Uboot The Board Game : B4 : Touché

Si on me parle de jeux de société avec un sous-marin, je pense immédiatement à ce jeu qui noircissait nos cahiers de classe pendant les études ou les cours pour les plus cancres. La bataille navale a creusé son trou depuis un bon moment. Mais pour l’immersion on a vu mieux. Déjà, avec Capitaine Sonar, deux équipes se confrontaient pour couler l’autre dans un jeu proche d’un party game.

Mais là, nous parlons du lancement du Kickstarter de Uboot. Un jeu coopératif en temps réel avec un sous marin en 3D qui se joue pendant la seconde guerre mondiale. Une application smartphone devrait gérer les missions. Et pour les allergiques aux langues étrangères, Asyncron s’occupera de la version française.

 Uboot_jeux_de_societe_Ludovox_04

 

Parlons du sous-marin. Celui-ci trône au centre du plateau, tout en 3 dimensions, un peu comme le train de Colt Express. De chaque côté du plateau, vous avez des icônes qui correspondent aux salles de l’engin et les actions possibles, la salle des machines, le quartier de l’équipage, celui des officiers et la proue et la poupe.

Uboot_jeux_de_societe_Ludovox_05

 

Comment ça coule ?

4 joueurs vont se répartir les tâches, un ingénieur, un navigateur, et bien sur un capitaine et son premier officier. Chaque rôle à son importance. Je vous présente le capitaine, seul maître à bord, il dirige son équipage d’une main de fer dans un gant de velours, celui qui donne les ordres et cela a un impact direct sur le moral de son équipage.

 

Uboot_jeux_de_societe_Ludovox_03

 

Le capitaine donne des ordres (limités selon la mission). S’il crie trop sur son équipage, le moral va descendre (vous aimez qu’on vous aboie des ordres, vous ?). Le hic ? L’ordre ne pourra être exécuté que si le membre d’équipage est présent au bon endroit, il va donc bien falloir se coordonner si l’on veut mener la mission à bien. Concrètement, pour recharger les torpilles il faudra avoir envoyé un subalterne dans la salle des torpilles (logique).

Son premier officier a le nez sur le radar. C’est lui qui s’occupe de l’application et donne les informations à l’équipage (un peu comme dans Space Alert). Il a aussi un rôle qui peut paraître secondaire, mais qui est néanmoins important : la gestion du moral de l’équipage.

L’application gère le périscope (avec vue en 3D s’il vous plaît) ou la vue en surface.

 

Uboot_jeux_de_societe_Ludovox_02

 

Le navigateur dirige le sous marin, fixe le cap et la profondeur quand le submersible est en plongée. C’est aussi lui qui a en charge les informations stratégiques Il faudra ne pas avoir oublié ses cours de géométrie, il devra utiliser un rapporteur, une règle pour les distances et indiquer tout cela sur sa feuille de route. C’est aussi lui qui gère le moral de l’équipage. Si le moral baisse il peut y avoir des accidents, voire pire. N’oubliez pas de nourrir l’équipage et de le récompenser.

 

Uboot_jeux_de_societe_Ludovox06

 

L’ingénieur est responsable des moteurs, et peut réparer les avaries plus ou moins sérieuses. Il est aussi en charge de divers outils mécaniques, comme les citernes de ballast ou les systèmes d’armement.

Chacun d’eux a en charge une équipe qu’il devra mener. On déplacera ses pions dans le sous marin, mais attention. Lorsqu’on envoie un membre sur le pont, il ne faudra pas l’oublier si le sous marin se met en plongée. Pour réparer une avarie, par exemple, il faudra envoyer des gars sur le lieu et ces ouvriers ne seront plus disponibles le temps de la réparation (temps géré, on vous le donne en mille, par l’application).

Chaque membre d’équipage a des jetons actions qu’il peut utiliser pour réaliser ses actions, mais chacun d’eux a ses capacités propres. Cela n’empêche pas les autres de les faire, mais l’action coûtera deux jetons au lieu d’un. De sorte que l’on ne soit jamais bloqué parce que l’on a utilisé le personnage qui faisait cette action.

 

Et l’application ?

L’application est vous l’avez compris, complétement indispensable : c’est elle qui rythme le jeu et les événements, même si on devra de temps en temps utiliser des cartes pour des événements ou pour baisser (ou augmenter) le moral.

Comme le jeu est en temps réel tout le monde joue en même temps. Bien entendu, on sera limité en membre d’équipage et en actions par membre d’équipage. Si l’on a affecté un membre, il ne sera plus disponible.

Les missions peuvent être de simples missions de routine, ou au contraire des missions plus compliquées comme détruire des bateaux ennemis. La difficulté est variable. S’il n’y avait pas l’application et les instruments de torture mesure, je trouverais que tout cela a un petit goût de Space Alert. Qui ne se souvient pas avoir déclenché le canon sans qu’il n’y ait une personne en bas pour le recharger ?  Un mode campagne vient compléter les escarmouches et renforcera l’immersion.

Le jeu est financé il sera traduit par Asyncron, le pledge manager permettra de demander le jeu dans la langue de Molière.

Mais si le jeu est traduit et distribué par Asyncron, pourquoi devrais je pledger ? Le seul intérêt est d’avoir le tapis de jeu en plus du plateau. Tapis qui sera vendu dans le commerce ensuite. Il manque juste une règle pour se faire une idée plus précise, mais Uboot semble prometteur. On sent le souci du détail, on palpe l’immersion totale du doigt. Par exemple, votre équipage est remplacé à chaque quart, (on retourne le plateau de son équipe) il faudra gérer au mieux l’équipage et son moral.

La campagne se termine amoureusement le 14 février, le jeu devrait être livré en décembre 2018.

   

8 Commentaires

  1. fa 24/01/2018
    Répondre

    Merci..bel article. Ce qui serait bien ce serait de savoir si les règles ne sont pas complexes et si le livret n est pas trop imposant…..qui pourrait me répondre…..?

    • atom 24/01/2018
      Répondre

      Je suis à l’affut de la règle, j’ai pledgé, mais je sais pas si je le garderais, en tout cas sans règle je l’annule. Le jeu a l’air plus simple qu’il n’y parait, j’ai un peu de mal a voir ce que fait le rapporteur par exemple, même si je peux l’imaginer.

  2. fa 24/01/2018
    Répondre

    Moi c’est le contraire au vue des vidéos à 4 joueurs….ca me parait très tendu et je pense qu’à 2 voire en solo….ca doit être très compliqué. Dans des jeux de simulation, voir la grosseur du livret de règles permet certaines fois de supposer que celles ci sont dures…

    • atom 25/01/2018
      Répondre

      En l’absence de règle j’ai regardé une vidéo en anglais et il me semble (mais je peux me tromper) que l’appli indique beaucoup de choses. L’install a l’air assez basique, chaque joueur a son plateau et le matériel dédié devant lui.  C’est l’appli qui indique quand on change de quart et que l’on doit changer son équipage (on tourne son plateau équipage). Si on doit réparer une avarie, on indique sur l’appli qui on utilise et c’est l’appli qui dit combien de temps ce perso est mobilisé. On peut le regretter mais l’appli est omniprésente.

  3. Gaelrien 24/01/2018
    Répondre

    Moi aussi j’ai pledgé.
    Je confirme que le jeu semble être plus simple dans sa mécanique qu’il n’y parait et le rôle du navigateur avec ses outils de torture également. La difficulté semblant venir plus dans la coordination de l’équipe (et là ca semble plus chaud) et les combats.
    Sur une des pages francophone présente derrière celle de KS, il y a une présentation assez détaillée du matériel et des différents rôles, ainsi que quelques extraits de partie.
    Par contre, j’ai encore quelques craintes sur la présence de grosses phases de temps morts entre les combats (la mer c’est grand), ainsi que sur les sensations que peut procurer le jeu (genre ressenti lors des combats).

  4. fa 25/01/2018
    Répondre

    Seul moyen de connaitre le niveau de difficulté des règles serait de les avoir en pdf….mais là c’est impossible pendant ce ks…du coup, je ne vais pas me lancer…..dans cet achat…..je vais attendre

  5. fa 29/01/2018
    Répondre

    super… merci

Laisser un commentaire