Museum Pictura : Au sommet de son art ?

 

Fin 2017, après une soirée passée sur le prototype quasi finalisé, je vous parlais de Museum premier du nom. Le jeu proposait un matériel qualitatif et immersif ainsi qu’un déroulement aux mécaniques huilées. Ce Museum connaîtra une belle carrière, ponctuée d’extensions nombreuses (Le prix du public/L’exposition universelle/Le marché noir/Les archéologues), avant de fermer ses portes.

Vraiment ?

Museum

Museum est de retour, un peu pareil dans l’esprit tout en étant différent niveau mécanique. Aux manettes l’éditeur Holy Grail, et l’auteur du précédent opus qui ont conservé une qualité de haut niveau tant sur la qualité du matériel que sur le contenu culturel dont l’univers s’inspire. Le jeu fait un bond de trente ans et s’adapte à l’époque où il s’ancre : Les années folles. Adieu les reliques venues des quatre coins du monde, classées par continent. Le genre et la période sont les nouveaux critères. Nous parlerons donc de symbole portrait, d’art religieux, de mythologie… et de couleur baroque, romantisme ou rococo (qui donne aussi dans la fringue, mais c’est une autre histoire).

Museum Pictura

 

Victime de la mode, dans Museum pictura, on tente de suivre la tendance (la direction artistique du musée) qui offre ou demande des points de prestige selon les cartes que nous échangerons avec les galeries du plateau central (le marché). Les points de prestige sont à la fois des points de victoire mais aussi “la monnaie” du jeu qui permet d’acheter des cartes aux autres joueurs. Cela peut aider à temporiser et ainsi gérer sa progression sur la piste de décompte si on désire ne pas précipiter la fin, déclenchée quand on franchit cinquante points. Au rayon des nouveautés, ajoutons la possibilité de mettre en place des expositions temporaires, de faire appel aux mécènes (exit les experts) et demander des faveurs.

 

Impressionné par les Impressionnistes ?

Qui dit musée, dit conservateur (ce n’est pas très bio, mais c’est ainsi). Son rôle : réaliser les plus belles collections de tableaux. Chaque joueur va donc hériter d’un plateau et d’une tendance, qui selon ses acquisitions, lui apportera plus ou moins de points de prestige en fin de partie.

Museum pictura – Le marché des musées internationaux. M comme faveur et T comme tendance

 

Le job est partagé en deux phases : d’abord piocher deux cartes Peinture pour étoffer sa main. Petit plus, l’œuvre est brièvement décrite et nous aidera à briller en soirée. Il faut ensuite échanger une peinture en sa possession contre une peinture issue d’un musée international. C’est là que la gestion commence et que les points de prestige peuvent se gagner ou se perdre, tout dépend si la peinture posée est en lien avec un élément de la tendance du musée (bonus de point), et si celle que vous prenez n’a aucun lien (sinon, c’est un malus de point).

Fort de cette nouvelle œuvre, vous pouvez améliorer votre musée en posant des cartes sur votre plateau (au prix d’une carte posée = une carte défaussée). Petite subtilité, vos adversaires pourront taper dans votre défausse en perdant un point de prestige. C’est là également que la gestion des galeries rentre en compte, il faut harmoniser les galeries (par couleur, symbole), et essayer de respecter la tendance que vous avez choisie au départ. Vous vous êtes bien débrouillé, vous avez pu récupérer quatre peintures d’une même famille, même style, il est temps d’organiser une exposition temporaire. Quatre tableaux rapporteront peu de points, en revanche vous obtiendrez un jeton et une récompense (bonus immédiat/permanent/fin de partie). Faut-il pour autant attendre d’agrandir sa collection ?

Museum pictura – Les conditions des mécènes et les jetons expo temporaire

 

La période n’est pas propice aux expositions, tout le monde est en vacances, optez donc pour un inventaire : ramassez les cartes de votre défausse, piochez une carte faveur (prendre une peinture gratuitement/gagner quatre prestiges/exposer gratuitement une peinture…), et si vous êtes en accord avec les  conditions d’un mécène (ex : votre galerie possède deux peintures religieuses et portraits). vous obtenez son aide (P.V ou effet).

Mais le goût du public est changeant et il est impossible de se reposer sur ses lauriers. Vous voilà reparti à la chasse aux peintures pour coller à une nouvelle tendance, jusqu’au moment où un joueur atteindra cinquante points. Commence alors un décompte salade de points axée sur la tendance personnelle choisie en début de partie, la valeur des collections, les jetons d’exposition et leurs emplacements, l’occupation de la grande galerie ou de la totalité de votre musée, sans oublier les malus des restes de la défausse.

Pfiouu, la cafet’ est ouverte, on se boirait bien un café ?

Museum pictura – Les œuvres d’art du jeu

 

La visite vous a plu ?

Je ne recommence pas le comparatif Pictura vs Museum, vous en avez eu un aperçu en introduction. Vous pouvez toujours vous référez à l’article écrit lors du KS de la première version, et regarder les ludochronos de Pictura et Museum. Prenons donc ce jeu comme une nouveauté et parlons du plaisir de le découvrir. Le thème est bien rendu, au travers des taches inhérentes au musée comme de l’organisation des expositions, la récupération des œuvres, la pression du public et l’ambiance liée au thème. Le tour de force est d’avoir respecté l’esprit des œuvres grâce à des détails culturels et historiques, plongeant réellement le joueur au cœur du décor. Ce ne sont plus des cartes que nous avons en main, mais bien des peintures et ce travail éditorial (la création de presque 180 cartes tableaux illustrées par Ekaterina Varlamov) mérite d’être souligné. Le travail de Vincent Dutrait était remarquable sur le premier Museum, cette version n’a pas à rougir de la comparaison tant le résultat est soigné. Le jeu est illustré par Loïc Muzy, Joelle Drans et Amber Scharf.

Pas mal pour la collection liée au symbole pomme, le reste est un peu léger….

 

Pictura est plutôt simple de prise en main et les objectifs sont clairs. Il faut coller au goût du public, à sa direction artistique propre et tenter de garder le cap en achetant/défaussant les cartes qui vont s’assembler pour créer des collections prestigieuses. L’organisation de son musée est un véritable casse-tête pour agencer au maximum les couleurs/symboles, créer des chaînages et groupes. Pictura fait la part belle à l’optimisation. Le joueur est seul face à ce puzzle gigantesque. Il doit néanmoins faire attention aux cartes qu’il défausse pour ne pas favoriser l’adversaire qui pourrait s’en emparer. Cette interaction indirecte est légère mais  bienvenue. Pour éviter une trop grande répétition, les faveurs, les mécènes, la course aux jetons Exposition sont d’une grande utilité.

A la fois gestion de main dans l’échange des cartes avec le marché, jeu abstrait façon puzzle pour remplir les salles de son bâtiment, collection et bataille pour réaliser des expositions et s’emparer de jetons, ce jeu, simple dans son énoncé, est plus compliqué dans sa façon de mener à bien ses actions. C’est un bon point. Tout comme le fait qu’il se joue très bien à deux, ce qui lui donne plus de rythme (on supprime la phase où chaque joueur peut se servir dans un musée après que le joueur actif l’ait fait). Pictura réinvente donc Muséum en en gardant l’esprit et la base. Plus souple que son grand frère, il n’est pas pour autant plus gentil et parvient à procurer le même plaisir. De là à posséder les deux…

A noter que deux extensions existent :

Vernissage : Dans cette extension, vous allez tenter d’organiser de luxueuses soirées privées pour les plus illustres des invités ! Afin d’attirer ces VIP, vous devrez vous débarrasser des cartes de peinture, en les mettant temporairement de côté pour vos soirées exclusives. Ravissez-les avec la bonne combinaison de cartes de peinture et vous les convaincrez de soutenir votre établissement ! Ce soutien prendra la forme de points Prestige à la fin du jeu, mais aussi d’autres bonus.

Crystal Palace : Dans cette nouvelle extension, vous ne serez plus seulement responsable du contenu de vos galeries, vous aurez le contrôle total de votre musée dans son ensemble ! Vous pourrez choisir parmi une série d’installations pour embellir les salles de votre établissement et attirer encore plus de visiteurs. Bien entendu, chacune de ces salles et la façon dont vous les placerez détermineront leur efficacité et les bonus qu’elles vous apporteront.

 

 

 

 

N’oubliez pas le guide…

 

LUDOVOX est un site indépendant !

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don sur :

Et également en cliquant sur le lien de nos partenaires pour faire vos achats :

acheter museum sur magicbazaracheter museum sur philibertacheter museum sur espritjeu

Laisser un commentaire