UP-rap

RAPTOR – « Petite futée ».

Lors du pèlerinage annuel à Cannes, Cormyr et moi avons eu l’insigne honneur de tester le dernier proto en date des deux Bruno. Répondant au doux nom de « Raptor », il s’est avéré malin, dynamique et original. Malgré une petite bourde lors de l’explication des règles, nous avons plutôt apprécié les deux parties que nous avons pu faire. Regardons en détail ce dont il s’agit.

« Une griffe rétractile de vingt centimètres, coupante comme un rasoir, sur le doigt du milieu. »

Raptor est un jeu asymétrique à deux joueurs. L’un d’eux incarne les scientifiques chargés de capturer les ptiots Raptors ou d’anesthésier la maman. Bouh les vilains scientifiques ! De l’autre côté, le joueur joue les bébés Raptors cromignons et la maman Raptor pas contente qui aimerait bien agrémenter son déjeuner de tendres scientifiques. Oh le monstre horrible !

Les conditions de victoire sont au nombre de deux pour chacun des joueurs. Pour les scientifiques, la victoire est acquise au moment où la mère Raptor est endormie ou que 3 Raptorounets sont capturés. Pour les Raptors, la victoire consiste à supprimer les méchants en blouse blanche ou à faire s’échapper 3 bébés.

Avouez, c’est clair et limpide.

Sans-titre-1

Nous étions là lors de l’interview faite par Shanouillette

 

Mais comment ça marche ?

« Le pire, c’est que… tu es vivant lorsqu’il te dévore. »

 Le mécanisme de base du jeu est assez bien foutu. Et même original.

C’est un jeu asymétrique où chaque joueur possède son propre deck de cartes. Sur chaque carte figure un dessin, provisoire lors du proto mais illustrant l’action et sensée aider à l’immersion (c’est l’incontournable Vincent Dutrait qui travaille à ça). On y trouve surtout une valeur en points d’action et un pouvoir sous forme de texte. On a donc les ingrédients classiques d’un card driven. Mais nos deux auteurs fourbes s’il en est ont introduit une originalité dans le jeu des cartes : à chaque tour, les joueurs choisissent une carte parmi leur main de 3 et la joue face cachée.

zuton00p600

La partie débute, l’ami Zuton photographie

 

Lorsque les deux joueurs ont sélectionné leur carte, elles sont retournées et comparées. Le joueur ayant la valeur la plus faible devra utiliser le pouvoir de sa carte, mais n’aura pas de point d’action pour ce tour. À l’inverse, l’autre joueur ne pourra pas bénéficier du pouvoir de la carte mais devra utiliser des points d’action ; pour corser le tout, il ne disposera que de la différence des points d’action entre les cartes jouées.

Par exemple, si je joue un 8 et mon adversaire un 5, j’aurais 3 points d’action. Sachant que chaque action (déplacement, tirs, capture, …) coûte chacune un point, pour être efficace il faut en disposer d’un certain nombre et espérer que l’autre joueur ait choisi une petite carte.

À noter que la mère Raptor se déplace sur une ligne entière (à l’instar d’une tour aux échecs) alors que les bébés et les humains avancent de case en case. Il faut bien sûr être adjacent pour capturer mais on peut tirer sur la mère de loin. Les Raptorounets sont petits, on doit donc être à côté d’eux pour les viser, mais en contrepartie, ils ne bloquent pas la ligne de vue.

Les pouvoirs sont variés : faire apparaître des scientifiques, camoufler la maman et la faire réapparaître au prochain tour (pénible cette capacité !), gagner un déplacement en jeep, etc… Les vils scientifiques peuvent cramer la jungle pour effrayer les dinos et leur bloquer le passage, et ce, sans aucun respect pour la nature. C’est pas cool ça. Mais heureusement Maman Raptor peut éteindre un feu avec sa queue.

proto-300x224

Proto – source : http://faidutti.com/blog/

 

Que dirait John Hammond ?

Oh comme il est mignon !

Oh comme il est mignon !

Voilà pour le fonctionnement de base du jeu.

Après, à vous de réfléchir sur ce que vous voulez faire, utiliser un pouvoir ou avoir des points d’action ? Choisir une forte carte ne garantit pas d’avoir beaucoup de points, tout dépendra en fait de la carte jouée par l’adversaire. De même, on n’est jamais sûr de pouvoir activer un pouvoir particulier.

Toute la subtilité du jeu viendra du moment où l’on joue telle ou telle carte : guessing, double guessing, les ingrédients d’un jeu tactique et de bluff sont réunis. Les joueurs vicieux iront jusqu’à jouer une carte forte sans grand intérêt juste pour limiter les possibilités d’action de leur adversaire. Bien sûr, plus on connait les cartes, plus le jeu s’enrichit et plus on peut deviner, ou pas, ce que fera l’autre.

Tactique, bluff, anticipation, fourberie seront les mots clés de ce jeu.

« Auriez-vous par hasard projeté d’avoir des dinosaures, dans votre parc à dinosaures ? »

En piste !

Concernant les deux parties faites avec Cormyr, j’ai joué les Raptors (parce que c’est classe*) et Cormyr, bah… Je vous laisse deviner.

*NdCormyr : et qu’il avait faim !

zuton800p600

Proto Raptor

 

La première partie a vu les dinos l’emporter largement. Mais, nous avions un bug de règles, dû à des précisions manquantes.

Du coup, j’ai bloqué un coté de la map et paf. Plus personne ne vient (alors que normalement les scientifiques arrivent par les côtés et auraient donc pu intervenir) et les lézards s’enfuient. Gagné. Mouais. Pas terrible.

Plateau modulable

Plateau modulable

 

Du coup, on en a refait une. La partie était bien plus serrée. Déplacements savamment calculés, tirs, captures, mangeailles. Tout a été exploité. Dès cette seconde partie, les coups se sont affinés avec la connaissance des cartes. Ainsi, le scientifique, après avoir ralenti la mère, a plusieurs fois joué des cartes sans grand intérêt mais empêchant la maman Raptor de se soigner. Car il faut savoir que la Maman Raptor, une fois blessée, est handicapée pour se déplacer. Et c’est primordial tant elle est redoutable.

Le feu qui n’avait pas du tout été utilisé lors de la première partie, l’a été cette fois-ci. La mère a été isolée d’un de ses petits endormis, l’empêchant ainsi de le réveiller, le feu formant de plus une barrière protectrice pour les scientifiques. Malgré ses cris d’effroi, la Maman Raptor n’a alors pas pu empêcher la capture du petit raptor. Et paf. Trois bébés capturés, victoire humaine.

Bravo.

Bravo à Cormyr pour sa victoire. Et surtout aux deux Bruno pour nous avoir pondu un vrai bon jeu asymétrique, tactique, rapide et malin pour deux joueurs.

Maman Raptor va manger

Maman Raptor va manger

 

>> Présentation en vidéo par Mathias de Matagot

>> Découvrez l’historique du jeu sur le blog de Faidutti

Raptor

de Bruno Cathala et Bruno Faidutti

illustré par Vincent Dutrait

Publié chez Matagot

Pour 2 joueurs

20 min de partie

Date prévue : cet été si tout va bien

Laisser un commentaire