Le Port Royal s’agrandit

Peut-être jouez-vous à Port Royal.

Je suis absolument sûre qu’il y a des tas de gens très bien qui jouent à Port Royal.

pic1949288_md

Il s’agit d’un jeu de cartes malin avec du stop ou encore comme on dit. Et des pirates ! Qui ont le vent en poupe, si vous me passez l’expression.

 120 cartes très fairplay

Port Royal, c’est 120 cartes avec une pièce de monnaie sur leur dos et présentant différents items sur le recto. A votre tour, vous allez tirer autant de cartes que souhaité, une à la fois, en les plaçant dans la zone du port (pas loin de la pioche). Chaque carte montre soit une personne, qui reste face visible, soit un navire que le joueur peut attaquer tout de suite s’il a suffisamment d’épées, après quoi le navire sera mis au rebut. On peut aussi tomber sur une expédition : elle demeure au-dessus du port jusqu’à ce qu’un joueur l’accomplisse en défaussant les personnes qui ont les éléments nécessaires à l’expédition. L’augmentation de la taxe obligera tout le monde à payer douze pièces ou plus, sinon quoi vous perdez la moitié de votre argent.

Comme dirait mon ami Tiken Jah Fakoly, plus rien en m’éto00onne

Port Royal est éminemment familial, malin, francisé et apprécié. L’an dernier il a d’ailleurs connu plusieurs distinctions, notamment le prix Fairplay À la carte. On ne s’étonnera donc pas du fait de voir débarquer dans le port d’Essen une extension (en anglais/allemand pour le moment).

ext 738_mdTerre ! Terre !

On aura de nouvelles cartes et des nouveaux modes de jeu, ça ne se refuse pas.

10 nouveaux bateaux (2 de chaque couleur), 14 nouveaux personnages (5 fonctionnaires, 4 artilleurs et 5 vice-amiraux), et 18 cartes Contrats (le moelleux de l’extension) ainsi que des cubes en bois colorés, parce que c’est plus festif.

Les personnages ont de nouvelles habilités leur permettant de gagner de l’argent ou des cartes sous certaines conditions. Mais l’important, c’est surtout les nouvelles cartes Contrats qui pourront être utilisées soit dans un mode compétitif soit dans un mode coopératif. Une variante solo a également été pensée pour les jours où vous avez la flemme de sortir voir vos potes. Faut pas se laisser abattre comme ça voyons !

-1Le jeu ne change pas si ce n’est que les joueurs pourront désormais tenter d’honorer des Contrats. En vous débrouillant pour pouvoir donner les cubes en bois requis vous recevrez de l’argent. À partir du 2e contrat, vous recevrez même des points de victoire. Au 3e contrat, c’est 2 points de victoire. Et après, on arrête sinon c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres.

Dans la formule coopérative (et solo), vous aurez à compléter un certain nombre de Contrats tous ensemble tous ensemble hey dans le temps imparti. L’écoulement du temps sera rendu visible par une pile séparée de cartes (on piochera une carte au début du tour de chaque joueur, et quand il n’y aura plus de cartes, il n’y aura plus de temps pardi !).

Les Contrats vous demanderont de rassembler certains personnages, un certain nombre d’épées, d’avoir réalisé une expédition, de payer des taxes supplémentaires, etc. Plein de petits objectifs, très variés, qui vous obligent à renouveler vos stratégies. Sinon on vous connait, vous faites toujours la même chose, tête dans le guidon.

bato-1> Pour voir la magnifique fiche de jeu il faut maintenant amerrir ici.

Un jeu de Alexander Pfister
Illustré par Klemens Franz
Edité par Pegasus Spiele
Langue et traductions : Allemand, Anglais
Date de sortie : 2015
De 1 à 5 joueurs
A partir de 8 ans
Durée d’une partie entre 20 et 50 minutes

 

   

3 Commentaires

  1. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 19/09/2015
    Répondre

    Achat obligatoire, le jeu de base n’est rien de moins que mon filler préféré

  2. Photo du profil de atom
    atom 19/09/2015
    Répondre

    Il est prévu chez Matagot (jeu de base) . Je n’aurais jamais pensé trouvé ici une référence a Tiken Jah Fakoly.

  3. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 05/10/2015
    Répondre

    Ce qui a de bon c’est que le mois prochain la VF de la boite de base arrive chez Matagot. En fait !

Laisser un commentaire