Zoom sur Honshu

Découvert par hasard au salon «  Weppes en Jeu » dans nos si beaux Hauts de France, Honshu est un jeu de Kalle Malmioja illustré par Jere Kasanen, Ossi Hiekkala et édité par Lautapelit.fi, distribué en France par Blackrock

 

honshu-final-web

 

Au détour d’un passage devant les tables de jeu, une boîte m’intrigue, « Honshu, tiens qu’est ce que c’est ? Je ne le connais pas celui là… »  Je ne sais pas ce qui m’a poussé à regarder le dos de la boîte car il faut dire qu’au premier regard, l’illustration de la cover ne m’a pas du tout séduit. Qu’à cela ne tienne, la lecture du dos a vraiment retenu mon attention.

« Honshu est un jeu de prise de plis, de construction de cartes dans un monde médiéval. Les joueurs sont des seigneurs et dames de maisons nobles, cherchant de nouvelles terres et opportunités pour la gloire et la fortune. Jouez habillement sur l’ordre du tour et optimisez le placement de vos cartes afin de devenir le Maître d’Honshu. »

 

Honsh(jo)u comment ?!

L’objectif du jeu est de réussir à agrandir son domaine afin de marquer le plus de points à la fin de douze tours. Chaque tour se décompose en deux phases : une phase de plis et une phase dite de « domaine ».

Dans la première phase, chaque joueur choisit une carte parmi les 6 qu’il a en main et la place face visible au centre de la table.

Dans Honshu, chaque carte possède une valeur qui va de 1 à 60. Le joueur qui aura misé la carte de plus forte valeur pourra alors choisir parmi toutes les cartes jouées celle qu’il veut utiliser pour agrandir son domaine et ainsi de suite jusqu’au dernier joueur.

Certains trouveront dans cette mécanique un air de famille avec Kingdomino. Il est à noter que lors des 4ème et 10ème tours, on échange sa main avec le joueur de droite ou de gauche. Il faut donc bien réfléchir aux cartes que l’on va finir par donner.

IMG_1115

Exemples de cartes

 

Dans la seconde phase, une fois la prise de plis terminée, il s’agit maintenant d’agrandir son domaine.

Au début de la partie, chacun reçoit une carte de départ identique pour un départ à « égalité », ou différente pour un départ « asymétrique ». Ces cartes représentent le début de votre domaine et sont divisées en six cases représentant diverses zones de domaine. Vous y trouverez des forets, des villes, des champs, des lacs, des zones de production de ressources ou enfin des manufactures. Pour agrandir votre domaine, vous devez donc poser de nouvelles cartes.

La subtilité de pose : il faut respecter une règle essentielle, vous devez placer la carte de telle manière qu’au moins une case de la carte recouvre une carte déjà placée ou soit couverte par celle-ci, et qu’au moins une case de la nouvelle carte reste visible. Attention, vous ne pouvez pas recouvrir les lacs !

IMG_1114

Exemples de domaine

 

Vous l’avez compris, dans Honshu, il y a des cartes, mais amateurs de « kubenbois » rassurez-vous, il y en a pour vous aussi, puisque certaines zones produisent des ressources matérialisées par nos petits cubes chéris ! Il y en a des gris, des bleus, des jaunes et de marrons ! Comprenez qu’il y a de la pierre, de l’eau, de l’or et du bois !

Le décompte des points :

IMG_11401

Des points des points des points !

 

Vous allez me dire que c’est bien beau d’agrandir son domaine mais finalement, ce qu’on veut, c’est marquer des points… Le décompte des points se fait un peu à la manière de Quadropolis, en agrandissant votre domaine vous allez chercher à créer des combos et placer des éléments qui vous rapportent des points.

Chaque forêt présente dans votre domaine rapporte deux points tandis que les champs n’en rapportent pas. Votre plus grande ville vous rapportera un point par case la constituant, les groupes de lacs vous rapportent trois points par lac, excepté le premier lac du groupe qui n’en rapporte pas. Enfin, les manufactures pour lesquelles vous possédez des ressources vous rapporteront de deux à quatre points.

À noter qu’il existe des cartes de variantes de scores. Une des 8 cartes est tirée au hasard au début de la partie et implique une variante dans le décompte des points permettant de diversifier les parties.

Honshu se joue de deux à cinq joueurs avec une variante pour la phase de pli à deux joueurs. Cette variante consiste à retourner deux cartes de la pioche au moment des enchères, le joueurs qui pose la carte à la valeur la plus élevée aura le choix entre choisir une carte parmi les deux issues de la pioche ou une carte parmi celles jouées par les « joueurs ».

 

IMG_1141

Les cartes de variantes de score

 

 

Et ça donne quoi ?

Pour ma part, j’ai testé le jeu à quatre joueurs ainsi qu’à deux et je dois dire que le plaisir est là. J’ai eu l’impression de jouer à plusieurs jeux en même temps, choisir la bonne carte lors de la phase d’enchères me fait penser au 6 qui prend. Ce moment d’enchères crée une vraie interaction entre les joueurs et est un élément clé dans le jeu. Jouer en premier permet de choisir la carte la plus intéressante pour son propre domaine mais cela permet aussi d’empêcher un joueur de prendre la carte dont il a besoin.

Il faut également garder à l’esprit l’échange de mains tous les 3 tours qui pose forcement une question de choix tactique. Ensuite la phase de domaine m’a fait penser à Quadropolis : est-ce que je fais le bon choix en mettant cette carte ici ? Est-ce que je vais réussir un combo ? Est-ce que j’aurais de la ressource pour cette manufacture ? Est-ce qu’il faut que je sacrifie cette case au risque de le regretter après ?

Au final, Honshu est un jeu simple mais riche proposant un mélange de mécaniques selon moi bien dosé, de l’interaction et dans lequel chaque joueur crée sa stratégie. Le nombre de cartes assure des parties qui ne se ressemblent pas et pour ceux qui le souhaitent, des cartes de calcul de scoring alternatif permettent de diversifier le jeu.

Les parties durent environ 30 à 45 minutes (cela varie en fonction du nombre et du style de vos joueurs) et en font un jeu facile à sortir et s’adressant à un public de joueurs occasionnels comme de joueurs réguliers.

Côté graphisme, si le choix de l’illustration de la boîte ne fait pas l’unanimité, les illustrations des cartes sont plus simples et n’enlèvent rien au plaisir du jeu.

Son prix inférieur à 15€ et sa qualité en font un jeu que je vous conseille, il est pour moi un véritable coup de cœur.

 

L’auteur a aussi chroniqué Sbires ici

Vous connaissez Quadropolis ? Le ludochrono et le Just played c’est par ici ! 

 

La fiche de jeu Ludovox

Un jeu de Kalle Malmioja
Illustré par Jere Kasanen, Ossi Hiekkala
Edité par Blackrock Editions, Lautapelit.fi
Distribué par Blackrock Editions
Pays d’origine : Finlande
Langue et traductions : Allemand, Anglais, Espagnol, Français
Date de sortie : 10-2016
De 2 à 5 joueurs , Optimisé à 3 joueurs
A partir de 8 ans
Durée moyenne d’une partie : 45 minutes
Durée d’une partie entre 30 et 60 minutes

 

3 Commentaires

  1. Photo du profil de snaketc
    snaketc 14/06/2017
    Répondre

    Merci pour cet article.
    A priori personne ne l’a vu venir (moi y compris) et tout le monde semble le trouver sympa.
    J’attends avec impatience de le tester.

  2. Alexandre Raimbault 23/06/2017
    Répondre

    Merci pour l’article et, au passage, pour l’ensemble du site.
    C’est vrai que ce petit jeu est bien sympa. Simple, facile à transporter, à sortir et à jouer. Il a un petit côté « Zen » bien dans l’esprit de la thématique. D’ailleurs, sur la thématique, je ne suis pas du tout d’accord sur la critique de le couverture qui, pour ma part, est très belle. Rendre fidèlement l’ambiance d’un immense paysage du japon médièval sur une toute petite boîte, ne devait pas être aussi simple.

  3. Arysker 23/06/2017
    Répondre

    Franchement très très bon, je recommande, j’en réclame une partie quasiment à chaque fois à son possesseur. Malgré l’absence de thème, je me contente de poser mes cartes et de faire un « pays » potable, ce jeu arrive à créer une ambiance. La phase de pli est très réussi et les cartes de scoring alternatives rajoutent une dose de fun et de renouvellement aux parties, essayez surtout à 4 et 5 joueurs, j’attends de refaire quelques parties à 2-3 mais c’est un très bon « filler » pour finir une soirée quand il est trop tard pour un jeu de 2h 🙂

Laisser un commentaire