ArticleBandeau

Patchwork : sortez les dés à coudre

Le patchwork est une technique de couture qui consiste à assembler des morceaux de tissus de tailles, formes et couleurs différentes. Tel est le décor choisi par le célébrissime Uwe Rosenberg pour son dernier jeu petit format, passé un tantinet sous les radars de ce côté de la frontière.

Un certain nombre d’échos favorables ayant cependant résonné dans les milieux ludiques francophones avisés, profitons de nos premières parties pour détricoter ce jeu de réflexion pour deux joueurs uniquement.

Matériel bariolé

Zip-bags maison

Après avoir incliné la boite ouverte pour faire choir les planches sinon indélogeables avec des gros doigts, une joyeuse séance de dépunchage vous attend. On se gratte ensuite la tête et on se demande que faire de ce fatras de tuiles : sont-elles donc censées s’entasser en vrac dans la boite ? Rien n’étant fourni, un grand sachet zip issu de votre réserve personnelle trouvera assurément là une seconde vie à sa mesure… Idem pour les jetons « boutons » cartonnés : système D de rigueur.

Dans la même veine, on aurait préféré un insert pour attraper plus facilement ces plateaux carrés aux dimensions de la boite, en l’état forcément stockés en son fond. La mise en place se fait malgré tout assez aisément, mais disons simplement que certains éditeurs apportent plus de soins à ce genre de détail, et que Lookout Games se contente ici du minimum, probablement en lien avec la modestie du prix de vente.

Mais là n’est pas vraiment l’essentiel. Les tuiles sont d’une solide épaisseur, et leur taille généreuse permet de les disposer correctement sans avoir besoin d’être millimétrique. L’ergonomie en cours de partie ne souffre pas de défaut notable, et on joue donc à Patchwork dans de bonnes conditions de visibilité.

Côté esthétique, on vous laisse juge, et on se bornera à signaler positivement le plateau « Piste du temps » recto-verso, dont les faces sont fonctionnellement identiques, mais vous invitent à choisir votre préférée ou à varier les plaisirs.

Le manuel version anglaise ne souffre d’aucune discussion, pour des règles limpides et expliquées en 3 minutes. En attendant qu’un éditeur français aboutisse éventuellement à une version francophone, vous trouverez une traduction officieuse irréprochable sur BGG : merci sebporcel.

[Mise à Jour : Le jeu est depuis distribué en France via FunForge !]

Assemblage hétéroclite

Voici chaque joueur chargé de remplir son plateau personnel, un carré de 9×9 cases, en y juxtaposant au mieux des tuiles « pièce de tissu » de formes diverses, sans possibilité de les recouvrir entre elles. La monnaie du jeu est le bouton : les tuiles tissu s’achètent contre un montant compris entre 0 et 10 boutons.

Seconde variable du jeu : le temps nécessaire pour coudre chaque pièce, représenté par une plus ou moins grande avancée de son jeton sur la piste du temps. Classiquement, cette piste dicte l’ordre du tour : c’est le plus en retrait qui est le joueur actif, et joue ainsi parfois plusieurs tours d’affilée sans redonner la main à l’adversaire.

Mais ce n’est pas tout, le temps rythme également l’obtention régulière d’un revenu (en boutons), dont le montant est fonction des tuiles placées à ce moment (de 0 à 3 boutons par tuile).

Dernière subtilité : le premier joueur à dépasser certaines cases prédéfinies obtient une tuile « gratuite » de taille 1×1, à placer immédiatement. C’est toujours une case de faite, et c’est par ailleurs l’unique manière de combler les éventuels « trous » d’une case.

Lorsque l’on atteint le bout de la piste du temps, on obtient son score en comptant le nombre de boutons accumulés, auquel on soustrait 2 pour chaque case vide de son plateau. Un des deux joueurs a par ailleurs la possibilité d’obtenir un bonus de +7 en étant le premier à remplir un carré plein de 7×7 cases. Ça a l’air simple, mais il n’est dans les faits pas toujours si évident de terminer en positif.

Soirée couture au coin du feu

C’est parti. Nous débutons avec un pécule de 5 boutons seulement, ce qui en la circonstance va me laisser assez peu de choix pour me lancer.

Honneur aux dames, Sophie attaque et se rue sur une tuile à zéro bouton, octroyant qui plus est un revenu de 1 bouton.

Ci-contre, voici la situation dont j’hérite : je n’ai accès qu’aux trois prochaines tuiles par rapport au gros pion en bois. Développer d’emblée son revenu récurrent est une option qui parait assez logique, mais ce type de tuiles vaut plus cher et/ou est plus long à coudre. Ne pouvant de toutes façons me payer ni la tuile valant 7 boutons, ni celle à 10, j’ai ici seulement deux choix :

  • Acheter la tuile à 2 boutons, certes assez bon marché au regard de sa taille de 7 cases, mais ne donnant aucun revenu
  • Avancer mon jeton temps au-delà de Sophie, en l’occurrence de 4 cases, pour toucher 4 boutons

 

Ayant décidé de tout faire pour augmenter mon revenu, cette situation ne m’arrange pas. Avancer pour éviter d’acheter une tuile que je ne veux pas ne m’enchante guère, toutefois, les dégâts sont limités sachant que Sophie n’a elle-même que 5 boutons, et va donc se retrouver avec la même équation épineuse.

Elle optera finalement pour la tuile à 2, prenant de l’avance au niveau spatial, mais m’ouvrant ainsi le jeu sur les tuiles suivantes, alors que j’ai désormais 9 boutons en poche.

Bilan après quelques coups : à gauche le plateau de Sophie, à droite le mien. A ce stade, j’ai rempli bien moins d’espace, du fait de mon tour à blanc et d’achats plus onéreux en moyenne. Mais je m’en suis tenu à mon plan, et mon revenu est de 6 contre 3. En revanche, j’ai du retard dans la course au bonus 7×7, pour peu qu’un de nous deux réussisse à combiner les tuiles correctement.

S’il n’y a pas toujours énormément de choix dans les possibilités d’achat, le placement fait toujours réfléchir fort : on peut tourner les tuiles dans tous les sens, recto verso. Qu’est-ce qui sera mieux, en fonction des tuiles déjà posées et de la prochaine à venir hypothétiquement ?

Il est à noter que nous partons plus ou moins du centre : s’agissant de notre seconde partie, j’ai appris de ma première défaite lors de laquelle j’avais cru bon faire le malin en commençant dans un coin. Pas question de répéter cette erreur qui m’avait restreint dans mes possibilités de placement ultérieures.

Deux tiers de la partie : un tournant vient de se jouer. Profitant d’avoir du champ sur la piste du temps, j’enchaine deux petites tuiles bien senties dans mon coin en haut à droite, et je complète mon 7×7 en bas à droite par une grosse « 10 boutons ». Tada !

Sophie était pourtant sur l’affaire, on devine bien son carré 7×7 en préparation… Le mien est moche, il dépasse de partout, mais il y a 7×7 complet, et c’est tout ce qui compte.

Ceci me vaudra +7 boutons lors du décompte final uniquement : je ne dispose pas de ces boutons entre temps.

 

Décompte final : malgré un plateau moins bien rempli (13 cases vides contre 10), je l’emporte assez largement grâce à un pactole de 29 boutons en monnaie, contre 18. Sophie a mieux agencé son plateau, mais elle a été trahie par des revenus moindres, comme on peut le remarquer sur la photo finish : en fin de partie, elle obtenait 11 quand j’empochais 15.

Le fameux bonus de 7×7 est pour beaucoup dans l’écart de score, mais il est intéressant de noter que j’avais obtenu également ce bonus lors de notre première partie, et quand même perdu à plate couture…

Impressions rapiécées

Patchwork nous offre un ratio intérêt/investissement des plus avantageux.

Parce qu’il est très accessible : il se met en place et s’explique facilement, tellement il y a peu de règles. Et il se joue rapidement, 15 à 20 minutes la partie à peine.

Parce que malgré cette simplicité, il n’est pas si aisé de déterminer les bons choix. On joue certes certains coups en automatique, tant une tuile en particulier nous tend les bras. Mais il y a également des coups beaucoup moins évidents, où les paramètres à prendre en compte sont la plupart du temps suffisamment difficiles à évaluer pour créer des dilemmes. En particulier, l’analyse de la situation adversaire est importante. Il est réellement possible et conseillé d’estimer ce qui va probablement se passer selon si l’on prend telle tuile ou pas…

Cette interaction indirecte joue à plein grâce à deux mécanismes : le déplacement du pion commun (qui détermine les 3 tuiles accessibles), et la course sur les bonus (tuiles 1×1 et carré 7×7). C’est donc un vrai duel où l’on se surveille.

Le pire cas de figure consiste à ne pouvoir acheter aucune des trois tuiles, et ainsi être contraint d’Avancer, redonnant immédiatement la main à l’adversaire. Celui-ci avait probablement anticipé le coup, et peut alors enchainer selon son plan. Si cette situation peut donner l’impression de subir, elle résulte en fait la plupart du temps d’une erreur. Avancer n’est certes pas le meilleur coup dans l’absolu, mathématiquement parlant. Mais Avancer peut être le meilleur coup contextuel, pour justement ne pas prêter le flanc à une position difficile un ou deux coups plus tard. Ce discernement entre meilleur coup immédiat et meilleur coup sur la durée est une des subtilités qui composent la courbe d’apprentissage (limitée mais réelle) du jeu.

Côté thème, si les tuiles aux formes et motifs variées sont bien dans l’esprit, les mécanismes et le cœur du jeu sont par contre totalement abstraits.

Il est maintenant l’heure de ranger sa bobine et de passer aux conclusions de ce Just Played :

  • Patchwork n’est pas un jeu de gestion à la Uwe Rosenberg : il est léger et rapide
  • Patchwork n’en est pourtant pas dénué de profondeur, il peut être joué à différents niveaux d’anticipation selon le public
  • Patchwork peut de ce fait être proposé à n’importe qui : ami de passage, gamer velu entre deux Terra Mystica, enfant à partir de 7-8 ans…
  • Patchwork n’est certes pas une révolution ludique ni un titre à rejouabilité infinie, mais il fait excellente figure dans sa catégorie : le filler intelligent qui se joue sans faim et peut contenter tout le monde

 

Un jeu de Uwe Rosenberg
Illustré par Klemens Franz
Edité par Lookout Games
Pays d’origine : Allemagne
Langue et traductions : Allemand, Anglais
Date de sortie : Essen 2014
De 2 à 2 joueurs
A partir de 8 ans
Prix boutique constaté : 20€

   

2 Commentaires

  1. Photo du profil de Cormyr
    Cormyr 07/04/2015
    Répondre

    Merci Grovast pour cet article qui rejoint mes propres impressions. Je n’ai fait que deux parties de ce jeu et effectivement j’ai bien aimé. Le jeu est rapide, malin et nécessite de faire des choix constamment. Je suis entièrement d’accord avec les conclusions de ce JP.

  2. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 07/04/2015
    Répondre

    ça donne bien envie ! le rendu est joli et original je trouve.

Laisser un commentaire