Les Graal d’Or 2020

Pendant que le monde du jeu de société fourmillait d’activités au travers des multiples stands du FIJ de Cannes, l’association GRAAL (le GRoupement Azuréen d’Associations Ludiques) décernait dans une salle feutrée les prix pour leurs jeux de rôles favoris.

Les ouvrages sélectionnées, répartis en création francophone, réédition et international, transmettent une vision éclairée du loisir, forcément tournée vers la production hexagonale, mais aussi indifférente aux sirènes des records de vente. Pas de D&D5 ou de Shadowrun ici, priorité aux propositions ludiques avant l’emballage marketing ! L’occasion de la couverture du FIJ par Ludovox me permet de revenir sur les trois lauréats récompensés d’un Graal d’Or 2020, pour lesquels leur présence préalable dans ma ludothèque depuis des mois avait de quoi me rassurer sur mes choix rôlistiques.

Catégorie International : The Witcher

Je serai bref sur le lauréat International, en premier lieu parce que je vous en avais déjà parlé en décembre pour Noël, mais aussi parce qu’il présente de nombreuses similitudes avec un autre lauréat, Meute, dans le genre du médiéval folkorique. Choix le plus consensuel de la catégorie, à côté d’un Abstract Dungeon très narratif et d’un Dreamraiders très perché, la traduction du jeu de rôles sur l’univers transmédia du Sorceleur par Arkhane Asylum avait des atouts brutaux : un univers commercialement installé (qui se décline actuellement sur Netflix), des mécaniques de jeu (re)connues et une palette de scénarios possible très large, de la chasse aux monstres aux enquêtes multiplanaires en passant par les bons vieux conflits ethniques. Si je vous conseille le jeu de rôles The Witcher, approchez-le avec prudence pour savoir modifier ce qui ne vous convient pas et puiser votre inspiration plus loin que dans les lignes des Pondsmith.

the witcher jdr

 

Catégorie création française : Meute

Passons au lauréat de la création française. Mon nom figure parmi les pledgeurs et j’ai suivi sa gestation avec intérêt. Julien Moreau, son auteur, communique bien volontiers sur son expérience créative, et renforce ainsi un affect déjà important pour ce jeu. Meute est édité par John Doe éditions ; il partage avec Bloodlust le roleplay d’une lutte entre deux volontés distinctes, le porteur et son arme-dieu pour Bloodlust, ou le Neuri et l’âme d’un loup ici. 
Cet esprit animal va vous rapprocher d’autres personnages pour constituer une Meute de loups dont les objectifs engendreront probablement des réticences d’ordre pratique et philosophique pour les humains hôtes. Comme les lycanthropes du Monde des Ténèbres, les neuris peuvent puiser dans des vécus ancestraux, se plonger dans des narrations générationnelles, et ancrer leurs actions dans l’Histoire avec un grand H : À l’instar de Nephilim, le jeu offre la possibilité d’incarner un personnage qui aurait eu un impact majeur dans de nombreux moments historiques appréciés par le joueur (mousquetaire, révolutionnaire, en encore explorateur), il devient facile d’enfiler un manteau de héros des plus grands combats de l’humanité à la table de jeu.

En puisant dans le folkore français et européen, Meute s’approprie la profondeur rassurante des jeux historiques sans en faire son thème principal, qui est le vivre ensemble. Les relations humaines, la vie clandestine des minorités pourchassées et la difficulté de l’entraide dans une communauté, voilà les axes de jeu travaillés par Julien Moreau.
La gamme Meute séduira un public varié, du vieux fan de White Wolf ou de Nephilim aux amateurs de systèmes légers qui servent les interactions entre les joueurs. La narration partagée s’invite également par touches dans les parties, à travers des règles d’initiative lâches ou dans le décorum à construire entre joueurs. Ce jeu de John Doe est très vite sorti du cercle des inconditionnels des loups pour se faire une place au soleil, capable de changer de forme en fonction des désirs du MJ. Peut-être délicat à appréhender pour une première maîtrise, Meute saura sinon se faufiler dans votre ludothèque et attendra fidèlement vos marques d’attention.

meute-livre-de-base

 

Catégorie réédition : Feng Shui 2

Le lauréat Graal d’Or 2020 de la réédition vous fera quitter la campagne pour l’activité trépidante de la ville, avec style et exotisme. Avec Feng Shui 2 (aux éditions du troisième œil), devenez le héros des films d’action asiatiques, soyez une jeune artiste martiale, un singe cyborg ou un vieux sorcier fourbe. Robin D. Laws, prolifique auteur de jeu de rôles, a eu ce génie d’associer la fureur des combats cinématographiques avec… le voyage dans le Temps. Grâce aux Jonctions, votre personnage pourra changer d’époque, se balader dans le passé ou dans le futur, et participer à une guerre de factions quasi-éternelle pour le contrôle des lieux de pouvoir (Feng Shui). Pour peu qu’on connaisse quelques références du film d’action, on entre dans une partie de Feng Shui 2 en quelques minutes, juste après avoir choisi et personnalisé un des nombreux archétypes proposés.

fend shui

Les éditions du Troisième Oeil (LETO) ressuscitent une gamme déjà largement explorée en français par Oriflam ; même si cette dernière devient difficile à trouver aujourd’hui, elle peut être réutilisée sans grosse modification avec la nouvelle édition. La maquette de LETO a donné un bon coup de frais à la précédente édition, mais les amateurs de systèmes rapides regretteront que les listes de capacités n’aient pas évolué vers un système freeform. Malgré tout, la plupart des jeux de rôles se cantonnent à ce modèle de catalogue de capacités, idéal pour les débutants qui veulent juste jouer un soir et éventuellement y revenir si ça leur plaît. Si le langage cinématique est votre fu, Feng Shui 2 constitue votre botte secrète pour emmener vos joueurs avec vous. Il existe de nombre systèmes narratifs (Wushu, Action Movie World…) pour propulser ce cadre de jeu exotique et bourré d’action de manière débridée et exciter les MJ aguerris ; ceci étant, la proposition de Robin D. Laws reste parfaitement jouable. 

Hey, vous voyez, parfois j’aime bien des jeux quand même ! Et je ne suis pas le seul, grand bravo aux nominés, ils valent tous le coup !

 

   

Laisser un commentaire