The Horus Heresy: Betrayal at Calth

Je n’sais pas si vous avez vu, chez Games Work Shop, cette grosse boiboite : 

The Horus Heresy: Betrayal at Calth

Moi non. Alors je vous le présente, parce qu’elle vaut le détour ! L’univers de Warhammer 40000 demeure un des plus riches du genre. Si vous connaissez un peu la mythologie, nous sommes ici en plein 31ème Millénaire, à l’époque où les World Bearers détruisent Calth, un des mondes protégés par les Ultramarines. La galaxie est en flammes. Eteignez votre télévision, c’est là que ça se passe on vous dit. 

01010101001_THHBetrayalatCalthFRE01

« Les lumières et le savoir ne sont plus ; l’Âge des Ténèbres a bel et bien commencé. La glorieuse vision que l’Empereur avait pour l’Humanité gît en ruines, depuis que son fils favori, Horus, a rejeté la lumière paternelle pour succomber aux vrilles corruptrices du Chaos. » La guerre civile divise les space marines, eux qui jadis protégeaient fraternellement la galaxie de l’homme. Certains demeurent fidèles à l’Empereur, d’autres ont pris le parti du Maître de Guerre. Plus rien n’est sûr, tout est disputé, et l’Imperium est scindé en deux… 

Ultramarine de Calth et Word Bearers

The Horus Heresy: Betrayal At Calth est un stand-alone (boîte autonome) qui propose des affrontements dans des tunnels flippants sur fond d’invasion du monde. « Il met l’accent sur des combats vifs et dynamiques à l’échelle de l’escouade, au cours de six missions, en permettant aux joueurs de choisir leur camp et de diriger une force de figurines Citadel très détaillées au cours d’une lutte pour la survie, avec en toile de fond un conflit emblématique de l’Hérésie d’Horus. »

01010101001_FREBetrayalOfCalthBoxedGame11

Des grosses bonnes fig, ça, soyez tranquille, il y en a ! Si vous êtes peintre, vous allez vous faire plaisir… 

« Oui, cours lorsqu’on t’attaque… Mais cours vers l’ennemi ! »

Choisissez votre camp, lisez ses règles spéciales, sélectionnez un scénario, effectuez le déploiement et mettez-vous sur la binette gaiement. Une unité dispose de deux points d’action, utilisable à tour de rôle. Vous pouvez Avancer, Sprinter, Tirer, Assaillir et Consolider (c’est-à-dire réorganiser vos unités en déplaçant vos fig pour qu’elles se regroupent ou se divisent en plusieurs escouades). Le système d’activation alternée permet une certaine souplesse et vous oblige à planifier intelligemment vos coups. 

the-horus-heresy-betrayal-at-calth-vf

Pan t’es mort

On va donc lancer des petites brouettes de dés spéciaux (avec des faces Touche, Touche Critique, Bouclier ou Vierge) pour régler l’issue des attaques. Si vous réussissez à faire au moins une touche, votre adversaire lance les dés à son tour et soustrait aux touches ses résultats boucliers. Le reste des dés donne le nombre de points de vies perdus. Pour boostez vos stratégies, les cartes de commandement permettent par exemple d’interrompre une action adverse, d’avoir une action bonus, etc. Chaque joueur aura des bottes secrètes à sa rescousse ! 

The Horus Heresy: Betrayal at Calth se trouve en français pour un peu plus de 110€, c’est un budget, mais vu les fig qu’il y a dedans (Citadel) et leur niveau de finition, il y a rien à redire…

 

 > La fiche de jeu 

 

4 Commentaires

  1. Photo du profil de TSR
    TSR 18/11/2015
    Répondre

    En voilà une proposition un peu étrange que nous fait GW… Alors à mon corps défendant, je suis fan de l’univers WH40K. Je dis à mon corps défendant parce que je mesure ce que cet univers a de franchement bourrin, un peu nazifiant avec sa glorification du guerrier parfait qui bouzille tout ce qui ne lui ressemble pas, le mythe du chef invincible, etc.. Pour autant, j’arrive pas à m’en empêcher ; je joue aux jeux, je lis les romans, et le cycle de l’Hérésie d’Horus possède juste ce souffle complètement épique qui fait qu’on a du mal à s’en détacher…

    Par ailleurs FFG nous a déjà gratifié d’un très très très bon jeu « L’Hérésie d’Horus », bien monstrueux dans son matos et dans le théâtre d’opération qu’il nous propose de relater (l’attaque de la forteresse de l’empereur sur Terra par les troupes menées par Horus lui même, rien que ça). J’adore ce jeu, je n’y joue pas assez, parce qu’il est long et lourd.

    Et du coup, faire un jeu d’escarmouches simplifiée sur la prise de Calth qui est l’un des nombreux conflits secondaires (les vilains traitres Word Bearers déclarent la guerre aux royaumes d’Ultramar) qui parsèment la toile de fond de cette fresque épique, j’ai envie de dire bof… Le jeu en lui même est peut-être très bien mais vraiment, cela ne m’émoustille guère…

  2. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 19/11/2015
    Répondre

    Moui, je suis super fan de W40K (mais je ne me justifie pas =) ), y a qu’à voir mon avatar.

    Je dévore les romans de l’Horus Heresy et il y avait bien d’autres choix plus intéressants. Des batailles dans les tunnels, par rapport à l’envergure de l’Hérésie, c’est un peu réducteur.

    Comme souvent dans les films aussi, les méchants dans 40K sont plus intéressants et je me suis « pris d’affection » pour les Thousand Sons, Iron Warriors, Alpha Legion et Emperor’s Children.
    Chez les « gentils », je préfère la Raven Guard et les Blood Angels.

    Ici, les « schtroumpfs » contre les fanatiques, bof bof.

  3. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 19/11/2015
    Répondre

    Je ne trouve pas la proposition malhonnête dans la mesure où tu as pour 400/500 euros de fig dans une boite à 110€.

    Au niveau gameplay, les 1ers retours parlent d’un jeu hyper facile d’accès mais bien plus profond qu’il en a l’air. À voir…

  4. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 19/11/2015
    Répondre

    Oui, je crois qu’au niveau matos, ça vaut bien une offre de KS pour le prix.
    En même temps, ils le vendraient plus cher, ça ne s’écoulerait pas du tout.
    Mais ils essayent de faire passer ça (et tant mieux si c’est le cas) pour quelque chose de facile d’accès, alors le prix ne va quand même pas encourager les gens voulant s’intéresser à cet univers/ce jeu.

Laisser un commentaire