Secret Moon, l’amour au fond du jardin

ssecretmoon Continuons notre petit tour de quelques jeux japonais, avec cette fois un jeu d’un Monsieur un peu connu chez nous, un certain Seiji Kanaï.

dédicace

Je l’ai eu ma dédicace!

Le petit jeu que je vous présente aujourd’hui est une nouvelle fois un des jeux que j’ai ramené de Tokyo. Si j’ai ramené celui-ci, c’est peut-être un peu pour de mauvaises raisons : je ne voulais pas repartir sans un jeu de Monsieur Kanaï dédicacé (oui j’ai un petit côté FanBoy débile des fois) et je me suis dit « allez prenons-en un que je ne connais pas, tentons l’aventure » (et surtout Say Bye to the vilains était en version purement japonaise). J’ai fait cet achat à un moment où notre super guide Izobretenik avait le dos tourné. Du coup, quand je lui ai montré, Je me suis vraiment demandé si j’avais pas fait une bêtise, vu sa réaction. Découvrons ensemble ce qu’il en est !

Oh, mais c’est tout petit!

Comme on peut s’y attendre avec un jeu japonais, école minimaliste oblige, la boîte est toute petite et tient dans la poche. À l’intérieur pourtant, beaucoup plus de matériel que ce à quoi je m’attendais. Bon, pas de quoi faire déborder la boîte non plus hein. On trouve 16 cartes et une flopée (une petite flopée, une flopinette) de petits jetons en cartons. Tout ça d’une qualité assez passable je dois dire. Je n’ai pas joué si souvent que ça avec, et les cartes montrent pourtant déjà une usure non négligeable. Idem pour les jetons, alors qu’on les manipule assez peu (vu qu’on sait pas trop à quoi ils servent au début, on y reviendra). Après avoir ouvert Sukimono, j’avoue que je suis assez déçu.

jetons

« Oh c’est mignon il a fait un coeur. »

 

pretre

Pourquoi y a t’il ce rond jaune au milieu de chaque carte?

Bon, décrivons cela un peu plus précisément. Les cartes sont séparées en deux sets. Un des sets est composé de 8 cartes à dos blanc, numérotées de 1 à 8 et qui portent une aide de jeu. Enfin je le devine, c’est écrit en japonais. Elles sont assez moches, mais bon. Les 8 autres cartes représentent les personnages du jeu. Les illustrations sont assez sympas (dans le style Kanaï habituel) et sur chaque carte semblent être rappelées les règles propres à ce personnage (encore du japonais). Les personnages sont répartis en deux équipes, symbolisées par un petit texte en couleur (Je parie sur le nom du personnage. On rigole on rigole, mais c’est ça aussi le charme d’avoir un jeu dans une langue qu’on ne comprend pas). En revanche, il y a un truc que je n’arrive pas à comprendre : pourquoi diable le personnage du prêtre, qui gagne avec l’équipe rose, a son nom écrit en bleu ? Mystère, mystère…

Comment sommes nous arrivés dans ce buisson?

princesse

Les deux protagoniste principaux. C’est moi où le voyageur est plutôt classe alors que la princesse ressemble pas du tout à une princesse?

 

Le pitch maintenant. Le jeu est censé être la suite de l’histoire (*tousse* *tousse*) que l’on trouve dans Love Letter : Un voyageur a réussi à faire passer une lettre d’amour à la princesse. Celle-ci, s’ennuyant un peu, s’en est trouvée toute émoustillée, et aimerait bien rencontrer ce mystérieux voyageur, si possible la nuit, tranquille dans les jardins histoire d’approfondir leur relation. Ce qui n’est pas du tout du goût du vizir premier ministre du royaume. En effet, il aimerait bien que la princesse fasse un  mariage utile au royaume, par exemple avec … et non! pas avec lui, plutôt avec un quelconque prince d’un pays étranger pour faire une chouette alliance. Du coup, le fait qu’elle batifole avec un vulgaire pécore, ça ne lui va pas du tout, au ministre. Il a donc rameuté tous les gardes du palais pour patrouiller dans le jardin, et empêcher que les tourtereaux fassent, euh ce qu’ils ont à faire. Les gardes eux, ça les embête un peu, parce que la princesse, ils l’aiment bien, mais bon, les ordres sont les ordres. Enfin, ils vont pas faire de zèle non plus. Dernier personnage de l’histoire, le prêtre, enfin la prêtresse. Autant vous dire tout de suite qu’elle ressemble pas trop à ceux de chez nous, parce que non seulement elle voit pas de problème à ce que la princesse sorte en boite rencontre des étrangers dans les jardins la nuit, mais elle trouve ça très bien et veut aider les amoureux à faire euh bin ce qu’ils ont à faire toujours. Voilà pour l’histoire.

Pas facile à dénouer ton truc.

Pour moi, le jeu est un mélange du loup garou et de love letter. Pourtant, il y a bien un point qu’il ne partagent pas avec eux, c’est le fait d’avoir des règles simples et rapidement comprises. C’est même tout le contraire, et c’est là un des problèmes majeur de ce jeu. Essayons de les expliquer.

DSC02266

Non mais y’a pas à dire hein, elles sont moches ces cartes.

Comme je vous l’ai dit, il y a deux équipes : celle du ministre et des gardes, et celle de la princesse, du voyageur et du prêtre. Les rôles sont distribués face caché, seuls le voyageur et la princesse se connaissent. (Ce qui est bizarre, puisque d’après le pitch, c’est justement ce qu’ils cherchent à faire, se connaître, mais bon). S’il n’y a pas assez de joueurs, une partie des personnages non distribués est placée face cachée au centre de la table. Voilà pour le côté loup garou. Chaque joueur reçoit aussi un trio de jetons « oeil » de la même couleur.

La partie se joue en 3 manches. La team ministre gagne si elle a révélé qui sont les amoureux ou si elle a capturé la princesse. L’autre team gagne si personne n’a gagné avant la fin des 3 manches ou si le ministre a été capturé. Alors rien que ça, ça a l’air tout bête, mais c’est hyper compliqué à garder en tête quand on joue.

Chaque manche se joue ainsi : on distribue à chaque joueur une carte numérotée (face caché ou visible? Pas précisé dans la traduction que j’ai récupéré). Les joueurs, dans l’ordre des cartes qu’on leur a distribuées, font une action chacun, puis on passe à la manche suivante. Et c’est là qu’arrive le gros morceaux avec les actions, et le côté love letter. Chaque joueur peut donc, au choix:

  • Se protéger: on ne peut plus rien lui faire ce tour-ci. Impossible au dernier tour. (Ça vous rappelle une certaine servante ?)
  • Regarder secrètement la carte d’un autre joueur (Un prêtre avez-vous dit ?). Ah,j’oubliais : on ne peut rien dire sur ce qu’on a vu.
  • garde

    Je suppose qu’il y a écrit en japonais: « Je suis un gros naze » ou « Pire rôle depuis le villageois dans loup garou »

    Capturer (ou assommer c’est pareil) un joueur dont le rôle est face visible. Un joueur capturé est éliminé et ne joue plus. Et si c’est la princesse ou le ministre, la partie s’arrête. Et là, petite règle particulière : les gardes ne peuvent pas capturer ! Les.gardes.ne.peuvent.pas.capturer ! (oui je le répète, c’est tellement bête que je me sens obligé de le répéter). C’est quoi ces gardes moisis ? Sans déconner, personne à aucun moment ne  s’est dit : « attend, ça colle pas du tout dans notre thème. » ? Ou alors le fait que dans le pitch on nous dise qu’ils aiment bien la princesse, c’est pour justifier ça ? Bon passons.

  • Accuser un autre joueur : Par exemple « Je pense que tu es la princesse. ». Si on a bon, le joueur retourne sa carte rôle (et on peut alors le capturer, vous suivez un peu?). Si on se trompe, c’est le joueur ayant porté la fausse accusation qui révèle sa carte (et on peut alors le capturer. Non mais je rabâche sinon je vous jure ça rentre pas). Ah et nouveau point de règle « rigolo »: quand ils sont révélés, les gardes sont automatiquement capturés… Cette fois c’est sûr, ils bossaient avant dans assassin’s creed, je vois pas d’autre explication. Non mais thématiquement il se passe quoi à ce moment là ? On a un garde qui fait sa ronde dans un parc, là un mec qu’il ne voit pas bien lui dit « toi, tu es un garde! » et il répond « Bien joué mec, met moi un coup de gourdin et assomme moi pour le reste de la nuit. » Enfin bon… C’est pas comme si dans love letter, cette action était justement celle des … gardes.
  • Empêcher un autre joueur de jouer ce tour-ci. Bon, la sanction est un peu forte, puisque le joueur qui choisit de faire ça est capturé en contre partie. (Une action qui si elle est jouée nous exclu de la partie ? Moi ça me fait penser à ça.)
  • Interroger un joueur, en lui demandant « Qui va là? ». Dans ce cas là, le joueur répond en fonction de son rôle :
    • Le voyageur et la princesse ne disent rien.
    • Les gardes et le prêtre disent « Ce n’est que moi ».
    • Le ministre répond « C’est moi, imbécile » (je vous jure que c’est dans la règle).

On a donc une info imprécise mais partagée par tout le monde.

 Ah oui, on peut aussi interagir avec les cartes « du milieu », non attribuées, avec des modalités que je ne vais pas détailler.

Bon, mine de rien ça fait 6 actions à se rappeler, pas toutes évidentes dans leur fonctionnement. Faites un test: pourriez vous, sans relire, me citer les conditions de victoires et les 6 actions disponibles ?  Alors ? Ouais pas si facile hein. Et c’est là qu’on voit que les aides de jeux doivent être bien pratiques…

C’est toujours décevant la première fois

ministre

Le méchant de l’histoire. Et ça lui va bien.

Une fois les règles expliquées (et répétées hein), on se lance dans la première partie. Comme on pouvait s’y attendre, ce n’est pas très fluide, car chaque joueur a souvent besoin qu’on lui récapitule les actions disponibles. Il y a même souvent deux rounds de distribution de personnage à cause des fameux : »Attends, je sais pas qui je suis. Elle ressemble à quoi la princesse ? » et « Euh, les conditions de victoire du ministre, c’est quoi déjà ? ».

En plus de cela, on se sait pas trop où on veut en venir et quelle est la stratégie à adopter. Du coup, on voit régulièrement des gardes passer leurs tours à se protéger (spoiler, ça ne sert à rien pour eux), des ministres oublier de capturer la princesse, des joueurs se tromper dans la réponse qu’ils doivent donner à « Qui va là ? » etc…. Il faut dire que c’est peut être dû à une erreur de ma part : le livret de règle propose des conseils pour chaque personnage. Et ils sont assez utiles en fait. Mais quand les lire ? Les joueurs en ayant plein la tête avec les règles (oui, oui même si elles sont courtes en apparence), leur rajouter des infos en plus ne semble pas une super idée.

Les premières parties sont souvent gagnées ou perdues par le fruit du hasard, et personne ne se sent vraiment content d’avoir gagné. Autant dire que pour en relancer une, c’est souvent pas gagné.

Alors heureuse?

Au bilan, des premières parties laborieuses, un matériel pas terrible, des règles pas évidentes à se remémorer et un sentiment de frustration après les premières parties. Vous avez, je pense, une petite idée sur mon avis à propos du jeu :

Je le trouve plutôt pas mal. 

Oui, oui vous avez bien lu, ce n’est pas une faute d’écriture, je le trouve pas mal. Parce que je suis un poil têtu, et que j’ai vraiment voulu lui donner sa chance, à ce jeu acheté pour des mauvaises raisons (malgré les retours des autres joueurs). Et après quelques parties, on commence à comprendre un peu le pourquoi du comment, à voir quelle peut être la tactique de chaque personnage, pourquoi faire fait ceci ou cela, et boum, ça y est on trouve ça super chouette. On se rend compte qu’en fait les jetons sont super pratiques et vraiment hyper importants. Ah, et puis aussi que les gardes ne sont forcément pas les gros nazes qu’on croyait au début. Au final, je retrouve vraiment les sensations de jeu de love letter (à cela, MeepleCam disconvient respectueusement), et même je le trouve plus intéressant.

Donc oui, à condition de vouloir lui accorder un peu de temps (c’est peut-être plus rapide si on a sous la main quelqu’un qui sait déjà comment jouer), ce petit jeu peut être tout à fait agréable. Bref, laissez lui sa chance !

>> La fiche de jeu 

 Un jeu de Seiji Kanai
Illustré par Noboru Sugiura
Edité par kanai Factory, minimalGames
Pays d’origine : Japon
Langue et traductions : Japonais
Date de sortie : 16/10/2014
De 5 à 8 joueurs , Optimisé à 6 et 7 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 10 minutes

 

   

17 Commentaires

  1. Photo du profil de Galuf
    Galuf 06/08/2015
    Répondre

    Seiji Kanaï peut connu ? il a quand meme fait Love letter, Munchkin loot letter, braverats pour les plus connue mais aussi lost legacy et chronicle et sa reedition. Bref un pro ce Seiji ! Ton autographe vaut de l’or 🙂

  2. Photo du profil de atom
    atom 06/08/2015
    Répondre

    J’ai bien rigolé en lisant ton article, surtout les légendes des photos. Pour le thème il ne s’est pas trop pris la tête. Je crois que les jeux japonais minimaliste ce n’est pas fait pour moi. a part peut être Love letter et encore. Le seul que j’ai vraiment bien aimé que j’ai trouvé malin c’est Brave rats.

  3. Photo du profil de madtranslator
    madtranslator 06/08/2015
    Répondre

    Merci pour ce bel article (encore), et pour les pointes d’humour.

    J’ai l’impression qu’à chaque jeu de Seiji tout le monde s’attend à un succès à la Love Letter. Et tout le monde compare les jeux suivants à LL. C’est dommage car je pense qu’ils passent à côté de Secret Moon, ce n’est peut-être pas le jeu de l’année mais il remplit son office d’amuser et de distraire. Et en plus il tient dans une toute, toute petite boite (contrairement à plein d’autres jeux actuels qui pourraient eux aussi tenir dans des boîtes deux fois plus petites).

    J’espère qu’il en sera de même pour Eight Epics (j’ai envoyé la traduction des règles à Shanouillette déjà).

    Bons jeux à tous et encore merci fouilloux pour l’article. Bravo 🙂

  4. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 06/08/2015
    Répondre

    Bel article qui m ‘a rappelé que j avais joué à ce jeu….qui ne m’a pas marqué. Pas plus que « say bye… » Effectivement depuis LL on en attend trop. Quant au côté « j achète des trucs illisibles », je me suis offert  « Milostny Dopis » du même auteur….

    La version tchèque de Love letter… 🙂

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 06/08/2015
      Répondre

      Ah oui?  « Say Bye to the vilains »  il fait pourtant l’unanimité pour lui d’habitude. Comme quoi. Mais c’est vrai qu’on attend beaucoup du monsieur maintenant.

      LL en tchèque ça doit effectivement pas être évident. Les illustrations sont sympas?

  5. Photo du profil de Lelagë
    Lelagë 06/08/2015
    Répondre

    La fausse joie…. J’ai cru que ludovox nous annonçait la sortie de secret moon en français !

    Mais fausse joie de courte durée ! Ton article m’a bien fait rire ! Très fidèle à l’expérience du jeu. Et moi, j’ai bien aimé y jouer 🙂

  6. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 07/08/2015
    Répondre

    @fouilloux..la VT de LL est exactement la même que la VF, paquet + petit et des cartes, juste des cartes…elle coûte 3e (alors que les autres jeux ne sont pas moins cher qu en Fr).

  7. Fanny Roux 07/08/2015
    Répondre

    Hé hé hé, dis donc, les allusions dans les titres c’est pour confesser quelque chose ???

  8. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 07/08/2015
    Répondre

    @fouilloux….juste parceque j etais sur place 🙂

     

  9. Photo du profil de madtranslator
    madtranslator 09/08/2015
    Répondre

    La dernière version des règles est ici : http://boardgamegeek.com/filepage/107942/les-regles-en-francais

Laisser un commentaire