Perudo – Bluffera bien qui bluffera le dernier

Une cantina miteuse battu par les vents. Quatre pistoleros serrés autour d’une table sirotent prudemment leur whisky pour faire descendre la poussière du désert. Hardes douteuses, revolvers rutilants à la ceinture, ils sentent la poudre, le tabac bon marché et l’argent pas propre. L’un d’eux tire longuement sur son mégot crasseux, exhale puis déclare :

– Moi, j’dis cinq 4. 

Il attend la réponse de son voisin de gauche, un mastodonte au faciès de crapaud bouffé par une méchante barbe. Celui-ci garde les yeux baissés sur un petit gobelet de plastique rouge posé sur la table devant lui. Il le soulève légèrement pour glisser un regard à la poignée de dés cachés dessous, puis pousse un grognement rapeux :

– Tu bluffes, Billy.

– Je bluffe, moi ? Regarde-moi en face et redis-moi ça, Big Joe ! C’est qui que tu traites de bluffeur ?

– Ouais, tu bluffes. J’aime pas trop les bluffeurs et les fils de p***.

Ça chauffe pour Billy, surtout qu’il était bel et bien en train de bluffer. Mais il faut le comprendre : il joue à Perudo. Dans ce jeu de dés pour 2 à 6 joueurs, le bluff et la prise de risque vont main dans la main. Et qui dit prise de risque dit que des fois, on se fait taper sur les doigts.

 

20150909_134912

Perudo dans toute sa splendeur. J’adore ces couleurs. J’adooooore !

 

Prise en main – Ca fait beaucoup de dés, ça !

Le matériel de Perudo est du genre simple à retenir : six gobelets de couleurs différentes et un ensemble de cinq dés assortis à chacun. Le tout s’emboîte astucieusement en une colonne arc-en-ciel. On glisse le tout dans un étui de toile fermé par une ficelle, et le tour est joué. Facile à transporter, facile à installer, facile à ranger, Perudo est un parfait jeu de voyage qui peut se sortir en tout lieu avec n’importe qui.

Faites gaffe à ne pas perdre de dés, quand-même. Ces trucs sont petits, mais ils peuvent rouler loin si vous les manipulez avec trop de vigueur.

 

La partie – « Tu bluffes, Billy. »

Revenons à nos truands : Billy s’étant fait éjecté de la table, les trois joueurs restants ramassent leurs dés et les jettent au fond de leur gobelet. Couvrant ledit gobelet d’une main, ils le secouent dans un fracas de tonnerre avant de l’abattre sur la table, puis regardent discrètement ce qu’il y a dessous.

 

20150909_143419

Le jeu de Big Joe : trois dés au résultat connu. Combien de dés cachés sous les gobelets adverses ? Cinq ? Huit ? Aaarg ! Si seulement Big Joe avait pensé à les compter !

 

C’est à Big Joe de faire une annonce. Il doit faire un pari sur combien de dés de la même valeur il peut trouver autour de la table. À ce stade de la partie, il sait qu’il reste plus ou moins dix dés en jeu entre les trois joueurs. Lui-même dispose de deux 3 et d’un 6. Il décide d’être prudent et de tâter le terrain :

– Trois 3.

Johny, son voisin de gauche doit maintenant décider si Big Joe bluffe comme le malheureux Billy avant lui, ou s’il a annoncé un pari raisonnable. Auquel cas il n’a pas d’autre choix que de relancer avec une annonce supérieure. Pour cela, il peut augmenter la valeur des dés recherchés, ou augmenter le nombre de dés à obtenir.

– Trois 4.

Hum… Lui aussi, il est prudent. Un pari à trois dés, ce n’est pas difficile à remplir, mais du même coup il vient de dévoiler qu’il n’a que peu de 3 et qu’il préfère jouer sur des 4. Bon à savoir. À Lewis, maintenant.

– Trois 6.

Damned ! Personne ne veut donc prendre de risque ? La main est revenue à Big Joe, qui n’a plus la possibilité de faire monter la valeur des dés recherchée (y a rien au-dessus du 6). Il va devoir annoncer plus de dés. Ce serait plus sûr pour lui de demander quatre 3 que quatre 6 (il en a plus en main), mais à tous les coups le même cirque va recommencer. Il faut brusquer les choses.

– Quatre 6 !

Johny garde son air taciturne, mais à voir le temps qu’il prend à répondre, on devine qu’il n’est pas devant un choix facile. Il ouvre la bouche, la referme… Pourtant, si vous connaissez quoi que ce soit aux probabilités, vous sauriez que quatre dés de mêmes valeurs sur un ensemble de dix dés c’est plutôt gonflé comme paris. Seulement voilà : parmi les six faces des dés, il y en a une spéciale. À la place des 1, on a des « pacos », des têtes de toucans rigolards qui servent de joker lors des paris. Ils sont systématiquement comptés comme s’ils avaient la valeur qui est appelée, et ça change pas mal la donne lors du décompte.

 

Sentenza

Alors, Johny, bluff ou pas bluff ?

 

– Cinq 6.

Il a mordu ! Le gars doit avoir un six ou un paco, et il croit que Big Joe et Lewis doivent facilement cumuler trois 6 à eux deux, sinon ils n’auraient pas fait des annonces pareilles. Du coup, il n’a pas d’autre choix que de surenchérir sur la valeur la plus proposée du moment.

Le verdict ne se fait pas attendre, sec comme un coup de trique.

– Tu bluffes, Johny.

 

Les trois truands soulèvent leurs gobelets et comptent leurs dés. Big Joe n’a que son six à proposer. Johny a un paco. Lewis n’a rien. Rien ! La fieffée canaille, c’était pourtant lui qui avait lancé tout le monde sur les six !

 

20150909_143435

Un 6, un paco… On est loin du compte. Désolé, Johny…

 

Mortifié, Johny retire un de ses dés de la partie. Il n’en a plus qu’un, et s’il commet une autre erreur il sera éliminé. Si Lewis s’était trompé et qu’il y avait bien eu cinq 6 autour de la table (pacos compris), alors ça aurait été lui qui aurait perdu un dé. C’est la dure loi de Perudo : quelqu’un perd un dé à chaque tour. La partie ne s’arrête que lorsqu’il ne reste qu’un joueur en lice.

Big Joe a encore trois dés. Ce serpent de Lewis en a quatre. Ils échangent des regards glacés. Ils savent que la partie va se résoudre entre eux.

Dans un roulement sauvage, les trois pistoleros secouent leurs gobelets et les abattent sur la table.

 

perudo-73-1324888586.png-4919

Conclusion – In--modable

Perudo est un jeu de bluff et d’enchères féroce et efficace pour 3 à 6 joueurs. Sa simplicité le rend accessible à tout type de public, même si un public familial n’y jouera pas de la même manière qu’un cercle de matheux à lunettes.

La durée des parties est en relation directe avec le nombre de joueurs : plus il y a de joueurs, plus il y a de dés à éliminer un par un. Partez sur une base de 10 minutes par joueurs et vous ne tomberez pas loin du compte. Les tours sont fluides et suivent un rythme harmonieux : tintamarre des dés, enchères, bluff et décompte. La tension est là, il faut rester attentif à ce que disent les autres et l’on reprend la main rapidement, ce qui évite les temps morts.

Facile, intelligent, maniable et attractif, Perudo est un grand classique que je ressors en toutes circonstances, à chaque fois avec un plaisir renouvelé. Seul bémol : un joueur éliminé en cours de partie devra attendre sagement pendant que les autres continuent sans lui. Mais hé ! au moins il repart avec ses bottes au pied.

 

> La fiche du jeu 

Un jeu de Alfredo Fernandini, Cosmo Fry
Illustré par Thierry Masson
Edité par Asmodee
Distribué par Asmodee
Langue et traductions : Francais
Date de sortie : 01/01/2009
De 2 à 6 joueurs , Optimisé à 5,6 joueurs
A partir de 8 ans
Durée moyenne d’une partie : 20 minutes

Thèmes : Ambiance, Divers
Mécanismes : Bluff, Hasard, Stop ou encore
Types de jeu : Jeu d’ambiance, Jeu de dés
Complexité du jeu : Familial

7 Commentaires

  1. Photo du profil de Izobretenik
    Izobretenik 07/12/2015
    Répondre

    Et bien le voilà le jeu qui manquait à ma commande de fin d’année ! J’en ai souvent entendu parler sans jamais me lancer, mais cette fois, ça y est, Big Joe m’a convaincu ! Et c’est pas parce que j’ai un faciès de crapaud, hein !

  2. Photo du profil de Guiz
    Guiz 07/12/2015
    Répondre

    L’été au moment de l’apéro, ce jeu fait toujours mouche. In-dé-modable 🙂

  3. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 07/12/2015
    Répondre

    Oh John Ford ! 😀

    • Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
      TheGoodTheBadAndTheMeeple 07/12/2015
      Répondre

      ça reste l’un si ce n’est e meilleur jeu de bluff que je connaisse. Avec son léger aspect matheux, il fonctionne aussi bien avec les fans du ciboulot que ceux qui préfèrent l’ambiance. Mon père aime y jouer, c’est dire !

    • Photo du profil de El Cam
      El Cam 08/12/2015
      Répondre

      Sergio Leone, tu veux dire. (Le mec il ne répond aux commentaires sur son article que pour faire le ciné-snob…)

  4. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 07/12/2015
    Répondre

    c est aussi un des rares jeux de dés qui ne soit pas hors de prix… (là on peut dire merci Asmodée d’être aussi gros)

Laisser un commentaire