DANS LA TÊTE DE DAP #3 – WOLFENSTEIN

LUDODAP-TITRE-0

L’autre jour, je me baladais sur l’avenue, le coeur ouvert à l’inconnu, j’avais envie de dire bonjour à n’importe qui, n’importe qui, mais ce fut … Sha-Man… et il ne m’a pas dit n’importe quoi ! Et ouais ma gueule ! Il m’a proposé de venir tester le proto du jeu de société Wolfenstein ! Donc là évidemment, plein de flashes-back traversèrent mon cerveau dérangé avec des images datant de mon enfance avec Wolfenstein 3D / de mon adolescence avec Enemy Territory / et de l’an dernier avec The New Order !

LUDODAP-IMG-1

Vous l’aurez compris, un jeu qui a formé ma jeunesse vidéo ludique et qui m’a accompagné durant de longues heures derrière mon écran… Donc forcément, ni une ni deux, j’ai sauté dans ma voiture, assoiffé d’une envie de dézinguer du nazi à tour de bras ! Donc là, je vous vois venir, vous allez me poser deux questions bande de coquins !

Premièrement : Pourquoi vient-il nous saouler avec son article de bolosse alors que le jeu n’est même pas fini ?

Deuxièmement : Toi qui es un grand fan de la série de jeux vidéo, qu’attends-tu d’un jeu de société qui reprend la franchise ?

Vous avez peut-être posé ces questions de façon maladroite (comment ça c’est moi qui les ai posées ?), mais je vais quand même tenter d’y répondre le mieux possible tout au long de cet article. Je vais tenter de vous présenter le jeu et ses ambitions tout en parlant de mes propres attentes et voir si le tout fonctionne de mon modeste point de vue !

Si vous êtes prêt, choppez vos plus gros guns et on part à l’assaut !

 

LUDODAP-TITRE-2

Je débarque dans les locaux de Ludovox en tenue du dimanche (les vieux comprendront « bien habillé » alors que la vérité c’est plutôt « en short et t-shirt dégueulasse »), et je rencontre à nouveau Stéphane et JB aka les Beaume Brothers, co-auteurs du proto. Oui, je les rencontre à nouveau, car nous avions fait connaissance à Cannes lors de ma première interview en solo (pendant ce temps là Sha-Man était surement en train de déguster quelques « tartines » à la buvette du coin) ; et depuis je les croise à presque tous les événements ludiques auxquels je participe.

Comme à leur habitude, ils sont très sympathiques, mais là n’est pas le propos car si j’ai fait tout ce trajet quand même (ndlr : environ deux minutes en voiture) ça n’est pas pour enfiler des perles, ni taper le carton dans une coinche endiablée, mais bel et bien pour tester un jeu issu de la franchise Wolfenstein ! Je veux que ça saigne, déplacer mes figurines et faire des kills à tour de bras moi !

Bon évidemment, il faut que j’écoute les règles afin de les assimiler en posant des questions sur les quelques points à éclaircir, et là, déjà, première surprise, il ne s’agit pas du tout d’un jeu coop. Je ne sais pas pourquoi, je m’étais imaginé un jeu de coopération où on essaie avec ses copains de remplir des missions contre les vilains fachos qui traînent dans le donjon. Mais pas du tout ! Oui, il y a la possibilité de s’entraider avec ou contre son gré (car le fait d’être présent sur la même tuile qu’un autre octroie des bonus) mais sinon, on a surtout la possibilité de se mettre des bâtons dans les trous … euh les roues !

Awesome ! J’aime les surprises, j’aime les jeux coop, mais j’aime surtout en mettre plein la gueule à mes potes ! Et devinez quoi : Sha-Man jouera également la partie avec moi et les Beaume brothers ! Gniark gniark gniark !

 

LUDODAP-TITRE-3

Avant de débuter le jeu, on choisit tous un personnage avec des pouvoirs bien spécifiques que nous aurons loisir d’utiliser durant la partie. Moi je prends Frau Engel car j’avais bien aimé le personnage genre dépourvu d’humanité et qui prend très cher dans le jeu vidéo Wolfenstein : The New Order. Mes attributions étaient de pouvoir éviter de prendre des dégâts et des blessures lors d’une attaque (ce n’est pas la même chose attention !), ainsi que de pouvoir transformer un ennemi en soldat pour m’éviter des ennuis. Chacun des pouvoirs est utilisable seulement deux fois lors de la partie, donc à utiliser avec une grande précaution ! En plus de cela le jeu propose un système d’expérience qui nous fait acquérir des points à dépenser suivant certains paliers afin de nous faire bénéficier de petits bonus lors de la partie.

LUDODAP-IMG-2

C’est bien beau que je vous raconte ma life, mais ça ne vous aide pas à savoir quel est le but du jeu ! Bonne remarque ! Le but du jeu est de remplir des missions spécifiques que nous aurons piochées hasardeusement pendant le set up. Les missions se divisent en deux catégories, les missions héroïques qui ont pour but de buter un certain nombre d’un certain type d’ennemis pour son tableau de chasse, et des missions de nettoyage, où il vous faut dégraisser une ou plusieurs zone(s) donnée(s), ce qui rappelle beaucoup les systèmes de programmation d’IA dans les FPS ou beat them all old school dans lesquels il y a un certain nombre de vilains à démâter avant de passer à la zone suivante. Une fois ces deux missions réussies, vous aurez le droit à une mission « experte » (donc plus compliquée) qu’il vous faudra accomplir avant de pouvoir sortir du plateau pour rentrer chez vous mettre vos charentaises et siroter une petite verveine des familles !

ATTENTION ! Car on a beau incarner un héros dans le jeu on n’en reste pas moins mortel, et donc la partie peut s’achever très vite si on ne fait pas attention où nous mettons les pieds, cela pourrait coûter très cher ! D’ailleurs, en parlant de mort, on va parler de vie, et surtout de points de vie. En effet, nous disposons de 20 points de vie qui réduisent au fur et à mesure que l’on encaisse des dégâts, jusqu’ici rien de fifou, mais l’originalité réside dans un système de blessures, qui va diminuer notre maximum de points de vie ! Donc vous l’aurez compris, il y a une multitude de façons de se soigner dans le jeu, mais ce système de blessures vous fera réfléchir à deux fois avant d’avancer sur vos ennemis en mode YOLO.

Je rappelle qu’évidement vous avez le droit d’être vicieux : vous disposez de cartes Action qui peuvent vous aider dans des situations délicates, mais qui peuvent surtout aider vos adversaires à passer l’arme à gauche ! Et comme si ça ne suffisait pas, dans ces cartes Action se trouvent des armes à utilisation « éphémère » que nous pourrons utiliser pour mener à bien nos missions et qui vous aideront à tuer les méchants. Je vous assure qu’il y a toutes sortes d’armes ! (Demandez à Sha-Man s’il était pas heureux avec sa pioche quand moi je me pavanais avec ma grenade à Tesla).

Parlons maintenant de l’IA et des ennemis. Il existe 5 types d’ennemis : Les soldats nazis, les chiens enragés nazis, les mutants nazis, les tourelles automatiques de fabrication nazie, et les gros méchants qui font pas trop rigoler ! Bon, évidemment, ils possèdent chacun des caractéristiques propres au niveau de leur déplacement, des dégâts et blessures qu’ils vous infligent, de l’expérience qu’ils vous rapportent ainsi que la valeur qu’il faudra faire aux dés pour les buter (on dispose de deux dés 10 pour ce faire). Une fois que nous avons fini un tour de table (et donc que tous les joueurs ont effectué leur tour de jeu), les ennemis vont tous bouger d’une façon très simple : on pioche une carte Action, et dessus sera indiqué un point cardinal et une couleur et nous allons donc déplacer tous les ennemis se trouvant dans les zones de couleurs correspondantes dans la direction indiquée ! Easy !

Alors là je vous parle de la fin d’un tour de jeu, mais comment il se déroule ce tour de jeu ?
Le joueur ayant le marqueur premier joueur va commencer et lancer un dé 8 afin de connaitre le nombre de cases dont il pourra se déplacer (à noter que le dé 8 est spécial car il ne descend pas en dessous de 3 et possède une face X qui a pour effet « relance le dé et gagne +1 »). Le joueur avance, il aura donc le loisir d’aller choper des Heals si besoin, ou s’arrêtera sur une case de pioche de cartes Action, et il peut également entrer dans une nouvelle zone. Car oui il s’agit d’un jeu d’exploration, le plateau étant vide au départ. Le joueur entre donc dans une nouvelle zone, pioche une tuile géante de 5×5 cases, la dispose dans le sens qui l’arrange le plus (ou qui enquiquine le plus ses petits camarades de jeu), la pose. Puis il pioche une carte d’ennemis qui va indiquer quels types d’ennemis vont venir sur la tuile. Elle dira également comment les disposer – et des fois ça peut faire mal ! Je n’en ai pas encore parlé mais on peut également attaquer un ennemi si on se trouve sur une case adjacente à celui-ci. Il n’y a donc pas de limite dans le nombre d’attaques que l’on peut effectuer (ce qui est très kiffant) ni d’actions, on est juste limité par son déplacement. Faites attention où vous finissez votre tour car il se pourrait bien que les ennemis bougent au prochain tour et ils pourraient tenter de vous casser les dents si vous êtes à leur portée.

Donc chaque joueur fait ses déplacements et kill des ennemis dans le but de réussir sa mission, et surtout ils essayent de comprendre les objectifs de leurs adversaires pour aller un peu les taquiner ! Lors de cette partie d’essai nous nous sommes divisés en deux groupes sans le préméditer. Les deux auteurs du jeu d’un côté, et moi qui m’accrochais aux basques de Sha-Man comme un vieux chewing-gum usagé, évidemment sous couvert de vouloir lui nuire, en fait il allait surtout sur les tuiles où se situait mon objectif principal ! La partie avançait et on prenait vraiment un malin plaisir à essayer de s’embêter un maximum. Nous avons jeté notre dévolu sur le pauvre Jean-Baptiste qui a fini par succomber à ses blessures en toute fin de partie ! J’ai évidemment gagné cela dit en passant, mais ça devient une habitude de botter les fesses de Sha-Man quand il s’assoie autour d’une table de jeu à côté de moi.

 

LUDODAP-TITRE-4

Bah voilà, le jeu est cool vu que j’ai gagné, allez, ciao @+ …

Je sais que vous êtes en train de beugler comme des putois (comment ça, ça beugle pas un putois ?) car il s’agit d’un Just play et que j’ai surtout raconté les mécaniques de jeu et pas la partie ! Mais ça arrive doucement ne paniquez pas !

En fait, pour être honnête quand j’ai commencé la partie j’était un peu déboussolé par le côté non coop du jeu, je m’attendais pas à des missions à accomplir chacun de son côté avec d’autre types qui tentent de faire la même chose. Donc j’ai commencé en étant très prudent voire même un peu couard pour tout vous dire, je me cachais derrière un Sha-Man qui tirait tout-azimut, afin de récolter les lauriers des salles qu’il avait vidées sans trop avoir à me salir les mains ! Les auteurs du jeu, eux, commençaient la partie en grandes pompes en courant de partout évidemment, vu qu’ils ont l’habitude…

Une fois que j’eu fini de faire ma précieuse et les mécanismes de jeu bien assimilés, ce fut une tout autre histoire ! J’avançais en marchant sur les cadavres de nazis encore fumants que je tuais à la chaîne, une vraie boucherie ! Et pour être honnête avec vous, on prend vraiment son pied à ne pas être limité en actions et à faire des jolis combo pour tuer en un tour 5 ou 6 ennemis si les dés sont cléments. C’est très jouissif et en plus, on avance doucement vers ses objectifs de mission…!

La partie s’emballe quand les joueurs autour de la table commencent à remplir leur première mission, là … Une tension se crée nous rendant nerveux au possible : on se disait chacun que les autres se rapprochaient peu à peu de leurs objectifs finaux, nous poussant à agir un peu comme des enfoirés de première ! Et vous l’avez compris c’est à peu près à ce moment là qu’on a commencé à se lancer des fions via les cartes Action, soit pour nous pénaliser les uns les autres, soit pour nous faire perdre des combats gagnés d’avance contre les ennemis ! Et là c’est vraiment fun !

Ceci dit, saupoudrez le tout d’un peu de malchance lors du tour de jeu des ennemis, et la situation devient vite catastrophique ! On perd des PV, vos adversaires engrangent les objectifs, et vous dans tout ça ? Bah on finit sur un sprint pour essayer de remplir ses objectifs le plus vite possible afin de sortir victorieux de cette forteresse, même si ça implique de se mettre en danger à certains moments… Donc on a de la tension, de l’adrénaline et de l’action à gogo !

LUDODAP-IMG-3

Une fois qu’un joueur a terminé ses deux objectifs principaux et son objectif expert, celui-ci doit courir jusqu’à la sortie pour valider sa victoire. En l’occurrence ici, ce fut moi, et histoire de finir en beauté, nous avons formé une alliance de fourberie maléfique avec Sha-Man afin de tuer Jean-Baptiste avant que je puisse toucher le Saint Graal et donc remporter la victoire.

Qu’est-ce qui ressort de tout ça ?
Un gros plaisir de jeu et une sensation d’immersion très forte. Certaines choses qui paraissaient très lourdes ou trop simplistes à l’explication des règles s’avèrent parfaitement adaptées au style de jeu. Ça va vite, c’est intense et c’est fun, que demande le peuple !? Justement je pense qu’on aimerait que le jeu gagne encore en rapidité et en simplicité (oui je rappelle qu’il s’agit ici d’un proto, donc si on veut faire des réclamations, c’est le moment ou jamais ^^). On pourrait par exemple simplifier le système d’expérience et le faire évoluer vers une progression du personnage pour accélérer encore le jeu plutôt que de dépenser ses points. On pourrait également simplifier le système de blessures qui est aussi intéressant que complexe, on pourrait augmenter le nombre d’utilisations d’armes pourries, histoire de les équilibrer un peu, etc.

 

LUDODAP-TITRE-5

Alors là c’est le moment où je vais synthétiser pour essayer de répondre aux deux questions que vous m’avez fictivement posées en début d’article !

J’attendais une adaptation de Wolfenstein aussi intense et bourrine que le jeu vidéo où on ne s’arrête jamais de fumer des nazis sauf quand on a fini le jeu, donc quelque chose de rapide où on fonce en tirant et on réfléchit ensuite, qui serait digne du sergent Blazko (ndlr : William Joseph Blazkowicz). Franchement j’avais un peu peur de me retrouver avec un jeu de figurines lent où on réfléchit et où on parle autour de la table afin d’adopter la meilleur stratégie possible. Mais pas du tout. Le fait d’avoir chacun des objectifs distincts nous oblige à ne pas trop palabrer et nous force à agir afin de prendre de vitesse nos adversaires. J’avoue qu’on se bat tous contre les nazis quand même et que j’aurais bien aimé voir un petit objectif commun qui nous force un peu à s’entraider à contre coeur, ça aurait été assez drôle je pense.

D’un autre côté, je viens de vous raconter ma vie sur un jeu au stade proto et donc certaines choses peuvent encore changer ! Et c’est là tout l’intérêt de la chose, le dialogue avec les auteurs qui se battent et s’accrochent à leur licence, pour les aider, et leur suggérer des améliorations et/ou des modifications. D’ailleurs faites-vous plaisir en commentaires si vous avez des attentes et des envies par rapport à ce jeu, ou des réactions sur ce que je vous ai raconté, je suis sûr qu’ils prendront toutes suggestions avec grand plaisir !

Donc oui, il s’agit d’un proto, tout n’est pas encore réglé au millimètre, mais on va pas se le cacher, on se rend bien compte pendant la partie que nos deux Beaume Brothers ont bien bourlingué à travers les différents salons pour faire tester leur jeu au plus grand nombre, prenant en compte les retours qui vont avec. Par conséquent, la bête commence à être assez bien rodée et tourne très très bien !

Je vais finir par remercier Stéphane et JB d’être venus jusqu’à Lyon pour nous permettre de jouer à leur bébé Wolfenstein. J’ai passé un très bon moment en dehors et autour de la table de jeu, et je leur souhaite de pousser leur jeu encore plus loin. Dans tous les cas, j’ai bien kiffé le jeu et ce qu’il renvoyait de la licence Wolfenstein, donc GG à eux ! [Good Game en langage jeu vidéo].

Merci à tous d’avoir passé encore un petit moment dans ma tête un peu dérangée, j’espère que vous n’aurez pas trop de séquelles, et on se retrouve très vite pour une nouvelle tranche de subtilités dont j’ai le secret ! XD

À la prochaine les bolosses, on s’appelle et on se fait des quenelles !

5 Commentaires

  1. Photo du profil de Potus
    Potus 22/11/2015
    Répondre

    On parle du fait qu’ils n’auront jamais cette licence ou on fait comme si c’était pas grave?

    ^_^

    Le jeu à l’air d’avoir des qualités (même si c’est pas forcément ma came) du coup je trouve dommage le choix d’une IP de ce genre…

  2. jmt-974 23/11/2015
    Répondre

    Je pense que ca va etre dur pour la licence, mais meme sans le jeu peut etre sympa (juste que ce sera dur pour les gens qui l’ont testés de faire le lien…)… mais c’est sur qu’un jeu avec cette licence… ca enverrai du reve 🙂

  3. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 07/03/2016
    Répondre

    Ah tiens Wolfenstein. Il était sur ma liste à Cannes. Mais à priori personne n’était jamais là pour le présenter. Dommage.

  4. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 07/03/2016
    Répondre

    Ah bon? Parce que quand je suis passé sur leur stand, le samedi aprem, les voisins nous ont dit qu’ils n’avaient vu aucune partie de lancée

Laisser un commentaire