Neuroshima Hex sur iPad

Généralités

Ce jeu de Michal Oracz propose un affrontement tactique entre plusieurs factions dans un monde post-apocalyptique créé au départ pour un jeu de rôle, édité à ce jour uniquement en polonais, mais qui a eu là-bas un énormissime succès…

Devant la qualité du jeu de plateau, nous en sommes aujourd’hui à la 3ème version, et une déclinaison sur tablettes et en particulier mon cher iPad a été réalisée. C’est cette version que je vous propose de décortiquer ici. 

Pour le test du jeu physique, je ne peux que vous renvoyer vers celui réalisé par l’ami Tartopom qui lui attribue l’excellentissime note de 97% ! Et je l’avoue, moi aussi ce jeu me plait énormément, bien que n’ayant encore jamais craqué pour sa version boite. En revanche, cela fait un bon moment que sa version dématérialisée est en ma possession et je vais vous donner ici mon avis sur cette conversion.

001

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un très rapide rappel pour vous remettre dans le bain :

Une arène, des méchants biens vilains qui se tapent sur la gueule, une base adverse à détruire. Décrit comme ça, ça peut paraître violent mais en fait… Ça l’est !

Violent mais aussi particulièrement tactique car les combats ne se résolvent pas en temps réel, mais uniquement lors de moments spécifiques (souvent à l’initiative d’un joueur) et vous devrez faire très attention à la position de vos troupes et celles de vos adversaires pour ne pas être réduit en bouillie très rapidement.

À chaque tour vous placerez des tuiles (des unités donc) sur le plateau puis l’adversaire fera de même jusqu’à ce que l’un de vous pioche une tuile « combat » ou que le plateau soit plein pour résoudre le conflit. Les unités détruites sont retirées du plateau et on repart pour un tour jusqu’à ce qu’une des bases voit ses points de vie réduits à zéro ; son joueur a perdu.

Simple et terriblement efficace !

La version iOS

Les modes de jeu

Dans le jeu physique est prévue une variante solo. Point de cela dans la version iOS car il a été développé une application à part entière pour ce mode, Neuroshima Hex Puzzle. Tout à fait sympathique d’ailleurs… (2,99€ sur l’Appstore)

013

Non, ici on se concentre sur le cœur du jeu, les combats entre factions dirigées soit par des IA, soit en mode multi-joueurs, en ligne ou en pass & play.

Je dois dire que si ce dernier n’est généralement pas très adapté, se passer la tablette pour que l’autre ne voit pas son jeu étant assez pénible dans la vraie vie, ici c’est tout à fait gérable car rien n’est caché justement. Vous pouvez donc poser la tablette entre les joueurs et que les combats commencent ! Pas de manipulations intempestives. Et vous pouvez même ajouter des IA pour pimenter encore un peu le jeu.

Le mode Online lui, une fois votre compte créé, vous permettra de créer des parties ou d’en rejoindre pour vous affronter au monde entier.

016

Choix du nombre de joueurs, nom de la partie et mode privé ou pas, en 3 tap vous avez créé une partie. Vous pourrez ensuite choisir votre armée et démarrer. Seul problème, le serveur n’est pas très souvent habité et si vous ne connaissez pas quelqu’un pour lui indiquer que votre partie existe, vous risquez d’attendre quelque temps avant d’entrer dans la partie.

Une salle de tchat est là également pour vous permettre de discuter un peu et de faire connaissance avant de vous poutrer la gueule gentiment…

014

 

Pour ce qui est du jeu contre les IA, vous avez le choix : une partie entièrement paramétrée par vos soins (choix des troupes, du nombre de joueurs humains ou IA, de leur force…) ou bien démarrer une partie « rapide » avec choix aléatoire des adversaires IA. Il vous faudra simplement prendre soin de paramétrer leur niveau parmi les trois disponibles dans les réglages.

 

024

Bref c’est complet, rapide et fluide. Lancer le jeu qui vous convient est donc d’une simplicité désarmante (encore que dans Neuroshima mieux vaut être armé…) tout en étant entièrement paramétrable.

 

Les graphismes

Nous parlons ici de la V3.0 qui apporte un énorme changement au niveau du rendu visuel par rapport aux versions 2.x précédentes. En effet nous avons désormais droit aux mêmes graphismes que dans la version 3.0 boite. À savoir la toute dernière, éditée par Iello en France. Et c’est franchement une réussite !

Le plateau tout d’abord ne représente plus un plan rapproché du sol jonché de détritus et autres épaves de bagnoles, mais une vue prise du ciel d’une ville plutôt moderne, mais que l’on sent bien particulièrement touchée par les combats qui y font rage. C’est à mon avis bien plus lisible car moins coloré, et fourmillant de détails si l’on prend la peine de bien y regarder de plus près. Mais tout ceci ne gêne en rien la lecture du plateau, au contraire la vue éloignée passe plus « inaperçue » au final.

022

Les troupes quant à elles ont été remaniées également, mais de manière plus anecdotique avec la suppression du large bord noir qui ceinturait auparavant toutes les pièces. Là encore la lisibilité du plateau s’en trouve améliorée.

Pour ce qui est du reste il faut bien sûr rester amateur de l’univers graphique post apocalyptique qui règne ici-bas. Tout est mécanique, guerrier voire horrifique avec les mutations transgéniques et autres clans comme « The Hegemony » à l’allure tout droit tirée de Mad Max… Personnellement j’y adhère, bien que la multiplicité des clans proposés en extension (nous y reviendrons) ne participe pas forcément à une cohérence totale de l’univers proposé.

023

C’est assez industriel pour vous ?

 

Concernant  l’environnement des autres écrans comme les menus généraux, rien à redire non plus, y’a du métal partout, de gros boutons jaunes et noirs au look industriel et la page d’accueil présente une image bien inquiétante qui mets tout de suite dans l’ambiance : ici, ça ne rigole plus depuis bien longtemps !

 

Les règles

Comme vous le savez peut-être si vous me suivez régulièrement, j’apprécie que les auteurs d’une application prennent la peine d’aider le joueur pour lui faciliter la compréhension du jeu et de ses mécaniques avec des règles exhaustives et un tutoriel digne de ce nom. Ce n’est pas parce que j’ai la version numérique d’un jeu que j’ai forcément sa version boite ! Alors ne partons pas du principe que je sais déjà y jouer, que j’ai enchaîné les parties et que je n’ai pas besoin de lire quoi que ce soit sur son fonctionnement.

Big Daddy’s Creations, puisqu’il s’agit d’eux, ont ici fait un travail à moitié réussi, je m’explique :

Les règles sont très bien faites, le tutoriel pas du tout. Commençons par ce qui fâche…

Un tutoriel ? Non je dirais plus un slideshow des principaux écrans et de 3 points de règle, basta ! On vous montre quelques copies d’écrans du jeu en vous expliquant qu’il faut tuer l’adversaire (ah bon ?), comment créer une partie en ligne (quand même !) et on s’attarde plus sur l’interface que sur les mécaniques du jeu (dommage elle est claire et efficace l’interface, pas la peine d’insister…). Bref, cela ne sert pratiquement à rien.

006004

005

 

Bon, passons au point qui fait plaisir : la lecture des règles.

Il faut savoir que Neuroshima, sans être un jeu complexe, mérite tout de même de bien appréhender les différents icônes et les quelques subtilités qu’il propose en terme de gameplay. Ici tout vous est présenté clairement, avec des tonnes d’images pour illustrer le propos, en 14 chapitres (mais rassurez-vous, 7 sont consacrés aux extensions, manière de vous faire saliver sur les clans de la mort qui tue et sortir votre portefeuille pour les acquérir).

Evidemment le jeu étant totalement en anglais, il vous faudra peut-être faire un effort pour lire de manière fluide tout cela, mais au moins c’est exhaustif.

007008009

 

 

 

 

 

 

 

Autre point fort, la présentation de tous les clans :

Vous trouverez dans le menu « Armies », une description de l’ensemble des tuiles 14 factions éditées à ce jour (rappelons tout de même que seules 4 sont accessibles avec le jeu de base). Pour chacune d’elles vous aurez droit à un petit texte rappelant le contexte du clan ou son origine, puis chacune des unités est décrite avec ses pouvoirs et le nombre de fois où elle est présente dans le jeu en plus de montrer son illustration que vous retrouverez sur le plateau bien sûr.

Bref vous saurez tout sur les Borgo, Moloch et autres Neojungle…

010

011

 

Encore un bon point, les règles sont accessibles également une fois en jeu grâce à un icone en forme de dictionnaire. Pratique pour se défaire d’un doute.

En plus de tout cela vous aurez, toujours en jeu, un icone « i » vous permettant d’accéder à la description complète d’une unité de votre main ou posée sur le plateau. La-aussi c’est très pratique surtout lorsque vous débutez avec un clan que vous n’avez encore pas ou peu joué et qu’une unité vous intrigue.

Vous aurez toutes les informations à bout de doigts pour savoir comment l’utiliser au mieux en fonction de ses capacités spéciales.

 

018

Ne me dites pas que vous ne voyez pas le i ou le dictionnaire…

 

Les sons

Nous avons droit à une musique rythmée et guerrière plutôt sympa sur les menus. Bien qu’un peu répétitive, elle colle parfaitement à l’univers. De toute façon on ne reste pas des heures dans les menus, sauf à lire la fameuse règle…

Une fois en jeu, la musique change pour passer à quelque chose de plus doux et lent, presque planant, avec pas mal d’effets spéciaux derrières les nappes de cordes et quelques accentuations aux tambours. Là aussi c’est tout de même assez répétitif (comme moi donc puisque cela fait deux fois que j’utilise le mot répétitif…Tiens trois fois maintenant…).

Puis une fois la résolution des combats lancée, on revient à quelque chose de beaucoup plus dynamique qui montre bien qu’on n’est pas là pour rigoler.

Je me surprends à ne pas systématiquement couper la musique pour jouer au jeu.  Elle ne gêne pas pour réfléchir au meilleur placement de ses unités. C’est assez rare pour le souligner.

017

Attention ça va faire boum !

 

Coté bruitages, nous sommes en revanche à la limite du rien du tout. Un léger souffle lorsqu’on sélectionne une pièce, un « boum » lors d’une explosion, un « tschak » ou « vroum' » pour une attaque au corps à corps (ben oui un couteau ça ne fait pas le même bruit qu’une tronçonneuse…) et un « tactactac » façon mitraillette de gamin lors d’un tir à distance.

Bon vous me direz, qu’est-ce que tu veux de plus ? Et bien nous aurions pu avoir un son de meilleure qualité tout d’abord, et des bruitages différents pour l’utilisation des capacités spéciales des unités par exemple, ou bien lors d’un boost grâce à une tuile module. Mais rien de dramatique, l’essentiel du jeu n’est pas là…

 

L’interface

Tout est simple : Vous glissez la pièce de votre  main vers le plateau central, vous la tournez dans le sens que vous voulez et vous validez votre placement. C’est simple et très fluide.

Vous vous êtes trompé ? Vous désirez annuler tout ou partie de vos mouvements dans le tour ? C’est possible également avec l’icône correspondant. Au moment où vous validez définitivement vos actions, vous ne pourrez pas prendre pour excuse la médiocrité de l’interface du jeu.

030

Ma pièce attend d’être orientée puis déposée au bon endroit pour maraver la teté de ces sales bleus et verts !

 

Au début de vos tours, vous devrez vous défausser d’une pièce parmi les 3 proposées. Rien de plus simple : une animation des tuiles balançant légèrement de droite à gauche vous indique que le jeu attend une action de votre part et une croix noire en haut à droite des tuiles vous fait clairement comprendre qu’il faut vous séparer de l’une d’entre elles.

Au cours du jeu vous pourrez également déplacer vos pièces avec la capacité « mobile » ou bien pousser celles de votre adversaire. Les icônes correspondants sont clairs et lisibles, mis en surbrillances quand vous pouvez les utiliser. C’est presque un sans-faute.

Presque ? Oui car un seul point n’est pas clair, le fait que vous puissiez garder une pièce dans votre main sans la jouer. Ainsi vous la retrouvez parmi les 3 au choix lors du tour suivant.  Si vous désirez faire cela, vous devrez simplement terminer votre tour en cliquant sur le bouton approprié, mais j’avoue avoir mis du temps à déceler ce point de règle au simple travers de l’interface une fois en jeu.

N’ayant jamais joué à la version plateau auparavant, c’est en visionnant la vidéorègle de notre cher Yandrev que je me suis aperçu que j’avais cette possibilité (voyez ici).

027

Les statistiques en cours de jeu sont facilement accessibles dans le pavé de gauche.

Mais mis à part ce point de détail (encore que cela puisse être très puissant une fois en jeu), tout est parfait.

 

Les IA, options et autres points

 3 niveaux vous sont proposés pour vous mesurer aux IA.

Si le niveau faible ne vous posera aucun problème une fois assimilé les principes de base et effectué quelques parties, il n’en sera pas de même avec le niveau le plus difficile. Quelle que soit la faction choisie, il domine son sujet et optimisera toujours ses coups en faisant peu d’erreurs sur ses propres placements, mais surtout en s’adaptant souvent très intelligemment à vos propres coups pour protéger sa base ou vous infliger le maximum de dégâts.

Plutôt satisfaisant donc, même si le jeu contre un humain sera toujours plus jouissif…

Coté réglages, vous pourrez bien sûr couper ou pas les bruitages et la musique mais aussi définir la vitesse des animations, de lentes à rapides pour les plus pressés. Personnellement j’ai choisi moyen, mon sens de la mesure sans doute… 

012

On peut trouver ça cher ou pas selon qu’on est passionné ou pas…

 

Abordons maintenant les différentes factions en option :

Plusieurs options vous sont proposées si vous désirez élargir votre gamme de combattants et renouveler le jeu. Des achats à l’unité, avec 9 factions différentes (Dancer, Doomsday machine, Mississippi, Néojungle, New York, Sharrash, Smart, Steel police et Vegas), toutes proposées à 1,99€ l’unité.

Ou bien vous pourrez vous diriger vers un pack, le bien nommé « The bundle of five armies » qui contient 5 armées donc (News york, Neojungle, Vegas, Smart et Steel police), le tout pour 7.99€.

Rassurez-vous, vous aurez accès à la description intégrale des unités avant de vous décider si vous hésitez entre telle ou telle faction au moment de l’achat.

La facture peut donc monter assez vite si vous souhaiter vous offrir l’intégralité des armées (au minimum  7.99 + 4*1.99 = 15.95€ tout de même)… Mais rien ne vous y oblige tant la maîtrise des 4 factions incluses dans le jeu de base vous propose de nombreuses heures de jeux.

 

Conclusion

Vous aimez le jeu physique et vous souhaitez pouvoir y jouer seul face à une IA coriace ou vous reculez devant la possible lourdeur de la résolution des combats dans la version boite ?

Vous ne connaissez pas encore le jeu et souhaitez vous initier en douceur avant de craquer pour la version boite ?

Dans tous les cas je vous encourage vivement à vous offrir cette version du jeu dématérialisé qui est particulièrement bien réalisée, que ce soit au niveau graphique ou technique, et qui vous permettra d’enchaîner les combats sans relâche !

Vous pourrez profiter d’une mécanique bien huilée, d’une variété d’unités au sein des différentes factions proposées directement dans le jeu ou en achat in-app et d’une conversion sans faille

028

A la guerre !!!

 

Pour 4,99€ en prix habituel c’est à mon sens déjà un bon investissement, mais si vous la voyez proposée à 2,99€ comme c’est la cas assez régulièrement, sautez sur l’occasion !

> La fiche de la boite de jeu

Jeu de Michał Oracz  
Illustré par Mateusz Bielski  Piotr Cieśliński  Piotr Foksowicz  Jakub Jabłoński  Tomasz Jedruszek  Łukasz Lalko
Disponible chez Iello
Prix 36€
Joueurs : de 1 à 4 joueurs. Age : à partir de 13 ans. Durée : 30 min.

 

   

3 Commentaires

  1. Slaine 27/10/2015
    Répondre

    Existe sur Android aussi !!!!!!!! :p

    • Photo du profil de Alstar
      Alstar 27/10/2015
      Répondre

      Absolument ! Et à 2,82€ comme je peux le voir actuellement sur le play store je ne peux que vous le conseiller !

      Mes articles « Écrans » se concentrent sur iOS et plus précisément encore sur les versions iPad mais cela ne veut pas dire que les version Android n’en sont pas moins intéressantes. 😉

      Malheureusement les applications de jeux de plateau sont encore trop peu nombreuses à être portées sur les deux environnements, même si cela a tendance à s’améliorer petit à petit…

  2. Photo du profil de Alstar
    Alstar 26/11/2015
    Répondre

    Bonne nouvelle pour tous ceux que cela intéresse : le jeu est en promo en ce moment à 2,99€ et toutes les extensions sont proposées à 0,99€ seulement. Le pack des 5 armées à 3,99€ !
    Foncez la bleusaille !!

Laisser un commentaire