L’arbre, back to the trees!

L‘Arbre, c’est la nouveauté Asyncron pour Cannes 2017 mais jusque maintenant on en savait encore pas grand chose. L’heure est venue de lever le voile !

L’arbre, de Simon Havard, est un jeu de cartes et de tuiles où vous aurez à faire croître le feuillu central efficacement, car le premier qui parvient à poser toutes ses tuiles feuilles, bourgeons et tutti quanti, l’emporte. 

 

Visuel_Arbre_Dos_Boite

 

Auprès de mon arbre…

Comment faire pousser un arbre ? Eh bien, avec du temps, du soleil, de l’eau et un peu de chance ! Chacun dispose d’une réserve personnelle constituée d’une vingtaine de tuiles (rameau, fruit, feuille, bourgeon, fleur… tout ce qui compose un bel arbre en pleine forme) ainsi que de trois cartes « Source » en main.

Sur la table, un plateau « rivière » sera abreuvé de 4 cartes « Source » visibles. 

rirviere1

 

À votre tour, vous devez choisir de faire l’une des actions suivantes :

> Piocher 2 cartes dans la rivière 
> Jouer une ou plusieurs cartes, qui permettront de faire pousser des éléments sur l’arbre (en respectant les règles de pose), ou d’invoquer un esprit-gardien ;
> Faire pousser le tronc : une nouvelle tuile tronc apporte avec elle deux nouvelles branches. Comme disait Leibniz, la nature ne fait pas de sauts. On y va doucement, mais surement. 

Le coeur du jeu se cache donc dans les cartes puisqu’elles vous permettent de faire pousser des types d’éléments (rameaux, feuilles…). Le nombre d’éléments que vous pourrez apposer à l’arbre dépend du nombre de cartes d’un certain type jouées depuis votre main combinées à celles du même type présentes dans la rivière.

cartes

 

Il est par ailleurs possible de jouer une paire de cartes avec une même icône d’esprit-gardien, ce qui permet aussi de faire pousser un élément. On peut combiner les deux façons de faire pousser, sous certaines conditions. Imaginez que je pose 2 cartes Feuille, plus une paire d’un autre type que Feuille mais dont l’icône Esprit-gardien est identique. Imaginons que parmi les cartes de la rivière se trouve aussi 1 carte feuille et 1 joker. Alors en combinant tout ça, je peux poser 5 tuiles Feuilles à mon arbre. Je prends les tuiles en question et je les ajoute à l’arbre. 

On ne fait pas pousser ses éléments n’importe où n’importe comment. Par exemple, une Feuille ne peut pousser qu’à l’extrémité d’un Rameau vide. Un bourgeon ne pousse que sur une Feuille qui ne possède ni Bourgeon ni Fruit, à l’extrémité d’un Rameau, etc.

Vous l’aurez compris, ce bel arbre doit pousser harmonieusement. Tout le monde pose les éléments sur un seul arbre commun, c’est là que réside l’interaction. 

 

esprit

 

Esprit es-tu là ? 

Avec vos cartes, il est aussi possible d’invoquer un esprit-gardien, à condition que son icône soit présente sur une de vos cartes jouées et que la tuile de l’Esprit-gardien correspondant soit visible au bord de la Rivière. En effet, sur le plateau, il y a un espace avec deux tuiles esprits-gardiens visibles. Quand on peut activer le pouvoir de l’une d’entre elles, on la retourne, dévoilant le pouvoir du verso pour la suite.
Certains pouvoirs d’esprits-gardiens permettent de rajouter des éléments à la réserve d’un joueur, éloignant le moment fatidique où il pourra tout placer, d’autres pouvoirs permettent de faire pousser un élément de plus, ou de récupérer des cartes.

Et voilà, le premier joueur à avoir posé toutes les tuiles de sa réserve personnelle gagne immédiatement la partie. 

l-arbre

Avec la Dryade si vous devez faire pousser 2 feuilles, vous pouvez en faire pousser 3

 

Les boîtes de L’arbre seront présentes à Cannes, tout juste sorties d’usine. 

 

L’arbre

Un jeu de Simon Havard
Edité par Asyncron Games
Distribué par Blackrock Editions
Pays d’origine : France
Langue et traductions : Français
Date de sortie : Cannes 2017
De 2 à 4 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 45 minutes

3 Commentaires

  1. Photo du profil de Max43
    Max43 10/02/2017
    Répondre

    En fait, vous auriez pu déjà y jouer, si, au Off de Cannes l’année dernière, vous vous étiez assis à la table de jeu ou les éléments étaient fait de chevilles (qu’on pose dans les murs).

    J’y ai joué et j’avais beaucoup apprécié !

     

  2. Photo du profil de Dr. Jacoby
    Dr. Jacoby 10/02/2017
    Répondre

    quelle réactivité ! merci (par contre c’est moi où ça ressemble beaucoup à Kodama ?)

  3. Orval 11/02/2017
    Répondre

    C’est vrai que ça ressemble beaucoup : un arbre à faire pousser, des esprits de l’arbre… Si le thème est identique, Kodama est beaucoup plus basique dans le côté « je fais pousser mon arbre » : les cartes sont des tuiles et il n’y a qu’un tronc déjà là, puis des branches à poser. Pas de distinction branches/feuilles/bourgeons/fleurs avec un ordre de pose. Pas de combo pour poser plusieurs cartes à la fois. Kodama c’est finalement un jeu d’optimisation simple et plaisant avec ce que l’on aura pioché. Ce jeu-là me semble plus tactique (mais je n’y ai pas joué).

Laisser un commentaire