► E.D.I.T.O Cannes 2020 : le FIJ du renouveau

Nous sommes de retour du Festival de Cannes !

Cette année était particulière pour nous puisque Marilyne Aquino (alias Shanouillette) avait une double casquette, celle de rédactrice en chef de Ludovox, mais aussi celle de jury de l’As d’or, un insigne honneur et une reconnaissance.
Vient le moment d’écrire le bilan de ce FIJ 2020. mais tout d’abord nous ne pouvons pas commencer sans remercier nos tipeurs !

team ludovox

 

Merci à vous les tipeurs !

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous soutenir et ça fait drôlement chaud au cœur ! ! Bientôt la barre des 200 soutiens ?

C’est grâce à vous si nous avons pu aller à Cannes. Nous espérons que vous serez contents de nos retours : vous avez déjà pu voir la cérémonie en live, et des debriefs quotidiens & un bilan global. Se préparent désormais des retours écrits sur des dizaines de j2s joués, et bien sûr les interviews filmées là-bas sur notre stand. Nous avons également couvert les grandes 4 conférences tenues. Bref, nous n’avons pas chômé, et le job est loin d’être terminé pour nous ! Mais notre équipe est un peu sur les rotules après cette semaine intense, et va se prendre un tout petit peu de répit avant de revenir à la charge plus opé que jamais ! 

BAN_Debrief_Bilan

 

Le renouveau côté médias 

Ce Festival 2020 démarrait sous de nouvelles auspices, après le départ en retraite de Nadine Seul, Cynthia Reberac, la nouvelle commissaire générale du festival internationale des jeux de Cannes a repris le flambeau et insufflé un vent nouveau sur le salon.

Cynthia-Reberac

Cynthia Reberac devant les caméras de France 2

 

Cette année le festival de Cannes a engagé Es-tu games pour organiser la cérémonie du festival de Cannes. Elle fut belle et maîtrisée (et s’est terminée en moins d’une heure). Je regretterais pour ma part le choix de ne pas avoir présenté plus le jury et les auteurs nommés. Néanmoins, le spectacle fut dynamique, avec beaucoup d’humour et de l’émotion avec l’hommage à Alain Rivollet qui nous a malheureusement quitté l’année dernière.

Côté média, on a pu constater des évolutions aussi. Tric Trac était sur place dès le début de la semaine et avait mis le paquet avec un stand richement décoré et une diffusion en live sur Twitch. Shanouillette et Sha-Man furent invités chez eux pour parler rapidement de Ludovox. Une première !

Nous (Ludovox) n’étions pas en reste puisque pour la première fois nous avions aussi un stand juste à côté des copains de Proxi Jeux pour réaliser nos interviews et celles-ci se sont pas mal enchaînées, Nous avons aussi filmés les conférences, et avons pour la première fois diffusé la cérémonie de l’As d’or en live sur YT et FB ! Chaque soir nous filmions un debrief de nos journées (et je suis d’ailleurs passer devant la caméra pour la première fois, tout comme Mattravel !) pour vous parler des jeux découverts et de nos coups de cœur. 

 

ShamanDJ

Dj Sha-Man aux platines

 

Autre signe d’évolution, l’intérêt des médias nationaux pour notre hobby favori. Ali Rebeihi était sur le festival de Cannes avec son émission de France Inter, « Grand Bien vous fasse ». Le sujet était : “les bienfaits des jeux de société”. Marilyne Aquino (notre rédac-chef) était aux côtés de Cynthia Reberac (commissaire générale du festival international de Cannes), mais aussi de Vincent Berry, sociologue et maître de conférence en sciences de l’éducation, ainsi que Tanguy Michelet et Guillaumette Odicino.
Si vous n’avez pas écouté l’émission on vous engage à le faire. Constat sur notre secteur foisonnant, données chiffrées, et amour du jeu sont au bout du micro. 

FIJ Cannes

Radio France était installé du côté de l’espace Famille

 

As d’or 2020, regard sur le palmarès

Dans la catégorie Enfant, Attrape rêves de David Franck et Laurent Escoffier (le duo de Loony quest) a su séduire le jury comme il séduit les plus petits. Un matériel de qualité des illustrations ouatées de Maud Chalmel et un thème idéal pour amener doucement les enfants au lit. Yum Yum Island était déjà moins adapté pour les tout petits, les lunettes, la dextérité, le matériel, et pourtant quel bon jeu pour jouer avec ses enfants ou entre amis ! Roulapik nous l’adorions avec sa petite balle à scratch, il fut mis en valeur par la sélection mais n’a pas remporté l’As. Et enfin, La vallée des Vikings devra se contenter d’un Spiel ! 😉 

On peut noter non sans amusement la présence de Mr Fort dans 3 jeux de la sélection, l’un en tant que co-auteur avec Marie Fort et les deux autres dans le staff de Space Cow. Il est très Fort décidément !

Attrape_reve_4

À la surprise générale, c’est Oriflamme qui l’emporte l’As d’or : un jeu minimaliste du Studio H avec un univers digne de Game of Thrones. Le jury a choisi un jeu un peu chafouin, un peu taquin, qui ose faire la part belle à l’interaction. Les morts de la belle Fiesta de Los Muertos sont retournés dans leur tombe ! On en faisait probablement un favori un peu trop rapidement… Little Town avait aussi des arguments avec sa mécanique de pose d’ouvriers hyper gateway, et n’oublions pas les jolis dinosaures de Draftosaurus qui avait su séduire par sa simplicité d’accès. 

 

ORIFLAMME JEU

Enfin, dans la catégorie Expert on peut noter deux tendances : des jeux vraiment experts avec des règles exigeantes et des jeux « familiaux plus » ou “amateurs”. Ainsi l’élégance et l’efficacité de Res Arcana a été récompensée face à In the Wonderfull World qui n’a pas démérité. En tant qu’amateur de jeux experts, on peut apprécier la nomination de Gloomhaven et de Root (même s’il manque Barrage – troll inside !) deux gros jeux bien connus des gamers qui sont ici mis en valeur auprès d’un plus grand public.

res arcana boite 3d jeu

 

Prendre de la hauteur

Matthieu d’Epenoux (Cocktail games) a comme à son habitude proposé les Cocktails d’Or pour cette fois sacraliser un jeu qui n’est pas de chez Cocktail – décidément les temps changent – puisqu’il a choisi de mettre un coup de projecteur sur l’OLNI Kosmopolit qui a su trouver son public malgré son absence, très commentée, dans la sélection.  

-kosmopoli-t-

Comme au festival de Cannes du cinéma, on sait qu’un prix basé sur un jury reste subjectif. Il est composé de personnes, avec leur goûts, leurs sensibilités, leurs attentes, leurs prismes. L’équipe des jurés rassemble des ludicaires, des ludothécaires, des journalistes, des responsables de projets ludiques et de café jeu… La sélection qui résulte est donc ce qu’il reste quand des profils aussi variés débattent ensemble. 

« Qu’il est dur d’être jury car quoi qu’il advienne, quoi que vous décidiez, il y aura des déçus et des réactions épidermiques. » commente Marilyne, jury et notre rédac chef à Ludovox. À titre tout à fait personnel, en tant qu’observateur, j’ai pu être témoin de son implication au quotidien avec sa casquette de jury. Car être jury, c’est devoir jouer à tout, et sans a priori. Ensemble, les jurés ont joué environ 3 000 parties en moins d’un an. Il s’agit d’un grand honneur mais d’une responsabilité bénévole. Peut-être qu’à terme une évolution devrait être envisagée, à l’instar du Spiel, d’autant qu’il est clair que le logo As d’Or a désormais un impact sur les ventes. 

 

deliberation As dor

 

Après des mois de parties, de veille et de réunions, vient le temps des délibérations finales où pour paraphraser Pierre Desproges, « la démocratie, c’est la dictature du plus grand nombre ». « L’accouchement d’une sélection est un moment intense et un peu douloureux pour le jury ! On arrive avec nos certitudes, mais on se rend compte qu’elles ne sont pas toujours des évidences partagées, alors il faut discuter et chacun fait des compromis. Après 13h de débats exaltés, on sort 12 jeux. Et là, seulement, on respire. On fait un pas de recul, on regarde le panel total que l’on propose aux gens, et on se dit qu’il n’y a là que des excellents titres, et qu’ils se complètent bien en termes d’expériences ludiques. Au final nous sommes tous très heureux et fiers du travail accompli. » nous confie Marilyne.

Des milliers de personnes vont pouvoir découvrir ces 12 jeux, peut-être même des millions de français. La France serait aujourd’hui le premier marché européen, avec 27 millions de jeux vendus en France en 2019, ce qui constitue selon NPD group (institut de sondage sur un panel de consommateurs mené en 2019) un chiffre d’affaires de 450 millions d’euros. Tout cela est rendu possible grâce à un réseau dense de 1 200 boutiques spécialisées, 800 hyper spé, 2000 ludothèques, 150 cafés ludiques, sans oublier nous autres, médias ludiques, qui faisons palpiter le jeu sur le web toute l’année.

Un grand bravo au festival de Cannes pour avoir réuni 110 000 participants dont 5 000 professionnels et plus de 300 journalistes et influenceurs qui ont donné un coup de projecteur sur notre hobby et lui permettent ainsi, de gagner en visibilité, en légitimité. Cela n’a l’air de rien, mais sans cet effort, les personnes qui s’impliquent au quotidien pour que tout cela existe ne pourraient jamais espérer pouvoir vivre dignement de leur travail.

On se donne rendez vous en 2021 les 26, 27 et 28 février !
Si le coronavirus ne nous a pas tous décimé d’ici là… va falloir s’entraîner à Pandémie ! 😉

   

4 Commentaires

  1. Hammer 26/02/2020
    Répondre

    Merci Atom pour ce résumé du FIJ. Question annexe : peux-tu développer ce que tu veux dire dans la phrase suivante ?

    Peut-être qu’une professionnalisation à terme devrait-elle être envisagée, à l’instar du Spiel, d’autant qu’il est clair que le logo As d’Or a désormais un impact sur les ventes.

    Les membres du jury du « Spiel des Jahres » exercent tous leur fonction de manière bénévole, mais sans doute ai-je mal compris ta phrase. Merci par avance pour ton éclairage.

     

    • atom 26/02/2020
      Répondre

      Pour le Spiel des Jahres mettre le petit logo est payant pour l’éditeur , ce qui permet aussi de financer le prix finalement.
      Un Spiel ou un As d’or ça a des retombées économiques, et ça serait intéressant (mais c’est mon point de vue)
      de mieux financer le prix.
      Faire payer le logo permettrait sans doute de franchir une nouvelle marche au label, et de faire avancer notre hobby.

      Mais en effet le terme professionnalisation est sans doute mal adapté, évolution disons. J’espère que c’est plus clair.
  2. Angie 27/02/2020
    Répondre

    Merci pour ce retour clair. Je comprends tout à fait la difficulté à faire parti d’un tel jury, personne ne sera jamais vraiment satisfait. Perso, ce que je regrette, c’est que l’on ne sache pas factuellement comment les as d’or sont attribués, sur quels critères ? Si c’est uniquement subjectif, il est vrai que c’est très compliqué d’être jury du coup.

    Pour les jeux enfants, je trouve cela assez compliqué de choisir  entre un jeu pour tout petit et un jeu à partir de 8/9 ans, cela est forcément très différent.

    En tout cas, bravo. Nous voyons que ludovox est incontournable dans le monde ludique et c’est tellement mérité. Jury d’as d’or, France Inter, stand… Vraiment vous pouvez être fier.

    • atom 27/02/2020
      Répondre

      Merci Angie,

      je me permets de te renvoyer vers ce lien qui indique les conditions pour participer au concours. je cite ce passage en préambule :

      “Le Label As d’Or-Jeu de l’Année a pour mission d’attirer l’attention du public sur la diversité de la création ludique et de récompenser des jeux dotés d’un grand pouvoir de séduction, capables de procurer un plaisir de jeu réel et de donner envie de rejouer tant aux joueurs occasionnels que réguliers. La qualité des matériaux, le bon fonctionnement des mécanismes, la lisibilité des règles, l’esthétique du jeu, la créativité des auteurs (dont ils soutiennent la reconnaissance et l’identification claire sur les boîtes de jeu ou la règle) et la thématique souvent universelle doivent stimuler l’imaginaire du joueur et contribuer à faire du jeu un véritable objet culturel qui enrichit notre patrimoine.”


      Il indique aussi le cadre de la sélection, même si ça me semble extrêmement compliqué de catégoriser. Car c’est fonction des personnes dans le jury. Tu parles à juste terme de la catégorie enfants, ou l’on intègre des jeux que je qualifierais pour la petite enfance et d’autres pour des enfants plus grands ou des adolescents. Je comprend le trouble, mais il n’y a malheureusement que 3 prix : enfant, as d’or (famille) et expert. Et d’ailleurs dans la catégorie expert il pourrait y avoir deux catégories, j’ai du mal à mettre dans le même groupe des jeux comme Gloomhaven et Root avec Res Arcana et It’s a Wonderful World.

      Peut être faut t’il ouvrir vers d’autres prix, le diamant d’or cible les jeux expert il faudrait un prix qui cible les jeux enfants avec plusieurs catégories non ? On imagine un tel prix avec des personnes qualifiées dans les métiers de la petite enfance.

      Avec ces contraintes la je trouve le prix intéressant et cohérent. J’aime bien regarder dans le rétroviseur pour estimer les jeux primés passés et voir si finalement ils ont passés l’épreuve du temps. C’est une autre façon de voir si le jury a fait une bonne sélection.

Laisser un commentaire