Avé : Panem et circenses (mais surtout des jeux)

A c’est le petit dernier de Gigamic. Le livret des règles est fort sympathique, il nous rappelle que les jeux de dés étaient très populaires dans la Rome antique. « Des empereurs aux esclaves, tout le monde y jouait ! Même s‘ils étaient souvent bannis et considérés comme immoraux cela n‘arrêtait pas la plupart des romains ! » Faut dire, si on arrête de faire des choses parce que c’est immoral aussi, on s’en sort plus.

 

gigamic_amzav_ave_box-game_web

 

Fait rare, les dés montrent des chiffres, oui, mais des chiffres romains. Et c’est pas juste pour faire style. 

Chaque joueur reçoit 6 cartes Action, toutes différentes, ainsi que 6 dés. Le premier joueur va lancer un premier dé, puis décidera s’il s’arrête là ou s’il continue (et lance alors un autre dé). C’est du vade retro ou vade pas retro. Du stop ou encore comme on dit aujourd’hui. Le joueur peut continuer à lancer tant que son résultat donne un nombre romain valide. Un 1 («I»), s’il est seul, peut par exemple être soit ajouté soit soustrait d’un 5 (V») ou d’un 10 («X»), mais pas posé n’importe comment n’importe où.

bloc

 

Si vous décidez de stopper, mieux vaut le faire sur un nombre romain valide, afin qu’il puisse entrer dans le bloc score. Vous avez 7 rangées où il est possible de l’inscrire. À vous de voir, mais un nombre ne pourra apparaître qu’une seule fois, de plus, chaque valeur d’une rangée doit être supérieure à la rangée qui la précède. Si votre nombre ne peut pas être entré, car il y est déjà, il n’est pas validable, ou parce qu’il est inférieur à celui de la ligne précédente, alors il est perdu. Il vous reste à ce moment un dernier recours : utiliser une de vos cartes Action. 

 cartes

 

Ces cartes vous permettront de tordre un peu les règles. Vous pourrez ignorer le dé que vous venez de lancer, mettre un nombre déjà utilisé dans le bloc, relancer tous vos I, tous vos V, ou n’importe quel dé. Une fois servie, la carte est défaussée définitivement. Si vous ne vous en servez pas, on admire votre économie de moyens, et ça vous fera des points bonus en fin de partie. 

En fin de partie, puisqu’on l’évoque, afin d’obtenir son score final, chaque joueur additionne l’ensemble des nombres de sa colonne, ainsi que les éventuels bonus des cartes action inutilisées (5 points par carte). 

Voilà donc un petit jeu de dés allemand, lointain cousin du Yams, imaginé par David Parlett (l’auteur du Lièvre et la Tortue de 73) et Johannes Krenner (derrière Black Stories : Suspects), et désormais dispo en français, à partir de demain. 

Le petit truc en plus : la possibilité de lire les règles en latin. Avec Avé, toi aussi mon fils tu vas te mettre au latin ! 

 

Avé,

Un jeu de David Parlett, Johannes Krenner
Illustré par Markus Wagner
Edité par Gigamic
Langue et traductions : Français
Date de sortie : 15-05-2016
De 2 à 6 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 20 minutes  

2 Commentaires

  1. Nicolas Guibert 19/05/2016
    Répondre

    Ca me disait qqch…

    C’est Römisch Poker.

    Un jeu plutôt sympathique et drôle de part sa logique romaine (farfelue donc).

     

     

     

Laisser un commentaire