Chronicles of Crime: Welcome to Redview – Stranger Crimes in the Eighties

Sorti en 2018 chez Lucky Duck Games, Chronicles of Crime de David Cicurel, illustré par Matijos Gebreselassie, Mateusz Komada et Katarzyna Kosobucka, est un jeu coopératif d’enquête et de déduction assisté par une application mobile. Le gameplay moderne et très accessible ainsi que la qualité des scénarios lui auront valu un remarquable succès auprès du public. Force est de constater qu’il n’a pas fini d’accrocher la communauté. Pour preuve, de nombreux scénarios amateurs ont poussé ici et là, dont une grande partie a été écrite ou traduite en français. Pour les intéressés, c’est ici que ça se passe.

Fort de son succès donc, deux extensions sont sorties dans la foulée la même année, par les mêmes auteurs, illustrateurs et éditeurs : Chronicles of Crime: Noir (co-designer Stéphane Anquetil) et Chronicles of Crime: Welcome to Redview (co-designer Ghislain Masson).  

Dans Chronicles of Crime: Welcome to Redview, des rumeurs d’événements surnaturels viennent perturber le quotidien de la petite ville tranquille de Redview, au milieu des années 80. Vous et vos acolytes incarnez le « Gang des Mystères », une bande d’ados en jeans, baskets et sweat-shirts fluo accompagnés de leur fidèle cabot, bien décidés à comprendre ce qui se trame et à le révéler au grand jour…

 

Chronicles_crime_Redview_materiel

 

Chronicles of Crime, c’est quoi ?

Si ce jeu ne vous dit rien, commencez par ce Ludochrono. C’est toujours un bon point de départ 😉
Dans Chronicles of Crimes, vous incarnez une équipe de détectives londoniens modernes chargés de résoudre des enquêtes sur des crimes la plupart du temps assez violents. La boîte de base, tout comme chaque extension, propose 4 scénarios jouables une seule fois. Il existe également 5 scénarios qu’il est possible d’acheter en ligne au prix de 5 euros chacun.

Le jeu est prévu pour des joueurs de 12 ans et plus, mais sous réserve que les meurtres par coups de pelle ou le prélèvement d’organes et ce sur des individus adultes ou mineurs ne vous effraient pas ! Si la boîte est plutôt d’apparence « teenage friendly » de prime abord, le contenu est susceptible de choquer les âmes sensibles, non pas particulièrement au travers d’images mais plutôt de la narration. Soyez quand même avertis.

Le but du jeu se découvre en jouant, il n’est pas exprimé froidement au départ des scénarios. Vous prendrez peu à peu conscience du problème, vous chercherez ensuite à l’expliquer en détail. Lorsque le temps imparti est révolu, l’application vous posera quelques questions du type « Qui se cache derrière cela ? Avec quel complice ? Pourquoi ont-ils fait cela ? ». Et si vous trouvez les bonnes réponses vous serez déclarés vainqueurs, ou partiellement. Il sera également possible d’avoir toute la solution détaillée sous forme de texte.

En termes de gameplay, les joueurs ne jouent pas à tour de rôle mais discutent ensemble pour mettre en lien les informations collectées et prendre des décisions pour avancer. Le jeu requiert obligatoirement une application gratuite (Android et iOS). Vous utiliserez le téléphone de deux manières :

  • Pour interagir avec les personnages, indices et objets du jeu en scannant le QR-code de leur carte. Chaque carte du jeu en possède. Le principe est très simple : si vous voulez par exemple vous rendre au quartier de Westminster interroger Mr X au sujet des traces de sang retrouvées dans sa chambre, vous allez scanner le QR-code de la fiche Westminster, puis celui de la carte de Mr X, puis celui de la carte indice Traces de Sang. Si vous voulez l’interroger au sujet sur d’autres personnages ou indices, scannez les cartes appropriées en suivant. C’est là le cœur du gameplay.

 

  • Pour rechercher des indices à une ou plusieurs occasions dans chaque scénario (scène de crime, fouille d’appartement, etc.). Un joueur sera désigné pour observer la scène à travers son téléphone en mode paysage, tout autour de lui, en haut et en bas (possible aussi avec un casque VR). Il disposera d’un temps limité pour repérer un maximum d’indices, que ses partenaires s’efforceront de retrouver dans le paquet de cartes prévu à cet effet. Les séquences recherche d’indices sont parmi les plus intenses et appréciables du jeu.

 

Cela implique qu’au contraire du commun des jeux assistés par une application mobile tels que Unlock!, l’usage du téléphone est ici absolument permanent et central. En effet c’est votre outil principal et à tout moment il sera tenu par un joueur ou un autre, car il faudra scanner des QR-codes à tout va. Le jeu est donc autant une application mobile qu’un jeu de plateau ou de cartes, qu’on se le dise. Les éléments physiques de la boîte (plateau, fiches, cartes) nous servent de support à l’enquête, un peu à la manière d’un détective accrochant ses photos et images au mur.

Nous arrivons donc ici à un carrefour où une partie des joueurs, allergique à l’emprise des nouvelles technologies sur le jeu de société, va préférer prendre la sortie. C’est un choix qui vous revient personnellement. En revanche, les joueurs plus sensibles à l’intrigue et à l’immersion qu’à l’effet « application mobile » pourront être emballés, car dans l’ensemble les scénarios sont de bonne qualité, prenants et donnent du fil à retordre.

 

Chronicles_crime_Redview_02

Avec tous ces lieux, ces témoins à interroger, ces suspects, on est mal barrés. Je sens que cette affaire va se régler en « Am stram gram » !

 

 

Qu’est ce qu’il y a de nouveau dans Welcome to Redview ?

  • Côté matériel, seuls le plateau, les cartes Objet et Indice du jeu de base seront conservés, tous les autres éléments (experts, lieu, personnages) seront rangés dans la boîte. Ils sont remplacés par des fiches Personnage et des fiches Lieu alternatives. Fini Londres et ses quartiers modernes, bienvenue dans l’Amérique des années 80 !
  • Exit aussi les appels à un ami ! Les experts sont absents et vous devrez vous débrouiller seuls. Et oui, il n’y a pas encore de téléphone portable en 1985…
  • Les intrigues sont moins glauques et le côté parfois sanguinaire est remplacé par du fantastique.
  • Des fiches Personnage sont ajoutées. À la différence du jeu de base où chaque joueur n’est pas représenté matériellement, ici vous incarnerez chacun un personnage au choix parmi les 6 disponibles.

 

Cette petite touche « jeu d’aventure » engendre les deux petits changements suivants :

– L’aléatoire rentre en jeu ! Parmi les actions à réaliser, vous aurez parfois la possibilité de tenter 3 actions supplémentaires pour faire avancer l’enquête : action physique, relationnelle ou mentale. La réussite ou l’échec de ses actions se déterminera aux dés. Le principe est très simple, inspiré du jeu de rôle : lancez un dé, ajoutez le bonus de caractéristique lié à votre personnage, ajoutez un bonus/malus lié à la difficulté, et faites 5 ou plus pour faire une réussite, 7 ou plus pour en faire 2. Si vous obtenez au moins autant de réussites que le nombre de joueurs, c’est gagné ! Si vous échouez, vous perdez du temps. Chronicles of Crime se rapprocherait-il de 7th Continent ? Loin de là, l’aspect gestion de personnages reste très léger.

– Des Jetons énergie agiront comme des lancers de dés supplémentaires pour tenter d’ajouter des réussites en cas d’échec. Ils se régénéreront au début de chaque journée.

 

Quant à la question « était-ce nécessaire d’ajouter des personnages et de l’aléatoire ? », là non plus il n’y a pas de réponse toute faite. Certains joueurs pourront juger que cet ajout relève du gadget, quand d’autres apprécieront l’immersion à travers l’incarnation d’un personnage et la prise de risques. On peut cependant regretter que la réussite des actions soit indispensable au succès des scénarios. Que se passe-t-il lorsque l’on rate systématiquement les jets de dés 10 fois d’affilée, malgré l’usage de jetons Energie ? On fait du sur-place… Pour l’avoir vécu, la frustration est bien présente dans ces moments. Enfin, c’est toujours un peu la même histoire lorsque le succès des actions se gère aux dés sans trop de moyens pour agir dessus ! Pour ma part je pense que ce côté aléatoire aurait gagné à n’avoir qu’un impact mineur sur l’issue de l’enquête.

 

Photo Sarah C. 16 ans, ne se doute pas que dans quelques années, elle va se faire courser par un T1000.  Heureusement, elle a des jambes (et elle a 2 relances) !

Photo Sarah C. 16 ans, ne se doute pas que dans quelques années, elle va se faire courser par un T1000. Heureusement, elle a des jambes (et elle a 2 relances) !

 

Scouuubidou-Redvieeeeew

Chronicles of Crime: Welcome to Redview surfe sur une vague rétro, nostalgique de la S-F et du fantastique des années 80. Dans l’audiovisuel, des séries télévisées comme Dark ou Stranger Things (que l’on ne présente plus) ont clairement inspiré cet opus. D’ailleurs, d’autres jeux de société tels que Greenville 1989 s’inscrivent dans la même source d’inspiration.

On reconnait également une touche de Scoubidou, avec la bande d’ados accompagnés de leur chien. Tous les clichés s’y retrouvent : la tronche, le quarterback du lycée, la bimbo, le glandeur et la trasheuse. La recette est traditionnelle mais fonctionne toujours, du moins chez moi !

Visuellement, les illustrations de type BD américaines sont soignées, colorées et contrastées. J’ai trouvé une amélioration des fiches Lieu par rapport au premier opus, plus inspirantes, avec de belles teintes automnales.

 

Chronicles_crime_Redview_03_lieux

 

 

Vous m’avez mis quoi dans le verre ? 

L’immersion est assez forte, on se prend au jeu des intrigues. Comme dans le premier opus, on soupçonne tout le monde une fois l’histoire bien mise en place. L’arrivée progressive d’éléments surnaturels est bien réalisée, bien dosée, un peu à la manière d’un épisode d’X-Files pour les connaisseurs.

Seulement voilà, si certains scénarios ont un fond plutôt mignon, tournant autour d’un phénomène surnaturel en particulier, pour d’autres l’imagination a été peut-être un peu trop débordante. On est parfois très loin de se douter de la portée des intrigues. Sans rien « divulgâcher », on va discuter à droite à gauche avec les uns et les autres, puis lorsque l’on croit avoir élucidé le mystère, on découvre à l’issue du scénario tout un pan dont on était loin, très loin de se douter. Si bien que dans certains cas, on n’est plus à un univers parallèle ou un voyage temporel près ! Certains joueurs comme moi auraient préféré un dosage plus modéré, car j’ai eu tendance à décrocher sur ce(s) scénarios. Mais peut-être que d’autres, moins cartésiens, recherchent la surenchère ! À vous de vous positionner. Cela dit, cela ne concerne qu’une minorité de scénarios.

Toujours en évitant de spoiler, il nous est arrivé d’échouer sur un scénario, non pas à cause d’un défaut de compréhension de l’intrigue, mais d’une mécanique plutôt tarabiscotée. Nous avions tous les éléments de compréhension, nous savions ce qui se tramait, mais hélas, nous n’avons pas su scanner les choses au bon endroit. Ce qui lisent ces lignes reconnaîtront peut-être le même biais rencontré parfois dans Unlock! :

– « Mais oui, on a compris qu’il fallait le faire, mais comment le faire comprendre à l’appli *$#* ?! »

– « Quoi ? Il fallait scanner ça avec ça ?! Ok, on ne l’aurait jamais trouvé…»

Ces moments sont frustrants, et je suis d’avis qu’il faut éviter tant que se peut les « pièges » artificiels de ce type dans la conception scénaristique, mais je me doute que c’est aussi le prix à payer quand on veut jouer aux scénarios les plus difficiles (les autres scénarios ne sont pas concernés).

chronicles-welcome-to-redview-lucky-duck-games-jeu ludovox

Bugs & Cie

Note du 9 février 2020 : David Cicurel, l’auteur de Chronicles of Crime, a récemment communiqué dans un tweet que le bug du scénario 4 dont il est question dans le paragraphe ci-dessous a été corrigé entre temps ! Cela nous semblait important de le préciser à nos lecteurs. Merci à lui pour sa grande réactivité ! Bonne lecture.

Je ne peux vous parler de ce jeu sans mentionner quelques soucis de bugs, notamment au Scénario 4. Après 2 heures d’immersion dans l’intrigue, un tableau jonché de suspects d’indices, et d’idées fourmillant dans nos têtes, voilà que patatrac ! Il devint soudainement impossible de sortir du lieu « A » ou « M », et ce quoi que l’on fasse, l’appli nous ordonnant toujours d’y retourner. Après une bonne demi-heure à avoir absolument tout essayé, je me suis résigné à aller sur BGG en quête d’informations, pour me sentir moins seul dans ce moment d’abattement.

Effectivement, plusieurs personnes ont vécu le même problème. Il s’agirait bien d’un bug propre au scénario 4. D’autres bugs ont été signalés pour le scénario 3 (je ne les ai pas rencontrés ceux-là). C’est dommage, car aussi insignifiant soit-il, ce bug ruinera la partie entière. Dans ce cas, nous n’avons pas réussi à passer outre, ce fut donc un Game Over. Une partie de deux heures qui stoppe net, en plein feu de l’action, avec nul autre choix que de tirer le rideau et d’aller au lit. Autant dire que le goût laissé fut amer, de quoi frôler un micro drame familial ! Nous avons recommencé cette partie un jour plus tard, sans bug cette fois, mais quelque peu privés du plaisir de la découverte.

Je donnerai donc un carton jaune pour cela. L’effet ressenti durant le jeu est dévastateur et la pilule passe assez mal. Cela dit Lucky Duck Games s’est inquiété du problème sur les forums de BGG et c’est un point rassurant.

Je n’ai pas rencontré d’autres bugs aussi handicapants dans d’autres parties. Il arrive parfois qu’un « saut » scénaristique nous fasse zapper un élément mineur de l’intrigue, lorsque par exemple nous enchaînons des visites et découvertes dans un ordre qui n’a pas toujours été anticipé par les scénaristes. L’ensemble de ces petits accrocs ont peu d’effets sur l’immersion au final.

ChroniclesOfCrimeWelcomeToRedview_Ludovox_j2s_couv

 

Le Verdict

Avec un thème et un design graphique absolument saisissants, Chronicles of Crime: Welcome to Redview nous transporte dans un univers mêlé de nostalgie des années 80 et d’histoires fantastique. Il conviendra aux fans du jeu de base, ados ou adultes, au même titre que les fans du jeu Unlock! achèteront des épisodes supplémentaires. D’ailleurs, les amateurs d’Unlock! devraient se pencher dessus, si ce n’est pas déjà fait.

La variante apportée dans cette extension ne change pas la mécanique du jeu en profondeur, l’utilisation du téléphone reste omniprésente. Si vous n’étiez déjà pas adeptes du concept, alors vous ne le serez pas non plus ici. On regrettera quelques bugs encore présents dans l’application, mais ils restent rares et Lucky Duck Games m’ont semblé assurer un suivi rigoureux.

Si les deux premiers scénarios sont abordables, le niveau de difficulté des deux derniers scénarios s’avère très élevé et il faudra être prêt à accepter des intrigues parfois tirées par les cheveux à bout de bras, encore une fois de la même façon que pour certains scénarios d’Unlock!

Alors, serez-vous de la partie pour résoudre ces quatre enquêtes surnaturelles ? J’espère que vous aurez trouvé la réponse dans ce Just Played !

 

 

   

5 Commentaires

  1. Photo du profil de Fritz the Cat
    Fritz the Cat 10/02/2020
    Répondre

    Le même, en VF et sans l’appli mais des bons vieux livrets à la Détective Conseil (pour éviter la dépendance à une technologie qui peut disparaître) et je fonce tout de suite! ^^

    • Photo du profil de Groule
      Groule 10/02/2020
      Répondre

      Attention, le titre est en Anglais mais le jeu et l’appli sont bien en Français 😉

      Mais je suis d’accord, ce type de jeu pourrait se passer de technologie fragile sur le long terme et fonctionner avec un livret type « Livre dont vous êtes le héros », avec des renvois vers des paragraphes numérotés. J’aime aussi beaucoup cette idée et j’espère la voir se réaliser à l’avenir !

      Mais l’appli est un choix éditorial qui se défend 😉

      • Nicolas 11/03/2020
        Répondre

        L’appli n’est pas du tout un choix éditorial, elle permet des choses impossibles via un livre papier (cf detective conseil).
        La complexité de certain scenario imposerais la lecture de pénible tableau de correspondance pour trouver les numéros. Et que dire de la temporalité; certains personnages peuvent mourir/se déplacer; des événements arrivés.
        Et la fouille virtuelle de certain lieu via l’application, contribue grandement à l’immersion des scènes de crimes.
        En tous cas, il est pour moi difficile de comparer avec d’autre jeux plus « classique »; l’application permet des choses uniques; du coup, on ne sort pas forcément ce jeux de la même façon, mais en terme d’intrigue et d’immersion, le résultat m’a beaucoup plus convaincu que Detective conseil 😉

  2. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 10/02/2020
    Répondre

    Article mis à jour concernant le bug !

Laisser un commentaire