Dinosaur Island : Jurassic Park le jeu (moins la licence)

À l’heure où le pledge manager de la réédition est presque terminé (avec un late pledge possible), il est temps de vous dire deux mots sur Dinosaur Island. En effet, je fais partie des pledgers de la première édition. Alors oui, normalement, Dinosaur Island c’est pas ma cam’ habituelle. Les jeux de gestion en général, c’est pas trop mon truc.

Par contre, il y a un truc que j’adore, à un point que vous n’imaginez pas (non vraiment vous n’imaginez pas) c’est les dinosaures. Voilà j’ai une passion pour les dinosaures.

Jurassic Park, c’est mon premier vrai souvenir de cinéma, je l’ai attendu avant sa sortie (j’avais pourtant 8 ans), j’ai l’intégralité de la collection dinosaure, à la question « Tu préférerais que ce soient les douches chaudes ou tout ce qui concerne les dinosaures qui disparaissent, je réponds vive l’eau froide« , etc.

Bref, je suis vraiment fan (on peut être fan de trucs qui n’existent plus ? on a le droit dites ?). Du coup, flanquez un dinosaure dans un jeu et vous avez instantanément mon attention. Sérieusement, Epic avait attiré mon attention juste pour la carte tyranosaure.

Voilà, et donc quand j’ai vu cette vidéo, le late pledge était disponible et donc j’ai craqué. Malgré le rose (on va y revenir).

Bon, mais est-ce que ça fait un bon jeu ? Voyons ça, mais d’abord, je vous demanderais de mettre ceci, en musique d’ambiance. Merci. 

 

Qu’est-ce qu’il y a là-dedans ? King Kong ?

Bon, alors le premier truc qu’on remarque sur la boîte, c’est le parti pris graphique. Oui, bon, on aimera ou pas, c’est assumé, c’est voulu. Moi je ne me suis pas trop arrêté dessus, même s’il faut reconnaître que ça pique un peu les yeux et que ça aide pas trop à le vendre aux joueurs. Quoi qu’il arrive, les cartes et tuiles sont de bonne qualité. Les plateaux double-épaisseur avec emplacements pour les cubes, ça reste quand même un détail qui tue bien appréciable. Bon, par contre, tout ça prend une place monstre sur la table. C’est thématique me direz-vous.

dino-premiere-image-plateau

Chatoyant, c’est le terme non ?

 

Ah, et puis j’ai bien sûr dépenser sans compter, et j’ai backé la version de luxe, dont la principale différence est de fournir des pièces en métal, un bracelet « strap band » pour marquer le premier joueur, et surtout, surtout, SURTOUT différents modèles de dino-meeples. Si ça, ça ne vous excite pas, je n’sais pas ce qu’il vous faut.

 

DSC02358.resized

Les dino-meeples, ou les meesaurs comme vous voulez

 

C’est sûr les pièces en métal c’est chouette… Mais c’est lourd ! Ma boîte pèse deux tonnes. C’est pas si grave que ça mais c’est quand même un poil embêtant. Et puis les dino-meeples… Ils sont en plastique. Et mal faits. Il y a une espèce de creux au milieu fort peu élégant. Ah oui, et ils sont roses. Très roses. Ils ne sont là que pour l’esthétique du jeu et au final, bon ça ne sert pas tant que ça. Bon, tant pis.

 

Que les choses soient claires, John. Ce n’est pas un week end de détente.

Dans Dinosaur Island, il va falloir créer le plus beau parc d’attraction avec des dinosaures dedans. Sans qu’ils s’échappent, sinon ils bouffent les visiteurs et ça vous fait perdre des points (mais pas des sous : ils ont payé leur entrée avant de se faire bouffer, ça c’est du bol !). Oui comme dans Jurassic Park. Il manque que la licence je vous le dis. Bien sûr, faire le plus beau parc, ça se chiffre en points de victoire.

Pour vous faire une idée rapide de comment ça marche, je vous propose ici un bref résumé (bon, en vrai il y a peu de choses à savoir en plus de ça niveau règles) :

Le jeu est une succession de tours de jeu, eux-mêmes segmentés en phases :

  • Phase 1 : C’est la phase de recherches. Cette phase fonctionne avec du placement d’ouvriers à la Agricola : quand quelqu’un a pris ce que vous vouliez, tant pis pour vous. On aura 3 « ouvriers » à poser, pour récupérer soit des « recettes » de dinosaure et avoir de nouvelles espèces dans son parc, soit de l’ADN qui sert à créer lesdits di- La princesse de Galles ? Non lesdits dinosaures bien sûr, soit pour augmenter vos capacités de stockages d’ADN.

 

DSC02361.resized

Chaque phase a son plateau

 

  • Phase 2 : C’est une phase d’investissement, dans laquelle chaque joueur pourra effectuer deux achats. On pourra embaucher des spécialistes pour notre parc, qui nous donneront des bonus divers et variés, améliorer notre labo pour la phase 3 (on y reviendra), acheter des attractions pour le parc, de façon à faire entrer plus de visiteurs, ou bien acheter de l’ADN qu’on aurait pas pu récupérer à la phase 1.

 

DSC02363.resized

 

Ces deux phases sont celles où l’on aura de l’interaction, puisque les autres joueurs pourront prendre ce que l’on convoite.
Pour les deux suivantes, c’est un peu chacun dans son coin.

 

  • Phase 3 : Ici aussi, on a une espèce de pose d’ouvriers, mais que l’on placera uniquement sur notre plateau individuel. On choisira ainsi les actions à effectuer, comme créer des dinosaures avec l’ADN récolté, agrandir les enclos pour mettre plus de dinos dedans et augmenter la sécurité du parc notamment. C’est à la phase 2 que l’on pourra ajouter des zones permettant de nouvelles actions.

 

  • Phase 4 : C’est le moment d’accueillir des visiteurs ! En fonction des dinosaures dans votre parc, vous attirerez plus ou moins de visiteurs. Vous piocherez alors autant de visiteurs que le « niveau d’intérêt » de votre parc dans un sac.

 

Il y a deux types de visiteurs : les normaux, ceux qui payent leur entrée et font marquer des points, et les hooligans, qui ne font ni l’un ni l’autre. Et qui en plus prennent la place des premiers, et donc s’il n’y a pas de place pour tout le monde, tant pis pour les visiteurs normaux.
On regarde aussi à ce moment là si des dinosaures s’échappent, en comparant la dangerosité de vos bestiaux (un tyrannosaure est plus dangereux qu’un gallimimus par exemple) avec votre niveau de sécurité. Et si la première est plus haute que le second, paf, les dinosaures mangeront des visiteurs. Mais pas les hooligans, ceux-ci ayant certainement mauvais goût. Chaque visiteur restant vous rapportera alors des points.

 

DSC02364.resized

Là par exemple, ces saloupiards de hooligans violets forcent un gentil visiteur à rester à la porte

 

On enchaîne ainsi les tours, jusqu’à arriver à la fin de la partie. Celle-ci est déclenchée par le fait que les objectifs piochés au début du jeu ont tous été remplis.

Il est à noter que ceux-ci changeront à chaque partie, d’ailleurs il en existe pour des parties courtes, moyennes ou longues. Soulignons aussi qu’à chaque partie on piochera des « twists » qui changeront un peu l’équilibre du jeu : telle action sera plus ou moins coûteuse, il y aura plus ou moins de hooligans dans le sac etc. Tout ça pour la rejouabilité. J’aime bien l’idée je dois dire.

 

dinosaur-island--plot-twist

Quelques exemples de plot twists

 

Une fois la partie terminée on compte les points en regardant :

  • Les points marqués au fil des tours avec les visiteurs ; 
  • Ceux rapportés par les objectifs remplis ; 
  • Ceux rapportés par les dinosaures dans le parc (encore une fois, un chouette spinosaure fera plus de points qu’un bête tricératops, les carnivores ça attire plus) ;
  • Ceux rapportés par certaines attractions ;
  • Ceux perdus parce qu’on a aucun spécimen d’une espèce qu’on a récupérée (Et oui il faut penser à mettre des dinosaures dans votre parc à dinosaures).

 

Bien sûr, celui qui en a le plus est le gagnant qui va faire fortune avec ce parc.

 

Bon, c’est mieux que Jurrassic World ou pas ?

Alors déjà, moi j’ai aimé Jurassic World. Parce qu’il y a des dinosaures dedans et que l’entrée en scène du T-rex est quand même méga-classe. Voilà, j’assume. Bim.

Bon, comme je le disais je suis normalement pas fan de ce genre de jeux. Mais là avec un thème porteur comme ça, et plein de dinosaures dedans, je me suis dit allez, on y va. J’ai pour l’instant joué deux parties, et j’avais très envie de l’aimer ce jeu.

Là vous devez commencer à vous dire que la sauce n’a pas pris, et vous avez une bonne intuition. Alors le thème est en effet bien là, on construit son parc, ses dinosaures, et c’est sympathique. En plus, on est jamais vraiment bloqué. Certes, on pourra pas toujours tout optimiser, mais le jeu n’est pas punitif et on s’en sortira toujours.

 

03bf18bec720bf744971bca31fec832b_original

 

Là où le bât blesse, c’est que le jeu est une course. Pas une course de vitesse où il faut arriver le premier, quitte à commencer plus lentement pour exploser à la fin. Non, il s’agit d’une course de fond, où il faudra être au taquet tout du long. On ne peut pas se permettre de marquer le pas pendant un tour et de ne pas prendre des points. Conséquence indirecte, chaque tour ou presque se ressemble: « Quel dino vais-je pouvoir construire ce tour (rarement plus d’un), comment je fais, combien il va me falloir en sécurité en plus ? » et voilà. Un peu toujours le même train-train toute la partie. Et si jamais on dérape, ou qu’on démarre moins vite, bonne chance pour rattraper les points non engrangés ! C’est pour ça que le jeu peut se permettre des parties de longueurs variées : parce qu’il n’y a pas de montée en puissance, ni vraiment de climax.

Les dinosaures différents ? En fait il y en a trois types : végétarien, petit carnivore, gros carnivore, qui tous auront au sein d’un même type les mêmes caractéristiques. De plus, au bout de deux parties, on a eu un peu l’impression que les petits carnivores étaient à éviter car ils montrent les mêmes désavantages que les deux autres, sans les avantages.

 

dinosaur-island-objectif

Et voilà comment faire varier la longueur des parties

 

 

Et puis il y a la course à la sécurité. Chaque tour, il faudra augmenter son niveau de sécurité pour suivre la cadence. Pas vraiment intéressant, il faut juste mettre de côté pour avoir ce qu’il faut pour suivre le rythme.

Bref, j’ai eu l’impression de dérouler le même moteur à chaque tour de mes deux parties. Lors de ma seconde session, j’ai pris une avance lors des 2 ou 3 premiers tours, que mon adversaire n’a jamais pu rattraper, car on était vraiment sur le même rythme, et ni lui ni moi n’a vu comment le casser pour passer devant.

Cet avis est un peu discordant par rapport à ce que j’ai pu lire ailleurs, et encore une fois je ne suis pas le public habituel pour ce type de jeu, il est donc sûrement à nuancer. Dinosaur Island n’est pas le jeu de dinosaures que j’espérais. Mais bon, la vie trouve toujours un chemin, et le succès du reprint montre que sa première vie a été suffisamment riche pour trouver un public. 

À vous de voir si l’aventure vous tente. Moi je passerai mon tour parce que … Ooh il y a des meeples bébés-dinosaures ! Chérie, il nous reste combien sur notre compte ?

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

PS : Le premier qui retrouve toutes les citations a gagné !

 

   

16 Commentaires

  1. nono 01/05/2018
    Répondre

    Merci pour l’article.

    Au risque de passer pour un dinosaure, ça envoie dès l’entame en termes d’anglicismes intempestifs… « À l’heure où le pledge manager du reprint est presque terminé (avec un late pledge possible)… ». Au jurassique, on parlait de réédition, d’appel au don, etc.

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 01/05/2018
      Répondre

      C’est vrai. Mais c’est le vocabulaire employé dans le domaine. De même qu’on utilise un smartphone, pour aller dans le cloud pendant le week-end. 🙂

      Et puis dans le cas présent:

      pledge manager -> « gestionnaire de don », « late pledge »-> »don tardif »? Il me semble que c’est moins compréhensible du coup. (Je suis d’accord pour reprint qui pourrait être en effet ré-édition)

  2. Vidberg 01/05/2018
    Répondre

    Merci pour l’article !
    Moi j’aime beaucoup les jeux de gestion et les dinosaures, c’est donc complètement ma came.
    Mais Dinosaur Island ne m’a pas du tout plu : la part de hasard est bien trop élevée avec notamment le tirage des dés de ressources qui rendent difficile toute anticipation. J’ai trouvé aussi la profondeur de réflexion assez légère. On a déroulé la partie sans passion, sans trop avoir besoin de se creuser la cervelle et en subissant un peu les événements.

    Les notes sont excellentes et le KS a fait un carton pour l’extension, il serait prétentieux de critiquer le choix de la majorité mais je ne le partage pas trop 🙂

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 01/05/2018
      Répondre

      Merci de ce retour, j’avoue qu’il me rassure un peu :-). J’avoue que c’est pas le hasard qui m’a fait si mal que ça: comme je le disais même sans le bon ADN dans les dés on s’en sort avec la phase d’achat par exemple. Mais par contre les hooligans c’est juste rageant je trouve ça c’est vrai.

  3. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 01/05/2018
    Répondre

    Pas mieux ici, le jeu n’a pas fait l’unanimite pour les raisons evoquees par Martin. Cependant, le pledge avec les Meeple Dino est vraiment super tentant juste pour l’objet. Ca explique le rythme du KS.

    Par ailleurs, que ce soit un jeu sans catch up comme tu le racontes ne me pose pas de soucis, mais si le hasard s’en mele, ca le fait beaucoup moins.

  4. Photo du profil de -Nem-
    -Nem- 01/05/2018
    Répondre

    Dommage le thème était vraiment aguicheur… Mais là ça fait trop de points négatifs.

  5. Photo du profil de eolean
    eolean 03/05/2018
    Répondre

    Merci pour cet article ! J’avais la boite dans les mains à essen, mais je l’ai finalement reposé. Le look, les couleurs, le fluo  (franchement mes yeux pleurent quand je regarde le jeu) et surtout 70 euros pour la bête ont eu raison de mon acte d’achat. J’avais cependant l’appréhension d’être passé à côté d’un bon jeu. Mais à vous lire, je ne suis pas sûr qu’il m’aurait plu. Merci ! 🙂

    Et c’est dommage parce le thème m’attirait vraiment beaucoup !

    « J’ai finalement décidé de ne pas avalisé votre parc » ^_^

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 03/05/2018
      Répondre

      De rien!

      70€ c’est la version deluxe non? La boîte de base est moins chère il me semble.

      • Photo du profil de eolean
        eolean 03/05/2018
        Répondre

        très franchement je ne me souviens plus bien ^^ Mais je pense que c’était la version de base, je ne me souviens pas des pièces en métal.

  6. Ytrezius 10/07/2019
    Répondre

    Bonjour,

    Je découvre (un peu tard) votre article. J’ai aussi eu la chance d’acquérir ce jeu via le 2nd Kickstarter. Malheureusement très déçu également. Beaucoup de règles pour pas grand chose et surtout pas de fun. Les tours s’enchainent et se ressemblent, le tirage des hooligans est trop punitif. Je ne me suis pas du tout senti dans la peau d’un gestionnaire de parc zoologique préhistorique.

    J’ai préféré revendre mon pledge (ce qui a fait un heureux). Je possède par contre aussi la version 2 joueurs « Duelosaur Island » qui est pour moi une vrai réussite. Règles épurées, moins de hasard, mécanique beaucoup plus fluide.

Laisser un commentaire