Des news de Friedemann Friese : Faiyum

Ça faisait longtemps qu’on avait pas eu de nouvelles de mister Friese 

Un nouveau titre de l’homme aux cheveux verts a été annoncé (chez 2F Spiele bien sûr, aka sa maison d’édition), Faiyum de son petit nom.

Un opus compétitif qui s’inspire de Power Grid (Haute tension) pour la mécanique de marché et des principes du deck-building et de la pose d’ouvriers, le tout s’adressant aux amateurs et amatrices de planification.

Thématiquement, vous incarnez les conseillers du pharaon Aménophis III, et votre objectif sera d’urbaniser le bassin du Fayoumune riche région agricole d’Egypte. Ne vous leurrez pas, tout ce que construisez appartient au pharaon, autrement dit, en termes de jeu, vos chers adversaires pourront très bien s’en servir aussi (« vos » routes, fermes et autres bâtiments). 

Faiyum jeu

Vos actions seront guidées par vos cartes, que vous jouerez une par une en les défaussant. Simple, chacune présente une action. Mais voici l’astuce : Après avoir joué une partie ou la totalité de vos cartes, vous les reprenez en main dans l’ordre de jeu « inverse ». Il est donc important de jouer les cartes dans le meilleur ordre. Vous récupérez 3 cartes gratuitement, chaque autre carte que vous voulez récupérer vous coûtera 1$.
Quant aux nouvelles cartes que vous achetez, elles iront directement dans votre main. 

Les cartes permettent de placer des travailleurs sur le plateau, façon pose d’ouvriers bloquante (si un espace a déjà un travailleur, vous ne pouvez pas en jouer un). Les moissonneurs pour faire des récoltes, d’autres pour les colonies, d’autres pour les ateliers. Cela ressemble à un placement d’ouvriers classique, sauf que vous ne possédez aucun travailleur en vérité. Si vous avez besoin d’un ouvrier, prenez-en un neutre. Vous pouvez aussi en retirer deux du plateau pour ouvrir les espaces à tout le monde. À vous de créer le moteur de jeu le plus efficace pour gagner les meilleures cartes, et utilisez les structures construites sur le plateau de jeu à votre avantage. 

 

Soleil vert

jeu

 

Le jeu, illustré à l’ancienne par Harald Lieske, sera dispo en anglais et allemand d’ici octobre 2020.
Pendant ce temps, l’auteur songe déjà à son prochain titre, qui devrait être un jeu ferroviaire…

 

   

3 Commentaires

  1. Joy of Yoga Tantra and Native flutes il y a 18 jours
    Répondre

    La mécanique a l’aire sympa, comme souvent chez Friese, bien que le principe de l’ouvrier/contremaître neutre c’est du déjà vu dans Osiris par exemele.

    Mais là où le bât blesse c’est peut être que le père d’Akhenaton payait en $, non?

    Et puis ok, les goûts et les couleurs, toussa, mais le visuel c’est un matériel du proto?

    Bref, à surveiller, mais avec calme et circonspection.

    Et merci pour l’article!

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette il y a 16 jours
      Répondre

      Merci du commentaire ! J’avoue que le $ fait un peu tache ! faudra vérifier ça, c’est peut-être pas le terme usité en jeu.

  2. fredm il y a 12 jours
    Répondre

    c’est le traducteur américain qui a pris un peu de latitude… dans la règle allemande on parle de « geld » qui est générique pour de « l’argent ».

    Le visuel… bah c’est du 2F Spiele… la remise en question est un long process pas forcèment accessible à chacun.

Laisser un commentaire