PARTICIPATIF, LA SÉLECTION NATURELLE N° 174 – Lundi 13 septembre 2021

Semaine deux de cette nouvelle saison ! Une semaine globalement plutôt calme, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a rien d’intéressant.
Regardez plutôt… 

 

On en causait plus longuement la semaine dernière

 

The Gardens, jeu (en français) imaginé par Matt. Dunstan et Brett J. Gilbert avec 38 130€ de soulevés à l’heure actuelle, sur un objectif de 9 346 €, par 855 contributeurs. Fin dans quelques heures. 

 

Wild: Serengeti par l’auteur / éditeur Gunho Kim à la tête de Bad Comet, déjà 137 328€ engagés sur un objectif de 16 941 €, par 3 350 contributeurs. Fin dans trois jours.  

Green Hell: The Board Game, 80 222€ engagés sur un objectif de 43 991 €, avec 867 contributeurs pour cette adaptation de jeu vidéo. On est à 6 jours avant la fin (VF). 

 

► Sur KS toujours, Limbo: Eternal War 1.5 rassemble en ce moment 170 027€ sur un objectif de 109 043 €, pour 1 195 contributeurs. Nous sommes encore à 18 jours avant la fin.

 

 

► Sur Gamefound, Mythic Mischief par le IV Studio (Moonrakers), avec actuellement 352 999 $, pour 3 719 backers. Il reste encore 11 jours (VF).

 

Et pour en savoir plus sur toutes ces campagnes, nous détaillons les projets par ici

 

Les projets en cours qui ont attiré notre regard

► Mardi dernier s’est lancé sur KS Agemonia un nouveau dungeon crawler imaginé par Max Wikström (Space freaks, Realm of wonder…) chez l’éditeur Lautapelit.fi (les braves derrière Eclipse). En anglais dans le texte. 

Agemonia, un monde enchanté débordant de magie, connaît ses plus grands bouleversements. Tremblements de terre, raz-de-marée, tempêtes électriques… les événements cataclysmiques se multiplient et poussent les races mortelles au bord de la guerre. Qu’est-ce que cela pourrait avoir à voir avec la résurgence de mystérieux anciens dispositifs ? Et qu’en est-il de l’obscurité qui s’étend au-delà des portes sombres de la Brèche ?” Voilà le contexte où prend place l’action de ce nouveau coopératif scénarisé. Agemonia compte en effet 30 scénarios agencés en campagne avec des cartes évolutives. Au niveau du gameplay, il mixe des mécaniques classiques des jeux fantasy avec une gestion de ressources et une sélection d’actions orientée Eurogame

Vous débutez votre aventure dans une petit cité, Ambergate, vers le centre de la République de Benem. Vous ferez vite face à des monstres variés (une quarantaine de races) et une variété d’énigmes ou de puzzles, le tout emmené par de multiples livres (dont un livre-plateau comme Near & Far l’avait inventé), avec aussi une centaines de cartes, et même une appli d’accompagnement optionnelle qui lira les textes en anglais. 

À chaque tour, votre héros effectuera une action (comme attaquer, soigner ou concentrer ses capacités) et une manœuvre (comme se déplacer, méditer pour regagner de l’endurance ou se rétablir pour soigner ses blessures) dans l’ordre que vous souhaitez. Choisissez judicieusement, car votre choix d’action affecte également l’ordre de votre tour pour le round, et la coordination de vos actions avec vos compagnons héros est importante nous dit-on, essentielle même. Vous dépensez de l’endurance sous forme de jetons, mais ceux-ci sont également dépensés et retournés sur leur face « blessée » lorsque votre héros subit des dégâts, ce qui réduit donc la quantité d’endurance disponible. L’endurance est aussi dépensée dans le jeu comme un moyen d’annuler les mauvais jets. 

Avant que le scénario ne débute, chaque joueur choisit des tuiles actions pour son héros, et quand le héros prend du galon, il pourra ajouter de nouvelles tuiles, de nouvelles options de jeu s’ouvrant à lui.

Vous avez plusieurs points sur la carte qui s’activent lorsque vous arrivez à une certaine distance. En vous approchant, vous allez peut-être repérer un endroit où vous pouvez obtenir un objet sympathique, ou vous allez peut-être activer un piège ou réveiller un ennemi endormi à proximité… Ces points ont été placés de manière à ce que vous en déclenchiez certains en traversant la carte. Le mécanisme est très simple : il suffit de révéler la carte portant le même numéro que le point activé. Tantôt elles ouvrent de nouvelles zones, comme des tunnels souterrains, tantôt elles sont placées directement sur le plateau, modifiant la carte que vous jouez, avec l’illustration qui continue de manière cohérente. 

En parlant des illustrations, difficile de ne pas mentionner le quatuor de talents qui a été rassemblé ici avec Chad Hoverter, Tomasz Jedruszek, Jere Kasanen et Damien Mammoliti, pour une direction artistique originale puisqu’on sort pour une fois des archétypes traditionnels.  

Autre chose remarquable, le tarif d’entrée, qui n’est pas trop délirant pour un jeu de ce type puisqu’on a tout ce qu’il faut pour jouer à 99€ (bon, sans les frais de port). Ce tarif comprend la Core box et tous les stretch goals débloqués applicables ; ce pledge ne comprend pas d’autres figurines que celles des héros (pour le reste, il s’agira de silhouettes en carton). Avec 149€ vous ajoutez la Miniature Box qui permet d’avoir 30 figurines qui viennent incarner les monstres. Le All-in comprend tout cela plus les Add-Ons et se situe à 200€. 

On Tabletopia

 

Les premiers retours des personnes l’ayant testé en vrai ou sur TTS (où l’on trouve des tutoriels jouables) en parlent (en anglais) (et en bien) ici ou , le jeu étant régulièrement présenté comme un concurrent sérieux à Gloomhaven pour les amateurs du genre. Manque plus qu’une VF.
En attendant, la campagne se porte bien : le pledge moyen par contributeur étant à 123€, avec déjà 1 267 backers, le projet a déjà rassemblé plus de 155 700€. Livraison prévue pour décembre 2022. Fin du KS le 28 septembre. 

 

Starship Shuffle – A SpaceX inspired game : Dans ce jeu, de 1 à 5 joueurs construisent, améliorent et lancent en coopération un vaisseau spatial SpaceX. Le seul problème c’est que vous ne pouvez pas voir vos propres cartes, et le temps presse ! Aux commandes de ce vaisseau, des petits nouveaux inconnus au bataillon, avec Curtis Arends & Kyle Arends, et la maison d’édition itou, A-Games. 

Starship Shuffle est un jeu de cartes façon Hanabi pour les fans de SpaceX, où les joueurs construisent, développent et lancent en collaboration une fusée Starship. 

Le jeu commence par la phase de construction. Chaque joueur reçoit une main de départ composée de cartes Fusée tournées vers l’extérieur (qu’ils ne voient pas eux-mêmes, donc). À tour de rôle, les joueurs jouent une carte sur le terrain, en essayant de la faire correspondre aux plans du vaisseau. 

Alternativement, un joueur peut choisir de donner un indice à un coéquipier puisque les joueurs peuvent voir les mains de leurs coéquipiers (bon, sinon vous connaissez Hanabi ?). Les joueurs qui réussissent à jouer des cartes Fusée reçoivent des cartes Développement qui peuvent être utilisées pour augmenter les chances de réussite du lancement de la fusée.

Si les joueurs réussissent à construire le vaisseau dans les temps, ils passent à la phase de lancement. Le lancement se compose de différentes étapes qui doivent être franchies avec succès. Pour passer chaque étape, on pioche à tour de rôle dans une main spéciale de cartes déterminée par les cartes de développement acquises pendant la phase de construction.

La partie est gagnée si les joueurs réussissent à lancer et à faire atterrir leur fusée. La partie est perdue si la fusée explose pendant le lancement, ou si trop d’accidents de construction se produisent pendant la phase de construction.
Ce petit projet a déjà rassemblé près de 350 contributeurs pour plus de 15 180€ à l’heure qu’il est. Le pledge se situe à 38$ canadiens avec une livraison pour novembre prochain. La
campagne se terminera le 21 septembre. 

 

► Restons dans l’espace un instant. Solar Sphere est un jeu de placement/manipulation de dés avec des éléments de construction de moteur, de gestion de ressources et de collection.

Le jeu se déroule des centaines d’années dans le futur, “à une époque où la compétition a fait avancer l’humanité, mais où la collaboration est aussi parfois nécessaire” peut-on lire. 

Vous lancez vos dés et les placez, façon pose d’ouvriers, pour collecter des ressources, construire la sphère de Dyson (cela restera votre tâche principale), construire / recycler des drones (en quantité limitée, mais très pratiques pour améliorer tout ce qu’on fait avec nos dés et pour donner du peps à nos combats), améliorer les postes de travail, embaucher un équipage et combattre les extraterrestres puisque vos intérêts entrent en conflits avec les leurs. Heureusement, vos intérêts étant les mêmes que ceux de vos adversaires autour de la table, une alliance temporaire pourrait naître pour régler cet épineux problème. En gros vous pouvez les combattre seul ou unir vos forces et partager les récompenses. Toutefois, si personne ne s’attaque aux extraterrestres, vous perdez tous des points. Petit côté coopétitif donc. 

“Les équipages ont des avantages uniques qui aideront les joueurs dans de nombreux domaines. Enchaînez les capacités des membres d’équipage pour construire un bon moteur, et mettez-les à la retraite pour obtenir des avantages supplémentaires.” nous dit le descriptif. 

Sachez que l’éditeur Boom Boom Games est entré en discussion avec Dranda Games pour potentiellement gérer une VF après le KS. Ils localisent bientôt Solar Storm, donc ça ferait sens de localiser aussi cette suite spirituelle. 

 

 

Relics of Rajavihara and Montalo’s Revenge Expansion : Un jeu d’aventure ambiance Aztèque jouable uniquement en solo. La campagne en cours propose le jeu original, plus 30 niveaux inédits avec de nouveaux défis.

Concrètement vous déplacez et faites glisser les blocs pour atteindre l’objectif de chaque niveau. Vous devrez trouver des moyens de naviguer à travers les obstacles et d’aligner les blocs afin de monter/descendre et compléter l’objectif de chaque niveau avant de passer au suivant.

Pour l’extension seule, comptez 32 CA$ (21€). Jeu de base pour 61 C$ (41€) et bundle/all-in pour 87 CA$ (58€). Mais là encore, sachez que la maison Boom Boom Games discute avec Joe de Crazy Like A Box pour localiser le titre (et peut-être ave l’extension d’ailleurs). Chic ! 

873 contributeurs sont déjà engagés, rassemblant 24 832€ à l’heure où ces lignes sont écrites, sur un objectif de 3 341 €. Encore 18 jours avant la fin du KS.

 

► On en parlait la semaine dernière, ça y est Eleven, le nouveau Portal, s’est lancé sur Gamefound et a même trouvé un partenariat français avec la maison jaune des nancéens de Iello.

Eleven sera ainsi disponible chez vos ludicaires quelque temps après que les participants au financement participatif aient reçu leurs boites, une livraison prévue pour septembre 2022. Si vous êtes super pressé, ou si vous souhaitez bénéficier des bonus exclusifs débloqués lors des Stretch Goals ou si vous êtes intéressés par la version all-in du jeu, vous pouvez toujours participer à la campagne Gamefound. Vous pourrez alors recevoir la version française par Iello.     

Pour rappel, il s’agit d’un jeu économique de simulation de gestion de club de foot pour 1 à 4 joueurs. Vous embaucherez du personnel, développerez votre stade, signerez des sponsors, transférerez des joueurs et jouez des matchs contre d’autres clubs. Il faut savoir qu’il s’agit d’un jeu basé sur des “scénarios”. De base il en comprend 6 différents avec des situations de départ et des objectifs particuliers pour la saison. Au début, la tâche est simple : Vous devez gravir les échelons des ligues de football et acquérir l’expérience appropriée. Vous devrez peut-être gérer un club en crise, et à d’autres moments, rajeunir une équipe composée de joueurs qui commencent à traîner la patte. 

Comme nous vous le disions semaine dernière, il s’agira de la réédition de Club Stories (de Thomas Jansen, ici rejoint par Jan Maurycy Święcicki et mister Trzewiczek) un jeu auto-édité en 2017 qui avait convaincu son public.

La campagne propose donc un pledge all in à 128€ avec le jeu de base Eleven + Stretch Goals  + Extension Campagne Solo + Extension Stade + Extension Joueurs internationaux + Extension Événements inattendus + Extension Coupe internationale. Sinon, le pledge de base s’élève lui à 60€.

La campagne rassemble à ce jour plus de 2080 personnes avec déjà 204 800€ de levés et il reste 15 jours.  

 

The Artemis Odyssey(Grand Gamers Guild) On avait hâte de voir sa tête ! La voici la voilà : La nouvelle édition de Ad Astra (2009) qui prend place dans l’univers de Artemis (The Artemis Project).


Les auteurs, Faidutti & Laget, ont amélioré et épuré le gameplay pour une expérience plus rapide et plus fluide « sans sacrifier la profondeur tactique » peut-on lire. L’éditeur a aussi planché sur une nouvelle édition avec une direction artistique aux mains de Dominik Mayer & Cristian Romero et du matériel repensé (entre autres, des figurines et des rangements Game Trayz). 

Dans ce jeu compétitif, vous jouez une carte action face cachée sur un plateau de programmation central partagé. Lorsque le plateau de planification est plein, il est résolu en séquence et tous les joueurs profitent des plans des autres. Vous allez ainsi pouvoir produire des ressources, construire des vaisseaux ou d’autres installations, échanger des biens avec les autres joueurs, voyager à travers les mondes, et surtout, scorer de diverses façons. Jouer les bonnes cartes de scoring en fonction de ce que vous avez construit mais aussi tenter d’anticiper ce que font les adversaires pour pouvoir faire la différence.


Le jeu sortira en boutique sans les améliorations KS (sans figurines, sans Game Trayz), très probablement en VF aussi (à confirmer). La version boutique est ici proposée à 55US$ et la version KS à 65 US$. La campagne touche déjà 856 personnes qui ont ensemble pledgé à hauteur de 51 000€. Encore 15 jours sur KS.

 

 

   Bientôt en ligne !

Vous avez aimé Calico et ses petits chats tout mimi ? Voici prochainement venir Verdant qui peut-être vous parlera autant puisqu’on retrouve Kevin Russ aux manettes, Beth Sobel aux illustrations, et Flatout aux éditions. Bon, par contre, soulignons d’emblée qu’ici Russ n’est pas tout seul, loin s’en faut : Molly Johnson, Robert Melvin, et Shawn Stankewich l’accompagnent, tous les trois célèbres notamment pour avoir imaginé ensemble Point Salad (Notre Test) rejoints aussi par Aaron Mesburne (Overboss a Boss Monster adventure), et Joseph Z Chen au développement… Autant dire qu’on a rassemblé quelques talents pour la peine !

Dans ce jeu pour 1 à 4 joueurs (10+) on retrouve l’état d’esprit “douillet” de Calico puisqu’il vous faudra concevoir l’intérieur le plus chaleureux possible avec vos plantes. Vous devez les positionner de façon à ce qu’elles bénéficient des conditions de lumière les plus appropriées et en prendre soin pour créer la collection la plus verdoyante.
“À chaque tour, vous choisirez une paire adjacente d’une carte et d’un jeton, et vous utiliserez ces éléments pour construire un tableau de cartes toujours plus grand (votre maison). Vous devrez garder à l’esprit divers objectifs pour tenter d’accroître la verdure des plantes en établissant des correspondances spatiales et en utilisant des jetons Objets pour effectuer diverses actions de soin. Vous développerez également vos compétences en matière de « main verte », ce qui vous permettra de prendre des actions supplémentaires pour prendre soin de vos plantes et créer l’espace le plus douillet qui soit !” nous dit le pitch du jeu.
Reste à savoir si le tout sera ensuite localisé pour moins cher ou pas !

 

 

separateur-1

Légende des symboles parfois utilisés

coeur rouge: Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu: Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr: Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

€ : Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2: Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif pour les Nuls :p
  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

 

separateur-1

 

   

2 Commentaires

  1. Kyojin il y a 3 jours
    Répondre

    Merci pour l’article. Je suis content de le revoir en cette rentrée !

Laisser un commentaire