Exploration numérique de Catan

Catan Stories, « la légende des pirates » : une véritable invitation au voyage. D’ailleurs le pitch d’Asmodee nous promet d’explorer le monde de Catan comme jamais auparavant et de nous mener dans des endroits mystérieux de l’île. L’autre promesse, c’est celle d’une aventure où nos décisions influenceront le cours de l’aventure. À nous de sauver Catane.

 

catan-stories-viens

 

Attention cependant, on est prévenu, c’est une invitation à une aventure textuelle. Le jeu est donc à réserver à un public lecteur, point d’action frénétique ici. Ce n’est pas pour me déranger et cette invitation au mystère, à l’immersion, dans un jeu où l’on devra prendre des décisions critiques ne peut que m’intriguer, et même m’attirer. Gardant une affectation particulière pour le jeu « Les colons de Catane » (oui à mon époque, le jeu s’appelait ainsi, et non pas juste « Catane« ) qui m’a fait découvrir le jeu de société moderne, monde que je n’ai plus quitté depuis… je me devais d’explorer l’île ! Ayant 10h de train aller-retour en 3 jours, je décidais de profiter de l’occasion et je me lançais dans l’aventure.

Les graphismes et les textes

Commençons par les graphismes, car dans un tel jeu, malgré l’avertissement initial, je m’attendais à des graphismes somptueux me plongeant dans l’atmosphère de l’île. En effet, à moins que les textes ne soient dignes des plus grands romans nous permettant de laisser notre imagination vagabonder et créer le monde de Catane, il est nécessaire de disposer d’un support visuel digne des mystères annoncés.

Nous jouons un esprit, l’esprit de l’île, incarné dans un corbeau et qui va se connecter à trois personnages de l’île. Nous enquêterons alors en accompagnant et en guidant ces trois personnages. La première image est donc celle de l’île que l’on survole.

Ile

 

Comme vous le voyez, cette image est certes plaisante mais rien d’extraordinaire. Mais après tout, en bon corbeau, nous survolons l’île à haute altitude. Effectuons un plongeon au ras du sol pour admirer la beauté des paysage…

 

ilezoom

 

Humm visiblement, je n’ai pas le droit de m’approcher tant que ça du sol… les détails ne sont pas fantastiques… et je comprends pourquoi il est préférable de rester en altitude.

On espère alors que lors de nos prochaines pérégrinations il sera possible d’admirer des lieux particulièrement magnifiques… Eh bien non. Non seulement très peu d’autres images vont égayer votre aventure, mais la plupart du temps, vous aurez droit à une simple description (cf image ci-dessous).

 

ilemagnifique

 

Oui, « c’est magnifique », mais je ne la vois pas. Et ce n’est pas ce simple adjectif qui va me permettre de me forger une image mentale de l’île que j’observe.

Il est d’ailleurs temps d’ailleurs de parler des textes. Sans image, ou quasiment pas, on aurait été en droit de s’attendre à des textes qui vous décrivent la scène précisément et titillent l’imagination afin de pousser le lecteur à s’évader et à se forger son imaginaire de l’île… avouez que « tu vois l’île ? c’est magnifique » est assez limité et n’invite pas particulièrement au voyage. Même les objets que l’on peut trouver ne sont décrits que par quelques mots et une imagette simple. 

imagette

Les graphismes et les textes sont donc la première déception de ce jeu. D’abord, ils sont en nombre très limités et l’invitation au mystère n’est pas vraiment au rendez-vous du côté texte et images.

 

Les sons et la musique

Autre élément d’importance, les sons d’ambiance et la musique. On nous invite à porter des écouteurs pour une meilleure expérience. Ce que j’ai fait, d’autant que j’étais dans le train. Des gazouillis, une musique d’ambiance qui vous enveloppe, mais somme toute assez classique, voilà ce qui nous est proposé. J’avoue, mais je ne suis pas mélomane, ne pas avoir ressenti une différence si extraordinaire avec ou sans écouteurs. Alors bien sûr, c’est toujours mieux avec les écouteurs, mais l’invitation m’avait fait penser qu’avec les écouteurs je percevrais des effets particuliers, des nuances imperceptibles avec les haut-parleurs. J’ai sans doute trop extrapolé la simple mention d’utiliser les écouteurs pour mieux profiter du son.

Que dire donc de l’ambiance sonore : elle est présente, agréable, on ne coupe pas le son, ce qui m’arrive souvent dans les jeux sur iPad. Elle est donc plutôt réussie mais sans être exceptionnelle non plus. On aurait sans doute apprécié plus de bruitages pour accompagner le texte afin de proposer au lecteur une ambiance sonore correspondant à l’aventure vécue : des cris lorsqu’on est sensé entendre des cris, des bruits de foule de marché lorsqu’on se retrouve au marché, etc. Point de tout cela malheureusement.

Un satisfecit pour l’ambiance sonore, mais point de félicitation. Une petite déception de plus….

L’interface

L’interface est minimaliste, ce qui est somme toute naturel pour une aventure textuelle. Des textes qui défilent, des choix à faire, et pas grand chose d’autre. Point d’images à explorer dans lesquelles on aurait pu zoomer, cliquer, etc. Un texte qui défile, des boutons à cliquer pour les choix et la possibilité de scroller pour remonter dans l’histoire et se rappeler des dialogues.

Le parti pris de rester sur une aventure textuelle quasi intégralement ne permettait pas de faire beaucoup mieux. Disons qu’à l’heure de la réalité augmentée, on est un peu surpris par cette direction.

À ce propos, il faut noter le choix intéressant d’utiliser une vue à 360 degrés pour les visions qui nous assaillent parfois :

vision2

Cette vue utilise la centrale inertielle de l’iPad et il faut tourner sur soi pour découvrir l’image dans son intégralité. Intéressante initiative et on regrettera que ce genre d’artifice n’est pas été plus utilisé pour découvrir les paysages et les lieux explorés.

Pourquoi aussi être resté superficiel dans l’exploration de cette fonctionnalité ? Par exemple, pourquoi ne pas avoir proposé une image animée ? Pourquoi faut-il cliquer sur les icônes de son pour les entendre alors qu’ils auraient pu se déclencher au moment où la scène correspondante apparaît à l’écran ?

vision1

Au final difficile de juger la qualité de l’interface. Le choix d’une aventure purement textuelle ne laissait peut-être pas beaucoup de marge à l’innovation. Néanmoins, l’expérience des visions avec la vue à 360 démontre qu’il était possible, en s’éloignant un peu du « pur texte » de proposer beaucoup mieux et d’utiliser les capacités multimédia et matérielles de l’iPad.

Le jeu…

Venons en maintenant au cœur du sujet, l’expérience ludique offerte par Catan Stories. Elle reste malheureusement assez pauvre et on se lasse assez vite. La faute à un manque d’immersion dans cette aventure proposée. On a du mal à s’attacher aux personnages que l’on suit. On a du mal à s’identifier à cet esprit de l’île habitant un corbeau et que nous sommes sensé incarner. Et pourtant j’y ai passé finalement quelques heures. D’abord parce que j’avais cet article à écrire mais aussi parce que j’avais envie d’en savoir plus. Il y a donc un potentiel certain. Mais les choix opérés n’aident pas à se sentir impliqué. Et pour un pur jeu d’aventure qui nous conte l’histoire de Catane, cette immersion est indispensable.

Parlons justement de cette aventure. Outre l’absence de visuels ou d’ambiance sonore forte, outre des textes simplistes qui ne sollicitent pas l’imaginaire, les choix à faire n’aident pas non plus à nous plonger au cœur de l’intrigue.
En effet, la plupart des choix ne semblent pas d’un impact ou d’une importance capitale. Par exemple, que choisir entre « il me plait bien » et « il a l’air sympathique » ? On a du mal à percevoir une différence majeure entre l’un ou l’autre et on finit par choisir presque au hasard ou au feeling…

choix

Par ailleurs, certains choix semblent plus importants, mais sans aucune indication particulière, sans indice réellement préalablement glané, on en est souvent réduit à choisir au hasard ou au feeling. Alors peut-être est-ce un choix délibéré de la direction artistique afin que l’aventure nous ressemble au final ? Mais comme je n’ai jamais réussi à vraiment mesurer l’impact de mes choix, c’est sans me sentir totalement impliqué que je clique sur l’un ou l’autre des boutons.

Autre aspect du jeu, les trois personnages que l’on suit. On sent qu’un effort a été fait pour leur donner une histoire et une personnalité particulière. Mais là encore, des textes minimalistes ne permettent pas de leur donner de la profondeur. On a du mal à s’attacher. Et on passe de l’un à l’autre au grès du scénario. En effet, l’application nous force au bout d’un moment à changer de personnage. C’est frustrant mais finalement obligatoire car il faut bien que leurs aventures avancent en parallèle. Personnellement, sur les romans qui pratiquent ce genre de narration, j’ai souvent tendance à sauter des chapitres, avant d’y revenir, pour continuer à suivre un peu plus un personnage. Là bien sûr c’est impossible, et on le comprend.

À ce sujet, il faut noter un changement opéré lors d’une mise à jour quelques jours après que j’ai installé l’application. On a le choix désormais entre 2 modes de jeu. En effet, on peut choisir de suivre le véritable rythme de nos personnages, ou de jouer en accéléré. Dans le premier mode, on est face à une sorte de tamagotchi. Lorsque le personnage doit se reposer, ou faire une action qui prend du temps, il devient indisponible pour un certain temps. Pas d’autres choix que d’attendre si l’on veut continuer à jouer avec lui. On peut bien sûr basculer sur un autre personnage. Mais si vous jouez beaucoup, comme lors de mon voyage en train, vous vous retrouvez par moment dans l’incapacité de jouer et vous devez attendre la notification… un certain temps… sans même connaître ce temps d’attente. Frustrant, très frustrant. Je suis donc passé dès que possible dans le mode accéléré qui supprime ces temps d’attente. On est juste forcé par moment à utiliser un autre personnage mais on pourra toujours jouer et avancer dans l’aventure.

unnamed

Paradoxalement, j’ai par moment regretté d’être passé en accéléré. On se surprend à faire défiler le texte, à cliquer négligemment sur un choix et un continuer ainsi… L’immersion est encore moins forte dans ce mode. Mais se retrouver bloquer alors qu’on ne l’a pas décidé est vraiment trop frustrant. Sans doute un intermédiaire aurait été souhaitable. Le dosage de l’attente est sans doute un point délicat mais il aurait mérité une attention particulière et un réglage fin afin d’aider à l’immersion sans non plus générer trop de frustration.

 

Conclusion

Vous l’aurez compris, je n’ai pas été conquis par le jeu. Cela dit, l’idée d’une aventure mystérieuse sur l’île de Catane est une bonne idée à la base et il est à noter que c’est sûrement un premier essai d’Asmodee digital dans ce sens. Faire le choix d’une aventure textuelle était un choix osé qui aurait mérité une qualité d’écriture bien meilleure que celle proposée. Pourquoi ne pas avoir pris l’option d’un Point & Click à la Siberia ? Surement plus complexe et coûteux à développer, mais tellement plus satisfaisant d’un point de vue expérience ludique. Pourquoi même ne pas avoir proposé beaucoup plus de visuels et d’une qualité bien supérieure ? Pourquoi ne pas avoir profité plus des possibilités offertes par l’iPad, comme cela a été en partie le cas pour les visions ? Il y avait le potentiel pour faire de cette aventure, une belle aventure… au final on se retrouve à lire une nouvelle à l’écriture basique. Peut-être que la cible visée sont les enfants. Mais dans ce cas, je crains que juste de la lecture, aussi simple soit-elle, ne soit pas suffisante. Et pour des adultes, on est en droit à attendre une qualité littéraire bien supérieure.

Au final, si vous êtes curieux et avez envie de découvrir les mystères de Catane, allez-y. L’intrigue n’est pas si mal au final. Mais allez-y en connaissance de cause. Du texte qui défile, des choix binaires qui souvent sont fait un peu au hasard, c’est ce qui vous attend (sur GooglePlay et iTunes). 

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

   

Laisser un commentaire