bien-expliquer-upup-ok

[Rentrée !] Comment bien expliquer vos jeux

C‘est la rentrée, y compris pour les associations et ludothèques qui vont relancer la machine après l’été. De nouvelles soirées et après-midis jeux vont s’organiser. Avec la multitude de jeux orientés vers le « grand public » qui augmente chaque trimestre, nous nous retrouvons de plus en plus souvent autour d’une table avec des novices dans le domaine des jeux.

Chaque mois, je me retrouve devant plusieurs tables de jeux, à expliquer des classiques ou des nouveautés. À force de me retrouver dans cette situation, on acquiert quelques trucs et astuces pour rendre nos explications plus fluides et surtout accessibles pour un public de non-initiés. Je vous partage ici une méthode qui a fait ses preuves pour vous aider dans vos activités.

La préparation :

Avant tout, retenez qu’une bonne explication n’est possible que si vous avez vous-même parcouru les règles et de préférence joué au jeu ! Cela semble évident, mais vous seriez étonné du nombre d' »explicateurs » que je croise qui découvrent les règles du jeu présenté quelques minutes avant la soirée.

J’essaie en général de regarder une (ou deux) vidéo de présentation, mais pas seulement car lire en plus des avis sur le jeu permet d’anticiper les futures remarques de vos joueurs ou parfois même de revoir et adapter carrément certains points des règles.

Autre petit truc, faite une recherche sur les addendum, errata ou autres aides de jeux. Il existe une multitude de sites et forums dans plusieurs langues qui sont consultables à cet effet. Vous n’aimez pas quand quelqu’un retourne sans arrêt dans le livre de règles et n’a pas l’air certain de ce qu’il dit ? C’est normal ! Evitez cette expérience à vos invités en ayant une bonne préparation.

 Donc pour résumer une bonne préparation est composée d’une lecture des règles, un visionnage de vidéos, de lecture d’avis sur le jeu et enfin de l’impression de la dernière version des règles + fiches d’aides + errata.

 

Logique d’explication :

Rentrons dans le vif du sujet avec ce petit schéma qui vous donne une logique compréhensible pour expliquer un jeu.

1. Expliquer le thème du jeu

Que le manuel contienne ou non une histoire ou une courte introduction, il est important de mettre en scène le jeu auquel on va jouer. Les joueurs tout comme vous sont là pour passer un bon moment et déconnecter un peu de la vraie vie pour le temps d’une partie, il est donc utile de décrire le thème et l’idée générale du jeu. Je prends souvent des exemples issus de films, peintures, BD ou même parfois de politique (si le thème s’y prête) pour illustrer ce que les joueurs vont faire durant la partie.

 

2. Expliquer les conditions de victoire

Cela doit venir tout de suite après le thème, pour que le reste de l’explication (la mécanique) soit déjà positionné par rapport à la victoire. Alors que parfois c’est mis tout à la fin des règles, il vaut mieux établir cela dès le début. Si vous ne le faites pas, il est de toute façon fort probable qu’un joueur vous interrompt pour poser la question en plein milieu de votre explication.

Si c’est un jeu coopératif ou semi-coopératif, il faudra aussi expliquer ce que cela implique, car il est possible d’avoir des joueurs novices qui ne sont pas familier avec ce type de jeu. 

À ce moment de mon explication, je demande d’ailleurs souvent à mon audience quels sont leurs habitudes de jeux, cela me permet d’aller plus ou moins loin dans les indications sur la mécanique du jeu.

 

3. Expliquer la mécanique

Le point d’attache part du plateau (quand il y en a un), ou bien des cartes/autres matériel dispersé sur la table (quand il n’y a pas de plateau). Oui, c’est important de montrer visuellement de quoi on parle et permet aux joueurs de mieux suivre.

Quelques astuces pour faire une bonne description fluide sans rentrer dans les détails et perdre l’attention des joueurs :

– Faites vos explications comme si vous jouez un tour de jeu, en vous positionnant comme un joueur. Si les règles sont différentes lors du premier tour, n’en parler pas encore maintenant (vu que c’est juste pour le premier tour, cela peut rapidement être expliqué quand on commence à jouer).

Limiter les détails, cela veut dire : ne pas parler des cartes, jetons ou actions qui sont des exceptions à la règle. Si une exception est très importante à connaître dites simplement durant l’explication : » il y a une/des exceptions à mon explication sur laquelle je reviens un peu plus tard ». Seuls les joueurs avec une concentration maximale retiendront les exceptions de toute façon.

– Vous avez parlé des conditions de victoire, c’est maintenant qu’il faut faire la liaison en démontrant un exemple de jeu où l’on gagne X points de victoire. Cela permet tout de suite au joueurs de voir la mise en application de comment gagner !

 

4. Expliquer les détails utiles

Il est essentiel de bien expliquer les enchainements entre les tours, à savoir quels choix vont influencer plus tard mon action X ou Y.  Même si on doit limiter son explication à l’essentiel, cela ne veut pas dire que l’on doit « sauter des parties » dans l’enchaînement des actions et des tours

– Montrer en prenant et bougeant les pièces sur le plateau ou en pointant sur les icônes des cartes, du materiel mais également des aides de jeux et pourquoi pas des schémas visible dans les règles.

C’est pour cela que j’indique au début de l’article qu’il est utile de préparer sa session et pourquoi pas imprimer des aides de jeux ou plusieurs exemplaires des dernières règles (ceci est d’autant plus important si vous jouer à un jeu ancien qui a été remanié plusieurs fois).

Vous aurez parfois quelqu’un qui passera son temps entre les tours le nez dans les règles, il est donc utile d’avoir une copie supplémentaire à portée de la main pour garder votre copie prêt de vous.

– Je termine souvent par rappeler 2 choses : la durée moyenne d’une partie ainsi que la moyenne des points de victoire par joueur (en général j’essaie si possible de donner un minimum et maximum tout en précisant que c’est évidemment à titre indicatif). Certains joueurs aiment bien pouvoir évaluer leurs performances et parfois cela permet d’engager la discussion après la partie.

 

5. Obtenir un retour

Je viens d’évoquer la discussion après la partie, cela fait partie intégrante pour moi de l’explication des règles car il est toujours intéressant pour la prochaine explication de pouvoir inclure quelques exemples ou faits de jeux qui ont vraiment eu lieu. C’est toujours plus sympa que de reprendre des exemples fictifs extrait des règles.

Je demande donc toujours aux joueurs leurs premières impressions et ce qu’ils ont aimé/pas aimé lors de la partie, ce qui me permettra peut-être de récupérer quelque chose pour la prochaine explication.

 

En conclusion, je suis bien conscient que tout le monde ne sera pas du même avis que moi concernant la manière de faire et ce n’est pas un souci, au contraire … Ici c’est une approche qui fonctionne pour mon groupe avec environ 75 sessions de jeux organisées pour 2 jusqu’à 10 tables en parallèles (parfois sur le même jeu sur plusieurs tables, parfois sur des jeux différents).

Le principal est que vous preniez ce qui est utile de cet article pour votre propre approche ! Au plaisir de lire vos remarques et suggestions dans les commentaires.

   

8 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 01/09/2014
    Répondre

    Globalement d’ accord 🙂

    Apres, certains jeux se pretent a des explications speciales (Cooperatif/semi cooperatif)

    Par ailleurs, il manque une partie essentielle a mes yeux, l’estimation de la couverture de la premiere explication en terme de regles pour les gros jeux.

    – Pour les petits jeux > il faut souvent faire un tour d’essai.

     

    – Pour les jeux moyen, la couverture est souvent de 100% car les explications ne depassent pas les 10 minutes.

    Sachant que le cerveau humain deconnecte en moyenne au bout de 7 minutes de concentration, il est important de fractionner et questionner

     

    – Pour les gros jeux, la couverture va selon moi de 90% pour un Civilization Sid Meiers a 75% seulement pour un Vinhos.

    Ce genre de jeux, les habitues le savent, demande une premiere partie de decouverte ou l’on ne va pas jouer pour gagner mais pour comprendre comment on s’ est fait enfumer ! This is the law ^^

    Certains gros jeux insistent meme sur un tour d’essai suffisant a comprendre et moins subir la premiere partie !

    Ah j’oubliais un truc essentiel pour les gros gamers ^^ donner une idee du nombre de points a realiser pour gagner. Cela donne plus de sens aux actions en-jeu. Genre Dans Keyflower a trois on realise generalement 60 a 80 points. A 6 ce sera 10 a 20 de moins !

    voila ma contribution 🙂

  2. Photo du profil de Himuraken
    Himuraken 01/09/2014
    Répondre

    100 % d’accord, je suis le joueur type qui fait découvrir les jeux aux autres et donc j’explique beaucoup ; au fil des parties on affinne sa technique d’explication et on commence à suivre un schéma d’explication qui ressemble à celui que tu décris.

     

    le plus embêtant étant ceux qui t’interrompre et t’abreuve de question perturbant ce schéma ou ceux qui n’écoute pas.

  3. Photo du profil de Sha-Man
    Sha-Man 01/09/2014
    Répondre

    Ah les gens qui t’interrompent quand t’expliques les règles…

  4. Photo du profil de Le Dimensionaute
    Le Dimensionaute 01/09/2014
    Répondre

    Dans les grandes lignes, moi et ma conjointe fonctionnons de la même manière que toi, tout en ayant un style et une approche particulière à chacun.

    Le dernière exemple en date pour ma part était l’explication de Terra Mystica (avec MAJ & Erratum), et j’ai pour ainsi dire utilisé le même schéma, plutôt efficace même auprès d’une novice de chez novice dans le jeu de société dit moderne. D’ailleurs je me suis pris une raclée (car je jouais aussi) ! Et je dois avouer que ça m’arrive assez souvent quand j’explique un jeu… Pas vous ?  

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 02/09/2014
      Répondre

      exact ! à chaque fois que j’explique un jeu, je perds. A chaque fois qu’on me l’explique aussi d’ailleurs.

  5. Photo du profil de PaZu
    PaZu 02/09/2014
    Répondre

    Ça me gène pas tant que ça d’être interrompu, au moins, je suis sûr qu’on m’écoute :p Ça ne donne pas une partie de mini-villes où au bout d’une dizaine de tour, t’en a un qui fait « mais il faut construire les 4 monuments ? ». Evidemment, tout le monde se marre 😀 Et ouiiiii, c’est dangereux comme tout de ne pas écouter (surtout quand on essaie de faire au mieux et pas trop long pour expliquer le jeu).

     

    Après évidemment, il y a l’heure à laquelle les explications sont lancées qui influent pas mal. A 3h’ du matin, c’est une autre paire de manche d’essayer de captiver son auditoire avec des règles rébarbatives. Ça finit forcément par « dégénérer » dans la connerie 😀

  6. Photo du profil de PG
    PG 02/09/2014
    Répondre

    Alors je vous rassure (peut-être) je perds moi-meme tout le temps quand j’explique. Peut-être justement car on garde un oeil pour vérifier que les joueurs ont bien tout saisi et font les bons mouvements et que du coup on passe moins de temps à regarder son propre jeu ?

    Bon pour PaZu concernant l’heure de jeu, c’est vrai que j’aurais pu ajouter dans l’article un point sur les version light/ultra light et complexe à utiliser en fonction de l’heure et de l’état de fatigue des joueurs. Ceci dit, lancer un Caverna ou Eclipse (en exemple) à 3h du matin … mmmhm 🙂

    Pour Himuraken -> l’astuce est d’entrée d’explication indiquer aux personnes de garder leurs questions pour la fin (si tu as dans ton groupe des habitués « des questions à tout va » surtout), c’est la même technique de communication utilisé par les médias quand ils font des communiqués officiels (d’abord vous écoutez, ensuite vous pouvez poser des questions). L’autre solution, la méthode ne fonctionne pas, est de faire quelques poses entre chaque phase d’explication – à défaut de tout contrôler au moins tu « canalises les questions » à un moment précis de l’explication. Enfin, ceux qui n’écoutent pas ou qui ont pleins de questions et que n’arrêtent pas … en général je termine par leurs donner une copie des règles (d’ou l’intérêt d’avoir plusieurs copies avec soi) en les renvoyant gentillement dans le coin lecture – fait de manière subtil, en général ils déconnectent et vont lire = effet immédiat car dès que tu donnes un « joujou » à quelqu’un il aura en général tendance à le regarder, lire ou utiliser.

     

     

  7. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 03/09/2014
    Répondre

    « Peut-être justement car on garde un oeil pour vérifier que les joueurs ont bien tout saisi et font les bons mouvements et que du coup on passe moins de temps à regarder son propre jeu ? » pour moi c’est clair que c’est ça. Je me mets en mode « meujeu » je veille à ce que tout le monde passe un bon moment et j’oublie complètement ma partie. Bon, sauf sur les « petits jeux ».
    Donner les règles à quelqu’un qui arrête pas de te couper ça me faisait penser à ce que j’avais envie de faire, en tant que MJ quand j’avais des PJ complètement berzerks qui n’écoutaient plus rien : leur donner des coloriages ^^

Laisser un commentaire