Qui Paire Gagne, la bonne humeur l’emporte toujours

Le Scorpion Masqué est un éditeur québécois connu pour ses jeux d’ambiance accessibles et conviviaux. Cette année, il nous propose un jeu en provenance de l’éditeur américain R&R Games, qui est à l’origine du Time’s Up, rien que ça. Ce qui ne laisse présager que du bon pour Qui Paire Gagne

Qui Paire Gagne est donc un jeu d’ambiance où les joueurs vont devoir assembler des images par paire, en essayant de trouver les associations qui seront les plus choisies également par les autres joueurs.

qui-paire-gagne-materiel

Les deux font la paire

Le principe est simple : on pose au centre de la table onze illustrations piochées au hasard. À chacune de ces illustrations est associé un nombre entre 1 et 11. Puis on retourne le sablier et les joueurs ont 90 secondes pour associer les illustrations deux par deux. Ils le font tout simplement avec des cartes numérotées de 1 à 11.

Quand le temps est écoulé, les joueurs vont révéler chacun leur tour les paires qu’ils ont imaginées. L’aspect le plus important, et qui donne au jeu tout son sel, c’est que le joueur doit expliquer la raison de cette association. Et il y a parfois de bonnes tranches de rigolades, voire des moments de solitude quand personne n’a pensé à faire la même paire.

Pour chaque paire qui a été associée par plusieurs joueurs, ceux-ci marquent autant de points que le nombre de joueurs à avoir fait cette paire.

quiperd-2

Les plus perspicaces d’entre vous auront noté que 11 cartes n’est pas un nombre paire. Ainsi, les joueurs ont une dernière carte isolée appelée “pomme pourrie” et qui permet également de marquer des points si d’autres joueurs ont la même. Personnellement, je ne suis pas bien fan de cette règle, je la trouve plaquée et superflue, car elle ne récompense pas grand chose, et à quatre joueurs, c’est elle qui permet de gagner le plus de points d’un coup.

La partie se déroule en quatre manches, et le joueur avec le pus de points à la fin gagne la partie.

Pendant ce temps, dans la tête des joueurs…

Voici l’exemple d’une manche d’une partie à quatre joueurs.
Les illustrations proposées sont les suivantes :

Quelles paires feriez-vous avec ces images ? Vous avez 90 secondes !

Quelles paires feriez-vous avec ces images ? Vous avez 90 secondes !

 

Et hop, on retourne le sablier !

Et immédiatement, les premières associations se font : hop, le papier n°1 avec la corbeille n°7. Et puis le n°5 avec le n°11 (il faut de l’électricité pour l’imprimante). Bien sûr, et bien que ce soit interdit, les joueurs ne peuvent pas s’empêcher de commenter et de lâcher un “C’est facile, on va tous avoir les mêmes paires…”. On aura la réponse seulement dans 90 secondes, mais il y a de fortes chances qu’il se trompe…

Après les paires évidentes, ça commence à se corser un peu. Je vais tenter le n°4 avec le n°8 (les pâtes se mangent) et puis le n°6 avec le n°9 pour la forme du rétrécissement qui épouse celle du verre de la lampe, mais ça me paraît un peu tiré par les cheveux. Il me reste le poisson en papier, le globe et la neige… Je tente une paire 2+10. Et garde la neige pour la pomme pourrie, car je n’ai pas eu d’inspiration.

Hop, le temps est écoulé !

On procède au dépouillement, et c’est moi qui commence.
J’annonce ma paire 1+6, la plus évidente, nous sommes trois (sur quatre joueurs). Nous marquons donc 3 points, ça commence bien !
J’enchaîne avec le 4+8 (les pâtes), avec un bide retentissant, aïe, 0 point pour le coup.
Je poursuis avec l’imprimante et la prise électrique, nous sommes deux, voilà qui sauve l’honneur. Pour le reste, je m’y attendais, c’est le zéro pointé.
Mais la pomme pourrie a aussi été choisie par un autre joueur, l’air de rien, cela me fait gagner 4 points que je m’empresse de noter.

Ayant fini mes paires, c’est aux autres joueurs de révéler ce qu’ils ont imaginé. On a le droit au 1+2 (le bloc-notes et le poisson en papier), au 3+6 (avec l’image du panneau rappelant le slalom dans la neige), ou encore au 7+11 (on jette à la corbeille après avoir imprimé)… Et le joueur qui croyait avoir trouvé des paires évidentes finit avec le merveilleux score de… zéro point sur cette manche ! Petite séance de raillerie, il l’a bien mérité ^^

Bref, vous le voyez, il y a finalement de multiples façons d’associer ces images, et il n’y en a pas une meilleure que les autres. D’ailleurs, cette partie nous a inspiré et nous imaginons déjà une variante où la pomme pourrie serait remplacée par un bonus au joueur qui a le mieux argumenté pour défendre ses paires. Une prime à la mauvaise foi en somme.

Et sans transition, on retourne les illustrations, et on passe à la manche suivante…

À la fin de la partie, voici ma fiche de score :

Ma feuille de score à l'issue de la partie, notez la progression ;)

Ma feuille de score à l’issue de la partie, notez la progression 😉

 

Toutes les manches n’ont pas eu le même succès, et il y a beaucoup de 0. Pour autant je termine à une deuxième place inespérée. En comparaison, voici la feuille du vainqueur :

Le score du vainqueur...

Le score du vainqueur…

 

Notez au passage les points importants rapportés par la pomme pourrie.

Un jeu accessible à tous

pic2364284_mdLes parties sont rapides, et comme tout le monde joue toujours en même temps, il n’y a pas de temps mort. La règle ultra-simple permet à tout le monde de jouer sans aucune excuse, et même les plus réticents seront conquis dès la première manche.

La présence du sablier n’est pas un réel élément de pression, cela permet simplement au jeu de conserver sa fluidité. Une minute et demie, c’est suffisamment long pour laisser le temps aux joueurs de réfléchir aux meilleures paires possibles, et suffisamment court pour que cette étape ne s’éternise pas.

Au final, on tient là un jeu fort sympathique, qui n’est pas sans rappeler le bon vieux Compatibility pour les associations et le fait que les joueurs se retrouvent sur certaines idées. Sa principale force vient dans l’absence de thème imposé (par la pioche d’une carte), qui pouvait parfois gêner les plus jeunes.

Pour autant, enfants et adultes ne seront pas toujours sur la même longueur d’onde, car les références ne sont évidemment pas toujours les mêmes, mais cela n’empêche pas les parties de se dérouler dans la bonne humeur.

Au niveau de la rejouabilité, il y a suffisamment de cartes pour que deux parties ne se ressemblent jamais.

Côté réalisation, les illustrations sont claires, quoique certaines correspondent plus à la culture nord-américaine (au passage, petit clin d’œil à Christian Lemay, l’éditeur qu’on retrouve sur une photo. Saurez-vous la retrouver ?). Tout au plus, on pourra regretter des cartes illustrations un peu petites (surtout que la boîte est grande !).

Voici donc un jeu d’ambiance parfait à sortir en famille, avec des non-joueurs, ou pour détendre l’atmosphère après une partie tendue d’Acquire entre core-gamers :).

> La fiche de jeu 

Un jeu de Stephen Glenn
Edité par Le scorpion masqué
De 3 à 8 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 50 minutes

> Le test du jeu 

 

7 Commentaires

  1. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 20/11/2015
    Répondre

    Très  bon jeu d’ambiance. ce sont les discussions du « pourquoi tu as mis ça? » qui sont les plus amusantes.

    Un peu cher par contre pour ce qu’il contient.

  2. Photo du profil de chrisaugwai
    chrisaugwai 20/11/2015
    Répondre

    Effectivement un jeu très plaisant, très rapide, avec une réelle rejouabilité vu la quantité d’image fournies dans la boite et des grosses tranches de rigolades quand les joueurs expliquent et défendent (avec parfois un peu de mauvaise foi) leurs associations.

    Seul petit reproche sur l’édition : Le scorpion masqué qui se veut à la pointe de l’écoresponsabilité nous fournit ici une boîte un peu trop grande (ce qui n’est évidemment pas atypique), mais surtout un bloc de scoring ridiculement disproportionné

  3. Photo du profil de ReiXou
    ReiXou 20/11/2015
    Répondre

    Dans un monde bien fait, ça devrait être un des hits de Noël. C’est le jeu intergénérationnel de l’année, il marche à tous les coups.

  4. Photo du profil de Grovast
    Grovast 20/11/2015
    Répondre

    Bien d’accord avec vous les gens. Ce jeu fonctionne globalement très bien, avec quasiment tout le monde. Cependant, comme signalé dans mon test, le système de score ne récompense malheureusement pas la prise de risque.

    Je vous rejoins sur les quelques petites imperfections d’édition : les cartes auraient gagnées à êtres plus grandes, en particulier. Ce qui n’entame pas la bonne place réservée à ce titre à ma table ces derniers temps.

    Pour ceux qui ne connaissent pas, foncez, c’est le cadeau parfait pour Tata Renée.

  5. Photo du profil de atom
    atom 20/11/2015
    Répondre

    J’y ai joué une fois, j’avais demandé au passe temps qu’il l’amène pour qu’on le teste et il n’a pas fait l’unanimité. Ce que j’ai reproché au jeu je crois que c’est la même chose que toi Grovast, la prise de risque n’est pas récompensée. J’aurais envie de faire la paire la plus improbable. avec la raison la plus folle, ou la plus drôle avec vote des joueurs. J’avais fait une paire fleche ambulance parce que pour moi c’était cause et conséquence, ça avait bien fait marrer mais bien sur personne ne m’avait imité et en même temps je le savais, mais c’est un jeu d’ambiance que diable. Dommage parce que c’est vraiment un jeu pour une asso.

  6. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 20/11/2015
    Répondre

    Pour moi l’un des meilleurs jeux d’ambiance tout court. Simple rapide avec un nombre de joueurs juste fabuleux. Ca marche en famille, ca marche entre gamers.

    Au diable le scoring, c’est un jeu ou l’on associe pour le plaisir et non pour la strategie !

    Un jeu a jouer avec differents corps de metier, differentes cultures, un jeu intergenerationnel. Le jeu de societe dans tout ce qu’il a de social.

    Un hit comme dit par nombreux au dessus. D’ailleurs tres dommage de ne pas le retrouver dans la selection Ludovox.

Laisser un commentaire