Skirmish the scrambles – aux Japonais absents (et c’est bien dommage)

Peut-être parce qu’il est sorti trop tôt (fin 2010) et que les jeux japonais n’avaient pas le succès qu’ils connaissent actuellement, Skirmish est passé bien inaperçu… Il m’aura fallu la présence de Japan Brand au Festival des jeux d’Epinal 2015 (la classe !) pour enfin que je découvre ce jeu. Tout cela expliqué, tant bien que mal, par le fort sympathique Takahiro, l’auteur du jeu (s’il vous plait). Mais au final, entre joueurs, on se comprend. 🙂

1-SK-le-mat--rielT2

Mais dis donc, c’est la traduction qui prend le plus de place …

  

« C’EST LA CHANCE ENFIN REVEE POUR SORTIR DE CE SALAIRE QUOTIDIEN DE MONSTRE » (dixit la règle)

Ah oui, on ne vous l’a pas dit, mais dans Skirmish vous incarnez des monstres. D’ordinaire, vous brutalisez les animaux ou gâchez la vie des aventuriers, mais cette fois vous allez affronter vos ex-petits camarades pour la possession de coffres aux trésors. Un moyen de sortir de votre vie routinière (si je traduis bien la… traduction). Pour faire simple : on s’affronte en posant des cartes et en comparant les sorts et la puissance des deux armées. 

 

ICI ON GAGNE AUX POINGS !

Dans ce jeu pour 2 joueurs, il faudra savoir utiliser ses cartes afin de remporter les trésors pendant les 5 manches que dure une partie. Pour être le meilleur il faut soit posséder 4 trésors avant l’autre (et la partie s’arrête immédiatement) ou être celui qui a le plus de points à l’issue de la partie. Pour ce faire, vous allez poser des cartes Monstres (ou des Noobs et des Dummys qui sont des leurres car oui, c’est un jeu avec du bluff). 

 

MESSIEURS LES MOCHETES, TIREZ LES PREMIERS !

En fait non, ici on joue en simultané, la courtoisie n’est pas de mise !

3-SK-liveatt-variante-a-l-aveugle-sinon-trsir-visibleT

Le décor du jeu – ici dans une variante « à l’aveugle » puisqu’on ignore la valeur du trésor convoité – Phase 2, car 2 cartes posées. 

 

Après avoir constitué vos decks, piochez 6 cartes. C’est votre main de départ.

Déposez en ligne les cartes trésors. On les retournera une à une (étape 1 : découvrir un trésor). Une variante permet de jouer « dans la nuit », sans savoir pour quel trésor on se bat ! Du moment qu’on s’affronte, c’est le principal, non ? 🙂

Chaque joueur va alors placer une carte face cachée devant le trésor (étape 2 – déployer ses éclaireurs). Une fois cela fait, on la révèle. C’est une sorte d’éclaireur, il part devant pour tâter le terrain. Attention, si vous jouez une carte sort, vous perdez automatiquement le combat (étape 3 – les éclaireurs se rencontrent), la puissance de la carte n’a, à ce tour, aucune légitimité, elle sert d’indication pour la suite. 

Si les deux joueurs ont joué un monstre, la manche continue.

On pioche donc une nouvelle carte dans son paquet puis on en joue cette fois deux, face cachée (étape 4 – attaque). C’est à cette phase que va se jouer la prise du trésor : on révèle et on reprend ses dummy au cas où vous auriez tenté de feinter (étape 5 – révélez vos combattants), et on envoie la purée en activant les sorts suivant l’ordre de leur numérotation (étape 6 – résoudre les effets de sorts).

Voilà le moment où il ne reste plus que la force brute ! On compare maintenant les puissances des monstres restants (étape 7 – comparer les armées) et… Le plus fort emporte le trésor (étape 8 – obtenir un trésor).

ex-oartie 

Exemple de tour : Bleu n’a posé que des monstres. Il totalise 7+4+1 = 12 de puissance. Rouge a un dummy qui vaut 0, un monstre à 7 et un sort miroir. Le sort copie le monstre a 7. Rouge a donc 7+7= 14, il gagne le trésor.

 

Pour démarrer un nouveau tour, il suffit de piocher à nouveau dans son paquet pour avoir 6 cartes en main. Attention les cartes jouées sont mises de côté (étape 9 – nettoyage).

Quand son deck est vide, on mélange tout à nouveau jusqu’à obtention de la victoire d’un camp (« sinon c’est match nul » précise la règle avec une naïveté touchante).

 

DES MONSTRES, VOUS AVEZ DIT DES MONSTRES ?

Skirmish est composé de 40 cartes (20 rouges et 20 bleues). Dans ces 20 cartes (formant deux decks identiques) vous trouvez 9 cartes Monstres numérotées de 1 à 9. Ces chiffres représentent la puissance des combattants. Sachez que les monstres sont de plusieurs types, plus ou moins balèzes. Deux d’entre-eux sont des « non-morts » (je pense qu’il s’agit en fait de « morts vivants ») ce qui a son importance par rapport au sort de « mandragore » comme le verrons (ils y sont tous deux immunisés).

Voici les monstres : skirmish-the-scrambl-49-1382228368

  • 1 Chauve souris
  • 2 Momie (non mort)
  • 3 Kobold
  • 4 Gobelin
  • 5 Orc
  • 6 Troll
  • 7 Ogre
  • 8 Golem (non mort)
  • 9 Dragon

 

On a également 4 cartes Noob qui sont numérotées de 1 à 4. Ce sont des monstres faibles qui alourdissent le deck, des cartes employées pour jouer en mode « expert » ou pour équilibrer le niveau entre un joueur expert et un débutant. Nous avons donc :

  • 1 Rat
  • 2 Araignée
  • 3 Serpent
  • 4 Loup

 

De plus, il y a 2 cartes Dummy de valeur 0. Ce sont des leurres, qui permettent également d’économiser une carte si l’on sait que le combat est perdu d’avance.

Nous revoilà sur la mandragore avec les Sorts ! Il y en a 5 différents : 

  • Mandragore : tue tous les monstres dans les deux armées, à part les non morts
  • Charme : le monstre ennemi le plus faible est votre ami et passe dans votre armée
  • Miroir : copie la puissance du monstre le plus puissant de votre armée
  • S’endormir : le monstre ennemi le plus puissant s’endort. Puissance 0
  • Malédiction : la puissance de l’armée ennemie est divisée par 2

 

Ajoutons 7 cartes trésors (1 à 7 points) + une carte couronne (7 points) et n’oublions pas un livret en français traduit par Stéphane Athimon accompagne le jeu (tout cela conditionné dans un remarquable sac congélation (!))

type-e-cartes

Du haut en bas: dummy – monstre – sort – noob.

  

SKIRMICH, C’EST MICH OU C’EST MOCHE ?

Skirmish est pour moi une bonne surprise, c’est un jeu rapide, fluide, aux jolies illustrations (« comme un petit passe-temps ou un petit jeu entre deux jeux plus longs » dit Takahiro lui-même). Il entre tout à fait dans ce que l’on peut voir actuellement des jeux japonais proposés en France : à base de bluff et de guessing pour un public familial et tous ceux qui ont envie d’un peu de fraîcheur avant quelque chose de plus costaud.

C’est pas révolutionnaire mais ça fonctionne. Il nécessite juste un peu d’habitude pour reconnaître les sorts du premier coup d’oeil. À part ce détail, il s’emporte partout et est vraiment plaisant. Étonnant qu’il soit passé à travers les mailles du filet éditorial francophone.

► Skirmish n’est pas sans rappeler Kenjin (Superlude) qui utilise des mécanismes similaires (cartes cachées, pouvoirs et guessing) et un thème approchant : un affrontement pour une carte (lieu chez Kenjin, trésor ici).

À l’issue du festival, il restait encore quelques boîtes, peut-être qu’en contactant l’éditeur (et si vous n’avez pas peur de vous ruiner en frais de port) vous pouvez l’acheter. Sinon, il vous faudra faire une croix dessus, à moins qu’un éditeur français ne se décide… Je m’en veux, j’aurais dû tout prendre ! 

 

EXTENSIONS DU DOMAINE DE LA LUTTE

Deux extensions existent… quelque part. L’auteur, lui-même, avouant qu’il n’en possède plus aucune. À part les refaire en partant des modèles disponibles sur la toile (c’est le cas sur la photo ci-dessous), il y a peu de chance de les croiser. Mais elles apportent quelques effets intéressants. 

4-SK-extenT

► Antimagie

Cette extension ajoute 4 cartes (2 bleues 2 rouges) : « l’observateur » annule les effets des sorts et la « gargouille » qui voit sa puissance augmenter en présence de sort, et annule l’effet de l’observateur.

 skirmish-the-scrambl-49-1382229591-6632

► Breakthrough

Cette extension apporte 4 cartes (2 bleues 2 rouges) :

– « le retour » : le monstre le plus puissant de votre armée vous revient en main.

– « la peur » les monstres adverses de puissance 1 –4 retournent dans la main de l’adversaire.

 skirmish-the-scrambl-49-1382229771-6633

Skirmish the scrambles

Un jeu de Takahiro
Illustré par Iori Watanabe
Edité par Japon Brand
Pour 2 joueurs
A partir de 7 ans
Durée moyenne d’une partie : 15 minutes

Prix 1200 yens 😉

   

5 Commentaires

  1. BabyAzerty 10/07/2015
    Répondre

    Oh que c’est génial ces petits jeux japonais (comme d’habitude ^^). En revanche, il ressemble étrangement à Tunhell (en cours sur Kickstarter)… Ou plutôt Tunhell ressemble vraiment à Skirmish 🙂

  2. Shanouillette 10/07/2015
    Répondre

    Merci pour la découverte !

  3. Grovast 10/07/2015
    Répondre

    Allez, ça fait envie, je le mets dans ma longue liste des « jeux que j’aimerais bien essayer mais la proba que ça se présente est faible », aka « The Improbables » 🙂

  4. madtranslator 11/07/2015
    Répondre

    Le jeu est très sympa. Je pense qu’il a eu du mal à trouver un éditeur car on est sur du jeu à joueurs et qu’il n’y a pas beaucoup d’éditeur sur ce créneau. (mais je peux me tromper). 🙂 Merci pour l’article morlockbob !

  5. Patrick Bapoum 11/07/2015
    Répondre

    Ça serait parfait en print and play. Si l’auteur veut faire connaitre son jeu… 😛

Laisser un commentaire