Destination Neptune

Destination Neptune

L'avenir, c'est Neptune. Pas le barbu avec son trident, voyons, je vous parle de la dernière planète du système, la belle bleue. Quoi, la lune ? Déjà fait. Mars ? Non ça c'est carrément surfait voyons. Pluton, arff c'est plus ce que c'était depuis qu'on sait que c'est qu'une planète naine. Non, il faut voir grand, il faut voir loin, vers l'infini et même au-delà dirais-je. Destination : Neptune.

Destination: Neptune est un jeu de société qui vous emportera pendant 4 générations dans la folle aventure de l'exploration de l'espace. Vous contrôlez une organisation commerciale avec ses ressources et vous avez la ferme intention de farfouiller le système solaire de fond en comble pour trouver des coins sympas à coloniser et à exploiter. En effet, les joueurs utiliseront leurs cartes pour gagner de l'argent et du carburant afin de lancer des missions spatiales qui permettront d'établir des bases, des usines et des colonies à différents endroits du système solaire.

Le jeu va sortir en juin prochain dans sa version anglaise chez les new-yorkais de Griggling Games, et qui sait, peut-être verra-t-il le jour un jour en français (ma boule de cristal n'a pas d'avis tranché sur la question).

Il s'agit donc d'un jeu de société à base de cartes (mais avec un plateau tout de même). Celles-ci présentent des effets immédiats qui s'appliquent au joueur qui la pose et une action permanente qui s'applique à tout le monde, pas de jaloux.

A mon tour, je fais quoi ?

vous pouvez vendre une carte, pour cela vous la posez à côté du plateau de jeu, c'est ce qu'on appelle l'Opportunity Track (la piste des opportunités). Dès que la piste des opportunités présente autant de cartes que de joueurs, la carte la plus à droite est jetée (et vous ne pouvez pas changer l'ordre des cartes évidemment, petit malin).

Vendre une carte vous rapportera de l'argent (1 ou 2 Crédits, selon le nombre de joueurs). L'argent, un peu comme dans votre vraie vie, c'est très utile ! Par exemple pour lancer des missions spatiales, construire des bases, des colonies, des usines… voilà, oui tout pareil que dans votre vraie vie, vous êtes pas perdus au moins.

L'astuce, c'est que les joueurs peuvent jouer des cartes de l'Opportunity Track comme si elles étaient dans leurs mains. Voilà qui est opportuniste.

vous devez jouer une carte, soit de votre main, soit de l'Opportunity Track, sachant que jouer une carte de votre main vous rapportera de la Gloire. De la fame en anglais dans le texte. Fame, makes a man take things over. La fame, c'est cool dude. On peut en gagner aussi en contrôlant des missions de recherche et en contrôlant des Technologies.

La technologie ? Ha oui c'est intéressant, ça permet de pouvoir construire sur tous les types de terrain quelque soit les conditions. Pour cela, il suffit de jouer une carte technologie et de mettre son petit marqueur sur la technologie libre que l'on souhaite acquérir. Mais comme dans la vraie vie, c'est la qualité de l'oeuvre qui doit porter et légitimer la technologie et non l'inverse.

– Enfin vous piochez jusqu'à avoir 5 cartes en main. On pioche, on pioche, et quand on arrive à la fin de la 1ere pile, cela signifie que la 1ere génération vient de passer. Et quand on arrive à la fin d'une génération (ou quand on joue une carte scoring) on compte les points : 1 point par usine et 2 par colonie et celui qui a le plus de Fame gagne 2 points.

A la fin de la 4e et dernière génération, les récompenses pour la Fame sont encore plus intéressantes, faut dire que c'est la fin du jeu après, alors c'est le moment où jamais de se la ramener avec sa gloriole.

Tant qu'on est sur le comptage des points, sachez que vos Crédits peuvent permettre d'acheter des points de victoire (vous le savez, il y a des choses que l'argent ne peut acheter, pour tout le reste il y a le crédit) et sachez aussi qu'il y a des bonus sympas pour celui qui aura coloniser le plus de planètes, et pour celui qui aura coloniser le plus loin de la Terre (il y a en tout 10 planètes, oui parce qu'on compte aussi les planètes naines, pas de discrimination).
 

 

   

Laisser un commentaire