Kigi Kigi ya ya DadaDada

Un petit jeu poétique à l’atmosphère japonisante, ça vous tente ? Allez, prenez donc un petit thé (oh oui un petit sancha, mon préféré !), et installez-vous, on va voyager un peu, ça va faire du bien.

pic2496530_md

Dans ce petit jeu de cartes familial, vous allez tous débuter avec une carte devant vous qui symbolise le tronc de votre arbre, et peu à peu vous allez le faire pousser, en l’élaguant parfois afin de garder une composition harmonieuse (et scorer pardi !).

L’aspect linéaire de l’arrangement

Devant les joueurs, sur la table (oui, pas par terre voyons), à côté de la pioche, trois cartes, représentant des branches, sont placées face visible (avec des ornementations telles que des fleurs, des libellules ou des papillons, comme dirait Umberling, c’est selon). Ces trois cartes à dispo, on appelle ça l’exposition. À votre tour, vous allez choisir une carte depuis l’exposition et la raccorder sur votre arbre, en la plaçant de façon à ce qu’elle ne recouvre pas une autre branche déjà placée. Elle ne doit pas non plus gêner des ornementations déjà présentes. Harmonieux on vous dit. Tournez la carte comme bon vous semble pour y parvenir. En faisant cela, vous tentez également de faire des séries de caractéristiques communes, comme par exemple, une série de 3 papillons sur une ligne continue, c’est joli, et ça vous rapportera 3 points.

Vous pouvez mettre ces cartes branches sur votre arbre à vous et ainsi l’agrandir, mais aussi chez les autres, si ça s’y prête, histoire de casser leur belle composition. Banzaï !

pic2305569_md

La Voie des fleurs 

Si vous parvenez à marquer 10 points (minimum) d’un coup, il faudra élaguer en prenant toutes les cartes branches qui ont permis ces points, et couic, les mettre de côté dans une collection de cartes élaguées.

Parfois dans l’exposition, vous tomberez sur une carte objectif à la place des cartes branches. Alors vous tenterez de le réaliser. Cela peut être, par exemple, avoir le plus de branches à votre arbre en fin de partie. Pour chaque objectif ainsi accompli, vous gagnerez 10 points bonus. On peut aussi jouer en distribuant des objectifs dès le départ, pour les joueurs un peu plus aguerris.

La partie continue, et on va remettre peu à peu des cartes dans l’exposition en les prenant depuis la pioche. Quand cette pioche est enfin vidée, la partie se termine et on compte les points.

Voici donc un jeu imaginé et illustré par le game designer américain Daniel Solis, qui rend ici hommage à l’art de l’Ikebana et de la découpe des arbres, le tout avec des règles sobres dignes des petits jeux japonais actuels. 

pic2305571_md

Kigi arrive en japonais et en anglais le mois prochain mais peut-être qu’on l’aura en VF dans l’année, à suivre…!

>> La fiche de jeu

Un jeu de Daniel Solis
Illustré par Daniel Solis
Distribué par Smart Play Games
Langue et traductions : Anglais, Japonais
Date de sortie : 05/05/2015
De 2 à 5 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 20 minutes

   

3 Commentaires

  1. fouilloux 28/04/2015
    Répondre

    Ouh que c’est joli!

  2. Izobretenik 30/04/2015
    Répondre

    Le jeu sort pour le Game Market, le 5 mai dans sa version japonaise ! C’est Gamefield qui s’en charge. Je ne manquerai pas d’aller en chercher un si les hordes de collectionneurs japonais me laissent la chance. Ca a l’air très sympa, en plus d’être d’une beauté à tomber par terre.

Laisser un commentaire