Iki : L’art de vivre à la japonaise arrive en français

Iki est une création du japonais Koota Yamada, un Eurogame dit à l’allemande avec une mécanique épurée comme je les affectionne. Il avait été financé sur la plateforme Kickstarter en 2015 et avait un peu disparu de la circulation depuis, n’étant jamais sorti du Japon et se trouvant finalement que sur le marché de l’occasion. Si j’en parle aujourd’hui, c’est parce qu’il revient bientôt dans une nouvelle édition et en français s’il vous plait chez Sorry We Are French avec des illustrations de David Sitbon ! À ce stade, je dois vous prévenir que je suis un grand fan de ce jeu, je dirais sommairement qu’il se glisse dans mon Top 10 sans sourciller.

Si j’adore le jeu, je ne suis pas pour autant aveugle. La version de 2015 souffrait de quelques petits problèmes d’ergonomie et de lisibilité qui gâchaient un peu la fête. L’éditeur français travaille depuis un an sur cette réédition. Non seulement il a repensé cette ergonomie, mais il promet aussi quelques améliorations – notamment une configuration pour deux joueurs et d’autres surprises sont à venir.

 

 

Iki, c’est quoi ?

C’est l’art de vivre à la Japonaise à l’époque d’Edo. Vous incarnez un Oyakata (un chef de quartier) qui désire vivre avec cet idéal philosophique. Nous allons collecter des points de « Iki » qui ne sont autre que des points de victoire, et pour ce faire, nous n’avons que l’embarras du choix : marché au poissons, pipes et tabacs, quelques artisans et enfin, les bâtiments. Nous avons 13 tours, les 12 mois de l’année plus un treizième qui représente le Nouvel An. Eh oui 13 tours et pas un de plus, c’est peu, et il faudra optimiser tout cela mais aussi s’adapter au jeu des joueurs.

Une mécanique épurée : à son tour, un joueur peut soit engager un des artisans présents, soit récolter un salaire de 4 mons (la monnaie de l’époque). Quand on recrute une carte artisan, celui-ci est placé sur le plateau dans les quartiers de Nihonbashi, et pour matérialiser le fait qu’il travaille pour nous, on y place un meeple à notre couleur sur sa piste d’évolution. Enfin, on se déplace de 1 à 4 cases autour de ce marché, et on active le lieu où l’on est arrivé, mais aussi un des artisans présents.

 

Edition Yutsuroi

 

Iki est ce que j’appelle un jeu à écosystème, un peu comme Brass, c’est-à-dire que vous allez jouer en fonction de ce que font les autres joueurs. Impossible de jouer dans son coin et d’ailleurs c’est pour cela qu’à deux joueurs c’est plutôt fade (d’où mon attente sur ce mode-là).

Quand vous activez un artisan d’un adversaire vous faites évoluer le meeple sur sa piste d’évolution, et si celui-ci quitte la piste, il est mis dans la zone du joueur et lui procurera du revenu et des points de victoire en fin de partie (on dit alors qu’il part en retraite). Autant dire qu’on ne le fait pas pour le plaisir mais parce que l’on y trouve son intérêt. Attention, quand vous utilisez votre propre artisan, celui-ci n’évolue pas. Mais il évolue toutefois si notre Oyakata fait un tour complet du marché. Et oui, nous avons ici une mécanique de roue (ou rondelle).

Chaque quartier a son importance et les dilemmes sont toujours intéressants : quel artisan dois-je prendre, où vais-je le placer, où vais-je me déplacer…? Est-ce que je décide de faire des petits déplacements ou au contraire je préfère traverser le marché au pas de course pour faire évoluer mes artisans ? Choisir renoncer… mon mantra !

 

 

Dernier élément délicieux : nous sommes au Japon à l’époque Edo, les bâtiments étaient en bois, et il n’était pas rare que des incendies se déclenchent avec les ravages que l’on peut imaginer. Dans le jeu, nous allons devoir faire face à trois incendies qui se déclareront dans un des coins du plateau. Ils vont se propager s’ils ne sont pas arrêtés, brulant sur leur passage bâtiment et artisans. Pour éviter ça, il faut donc avoir évolué sur une piste d’incendie qui régit aussi l’ordre du tour. Passage obligé ? Non, pas forcément, on peut aussi placer son artisan derrière l’artisan d’un autre joueur qui a une maîtrise suffisante de l’incendie avec le risque néanmoins qu’il soit envoyé à la retraite avant le déclenchement de l’incendie…

 

Les modifications 

Comme dit plus haut, l’ergonomie a été totalement revue et le jeu gagne en lisibilité. Le meeple que l’on place sur sa carte artisan évolue sur une piste en hauteur (vertical) et non de la gauche vers la droite : cela n’a l’air de rien, mais comme on tourne autour d’un plateau, il y avait fréquemment des erreurs de manipulation (c’était logique mais pas forcément intuitif). Du bas vers le haut, plus de soucis.

Les illustrations sont plus lumineuses et dans un style plus moderne et réaliste. Certains pourront regretter les estampes Japonaises qui collaient bien au thème et à son époque, mais qui, il faut le dire, pouvaient rebuter au premier abord (il n’était pas facile de convaincre des joueurs que derrière cette boîte aux couleurs un peu ternes se trouvait un grand jeu). J’attends aussi beaucoup du mode deux joueurs comme je l’ai mentionné ci-dessus. Bref, bien hâte !

Iki est un jeu fluide, épuré, profond, avec plusieurs stratégies possibles, où l’on ne joue certainement pas dans son coin. Un petit bijou qui revient donc mi 2021. Nul doute qu’on en reparlera sur nos pages ! 🙂

 

   

16 Commentaires

  1. Umberling 30/11/2020
    Répondre

    La partie que j’ai faite m’a beaucoup plu. J’y rejouerai avec plaisir ! 🙂

  2. Shanouillette 30/11/2020
    Répondre

    voilà qui est une bonne nouvelle !

  3. Flemeth 30/11/2020
    Répondre

    Ohlala, quelle nouvelle merci ! Découvert et adoré aussitôt, un grand jeu avec des règles pourtant simples. Par contre je regrette le visuel d’origine, zut.

  4. -Nem- 30/11/2020
    Répondre

    Super nouvelle ! Mais par contre déçu car j’aimais beaucoup l’atmosphère et les illustrations d’origine…

    • atom 30/11/2020
      Répondre

      Certes mais jeu quasi insortable. j’ai proposé une partie à pleins de joueurs différents et le résultat est sans appel. Par contre une fois le jeu joué il convainc  les joueurs, mais faut passer le cap du visuel et pourtant on est loin du look à la Klemens Franz 🙂

      • -Nem- 30/11/2020
        Répondre

        Oui c’est vrai. J’y suis moi même un peu aller à reculons la première fois. Mais une fois dans le jeu, il se dégageait vraiment une ambiance particulière… Espérons que ça sera encore le cas dans cette nouvelle version 🙂

  5. ric 30/11/2020
    Répondre

    Moi je resterai sur ma version originale qui est magnifique.

  6. 6gale 30/11/2020
    Répondre

    Excellent jeu !

  7. morlockbob 30/11/2020
    Répondre

    un jeu lié a de très bons souvenirs. Mais effectivement, si l’édition française est belle, elle passe à côté de l’essence de ce jeu. Dommage, ce sera sans moi. Espérons qu’il trouve son public.

    • atom 02/12/2020
      Répondre

      Je réponds sur le visuel, parce que ça me fait sourire. J’ai le jeu depuis sa sortie et je l’ai emmené plusieurs fois dans des associations diverses et variées, je l’ai proposé plusieurs fois aussi dans des week end jeux. Il n’est pas rare que je doive le remballer, il faut reconnaître que visuellement ça ne fait pas rêver au premier abord et si à côté de ça on te sort un jeu illustré par Ian O’Toole alors c’est vite vu. Par contre une fois que l’on passe ce cap on finit par le trouver beau, lui trouver un certain charme.

       

      En fait, l’être humain est ainsi fait que notre point de vue évolue en fonction de la situation. D’abord on refuse, puis une fois que l’on apprécie le jeu alors on s’auto convainc et finalement on trouve ça plutôt joli. Je pense qu’il y a une question d’égo, qui fait que l’on doit justifier notre changement de point de vue. Ce n’est absolument pas un jugement, je fonctionne de la même façon.

      Pour revenir à Iki, c’est un jeu que j’adore et s’il peut sortir plus facilement je prends. D’autant que ce n’est pas juste une distribution avec un nouveau visuel, mais il devrait y avoir pas mal de modifications, d’ordre ergonomique pour commencer, mais pas seulement, déjà le mode deux joueurs, mais j’espère quelques ajouts dans le gameplay.

      • -Nem- 03/12/2020
        Répondre

        Je suis d’accord avec toi Atom, mais perso je pense aussi que certains visuels sont aussi plus déroutants que d’autres. Ce n’est pas forcément de l’auto persuasion mais parfois un petit temps est nécessaire pour s’habituer et apprécier un style graphique particulier. Dans le cas d’IKI je pense surtout que les illustrations pouvaient laisser penser à un jeu…un peu ennuyeux 🙂 Et en fait quand on test on se rend compte que le jeu est très bon.

      • -Nem- 03/12/2020
        Répondre

        Je suis d’accord avec toi Atom, mais perso je pense aussi que certains visuels sont aussi plus déroutants que d’autres. Ce n’est pas forcément de l’auto persuasion mais parfois un petit temps est nécessaire pour s’habituer et apprécier un style graphique particulier. Dans le cas d’IKI je pense surtout que les illustrations pouvaient laisser penser à un jeu…un peu ennuyeux 🙂 Et en fait quand on test on se rend compte que le jeu est très bon.

        • atom 03/12/2020
          Répondre

          C’est marrant, ce matin il voulait pas de ton message et ce soir il le duplique ^^
          Petite précision, mon message n’était pas directement adressé à Morlockbob, il se trouve juste en dessous pour une raison que je ne comprend pas.

          Ma réaction elle est la pour dire que aujourd’hui certain pense que seule l’ancienne version est digne d’intérêt, alors que justement avec ce graphisme suranné j’ai bataillé pour motiver des gens à y jouer, et pas des joueurs lambda, mais des joueurs habitués à de l’austère à la Ystari. Du coup c’est marrant. Au passage j’ai le même probléme avec Yokohama 🙂

  8. bgarz06 02/12/2020
    Répondre

    Excellente nouvelle^^
    Merci les SWAF.

    • morlockbob 05/12/2020
      Répondre

      et ben Atom penses à moi si tu le vends 🙂

  9. Grovast 03/12/2020
    Répondre

    Count me in.

Laisser un commentaire