Small is beautiful # 30 : Pitch out, Holmes Sherlock vs Moriarty, Picto rush, Drakatak, Bresk, La marche du crabe et plus encore !

 

C‘est encore l’été, peut-être les vacances ? Le moment de se tourner vers des petits jeux, ceux qui vont « se glisser dans une sacoche car on fait un trip vélo », ou parce que « dans notre combi on n’a déjà plus trop de place avec les casseroles et les raquettes », parce qu’« on part à 6 en camping et on veut quelque chose de pas trop compliqué pour le soir ».
Et des petits jeux, il y en a. La marche du meeple continue, bravant la canicule, les kilomètres et la foule ! Comme le montrent ces quelques exemples ensoleillés… ou couverts.
Et un numéro 30, c’est un peu comme un petit anniversaire. 🙂 [Joyeux meeplversaire ! – Ndlr]

 

 

LA MARCHE DU CRABE (Jeux opla)

Court métrage La Révolution des Crabes (2004) , puis trilogie BD, ce récit parle du Cancer Simplicimus Vulgaris ou crabe carré. Peuplant les rivages de l’Estuaire de la Gironde, cette espèce ne peut changer de direction et est condamnée à marcher selon une même ligne droite ! Jusqu’au moment où tout bascule…

 

cra

 

Comme l’éditeur l’avait déjà fait avec Lincoln ou Apoclypse au zoo de Carson city, La marche du crabe est une mise en jeu de l’œuvre d’Arthur de Pins (de pince ?). Le dessin à la fois drôle et frais va donc s’étaler sur votre table lorsque vous aurez reconstitué le décor de cette plage jonchée de déchets. Et de bien d’autres bonus qui apparaîtront lors de votre progression tout au long de l’histoire. Car, un peu comme dans Magic Rabbit ou Zombie Kids, il y aura des ajouts lorsque vous passerez les niveaux dans ce coopératif. Je n’en dis pas plus, mais ils répondent au doux noms de exécrabe, la flipette, la double grande terreur qui fait très peur, la sobriété heureuse… Demandez le menu.

Que faut-il faire pour réussir dans la vie (de crabe) ? Se déplacer intelligemment. Un des joueurs ne pourra bouger qu’horizontalement, l’autre que verticalement. On pourra aussi rester sur place. Parce qu’on est pas sûr de soi, ou pour donner un indice.
Dans le premier niveau, il faut retrouver ses copains cachés sous des détritus. Mais quatre d’entre eux sont à éviter. Ne pas se déplacer sur un de ces objets (chaque joueur en connaît deux) alors qu’on est devant peut être une indication. Tout comme entourer une case de prédateurs (ils apparaissent à chaque tour) pour éviter que l’on y aille. Il faudra conserver un rythme pour parvenir à vos fins avant que la plage soit remplie d’ennemis qui ne pensent qu’à vous grignoter. Une mauvaise rencontre et c’est un point de vie en moins (sur cinq).

 

cra 2

Attention,  quelques prédateurs sont déjà en attente

 

Encore ou assez des crustacés ?

Mini boite aux dessins accrocheurs, cette marche du crabe est un petit bonheur pour les yeux une fois la mise en place effectuée. Le jeu à deux est à la hauteur de l’univers dont il s’inspire. Et les challenges proposés ne sont pas évidents au premier coup. Le jeu tombe pile dans ce qui se développe en ce moment, ces jeux qui font une grande place à l’observation, et surtout au ressenti ; un jeu reposant, avec de la teneur et une communication non verbale où il faudra se comprendre pour réussir. Après une partie vous ne verrez plus le tourteau ou l’araignée (un être bien singulier pourtant) du même œil.

 

 

PITCH OUT (Jocus)

 

PITCH-OUT-ludovox

 

Si l’emballage de Pitch Out affiche les personnages du jeu, sa boîte est un cube résolument blanc un peu austère. Le trésor est à l’intérieur. Ce contenant est à la fois le rangement des pions et un élément important du jeu. Comme il se sépare, il peut délimiter le cadre du terrain d’affrontement ou devenir obstacle aux tirs des joueurs. Prenez votre équipe : cinq pions arrondis à l’effigie des héros de votre clan. Votre but : détruire le capitaine adverse ou le priver de son équipe en les faisant sortir du terrain. Comment : à coup de pichenettes !!

Pour pimenter la partie, les pions ont chacun leur personnalité et leur compétence. Le garde se sacrifie à la place d’un autre pion, l’assassin élimine au toucher, l’immortel peut sortir et revenir…
Une fois que vous avez testé vos collaborateurs, vous pouvez recruter des pions d’élite avec de nouveaux effets : Le major résiste aux pouvoirs, l’infesté tue en retour s’il est touché… Il y a aussi la sorcière, le golem, l’ombre… Sept au total.

 

20200710_135517

Une bonne ergonomie

 

Tu pitch ou tu poinchtes ?

Hyper rapide et dynamique, ce micro jeu de pichenette fait mouche. Les pions glissent parfaitement et l’amusement est au rendez-vous. Comme en son temps, Micro Mutants avait su, avec le même principe d’ajout de pouvoirs, redonner une seconde vie au jeu de puces, ce Pitch out remet sur le devant de la scène la pichenette. Vous me direz qu’on ne l’a pas attendu entre Catacombs ou Flick em up, mais ceux-ci sont dans des formats plus imposants. Ce cube a le mérite d’être facilement transportable. Pour jouer, il faut une table suffisamment lisse. Si vous aimez les sports de glisse, vous voilà à la bonne adresse.

 

PICTO RUSH (Goliath)

Après Dekalko, What’s Missing, encore un jeu de dessin. Celui-là a le mérite de tenir dans la poche et de se pratiquer en mode « turbo ». Si le matériel est un tantinet cheapos, la boîte contient moult crayons et surtout cette grosse sonnette à la Halli Galli, qui, avouons-le, ne sert à rien.

 

picto 2

 

Le jeu est donc un crayonnage « Fast & Furious ». Le maître du jeu va placer une liste de mots sur sa réglette, tandis que les joueurs vont se munir de papier et crayon. Dans un premier temps, il faudra dessiner chaque mot dans la case correspondante. Attention, vous avez 2 secondes par mot. Il faut croquer le détail le plus évocateur. Un chewing gum (aïe ! C’est tout plat… Une bulle peut-être ?). Quelle différence entre une poutrelle et une planche ? Pas le temps de réfléchir ni de peaufiner !

Deuxième étape : interrogation écrite. « Euuuh, Kevin, peux-tu me dire quel est le mot de la case 13 ? ». À chaud, on arrive à mémoriser. Si vous laissez passer quelques minutes, c’est déjà moins évident. Et puis, ce trait, c’est quoi : une planche ou une poutrelle. Un spaghetti ?

 

JEU-DE-DESSIN-GOLIATH

je vous assure le 14 est bien un chewing gum !

 

Vite fait, bien fait ?

On aime ce genre de surprises inattendues qui vous tombent dessus quand vous poussez la porte de votre magasin. Jamais entendu parler et hop, deux parties à la suite. Ce petit jeu sans chichi est efficace. La vitesse vous met la pression et on rigole à comparer ses œuvres une fois la manche terminée. Ici pas la peine de savoir dessiner, de toute façon, vous n’avez pas le temps. Vous pouvez aussi jouer avec votre mémoire, cela compense aisément. Goliath il est trop fort ! 😉 

 

HOLMES – Sherlock contre Moriarty (Iello)

Aperçu dans la liste des futures sorties 2020, cet affrontement pour deux joueurs avait vite attiré mon attention : le thème, le « deux joueurs » et l’ombre encore présente d’un autre numéro de la gamme, le bien nommé Watergate.

 

SH

 

Le contenu de la boîte est prometteur : cartes, plateau, meeples et loupe en carton. On y retrouve les personnages de l’univers Conan Doylien, même si les illustrations rappelant un Pierô en petite forme ne sont pas très immersives. L’affaire commence mal : la règle est une catastrophe. Il faut atteindre la dernière page, remettre les explications dans l’ordre pour avoir un semblant de compréhension. Du coup, le thème vole en éclats, les indices sont des cartes à collectionner, les marqueurs d’influence deviennent de la monnaie et les personnages des pouvoirs à activer. Une version Agricola champ de pommes de terre aurait été plus en adéquation.

Durant 7 tours vous allez donc poser sur le plateau une carte personnage qui permettra, en y plaçant son meeple (vous en avez trois) d’activer le pouvoir (on peut être à deux sur une même carte, elle est alors immobilisée pour la manche suivante). Que ce soit Lestrade, Wiggins ou Mrs Hudson, tous vous permettront d’acheter des cartes au marché. Le but : être majoritaire dans les valeurs/couleurs pour gagner des points. Il y a 9 cartes 9, 8 cartes 8, etc. Si votre adversaire, minoritaire, possède des éléments de cette valeur il faudra les soustraire (ex : j ai quatre 8, l’autre joueur 2, je gagne mais je soustrais la différence).

 

sh 2

 

Pour qui Mrs Hudson le glas ?

Techniquement cela fonctionne, mais voilà un jeu de collection répétitif, long et ennuyeux. L’idée d’ajouter une action supplémentaire à chaque tour afin de proposer plus ne change pas la donne. On ne se bat pas plus pour la nouvelle place. On reste basique : on pose son meeple, on récolte. Vous me direz peut-être que beaucoup de titres collent à cette description. La différence est ce que génèrent ces actions, la tension, le challenge qui en résulte. Ici, Le décorum tombe à plat et le cœur du défi est pauvre. Le jeu titille la veine « détective » pour n’offrir qu’un jeu de collection et de majorité déjà trop vu. On n’ira pas à Londres cette année, chérie.

 

DRAKATAK (Bragelonne)

« Le Dragon plane sur la contrée, il est temps de venir le poutrer » (chanson guerrière). En réalité, le dragon ne va pas tant vous embêter que cela, ce sont surtout vos adversaires qui vont se placer là où vous vouliez aller qui seront les plus pénibles, ainsi que le manque de « bonnes » cartes.

 

DRAKATAK

 

Un champ de bataille, ou plutôt cinq lieux pour batailler. Chaque lieu ayant sa particularité. Comme le but est de se débarrasser de ses cartes, il va falloir être chanceux, à la fois dans le tirage de sa pioche et du moment où vous aurez la carte en main. Pour poser vos valeurs sur un lieu, il faut en respecter les conditions. Lieu 1 : valeurs croissantes. Lieu 2 : valeurs décroissantes. Toutes les couleurs sont acceptées. Lieu 3 et 4 idem mais couleurs identiques. Lieu 5, la Tour : n’importe quelle valeur mais une seule couleur. Chaque lieu est limité à une colonne de six cartes, si vous la terminez, vous rejouez. Si vous ne pouvez rien poser , vous récupérez les cartes. Aïe !

Pour pimenter le tout, les dragons viennent bloquer certains lieux. Vous héritez aussi de jetons spéciaux (annuler un effet dragon, insérez des valeurs dans une colonne) utilisables à tout moment.

 

dra (2)

 

Une tour qui vaut le détour ?

Essayé par hasard, ce jeu, qui à la lecture des règles ne semblait pas plus excitant que ça, finit par convaincre. Le matériel est agréable, les dragons en carton à monter étendent leurs ailes sur le mini plateau et aident à coller au thème qu’on oublie néanmoins assez vite. Le gameplay est une sorte de réussite, de The game (toute proportion gardée) à ciel ouvert, tributaire du hasard bien sûr, où l’on essaie de conserver des cartes pour en poser plusieurs d’un coup et ainsi clore une colonne afin de rejouer.
Les jetons sont quasi anecdotiques, tout comme les dragons mais aident à gentiment dynamiser le jeu. Au final, cette bataille dans la contrée de Krak (boum hue !) nous a fait passer un bon moment. Un bon familial, fluide et agréable. C’est déjà pas mal. 

 

BRESK (Jumbo)

Il y a des semaines comme ça où, sans le vouloir, vous jouez par thème. Après avoir (re)tâté du Wordz et du Octo verso, voici No Problemot qui pointe son nez. Et Bresk. Les jeux littéraires feraient-ils leur retour ?

 

br 3

Bresk, un jeu du tonnerre

 

Présenté dans une boîte à la Très Futé qui donne surtout envie d’acheter autre chose, Bresk donne de suite le ton avec son bloc de feuilles, ses crayons et, cette fois, deux dés, 30 et 6 faces.

Les feuillets représentent une grille vide. Ce sera à nous de la remplir. Un peu déroutant au départ puisque chaque joueur doit proposer à son tour les lettres de son choix, celles qui l’arrangent bien sûr, et si en prime elle peuvent agacer les adversaires, ce sera banco. Le dé 6 sert à savoir combien de lettres on pourra placer ce tour. Si la face affiche le mot Bresk, il faut lancer le dé 30 et voir quelle lettre imposée il faudra inclure dans sa grille. N’oublions pas qu’on peut aussi rayer des espaces pour séparer les groupes de mots.

 

br

pas mal pour une première

 

To Bresk or not to Bresk?

Vous l’avez compris, vous allez fabriquer votre propre grille de mots croisés. Et en ce sens, les cruciverbistes habitués auront un avantage certain, tout comme les pro du Scrabble. Car, il n’est pas si simple de penser en croisement. Bresk rentre donc dans la catégorie des roll & write, car il faut bien le caser quelque part mais sans réelle affiliation au genre. On roll, mais ce n’est pas le principe de base. Tout le monde peut s’atteler à l’exercice, faire au mieux et surtout comprendre les subtilités de cet assemblage. On est tenté de caser des mots longs pour marquer des points, on s’aperçoit vite qu’il faudra bien faire quelque chose de toutes ces lettres !! Bresk avec une idée simple se hisse sur les hauteurs du jeu de mots et en même temps du roll & write. Un beau doublé pour ce titre étrange.

 

ON AURAIT AUSSI PU VOUS PARLER DE :

 

candy_lab-2d-bd

 

CANDY LAB (Funny Fox)

Des sucres d’orge colorés et alignés, des contrats à remplir (réunir 2 barres bleues, une jaune + une verte) et des pouvoirs, voilà ce que met en place cette version moderne de Charlie et sa chocolaterie. Posez un contrat, réalisez le, prenez les sucreries en activant leur pouvoir : échanger ses cartes avec un joueur, défausser une barre ou un contrat chez l’adversaire etc. Et si je ne peux pas jouer ? Remets des sucreries dans le marché ! On abandonne vite l’idée de la tenter ultra stratégique, c’est quand même très chaotique et « pan dans la tronche » avec ses attaques permanentes. Pourquoi pas. Sauf qu’ici, ça ne marche pas, on pose quand on peut, on prend ce que l’on peut, c’est répétitif et on se demande au bout de trois tours quand est-ce que ça se termine. L’abus de sucre n’étant pas bon pour la santé, allez plutôt courir.

 

 

 

No problemot-boite article

NO PROBLEMOT (404 on board)

Jeu de lettres dans une petite boîte qui rappelle le Word Bank ou Scripta sortis l’an dernier, ici il faut, à son tour, ajouter une carte au centre de la table. Ces lettres n’ont pas besoin de former un mot. Par contre si on vous le demande, il faudra pouvoir fournir une réponse. MNTN = montagne. Le but est d’être le dernier à se coucher. Une réserve personnelle vous permet de faire des échanges pour modifier la proposition. Pas forcément évident (ou sans problème !), ce jeu littéraire force à vous creuser le cerveau. A ne pas jouer à trop nombreux si vous ne voulez pas être bloqué rapidement, je conseille à deux ou trois joueurs pour ma part.

 

 

Jeu-de-logique-La-nuit-des-fantomes-SmartGames

 

LA NUIT DES FANTÔMES (Smart games)

Toujours présent (jamais égalé ?), les boîte transparentes smart Games, continuent leur œuvre de dynamisation de l’esprit. Petit arrêt sur celui-là qui change des pièces à pousser avec un principe de Tetris. Le challenge sera de placer vos faisceaux lumineux afin d’éclairer les fantômes présents sur la fiche. Comme d’habitude, les premiers niveaux servent de tutoriel avant d’attaquer les vrais défis. Cet épisode est amusant (grâce à son thème et ses illustrations) mais n’offre pas de vraies difficultés avant les dix derniers défis. Enfin, tout dépend si vous êtes à l’aise avec ce principe d’assemblage ou pas.

 

 

 

magic

 

MAGIC RABBIT (Lumberjacks)

Les jeux de la pause café continuent leur service petit déjeuner.
Le boîtage a été renforcé, ce qui est une bonne chose. Et le niveau ne faiblit pas. En un temps limité (2 minutes 30), il faut remettre de l’ordre entre les lapins et les chapeaux de façon coopérative.
Bien sûr, la communication est réduite à son minimum. On peut bloquer un chapeau pour tenter de faire passer le message ou le réserver. Il faudra apprendre à comprendre ce que font les autres pour gagner de précieuses secondes. Une fois à l’aise avec le principe de base (perso, je compte environ 3 mois), vous pourrez ouvrir l’enveloppe qui vous proposera de corser la chose. Fan d’Hanabi, de Narabi… il est temps de sortir sa baguette magique, car le spectacle commence.

 

 

pandemic-zone-rouge-amerique-du-nord-jeu-zman-games-boite

 

PANDEMIE ZONE ROUGE (Z man)

Après le mode express touchant les Aventuriers du rail, voici le Pandémie slim & fast. Slim car réduit de certains mécanismes (3 remèdes et non 4, possibilité d’offrir et – joie – de recevoir des cartes pour compléter un remède lors d’une rencontre…). Tout semble plus facile mais attention de ne pas trop se relâcher car la défaite est vite arrivée. Un Pandémie d’une demie heure, que l’on pourra complexifier avec des cartes « crise » vous pourrissant la vie, mais qui en l’état propose une version familiale plaisante et rapide. Une sorte de bouffée d’air frais loin de la lourdeur que peut parfois être son modèle. Atom vous en parle plus longuement ici : Pandemic Zone Rouge : Pandemic contaminé par le virus des jeux express ?

 

 

 

 

klimato

 

KLIMATO (subverti)

Après le sympathique Révolution (small #26), qui ressort en petite boite, l’éditeur militant s’intéresse au climat et à la pollution.
Petit format, jolies illustrations. On prend des ressources (plus ou moins écologiques), on achète des bâtiments et on essaie de se mettre au vert avec ce jeu de cartes à petits combos. Hélas, Klimato réitère les mêmes erreurs que Révolution en proposant à la fois de bonnes idées mais en donnant l’impression d’un jeu bancal selon les parties, voire non abouti. Puisque le but est de gagner des points, que dire si je dois perdre un point pour utilisation d’uranium afin d’en gagner 8 ? Sympathique à manipuler, bon fond, mais cette fois cela ne suffit pas.

 

 

 

cookie-addict

 

 

COOKIE ADDICT (Lubee)

Jeu pour deux très bien édité avec son matériel solide et ses dessins enfantins amusants. Il faut se positionner, l’un sur les lignes, l’autre sur les colonnes, afin de prendre des tuiles à l’intersection. On peut ainsi récupérer des cookies, en perdre, tomber sur les gardiens du zoo ou activer des effets (rejouer, se repositionner…). C’est sympathique à l’image des bêbêtes du jeu (des piffres… le chien ? !) et reste un jeu abstrait thématisé gentillet.
Pour débuter dans le genre. La recette des cookies est jointe à la boîte !

 

 

 

ricochet-p-image-71867-grande

 

RICOCHET (Flip flap)

Jeu qu’on pourrait typiquement trouver dans les pages loisirs du dimanche de son quotidien préféré (mais cela existe-t-il encore ?). Jeu d’association d’idées où, sur une grille de mots donnés, il faut sauter d’étapes en étapes afin d’éliminer la plupart des propositions pour en conserver deux ou trois. On commence par France et jour et…. à vous de voir à quel mot de votre grille on peut rattacher ces deux-là. Petite astuce, ils sont sur la même ligne ou colonne. Bien pensé, bien tordu par moment, cette petite boite vous dynamisera le cerveau entre deux mojitos à la paillote de la playa cet été.

 

 

gomme

 

GOMME, CRAYON, CISEAUX (Nathan)

Nathan fait des beaux jeux éducatifs. Celui-ci aide à faire des phrases en posant des cartes : Majuscules + sujet + verbe + objet + temps + lieu + point final. Piochez, posez. Vous n’êtes pas obligé de poser dans l’ordre. Les dessins sont choupis, les cartes solides, mais voilà qu’on se retrouve dans le syndrome 1000 bornes. La carte ne vient pas, où est ce satané point final ? Pire, votre voisin vous donne une paire de ciseaux, vous ne pouvez plus continuer votre phrase ! Pour revenir dans la course, il vous faut le rouleau de scotch, mais où est-il ? Éducatif sans problème, ludique, ça c’est une autre histoire !

 

 

 

   

9 Commentaires

  1. Funnyfox 12/08/2020
    Répondre

    Coucou c’est Cyprien de chez Funnyfox, j’aime bien lire cette chronique, joyeux anniversaire à elle 🙂

    Je suis un peu triste de l’accueil de Candy Lab mais on ne peut jamais plaire à tout le monde ! Je me permets juste d’apporter quelques précisions avec mon point de vue engagé bien évidemment :

    – On peut remettre des bonbons en jeu pour piocher avant d’être bloqué pour tenter de contrecarrer notre destinée (si si, ça fait partie du côté stratégique du jeu). Et d’ailleurs remettre des bonbons en jeu de façon à ce que leur alignement corresponde à un contrat que l’on a en main (ou que l’on va piocher) est une des façons de retourner une situation mal engagée.

    – On ne nie pas que le jeu a vocation au chaos et à l’interaction et qu’il se destine à un public qui l’apprécie. C’est tout à fait assumé.

    Un peu triste de savoir qu’au bout de trois tours c’était l’ennui mais en tout cas merci d’avoir cité le jeu et de l’avoir essayé 🙂

    • morlockbob 17/08/2020
      Répondre

      bonjour

      je ne détaille pas les règles à 100 % ce n ‘est pas mon but. Je teste les jeux en boutique et nous sommes bien conscient que le niveau ludique des gens varient . Notre seul but est de proposer quelque chose qui convient à la personne. Je n’aime pas Catan mais je lui reconnais son esprit fédérateur. Là, personne n’ à accroché. J’espère que nous sommes un cas isolé et je ne doute pas que d’autres aimeront. L’avenir vous le dira.  Merci pour votre fair play en tout cas

  2. Yannick Pesant 12/08/2020
    Répondre

    Merci toujours un plaisir à lire, et une économie en vue (Candy Lab).

  3. Photo du profil de Flemeth
    Flemeth 12/08/2020
    Répondre

    Chouette revue des dernières sorties ! Gros coup de coeur pour Bresk de mon côté, que j’ai trouvé très original dans le genre. Et Picto rush, du jeu d’ambiance qui fonctionne immédiatement (mais pourquoi ce matériel si miteux ?).

  4. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 13/08/2020
    Répondre

    Je découvre Ricochet qui m’intrigue pas mal !

  5. Gaume 13/08/2020
    Répondre

    À chaque nouvelle parution de cette rubrique « small is beautiful », j’ai envie de vous écrire un grand merci.

    C’est du très bon travail, efficace : en 10 lignes, je comprends le fonctionnement de chaque jeu et sa probabilité de me plaire.

     

    Au fait… merci

     

    • Photo du profil de morlockbob
      morlockbob 13/08/2020
      Répondre

      à mon tour de te remercier (on se tutoie hein ?) pour ton commentaire. on ne sait jamais trop qui lit quoi. C’est toujours bien d’être ainsi un peu plus proche.

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 14/08/2020
      Répondre

      Merci Gaume ! 😀

  6. Starfan 13/08/2020
    Répondre

    Bonjour coucou à tous! C’est marrant,pas du tout d’accord avec Candy Lab joué à 4 et sur lequel on s’est bien marré et Holmes contre Moriarty bien apprécié! Candy Lab m’a fait penser à Gravity Superstar.

Laisser un commentaire