► E.D.I.T.O. : se préparer pour les festivals

Vous êtes passionné de jeux de société modernes : vous avez découvert ça tranquillement, avec un Jungle Speed innocent lors d’un apéro. Et puis à la fin de la soirée, quelqu’un a sorti une petite boîte de son sac. C’était, au hasard, Concept, Love Letter ou quelque autre Dixit. Et là, coup de cœur. Vous n’avez jamais cessé d’aimer les jeux de société, en avez acheté, peut-être même avez-vous dû faire un tour chez Ikea pour agrandir votre collec dignement.

Mais il y a un manque dans votre culture ludique. Ce n’est pas une question de jeux, non, car vous êtes bien achalandé maintenant. C’est plutôt que… le milieu vous échappe un peu. Et puis vous ne jouez qu’avec vos amis. Et vous ne vous tenez au courant que par votre site favori et/ou votre boutique. Bref. Vous voulez aller en festival pour rencontrer les acteurs du monde ludique !

On vous donne les clefs en main : ce qu’il faut savoir.

Avant l’aventure

Dormir, c’est pour les faibles 

On débute par la partie cruciale où il faudra réfléchir au logement. Si vous n’êtes pas sur place : couchsurfing ou amis dans les cas les plus modestes (sachant que vous ne rentrerez pas forcément tôt) AirBnB ou hôtel si vous voulez le confort de la solitude. Pensez à vous y prendre à l’avance, surtout pour les gros festivals (Cannes ou Essen, par exemple), pour ne pas vous retrouver à Perpette-les-Oies dès que vous voulez poser vos guêtres. Si vous vous y prenez quatre à six mois en avance (voire plus !), vous pouvez même dénicher des pénates tout proches du lieu de festival, et ça, croyez-moi, les amis, c’est à vous rendre serein. Et oui, ça veut dire des heures de sommeil en plus ! D’ailleurs, à ce sujet, prévoyez peut-être de la vitamine C ou des fruits secs si vous comptez puiser dans vos ressources pour en profiter un max. 

vit

Pour certains événements comme Essen ou Cannes, pensez aussi au parking : c’est vite cher, mais comme on y va pour pas mal acheter et qu’on risque de trimbaler des sacs… ce n’est pas plus mal d’avoir sa voiture dans le coin.

Pour le logement et le déplacement, renseignez-vous auprès des associations ludiques vers chez vous, il est courant qu’elles s’organisent pour diminuer les frais et ça permet de faire des rencontres sympa ! 

 

Moi je veux jouer !

Notez en amont les jeux qui vous intéressent. Allez voir le plan du salon sur le site de la manifestation (imprimez-le et annotez-le !), et si des éditeurs ou auteurs ont fait des jeux que vous aimez, regardez ce qu’ils ont à proposer. Je ne dis pas d’y aller les yeux fermés, hein, mais plutôt d’être précautionneux : chaque éditeur ou auteur possède une ligne, une patte, une sensibilité qui lui est propre. Si vous êtes en phase avec, il y a de grandes chances pour que le contact fonctionne à nouveau. 

 

buzz

Moi ça fait un bail que je buzz !


Regardez ce qui buzze sur internet… mais pas trop. Ce n’est pas parce que ça fait du bruit que ça vous plaira forcément. Bien sûr, ça vaut le coup de se poser la question. Le souci, avec le buzz, c’est qu’il n’est pas forcément un gage de qualité. En plus, si c’est pour attendre une plombe à la table avant de jouer… Vous risquez fort la frustration. Restez ouvert aux surprises.

 

Enfin, si vous voulez vous acheter des jeux, préparez-vous des sacs adaptés et un budget : on est vite tenté, et pour peu qu’il y ait une boutique d’occasion à la sortie du festival, vous allez ressortir avec des sacs pleins. Beaucoup, beaucoup trop pleins. Parlons liquide aussi : si aux états-Unis on paie en CB à tout va, en France ou en Allemagne, c’est plus coton. Pensez à retirer avant l’événement pour ne pas être pris au dépourvu : sur place, les DAB sont rares, pris d’assaut et souvent vides.

Pensez aussi que les jeux ET les humains devront tenir dans votre transport de choix.

 

Pendant : dans le feu de l’action 

On optimise les horaires (ou pas !)  

Arrivez en avance ; disons au moins vingt-trente minutes avant l’ouverture des portes (les plans vigipirates ont bien fait augmenter les temps d’attente ces derniers mois). Un festival, c’est toujours plein de monde de toute façon. Mais si vous avez l’intention de rentabiliser votre temps à jouer, autant investir les tables dès que possible. Surtout que d’aucuns se jettent vraiment à l’assaut des jeux (tables ou boutiques, lors des sorties anticipées) et n’hésitent pas à courir façon black friday !
Bref, sachez votre B-A BA. Si vous voulez jouer, soyez là en premier. Et surtout, ayez le plan en tête ou dans la main et sachez où aller. Ciblez ce qui vous intéresse le plus, et optimisez vos déplacements si cela vous semble jouable. Vous allez attendre, forcément. N’hésitez pas à demander combien de temps d’attente il y a avant la fin de la partie en cours, ou à réserver auprès des éditeurs (ça se fait bien, renseignez-vous). 

 

Mais qu’on se le dise : flâner est un bon moyen de repérer des trucs sympathiques. Souvent, on peut dénicher une jolie petite perle exotique en pensant out of the box ou parce que vous étiez passé à côté de la com’ de l’éditeur, ou celle-ci était déficitaire, ou les sites spécialisés n’en ont pas beaucoup parlé (il y a trop de jeux que voulez-vous !^^) ou vous avez loupé l’info… Bref, il y a beaucoup de raisons de rester curieux, malgré la préparation préalable !

 

Survivre, c’est important 

Faites comme Sha-Man (ci-dessous) buvez de l’eau ! N’oubliez pas de prendre un sac à dos avec une bouteille d’un demi litre d’eau par personne. Minimum. Vous me remercierez. Repérez aussi les toilettes sur le plan.

pro_2326

le micro aquatique, pour bosser et s’hydrater !

 

Idem pour la nourriture. Prévoir un peu à l’avance permet d’éviter d’avoir à sortir du bâtiment ou à faire la queue aux petits snacks sur place, d’autant qu’ils sont souvent très onéreux (vous aimez manger des sandwiches triangles à sept euros pièce ? et j’exagère à peine). Les buvettes vont souvent vous faire perdre pas mal de temps, alors si vous voulez vous concentrer sur le jeu et ne pas sortir des lieux pour vous vous restaurer dans un fast-food ou une vraie bonne adresse locale… Pensez-y. Note : parfois, il est interdit de faire rentrer de la nourriture dans les lieux de festival. Pensez à vous renseigner auparavant.

 

Toujours pluuuuuus

Il peut y avoir des conférences ou des rencontres (dédicaces). Là aussi, pensez à vous y prendre à l’avance. Les conférences peuvent également être relayées par certains sites (comme Ludovox !) et ainsi vous permettre de les consulter a posteriori. Mais si vous avez de l’intérêt pour des sujets particuliers, si vous avez des questions précises à poser à un auteur et/ou éditeur, n’hésitez pas : les conférences sont des moments de calme où vous aurez plus de facilités à parler aux gens que vous admirez. Dans les allées d’un salon, ils seront souvent bien plus occupés : à expliquer un jeu, à avoir des rendez-vous concernant leurs futurs jeux, à signer des contrats, etc. Là, ça l’idéal, c’est fait pour ! 

 

S’il y en a, les « off » sont de bonnes façons de clore la journée : vous pourrez jouer à des prototypes, en cours d’édition ou non, faire des rencontres d’auteurs. Là aussi, cela dépendra du festival. Essen, par exemple, n’a pas de off. Mais vous pourrez certainement déguster des spécialités teutonnes avec les autres francophones trouvés sur place ! Bref, revenons à nos meeples. Pour les off, vous trouverez une ambiance chaleureuse, avec plein de choses à essayer (et normalement, moins de foule !). Ah, par contre. Si vous dormez beaucoup, on ne vous recommande pas trop d’y squatter : on se laisse vite piéger et on rentre parfois tard dans la nuit, ou plutôt tôt le matin. Pas idéal si vous avez envie d’être reposé le lendemain.

 

Clic !

Nous on aime bien prendre des photos de tout ce qu’on voit, déformation professionnelle oblige, on mitraille. Mais pour un joueur qui va enchaîner peut-être trente jeux dans un week-end ça peut être un bon réflexe à prendre ! Une photo de la boite du jeu, à chaque fois que vous vous apprêtez à jouer, afin de garder une trace de son nom. La plupart des téléphones permettent de faire ça très bien :

selfie

 

Après

Dormez un peu avant de dépuncher vos jeux fraîchement dédicacés ! 😉

 

Voilà, vous savez à peu près tout sur comment survivre à un salon ! Enfin, du moins, on a essayé de vous donner des armes. Nous, en tout cas, notre prochain, c’est Paris est Ludique les 24 et 25 juin… On s’y retrouve ? 

 

 

Laisser un commentaire