BannieresoukArticleok

C’est un Souk ton jeu !

Spice Merchant fut d'abord son nom. Et puis Bombyx arriva. Désormais, chez nous -à partir du 8 septembre officiellement en boutique- il s'appellera Souk.

Et il le vit plutôt bien d'ailleurs. Faut dire que ce changement de nom s'accompagne d'un relooking complet. Il ressemblait à ça :


Et maintenant, il va sortir comme ça :

Oui, vous avez reconnnu ?

C'est une boîte métallique de la gamme La P'tite Ludothèque.

L'auteur est un certain Gary Kim (très en vogue depuis Koryo), et l'illustrateur (bourré de talent, ça en devient agaçant à la fin) se nomme Mathieu Lesseynne (qu'on a pu croiser avec des Bonbons).

Vous les connaissez ? Non, ben je demande, parce qu'ils n'en sont pas à leur premier coup.

Bon et le jeu dans tout ça, il tourne comment ? Dans le sens horaire pardi !

Bon. En début de partie, chaque joueur reçoit sept cartes épices. Pas de jaloux.

Il faut savoir que les cartes épices seront utilisées de deux manières :

  • Celles qui sont posées devant vous représentent les marchandises à vendre.
  • Celles qui sont autour du petit plateau du marché représentent la demande. Plus il y a de cartes ici, plus la demande est forte.

Les épices n'ont pas toutes la même valeur, et celle-ci change en fonction de l'importance de la demande.

Et bien sûr, vous voudrez vendre les épices qui rapportent le plus, hey pas fou !

On va donc touiller nos 84 cartes épices, puis en distribuer 7 à chaque joueurs, face cachée. Les cartes restantes vont former la pioche, posée au centre du plateau.

On se met une carte de côté pour la soif !

Une partie se joue en quatre manches. Au début de chaque manche on commence par mettre de côté secrètement les marchandises à vendre : en clair, on pose face cachée les cartes épices qu'on souhaitera vendre. Lors des deux premières manches, on en met une de côté. On pourra en mettre deux de plus lors des deux tours suivants.

Après avoir ainsi mis des cartes de côté, on en repioche pour revenir à 7 cartes en main. Car 7, c'est beau, c'est bien, ça gère son pâté.

Hey Fanny, c'est ton tour, arrête de causer et joue !

A votre tour, vous pourrez jouer une de ces actions :

– mettre de côté une carte épice supplémentaire que vous voulez vendre, en la posant face visible sur votre pile de marchandises (qui sont pour le moment faces cachées). Cela peut servir à bluffer vos adversaires en leur faisant croire que c'est l'épice qui vous intéresse alors que celles que vous avez mises de côté face cachée sont d'un tout autre type.

– poser des cartes (de 1 à 4) sur 1 des 6 emplacements marchés situés sur le plateau, qui, je vous le rappelle pour ceux qui s'endorment à cause de la chaleur, représentent la ? La ? Oui, la demande des marchés. Donc, ici, plus une épice est représentée plus elle sera vendue chère ine fine.

Bref, on fait ça, et on repioche pour avoir 7 cartes en main. Parce que 7 c'est top moumoute vous vous souvenez.

Mais attention, un marché ne peut avoir qu'une seule sorte d'épice et jusqu'à 4 cartes max. Par ailleurs, on ne peut pas mettre partout la même épice. Non. On aime la biodiversité nous. Donc une sorte d'épice ne peut pas squater plus de 2 emplacements sur les 6. C'est déjà pas mal, sinon tous nos plats auront le même goût comprenez.

Donc en gros, on va mettre de côté des cartes d'épices pour lesquelles on pense que la demande va être haute ; demande que l'on va influencer en jouant des cartes sur le marché et en "bluffant" les autres joueurs avec les cartes à la vente posées face visible.

A la fin de la manche, il y a ? Quoi, la Grande Bretagne !? Sortez !

Quand tous les emplacements de marchés sont occupés, ou si 2 d'entre eux ont atteint 4 cartes, on termine la manche. On regarde alors toutes nos cartes, on révèle celles qui étaient cachées et on les compare avec la demande : si elles ne sont pas demandées, on ne peut pas vendre, ben oui, il n'y a pas de demande, on va pas forcer les gens non plus.

Si par contre elles sont représentées sur les marchés, on vendra 1 épice pour chaque emplacement de marché ou elle est représentée (maximum 2 si vous avez bien suivi donc) et au prix correspondant à la demande dans chacun de ses emplacements.

Donc par exemple, si 2 emplacements de marché contiennent respectivement 2 et 4 cartes piments et que vous avez des cartes à la vente de piment, vous pourrez en vendre 2, 1 à la valeur maximale (demande à 4 au marché) et l'autre à la valeur correspondant à une demande à 2.

Et voilà, comment ça se passe, sur les souks de Gary Kim !

 

Durée d'une partie 15 min, de 3 à 5 joueurs, à partir de 8 ans.

 

 

 

Laisser un commentaire