UP-goc

Game of Crowns, Summer is coming

Le thème de ce jeu de cartes fait bien sûr penser à l’univers de l’oeuvre la plus célèbre de Georges R. R. Martin (Game of Thrones). Avec son malin jeu de mots, on peut difficilement passer à côté, mais manifestement, ils ont préféré ne pas se ruiner pour la licence…

L’empire de Ruelen c’est pas tant pire

Il y a bien longtemps, le grand Empire Ruelen était uni sous une même bannière. Après la mort de Ruele, l’Empire a été brisé, déchiré en neuf maisons, chacune dirigée par un des anciens conseillers de l’empereur. Le royaume a alors sombré dans un conflit amer chacune des neuf maisons rivalisaient pour prendre le pouvoir sur les autres chacune cherchant à réunifier l’Empire brisé sous leur domination. Ce conflit est désormais connu sous le nom du jeu des Couronnes. Rien à voir donc avec les neufs grandes maisons de Westeros qui passent leur vie à se tirer dans les pattes pour s’arroger le trône de fer, dans le célèbre et mortel jeu des Trônes. Puisqu’on vous le dit.

6joueurs-1 

Overview

Chaque joueur (4 à 9 protagonistes) prend le contrôle d’une des neufs maisons nobles de l’empire. Durant la partie, vous pourrez échanger des cartes et des faveurs par des relations diplomatiques ou carrément attaquer frontalement pour piquer ce qui vous intéresse. Vous aurez 10 cartes sous votre bannière, 2 jetons de vote, 4 jetons corbeau (Ha oui il y a même les corbeaux ! Franchement, t’y connais rien Jon Snow !) et une carte d’aide de jeu. Au centre, une pioche de cartes Invités.

GOC_card_CastellanQue faire que faire ?

A votre tour, soit :

– Vous échangez une carte : Prenez une de vos cartes, placez-là devant vous, et déclarez ce que vous souhaitez en échange, plus ou moins clairement. Tous les autres joueurs, dans le sens horaire, devront placer une carte de leur main devant eux. Ils tenteront de convaincre le joueur actif que leur offre est la plus alléchante. Ensuite, ce dernier pourra offrir une carte additionnelle et dans un tel cas, tous les autres devront suivre. Les joueurs pourront continuer de négocier en mettant en jeu des jetons corbeau. Le joueur actif devra forcément finir par jeter son dévolu sur une offre ou sur une autre. Pour info, les jetons corbeau scoreront des points de victoire à la fin du jeu. C’est donc pas anodin comme monnaie d’échange. 

Soit :

– Vous jouez une carte et appliquez ses effets. Cela peut être par exemple une carte Coinage : si vous la jouez, vous piquez une carte au hasard dans une main adverse. Le pauvre bougre qui se sera ainsi fait injustement volé prendra votre carte Coinage en échange, et hop, à charge de revanche. Cela pourrait aussi être une carte Knight : là vous attaquez carrément quelqu’un et tout le monde décidera secrètement de son camp avec son jeton de vote. Les jetons corbeaux pourront aussi être utilisés pour faire pencher la balance (chaque corbeau dépensé est considéré comme un vote en plus). Le joueur qui aura reçu le plus de votes sera le gagnant du combat. Alliances, promesses et trahisons, vous les voyez venir ? Le gagnant pourra prendre une carte dans la main du vaincu, ou piocher une carte Invités. Les Invités vous permettront de marquer des points en fin de partie, selon certaines conditions qu’il faudra veiller à respecter au mieux. Voici quelques exemples, en anglais :

pic2456465_md

Le jeu prend fin après 3 tours ou dès qu’un joueur n’a plus de carte en main. On compte alors les points de victoire et on désigne le nouveau maître de l’empire. C’est équitable.

Alors pourquoi Summer is coming ? Oui, là-haut, dans mon titre, regardez m’enfin ! Je n’écris pas que des bêtises. Le jeu est prévu pour juin chez AEG… Valaaaa, c’est pour ça. Bon, pour le moment, c’est uniquement en anglais, mais ne sait-on jamais…

 
 
Illustré par Pascal Quidault
Edité par Alderac Entertainment Group
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 06/2015
De 4 joueurs jusqu’à 9 joueurs
A partir de 14 ans
Durée moyenne d’une partie : 45 minutes

   

Laisser un commentaire