► E.D.I.T.O. Le jeu traditionnel mis en échec par le jeu de société moderne ?

D’après un rapide sondage sur notre Tweeter, une courte majorité de gamers j2s ne pratiquent plus du tout les jeux traditionnels, souvent « faute de temps ».

 

tweeter

 

Tarot, échecs, belote, ou autre bataille corse nous ont pourtant souvent donné nos premiers émois ludiques familiaux, quand nous étions jeunes, beaux (et pas bien finis).

Qu’à cela ne tienne, ils sont en réalité toujours très présents dans nos jeux de société dits modernes !

Camouflés par des illustrations hypes ou mixés à des mécanismes plus récents, ils ne nous ont jamais vraiment quittés. La preuve.

 

Recyclage : infini 

Il y a ces jeux modernes qui injectent des principes traditionnels de façon discrète : le jeu de l’oie dans Talisman, Attila qui reprend l’avancée des cavaliers échiquéens, King Of Tokyo – parmi tant d’autres ! – avec les trois lancés du Yams, Mifuchi ou I Will Survive et leur gameplay à la pierre-feuille-ciseau…

Une pensée aussi pour Chicago Poker (inutile de préciser où il prend ses racines, si ?), Augustus (loto boosté à la sauce romaine), Noé ou Guerre Froide CIA vs KGB (ressorti en 2014 sous le titre… Star Wars Empire Vs Rebellion) ou Samurai Spirit inspirés par le Black jack… On retrouve un peu de réussite (ou patience) dans The Game, ou du poker menteur dans Coup ou Bad beets.

Bref, la liste est longue.

pic2049225_md

 

Et il y a ceux qui se basent carrément sur le jeu traditionnel – souvent donc des jeux de cartes ou des jeux abstraits – pour réinjecter un peu plus de fun et/ou de thématique sur une base solide (et, avouons-le, ainsi proposer une « nouveauté » qui tourne au poil sans avoir à réinventer l’eau chaude) : Niet avec le Tarot, le Roi des Nains basé sur le jeu du Barbu, Primiera qui n’est autre qu’une Scopa revisitée, Rummikub cousin germain du Rami…

pic2055255_md

À tel point que le terreau traditionnel occidental finit par ne plus suffire. On va donc chercher des concepts authentiques dans des folklores plus exotiques (les mancalas d’Afrique et d’Asie ont fait le bonheur des amoureux de Trajan ou de Five Tribes). L’asie s’avère un lieu sûr pour l’éditeur qui cherche une idée toute trouvée : Gang of four, Tichu, Speakeasy… 

Bien sûr, parfois, comme avec le tower defense, on piochmemorye dans le jeu vidéo (récemment, Ball breaker, signé chez Bankizz, inspiré par les jeux de Bubble shooter).

Souvent on emprunte aux jeux considérés comme « classiques » bien qu’ils soient en réalité assez récents (Difference le jeu des … différences !). Au même chapitre, n’oublions pas tous ces Yams réarrangés (comme le tout dernier Color’yam – très bonne relecture familiale au demeurant)… Ni tous ces titres enfantins qui s’appuient inlassablement sur le Memory (jeu édité initialement par Ravensburger en 59 et devenu un système classique, maintes fois repris, avec par exemple dernièrement les Gigamons salué par l’as d’or). Je pense aussi à tous ces jeux où il faut collecter des familles d’éléments pour gagner… qui n’existeraient sans doute pas sans le jeu des 7 familles (Robin, Banzai…). 

robin943_md

Quand on sait que les échecs ont donné Tempête sur l’échiquier (1989) qui a lui-même inspiré Crôa (2004) ; ou encore, plus récemment, que Ciao (2015) basé sur le Uno (1971) fut lui-même inspiré par le 8 américain (1940)… Oui le recyclage d’idées est infini ! 

Alors si vous croyez encore que vous tournez le dos aux jeux tradi avec votre ludothèque toute moderne, détrompez-vous ! Nous ne sommes que des nains sur les épaules des géants…

 

UP-review-v2

9 Commentaires

  1. Photo du profil de 6gale
    6gale 13/01/2016
    Répondre

    Vous pouvez rajouter : Dogfight, Sapiens, Shinobi, Le hobbit…

  2. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 13/01/2016
    Répondre

    Clairement.

    La liste des jeux cités est tout sauf exhaustive 🙂

  3. Photo du profil de atom
    atom 13/01/2016
    Répondre

    J’ai beaucoup aimé Primiera, toujours pas testé Niet par contre.

    Je n’ai rien contre une belote, mais comme beaucoup de jeux ça dépends des joueurs. C’est très drôle de jouer avec mon beau père par exemple car si c’est l’atout il part toujours même avec un 8, ça donne du piment. A l’inverse d’autres joueurs qui ne partent que s’ils ont tous les atouts.

  4. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 13/01/2016
    Répondre

    Le problème de la belotte et de la coinche (qui ne vaut qu’avec la variante Stéphanoise bien sûr), c’est que une fois les annonces faites et les cartes toutes distribuées (dans cet ordre, Saint Etienne powa), bin, la manche est un peu finie et les joueurs ont, pour moi très peu d’influence sur la suite (à moins d’être débutant). Bref c’est dommage.

    Mais l’avantage non négligeable c’est qu’on peut jouer avec sa grand mère. Et ça, c’est quand même super important.

  5. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 14/01/2016
    Répondre

    Ha ! j’aurais pu parler du Morpion qui revient en force ! Hack trick, Apotheca, et bientôt Brick chez Blue orange…

  6. Photo du profil de jim
    jim 14/01/2016
    Répondre

    @fouilloux Au tarot et au skat certes, à la coinche je n’ai pas du tout cette impression là, tu as toujours plusieurs options qui s’offrent à toi ! Il y a de gros choix tactiques à faire même quand tu mènes le jeu, à moins d’avoir un jeu à générale…  Avec les règles qui pour moi sont indispensables => Tu peux pisser si ton partenaire est maître à la couleur. Tu es toujours obligé de surcouper même sur ton partenaire si celui-ci est maître à l’atout.

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 14/01/2016
      Répondre

      Ah c’est marrant j’ai tellement la vision opposée, pour moi c’est au tarot qu’on a ça.

  7. Lionel Borg 14/01/2016
    Répondre

    J’en parlais dernièrement dans un podcast ludique, mais je me suis aperçu que j’étais moi-même un fervent pratiquant de l’exercice : Chifoumi -> Coconuts / Scopa -> Diam’s / jeu sur téléphone -> Colorpop / Fish Fish -> Poker / Hawaiki -> 8 américain ^^

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 14/01/2016
      Répondre

      En effet. Comment procèdes-tu ? C’est une inspiration consciente ?

      • Lionel Borg 14/01/2016
        Répondre

        La plupart du temps oui, dans la liste que je t’ai donné seul Fish Fish ne vient pas d’une envie de revisiter un classique. Dans certains cas, c’est pour rendre hommage à des jeux qui me plaisent, dans d’autres comme Hawaiki c’est pour tenter de « corriger » ce que j’estime être des défauts.

        Dans tous les cas, j’essaie de capter l’esprit du jeu et ensuite d’y apporter une véritable valeur ajoutée pour que ce ne soit pas juste une variation de tel ou tel jeu, mais plutôt une évolution positive (du moins je l’espère) de ce dernier 🙂

Laisser un commentaire