’actions d’un certain type.

 

Mais faisons une digression ! La bourse, ça s’effondre ou ça crève le plafond ! Oui oui, tout ça arrive dans Stockpile :

 

dropÀ tout moment où un cours de bourse descend sur la case poubelle, c’est la bankroute ! Toutes les actions sont mises à la poubelle. La banque centrale ramène un peu de flouze, et le cours reprend sa valeur initiale, sans aucune action en jeu. Je vous avais dit que l’amoralité frôlait le réel ? Et bien maintenant vous le savez ^^

splitÀ tout moment où un cours atteint le bout de la piste, vers les valeurs indécentes, les actionnaires utilisent le mécanisme connu du milieu appelé le Split. Ainsi le nombre des actions existantes est doublé (tous les joueurs passent ces actions là sur l’emplacement x2 de leur portfolio) et le cours de l’action retombe à la moitié de sa valeur. Alors tous ceux qui en sont, sont plein aux as, et tous ceux qui investiront après ne gagneront pas grand chose. Ce qui compte c’est d’en être !

► Si vous cherchez les krashs boursiers, il faudra plutôt aller voir du côté de l’excellent Ponzi Scheme, ici on engraisse ad vitam eternam !

 

Vous savez tout sur les rouages de Stockpile. Le jeu tourne comme une horlogerie bien huilée.

 

4ce423864ee555ff84e8f013fe177ec2_original

 

Allez mettons-nous en tenue, et plongeons dans le grand monde.

Nous nous retrouvons à 5 affreux investisseurs en piste.

Et nous savons très bien que seul le plus riche l’emportera. Alors pas de quartier.

 

p2

 

En jouant sur le plateau avancé où les pistes des actions sont très différentes, je sais d’ors et déjà qu’il n’y aura pas de concessions, mais surtout que les actions automobiles et informatiques sont les plus susceptibles de disparaître en un instant.

 

Notre novice du jour va très vite en faire les frais. Heureusement au courant de la bankroute annoncée dans l’informatique, il va pouvoir vendre in extremis ses deux actions. Mais sans actions, pas de perspectives d’avenir.

 

De mon côté, je fais l’heureuse acquisition d’une action dans l’énergétique, action à laquelle je ne m’attendais pas et qui va bondir dès le premier tour ! Dans le même temps, je lance ma stratégie sur les actions matériaux, dont la valeur est faible, mais dont la piste permet des dividendes beaucoup plus réguliers ! Ce ne sera pas un bon premier investissement, mais l’avenir me donnera raison…

 

Mes deux adversaires les plus mordants investiront dans les banques, secteur dont je connais d’entrée de jeu qu’il paie des dividendes… Bien vu !

 

….

 

En milieu de partie, se dessine l’avenir, et le tournant du match. L’informatique, toujours en crise, chute une nouvelle fois tandis que la chimie progresse inexorablement vers le split, aidée par quelques stocks booms bien placés de mes adversaires… Ce n’est pas mon industrie de prédilection, et je n’arrive pas à rentrer dans son capital.

 

p3

 

L’électricité par contre est en dévaluation alors que son cours avait atteint le seuil des 10k l’action ! Damn… nous avons vendu à temps, chef !

Les matériaux sont aussi en bonne position et ont splité une fois me permettant d’engranger 3 actions à doubler. Les dividendes pleuvent pour moi, le plus gros investisseur dans ce cours. L’automobile a un court mitigé, et je suis déçu car j’y ai investi massivement.

 

Le tournant arrive alors que je tente d’orienter mes adversaires sur un portfolio dont je connais l’inutilité. J’ai placé un stock boom sur une autre pile que je veux acheter mais à mon grand désarroi, personne n’investira sur ma pile initiale et je vais me conserver ce portfolio sans aucun avenir ! Ce coup va me faire perdre la partie…

 

La pile la plus lucrative sera remportée par Rémi, qui sera ravi de découvrir le contenu de la pile qu’il a achetée pour une misère… Argh! J’ai fait des pieds et des mains pour m’en sortir mais rien n’y a fait…

 

Les dernières enchères vont tout de même m’apporter de quoi espérer vaincre avec un excellent comportement de l’automobile et un nouveau split des matériaux (les actions déjà split rapportent tout simplement 10k chacune).

 

Le décompte final ne m’offre qu’une majorité sur l’automobile, mais les matériaux me sont sifflés de peu… 4 des 5 joueurs terminent dans un mouchoir de poche, notre newbee n’est pas sûr remonter la pente de ses mauvais investissements initiaux.

 

J’enrage d’avoir raté mon enchère centrale…!

 

Un bon investissement

 

Stockpile, c’est toujours un excellent moment passé. À la fois rapide et d’une grande densité ludique, le jeu tourne parfaitement dans sa configuration maximale à 5 joueurs.

Il en est de même à 4 joueurs. Je n’ai pas testé les configurations plus petites dont je pense qu’elles seront moins dynamiques.

 

Simulation

À la différence du marché de Megawatts, ou de celui de Navegador, deux jeux où il est prépondérant, nous avons ici une troisième façon de l’envisager. 
La simulation de bourse que nous jouons est vivante et originale, en ce sens que nous n’achetons ni ne vendons à foison et que ce n’est pas notre achat/vente qui déclenche la fluctuation des cours.

Vous me direz que ce n’est pas réaliste ! Pas si sûr, car sur des valeurs où des millions d’actions sont émises, en vendre des dizaines n’a jamais vraiment fait influer son cours ! (C’est mathématiquement négligeable).

Sur ce point, vous connaissez les différents comportements qui peuvent arriver, ce qui vous permet de parier, ou d’être assuré sur des valeurs en fonction de ce que vous savez. (Par exemple, si une valeur négative est connue de tous, et que vous avez la deuxième, vous êtes sûr d’investir dans une action qui ne chutera pas ce tour-ci).

 

À vos calculettes !

Les enchères, vrai coeur du jeu, sont fort intéressantes car elles introduisent une part de bluff importante.

Il n’est pas ici question que le plus riche rafle tout, mais plutôt d’obtenir un portfolio à la valeur la plus intéressante pour soi.

L’argent est l’unique ressource du jeu et cela autorise un calcul très simple pour voir le gain immédiat d’un portfolio ou l’autre. Tout le sel vient des cartes cachées que les autres joueurs ont placé. Si la carte est une action, c’est bien, mais si c’est un malus, non seulement c’est de l’argent à dépenser mais nous n’avons pas cette action, qui même si mal en point aurait pu remonter plus tard qui sait ! La façon dont misent les joueurs en fonction de la carte cachée autorise une petite analyse fort amusante pour en saisir la teneur.

Cette phase d’enchère est donc primordiale, et toujours disputée.

 

Le chaos vs L’equilibre

 

Les personnages sont proposés en option. Ils apportent un twist significatif aux parties grâce à des pouvoirs, pour certains assez puissants.

Sont-ils équilibrés ? Difficile à dire de prime abord. Ils amènent aussi cette touche de thème par leurs bouilles et leurs sobriquets qui ne sont pas sans rappeler quelques gloires de la bourse mondiale…

Sans être essentiels, ils permettent de twister les parties en fonction de vos envies.

 

La position dans l’ordre du tour est importante notamment à la phase de vente. Le dernier est souvent grandement avantagé car si ses prédécesseurs sentent le vent tourner sur une valeur, ils risquent fortement de se séparer de tout ou partie des actions correspondantes. On pourra arguer de l’équilibre ici, à juste titre. Il vaut mieux être dernier en fin de partie. Par ailleurs, les parties à 4 joueurs ne sont pas équitables en ce sens que 6 tours sont joués.

 

Au-delà de l’équilibre, le jeu est tout de même un peu chaotique, mais ce « peu » est agréable et ne nuit pas au plaisir. Il ajoute cette touche de folie qui vous fait parfois dépenser des masses sur un coup de tête, à tort ou à raison.

 

Avis personnel

Vous comprendrez certainement que j’aime beaucoup Stockpile. Il m’a réconcilié avec les enchères et convient parfaitement à mon plaisir ludique à la fois stratégique et chafouin.

Le thème me fait personnellement marrer, et j’ai plaisir à me mettre dans la peau du méchant capitaliste sans foi ni loi ! J’apprécie beaucoup le soucis du détail, et la simulation de qualité que nous propose le jeu. À travers toute fiction, transparaît la réalité… Voila un principe que j’aime.

Et puis, ce jeu me plaît car mes différents groupes de joueurs l’apprécient aussi, cela compte dans l’expérience générale.

Au-delà de ça, son calibre (60 min) est parfait pour les séances de jeu que je m’accorde actuellement.

 

De l’extension…

L’extension est en cours de financement sur KS. Elle apporte 4 modules qui semblent s’imbriquer parfaitement dans le jeu de base pour de la variété dans les comportements et dans les stratégies.

 

  • D’une part, un set de 6 Dés va définir le set de variations possibles qui sera distribué en combinaison avec les différentes firmes.

 

Voilà une idée fort intéressante qui permettra de varier la façon de jouer et les risques encourus à chaque tour.

D’autant que les 6 Dés ne sont pas identiques. Et ça, ça me plait vraiment. J’imagine qu’ils ont été choisis pour donner une diversité qui n’ira pas jusqu’à l’extrême de ne voir que du positif ou que du négatif sur la bourse. Il y a vraiment de l’idée derrière tout ça.

 

  • Ensuite, Les personnages supplémentaires sont les bienvenus mais ne sont pas le coeur du jeu pour moi.

 

  • Continuons avec les bons au porteur. Ils sont une excellente idée aussi. Il permettent d’investir dans la pierre et ne rapportent que peu mais de façon constante sur le long terme. Ainsi, on peut prendre des risques en en prenant plus que de mesure, en étant un peu limite sur notre pouvoir d’enchère… Cependant, j’espère qu’ils n’engendreront pas un effet winwin pour les joueurs ayant déjà une grosse trésorerie en main…

 

  • Enfin, les commodités, sortes de matières premières. Elles apportent une nouvelle façon de scorer, classique, par la collection de différents types. Les cartes sont placées face visible, sans bluff, mais sont une nouvelle fois placées par les joueurs… À voir ce que cela apporte sinon un peu plus de temps de jeu.

 

En résumé, rien que pour le module variant les fluctuations boursières, l’extension vaut la peine. Je pense que les bons seront eux aussi une réussite, et les deux autres modules méritent d’être testés avant de se faire une idée.

 

Stockpile

 

Un jeu de Brett Sobol, Seth Van Orden
Illustré par Ian O’Toole, Jacqui Davis
Edité par Nauvoo Games
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 06-2015
De 2 à 5 joueurs
A partir de 13 ans
Durée moyenne d’une partie : 45 minutes

   

5 Commentaires

  1. Wraith75 11/04/2016
    Répondre

    Merci pour ce JP !

    Ça ne fait que me conforter dans mon pledge de l’extension + boîte de base. Je crois effectivement qu’on va bien s’amuser avec celui-ci.

  2. atom 11/04/2016
    Répondre

    Je suis bien tenté, mais j’ai peur de ne pas trouver les joueurs pour.

    • TheGoodTheBadAndTheMeeple 11/04/2016
      Répondre

      Tu me dirais je trouverai pas de joueurs pour gros jeu pourquoi pas. Mais celui ci est plutot calibré 1h de partie, avec des règles limpides et courtes.

      Certes le thème est particulier, mais franchement. Pourquoi pas de joueurs ? J’ai d’ailleurs cru comprendre que le jeu tournait pas mal à deux joueurs, chacun ayant 2 pouvoirs…

      Par ailleurs, on est clairement pas dans le calibre de jeu méchant, mais juste chafouin. L’intéraction est forte mais plutot indirecte.

  3. Zuton 11/04/2016
    Répondre

    Merci pour l’éclairage mais le thème du jeu ne m’attire pas du tout ! A voir pour un essai, histoire de gommer mon à-priori négatif… Et un conseil les z’amis, ne jouez pas contre Jerôme Kerviel (a t il pledgé lui aussi ?) !

Laisser un commentaire