Retournons à Agra avec Taj Mahal de Knizia

Z-Man Games a annoncé préparer le retour de Taj Mahal, un classique du Dr. Reiner Knizia, qui devenait vraiment introuvable.

« Retournez en Inde à l’apogée de l’Empire Mogul, et rejoignez le Grand Mogul alors qu’il parcourt les douze provinces. Entrez en compétition pour obtenir l’approbation du Grand Mogul, la loyauté de ses conseillers et la richesse des provinces. C’est à vous d’influencer la cour, et l’avenir de l’Inde sera à votre portée. »

 

zm010_box_front

Version 2018

 

L’opus est sorti initialement en allemand chez Alea en l’an 2000. Et oui, voilà 18 ans mes aïeux ! Le jeu auréolé de multiples prix et recommandations, dont une au Spiel, avait alors su toucher son public. Il avait même été traduit en français chez Ystari. Aujourd’hui le retour est annoncé du côté de Z-Man du groupe Asmodée, ce qui laisse présager une potentielle version française également (mais le matériel du jeu est « language independant » de toute façon). Au menu, gestion de main et enchères bien entendu !  

 

pic178427

 

Le Grand Mogul cherche désespérément de nouveaux dirigeants pour faire entrer l’Inde dans une nouvelle ère… 

Le but du jeu est simplement de gagner le plus de points d’influence. Ces derniers peuvent être gagnés en construisant des palais ou en acquérant des marchandises.
Pour construire un palais, un joueur doit d’abord obtenir le soutien d’un personnage : Vizir, général, moine, princesse ou Grand Mogul et ce, par un jeu d’enchères.
Les différentes marchandises sont gagnées en prenant le contrôle d’une région ou en les retirant d’un espace où un palais a été construit.

 

zm010_boardtokens

 

Le tout se déploie sur douze tours, chacun commençant par une vente aux enchères pour le contrôle de la région et pour le soutien d’un personnage influent.
En utilisant des cartes de quatre couleurs, chaque joueur choisira une couleur à jouer et utilisera des cartes de cette couleur pour enchérir sur les éléments les plus utiles. Pour chaque personnage qu’un joueur a réussi à influencer plus que ses adversaires, il récupérera les jetons correspondants. En dépensant soigneusement leurs cartes, les joueurs contrôleront une plus grande partie du plateau, gagneront plus de marchandises, construiront des palais et gagneront assez d’influence pour remporter la partie.

 

taj-mahal-banner

 

Comme souvent chez cet auteur, le système de jeu est simple à appréhender, et les possibilités de marquer des points bien lisibles, mais parvenir à ses fins de manières efficiente s’avère moins évident que ça en a l’air. Il faudra être capable de convaincre les autres d’abandonner certaines luttes d’influence, ou savoir lâcher prise vous-même quand cela sera nécessaire. Mais attention à ne jamais laisser s’échapper un joueur trop loin devant vous car le rattraper pourra s’avérer chose ardue !

Dans son communiqué, Z-Man n’a pas encore donné de date de sortie, mais les pré-commandes sont ouvertes sur le site d’Asmodee.net. 

 

 

   

6 Commentaires

  1. ReiXou 10/04/2018
    Répondre

    Les classiques du  bon Docteur ne vieillissent pas.

    Ça me donne envie de ressortir ma boite Alea.

    • TheGoodTheBadAndTheMeeple 10/04/2018
      Répondre

      je n’ai jamais osé tester celui ci j’avoue, il y avait la boite alleemande à la ludothèque quand j’étais en France… ! mais comme toi, j’aime beaucoup les classiques de Knizia.

      • Grovast 10/04/2018
        Répondre

        Alors tu devrais, car c’est du solide.

        Seul son look est peut être daté (a priori réglé par cette nouvelle édition) – quoique je suis attaché aux visuels Alea. Niveau méca, je pense moi aussi que ça tient encore largement la route.

        • bgarz06 12/04/2018
          Répondre

          Ah si j’avais su Fab’…

          un bon classique du Docteur Knizia !

  2. RoulioLombric 13/04/2018
    Répondre

    Je l’ai trouvé d’occaze il y a 2 ans, et nous avons beaucoup accroché en y jouant à 3 entre gamers (ma douce, mon grand fils, et moi) : ce jeu change de l’interaction indirecte gentillette habituelle des jeux allemands, car là chacune des manches du jeu est l’occasion d’une bonne confrontation frontale entre les joueurs, et ça cogite ferme. Il faut y jouer pour se faire un avis, car c’est assez particulier comme jeu, et ce ne sont pas des enchères habituelles comme dans Medici, Modern Art, ou Ra : c’est plus un jeu de cartes et de placement, qui ravira les amateurs de contact rugueux.  N’en déplaise aux raleurs, et même si Knizia n’est pas mon auteur préféré, Taj Mahal démontre une fois de plus le talent de Reiner Knizia.

  3. Damien 15/04/2018
    Répondre

    Merci pour l’article. Je l’ai ressorti du coup.

Laisser un commentaire