Hippocrates : thérapie par le jeu

Hippocrate, certes, c’est une série française, mais c’est d’abord et surtout un peu le père de la médecine. Les docteurs une fois en fonction jurent d’être fidèles au serment d’Hippocrate, une forme de déontologie médicale comme la charte de Munich pour les journalistes. Mais l’un comme l’autre n’ont aucune valeur juridique hélas.

Hippocrates c’est désormais aussi le dernier jeu de Alain Orban, d’abord coauteur de Troyes et Black Angel, mais aussi Ginkgopolis ou bien encore Carnegie qui avait été lancé sur kickstarter en début d’année (nous en reparlerons à sa sortie).
Hippocrates est un Eurogame de type expert où nous allons devoir gagner des points de victoire en accueillant des malades et surtout en les soignant, en recrutant les médecins les plus avisés et les plus compétents sans oublier de les payer sans quoi ils s’en vont voir ailleurs !

Hippocrates se joue en quatre tours de jeu, chacun d’eux composée de cinq phases. 
Dans la toute première, on lance les dés, que l’on place sur les files de patients qui .. patientent … ^^

Puis, les joueurs vont pouvoir accueillir un des patients en positionnant leur pion colonne en haut d’une file. S’ils prennent le premier, ils gagnent des points de réputation, par contre s’ils accueillent le 2e ou le 3e ils en perdent. Et oui c’est plutôt mal vu de trier les patients (sauf pendant une pandémie où on a enlevé des lits ^^). Et bien entendu, ils ne nous rapportent pas tous la même chose. 

 

 

Nos patients sont tellement contents que l’on s’occupe d’eux qu’ils vont nous payer immédiatement. Tant mieux, car il faudra aussi rémunérer nos médecins. Cela dépend de leur réputation, plus elle est élevée et moins il faut les payer (c’est assez réaliste, dans la France de 2021 on les paye en applaudissements ^^).

Dans la phase suivante, on va pouvoir engager des médecins – je vous passe les détails des règles, mais sachez que bien évidemment ils ont leurs spécialités et qu’ils peuvent s’occuper d’un ou plusieurs patients. Concrètement on va faire correspondre nos tuiles médecins avec nos tuiles patients comme dans l’image ci-dessous.

 

 

On ne peut pas soigner un malade à moitié, il faut l’achever, enfin quand je veux dire achever, je parle de « remplir pleinement une demande » bien sûr. Les malades repartent heureux et rapportent des points de réputation. Ceux qui ne sont pas soignés descendent d’un cran sur votre plateau (je ne vais pas vous faire un dessin, mais disons que la première salle, celle où vous les accueillez, s’appelle la salle d’examination, la suivante c’est les urgences, et la troisième c’est le Hall of Hades ^^).

 

Ensuite, on est reparti pour un tour, avec l’accueil de nouveaux patients, le recrutement de docteurs, etc.

Ce que je ne vous ai pas (encore) dit, c’est que Hippocrates est un jeu plutôt adapté pour quatre joueurs, disons que pour jouer à deux ou trois joueurs il faudra jouer des joueurs fantômes (les patients décédés ?).

Quoi qu’il en soit, Hippocrates est sur kickstarter jusqu’au 30 avril et il vous en coûtera 69€ pour une version Deluxe ; la version normale sortira en boutique.

   

Laisser un commentaire