venividivici

PRAETOR : Veni Vidi pastille Vichy ?

Il était mince, il était beau, il sentait bon le sable chaud, mon légionnaireuuuhhhh !

Eh oui, on l'a attendu longtemps celui-là, Praetor est passé entre nos mains expertes (oui oui j'ose !) et soyons clair, tel le vautour moyen, nous allons le dépecer pour mieux le déguster !

Pour commencer, comme d'habitude, ce retour est une réaction à chaud, après une partie à 3 entre vieux de la vieille, passionnés de jeu velu, adorateurs de Feld et suppôts de Trajan. Aucun consul ou légionnaire n'a été blessé pendant cette expérience !

Chapitre zéro : intro

Praetor est un jeu de Andrei Novac (on lui doit notamment Exodus : proxima centauri), édité par Lex Games, NSKN Games. Un jeu de 2 à 5 joueurs, 75 minutes (MOUAHAHAHA ! Elle est bonne -_-' ), à partir de 12 ans.

Bon, je n'écris sur un jeu que lorsque je m'y émeu, aussi, autant vous le dire de suite, ce jeu est pour moi le meilleur sorti depuis Essen 2013. Il associe des règles simples expliquées en 20 minutes, avec un fumage de neurones en règle et selon toute vraisemblance, une grande longévité.

Nous sommes sur un pur jeu de pose d'ouvriers, associé à des contraintes tactiques intelligentes et qui propose de large possibilités stratégiques. Le jeu prend également le système de "dés ouvriers" qu'on a pu éventuellement voir dans Euphoria par exemple.

Chapitre un : le matos et un aperçu des règles pèle-mêle

Alors mention bien à Lex et NSKN pour leur jeu, le matos est de qualité, y a des tuiles d'actions qui sorte de manière aléatoire en 2 phases, nos ouvriers (des dés) permettent d'acheter ces tuiles (et de les posséder), ou d'activer ces tuiles (avec la force de l’ouvrier).

On peut activer une tuile d'un autre joueur moyennant une compensation. Quand on achète une tuile, on la place dans un certains ordre et à certains endroits pour maximiser -ou pas- ses PV, ou pour aller embêter le voisin qui se faisait sa petite Rome pépère tranquille dans son coin.

Une fois que tout le monde à jouer ses ouvriers, on les reprend et ceux-ci évolue (changent de face) ou pas en fonction de l'action. Lorsqu'ils évoluent sur un 6, ils deviennent des retraités. Mais attention, les retraités peuvent être actifs ou des feignasses et ils ne demandent plus de salaire, mais des pensions de retraite !

Ainsi, il faudra payer vos pépères (ouvriers et retraités), au risque de plonger votre cité dans l’ennui et la morosité (et perdre des PV en fin de partie au lieu d'en gagner).

A noter qu'on gagne des points avec des actions, on prend également des ressources (au nombre de 5 : or, bois, pierre, marbre et arme) avec des actions, on prend de nouveaux ouvriers avec des actions, on va au marché avec des actions, et on construit le mur d'Adrien avec des actions.

Le Mur d'Adrien est une des façons de marquer des PV, contre des ressources. On construit petit à petit le mur, chaque brique donne des PV + des PV pour chaque autre déjà construite (le tout s'enchainant). A la fin ça peut faire mal quand même !

La variante qui consiste à jouer avec des points en fin de partie pour les murs, les quartiers et les ouvriers me semble obligatoire. Par contre le mode expert (sans tuile marché) est clairement pour ceux qui aiment se faire du mal (et je sais que vous êtes nombreux !).

La seule chose que je regrette dans le matos, ce sont les dés. D’accord sur le principe, mais par pitié messieurs les éditeurs, faites des efforts sur la qualité et l’immersion parce que bon, on est pas au yams quand même !

A noter la Remarquable aide de jeu qui est la plus grande que j'ai vu jusqu'ici ^_^

 

Chapitre Deux : Le début de la partie phase 1

Après l'explication rapide et efficace des règles de notre dominus Capello, nous sommes rentrés avidement dans le vif du sujet. On comprend rapidement que l'explication des règles cache la réelle profondeur du jeu. Les tuiles sortent dans un ordre aléatoire, y compris les tuiles de ressources !

Nous partons tous les trois sur des stratégies différentes :

– Nico engrange les ressources et mise sur le mur d'Adrien

– Mickey augmente le moral de sa cité et se construit un grand quartier.

– Quant à moi, je décide de miser à fond sur le nombre d'ouvriers et de construire mes bâtiments en les rentabilisant directement et en essayant d’embêter (un peu) le monde.

Les tours s'enchainent bien et ma stratégie me donne différentes possibilités mais elle est très délicate à gérer au niveau de l'or. Idem pour nico qui doit veiller en permanence à ses ressources pour pouvoir acheter les murs d'Adrien qui sortent. Mickey s'en sort un peu mieux avec une courbe un peu plus équilibré.

 

Chapitre Trois : suite de la partie phase 2

Alors que j'étais un peu à la ramasse niveau score (ce qui me permettait de jouer premier), les tuiles scorant sur les ouvriers actifs sortent. Je refais dès lors mon retard, mais je commence à souffrir parce que mes ouvriers deviennent tous trop expérimentés, et je sens de plus en plus le papy-boom se pointer !

Il va falloir que je réoriente ma stratégie. Nico a bien scoré jusque-là avec son mur, mais mickey et moi en avons pris une ou deux et il sent que sa stratégie commence à s’essouffler, il va lui falloir trouver une autre façon de marquer également. Quant à mickey, sa stratégie est plus pérenne. Il est le seul à avoir misé sur le bonheur de sa cité, du coup il peut continuer à scorer dessus et habilement, il vient me prendre également un peu de terrain sur mes tuiles de score le fourbe !

Je décide donc de me réorienter vers une tuile peu utilisée scorant sur le bois et la pierre, d'engranger de la ressource pour scorer plus avec les tuiles et j'effectue mon papy-boom en même temps pour scorer un peu et pour payer moins !

Chapitre Quatre : This is the end

Nico a décroché et je suis au coude à coude avec mickey. Il me repasse devant sur le décompte final grâce notamment à son plus grand quartier et à son mur d’Adrien (que j'avais délaissé).

Il finit à 345 points contre 341 pour moi et 292 pour nico.

Début de l'explication à 21H et fin de partie à 00H. On est loin des 75 minutes sur la boite ! Et on était à 3 joueurs ! Je ne veux pas voir ce que ça donne à 5 ! (à noter que l'entre-deux tours doit être long à 5…). Honnêtement, il vaut mieux compter 1H/joueur.

Je ne l’ai pas dit mais la partie se termine quand il n’y a plus de tuiles ou plus de mur d’Adrien. Ça veut dire que si on est pressé, on peut aller acheter des tuiles pour accélérer la fin de partie (ce que j’ai fait ^^).

 

Chapitre Cinq : Conclusion, n'est pas praetor qui veut !

Que de plaisir dans ce jeu où chaque action demande réflexion, où il faut s'adapter en permanence aux tuiles, à sa position par rapport au premier joueur, à ses ouvriers, etc…

J'aime beaucoup le fait que les stratégies soient fort ouvertes, qu'on puisse (qu'on doive !) en changer également en cours de route, la gestion des ouvriers malin, la rejouabilité énorme.

A noter également que les plateaux individuels ont 2 faces. L'une est commune à tous et l'autre est différente pour chacun. Selon moi c'est une fausse bonne idée. Je pense que la face B oriente trop la stratégie alors qu'une des grandes forces de ce jeu, c'est la liberté !

Vous l'aurez compris, nous concernant, Praetor remplit son contrat haut la main. Je le rapprocherais volontiers d'un Russian Railroads (RRR) par exemple. J'ai eu un peu les mêmes sensations en y jouant : du placement d'ouvriers, de la stratégie ouverte dans un cadre défini, cependant, contrairement à celui-ci, l'ordre aléatoire de sortie des tuiles rend les parties fort différentes les unes des autres (il y a bien les conducteurs à RRR mais c'est de moindre importance), parfois faciles, parfois plus difficiles, c'est à chacun à s'adapter. Vos stratégies seront mises à mal par cette part d'aléa, mais les tuiles arriveront, et vous avez de quoi gérer ce hasard… la rejouabilité n'en sera que plus grande ! 

Auteur : Andrei Novac                                                                                                                                   Mécanismes : Construction, Pose d'ouvriers, Tuiles
Illustrateur : David Szilagyi                                                                                                                        Thèmes : Antiquité, Colonisation, Ville
Editeurs : Editions Sans-Detour, NSKN Legendary Games, Play & Win                                           Types de jeu : Jeu de plateau
Nb joueurs : 2 à 5 joueurs                                                                                                                            Complexité du jeu : Amateur, Expert
Age : A partir de 12 ans
Durée : 75 minutes                                                                                                                                        Prix conseillé : 40 euros  

"En 122 de notre ère, l’Empire romain est au summum de sa gloire. Hadrien a mis fin aux menaces barbares. Il se consacre maintenant à la fondation de nouvelles villes et à l’édification de fortifications, afin d’assurer la domination et la richesse de Rome.

     Dans l’île de Bretagne, Hadrien a entamé la construction d’un mur qui portera son nom et qui protégera les régions contrôlées par l’Empire des invasions venues du nord. L’empereur a également ordonné l’édification d’une cité, qui rappellera aux Bretons la splendeur de Rome
Hadrien a envoyé cinq hommes sur place. Il leur a confié des ouvriers et des ressources et afin qu’ils travaillent ensembles. Mais au final, un seul d’entre eux sera nommé Praetor et dirigera la province au nom de l’empereur."

 

 

   

11 Commentaires

  1. Nils Veuve 18/07/2014
    Répondre

    Haha, joli titre !

    • Photo du profil de eolean
      eolean 18/07/2014
      Répondre

      Merci 🙂

      Il m'a fait rire quand je l'ai trouvé (et j'avais pas de pastille vichy sur la langue ! Juste un Werters, j'suis accroc oO)

  2. Pierrick Lancien 18/07/2014
    Répondre

    C’est sur que ça serait pas du luxe une pastille de Vichy pour le Predator…

    • Photo du profil de eolean
      eolean 18/07/2014
      Répondre

      Je plussoie, déjà qu'il a pas une gueule de porte bonheur 😉

  3. Ludovox 18/07/2014
    Répondre

    Eolean est un garçon doué pour la formule choc !

  4. Photo du profil de Meeple_Cam
    Meeple_Cam 30/07/2014
    Répondre

    Après une première partie hier soir, je dois avouer que je n'en suis pas ressorti véritablement comblé.

     

    Déjà, sur les règles, même si elles sont assez courtes, je ne les ai pas trouvé très claires. Dommage aussi qu'il y ait une erreur d'impression et que les pions jaunes soient … verts sur les exemples. J'ai repéré quelques fautes aussi. Boarf.

     

    Sur le matériel du jeu, c'est du bon matériel. Incontestable. Les illustrations sont très belles. Par contre, qu'est ce que le plateau est chargé ! En fin de partie, cela devenait vraiment difficilement lisible, limite pas agréable.

    Etait-il nécéssaire de faire une aide de jeu format XXXL? Déjà que le jeu prend de la place…

     

    Sur le jeu, nous étions 4, j'ai voulu partir sur la stratégie mur d'Hadrien (Ca aurait été cool que les tuiles du mur fassent une fresque, mais bon). Pour mon malheur, un autre joueur a fait pareil, donc on s'est neutralisé l'un l'autre, vu que … une seule tuile est disponible par tour. On se battait pour être derrière l'autre sur les points de faveur, afin d'être premier joueur et prendre la tuile. Ne pas prendre volontairement des points de faveur… une hérésie. Du coup, les 2 autres joueurs, ne faisant pas le mur. étaient tranquilles et ont finit bien en tête sur les points de faveur. Un petit déséquilibrage sur cette stratégie Hadrien. J'ai regretté qu'il n'y ai pas une tuile citée faisant gagner des points sur les tuiles mur d'Hadrien construites.

    Par contre, la gestion de l'expérience des ouvriers est sympathique.

     

    Enfin, sur l'aide de jeu, on propose 3 tuiles supplémentaires (explication, et tout et tout), mais … il faut la commander sur le site du jeu. Ca aurait fait trop mal de les mettre directement dans la boîte?

     

    Un peu de deception suite à cette première partie (2H30 avec les règles et la pause pizza). Bon, c'était une première partie, donc une découverte mais ce n'est pas un WHAA! comme Manhattan project recémment. Aurais-je envie d'y retourner? A voir …

    • Photo du profil de eolean
      eolean 30/07/2014
      Répondre

      Effectivement, la première partie est un peu tendue 🙂  On ne sait pas trop où on met les pied et on peut vite se marcher dessus ! 

      IMHO, il ne faut pas hésiter à changer de stratégie si tu vois qu'on te marche sur les plates-bandes. Je crois, à fortiori, qu'on ne peut pas se contenter que d'une seule. Le mur d'Hadrien (et non pas Adrien comme j'avais mis ^^) est efficace en complément mais pas sur une stratégie full Hadrien je pense. Surtout si plusieurs la font. 

      Le plateau centrale est chargé c'est vrai, mais ça ne m'a pas géné dans le sens où on le construit nous-même et durant la partie, donc on a le temps de l'appréhender 🙂

       

       

  5. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 03/08/2014
    Répondre

    J’ai lu sur BGG + Tom Vasel qu’il y avait un GROS problème avec le Temple de Mercure, il donne 2 PV par marbre ou par arme, et cela peut entraîner une « stratégie » qui constitue à amasser ces ressources, puis à aller tout le temps sur cette case.

    Le temple de Pluton est également mal conçu et peut déboucher sur une stratégie similaire avec d’autres ressources.

    Il ne s’agit pas d’un cas isolé, beaucoup de joueurs se sont plaints.

    L’auteur s’est senti obligé de commenter et de proposer une limite de 20 PV, mais bon, c’est un peu tard.

    http://boardgamegeek.com/article/15953003#15953003

  6. Photo du profil de eolean
    eolean 03/08/2014
    Répondre

    Pour ma part, je n’ai pas remarqué de gros problemes d’equilibrage sur les tuiles qui marquent. 

    Et le jeu propose un mecanisme pour ca, c’est celui de premier joueur. Si tu te gaves trop en point, tu joues dernier. De fait, il devient facile pour les autres de te contrer. C’est d’ailleurs souvent la qu’il faut changer la strategie parce qu’elle ne devient plus interessante.

     

    deplus, l’ordre aleatoire de sortie des tuiles fait qu’on ne peut pas toujours se baser sur une en particulier pour gagner.

     

    non, avec le retour, il y a « peut etre » un probleme, c’est sur la tuile qui te permet de jouer un veteran. Celle-ci est trs forte. Mais ce n’est pas non plus la tuile « i win » 🙂

  7. Photo du profil de Wraith75
    Wraith75 03/08/2014
    Répondre

    Ah ben je suis prêt à te croire, et tant mieux si c’est faisable ainsi, ça m’étonne juste qu’il y ait eu autant de plaintes, ça n’arrive pas souvent sur BGG, sauf quand il y a un gros problème de game design.

    Il y a même plusieurs personnes qui proposaient des house rules.

    Faut encore que je teste moi-même aussi, pas eu l’occasion.

    Merci pour ta réponse, c’est le genre que jeux que j’aime beaucoup et j’aurais trouvé ça dommage qu’il soit « mal conçu ».

Laisser un commentaire