Cuatro, la puissance 4

Cuatro, la puissance 4

Que se passe t-il quand on trie toutes les photos d'Essen ? On tombe sur des jeux qui étaient passés inaperçus, et oui, plein ! Dingue ça, et pourtant, on n'a rien lâché hein. Mais que voulez-vous, tant de jeux, 'spa humain.

Voici Cuatro de Jürgen P. Grunau, qu'on nous présente comme un mélange de deux jeux : le Yahtzee et le Puissance quatre, édité chez Noris Spiele (Noris ? Chuck Norris ? Wahaaouuu, il va jouer à ça ? Oui mais tout le monde sait que Chuck Norris peut gagner une partie de puissance 4 en trois coups, c'est pô juste…).

Comment ça se passe ?
Vous prenez un joueur, vous lui dites poliment de lancer 5 dés pour faire un jet qui ressemble à quelque chose comme une paire, un brelan, un carré, un full, une quinte ou the poker. Un peu comme au Yam's vous lui dites qu'il peut relancer tout ou partie de ses dés jusqu'à cinq fois. C'est le côté "stop ou encore" de la chose.

Vous lui montrez aussi un petit plateau de jeu central avec des cases, toutes marqués pour les six figures possibles.

Et dernier détail que j'ai omis de dire, vous expliquez à votre joueur qu'il a aussi des petits toits de maisons en bois.

Le résultat de son jet de dés indique l'endroit où son toit pourra être placé. Et là, nous sombrons dans la partie Puissance 4 de la Force : dès que le joueur met quatre maisons d'affilée (soit horizontalement, verticalement ou en diagonale), votre joueur peut sauter de partout dans la pièce tel la marsupiale en période de rut. Ou pas. Votre joueur peut aussi avoir la victoire modeste.

L'astuce réside dans le fait que votre joueur peut placer ses toits sur les espaces déjà occupés, au dessus des pièces des autres joueurs, mais attention pas n'importe comment non plus : accrochez-vous ça va aller vite mais ça va piquer la tête -> si et seulement s'il a obtenu le résultat nécessaire en un nombre de jet inférieure ou égale à cinq moins le nombre de toits (par exemple, s'il y a deux toits sur l'espace désigné pour un brelan, le joueur doit atteindre ce résultat en moins de trois dés jetés). Vala vala.



C'était donc Cuatro un petit jeu abstrait qui à l'air sympathique en fait, non ? En plus ça se joue de deux à quatre. Et puis, on pousse sa chance, on empile des toits, on saute de partout (ou pas)… c'est pas le genre à vous donner la migraine quoi, et alors, de temps en temps, c'est bien aussi non ?!

   

Laisser un commentaire