BADASS FORCE : yippee-ki-yay, pauvre con !

Pas d’équivoque avec ce jeu qui annonce d’entrée la couleur ! L’enfant illégitime de Kick Ass et Delta Force parle, à travers ses personnages et ses caricatures, aux fans de la pop culture des années 80/90, un temps « béni » où les Golan Globus* régnaient sur Hollywood et où les Malak Al Rahim** de la planète venaient menacer pour la énième fois les USA.

 

20181002_110048

boite non contractuelle comme on dit

 

Annoncé pour février 2018 en KS, le jeu est, au moment où j’écris ces lignes, en phase terminale de développement, un peu de retard donc. La campagne a démarré le mardi 20 novembre à 18h.
Le prototype utilisé pour cette preview n’est pas la version définitive, des changements sont d’ailleurs intervenus entre la réception de la boîte et la finalisation de cet article (clarification du pouvoir de Bruce, modification du visuel d’Uma, taille du couteau de score, modification du mode vengeance…).

Le jeu est composé de cartes format tarot représentant les personnages phares du cinéma d’action des décennies ciblées : Sigourney Waver, Chuck Norris, Bruce Willis et compagnie, de tuiles armes, d’un couteau (en carton, on ne sait jamais, une fois pris dans l’action) et de dés. 

badass force

Le thème est potache, l’esprit et les illustrations donnent le ton. Ce jeu est un « pan dans ta face » avec des guns et du bluff. Esprits chagrins s’abstenir !

 

 « Si tu te pointes encore, tu peux être sûr que tu repars avec la bite dans un tupperware » ***

Pour réussir chez Badass Force, il faudra totaliser 16 points de victoire (10 en mode accéléré), points que nous récolterons en dézinguant l’ennemi. Comment ? Soit en dévoilant son bluff (je t’ai reconnu Fantômas!), soit en utilisant la force (c‘est moche !) de son arme ou le pouvoir de son personnage.

 

20181002_110229

Uma telle que vous ne la verrez plus

 

Chaque joueur va donc partir avec 7 personnages (tous les mêmes) tirés au hasard dans la foule des personnages disponibles (oui, il y en a plus).
Un sera caché aléatoirement en réserve (cela laisse subsister le doute quand il reste peu de survivants).
Un sera, au choix, placé face caché devant soi, il sera le Badass actif.
Comme le monde est mauvais, on prendra une arme, vide, elle aura besoin de munitions.

 

Les Badass :

20181104_095612

la dernière version et l’ancienne (dessous)

 

Ils sont tous différents et possèdent un pouvoir qui leur est propre. En règle générale, leur activation coûte cher, il faut dépenser au moins 3 munitions (4 chez Sigourney). Bruce : « Si vous avez 3 munitions de plus qu’un adversaire, dépensez 2 munitions pour tuer son Badass » ou Dolph : « Si vous avez au moins 3 munitions, échangez vos charges avec celles d’un adversaire, sinon gagnez une munition ».

Les pouvoirs sont la plupart du temps du genre offensif, seul Arnold peut se défendre « s’il est ciblé par une arme, dépensez 2 munitions pour tuer l’assaillant« .

 

Les Armes :

 

20181002_110405

Paré pour la baston ?

 

Elles ont besoin d’être chargées pour être efficaces, même une arme blanche. Tout comme les Badass, elles ont leur propre effet, plus ou moins dévastateurs, rapides, voire dangereux (on peut se faire exploser avec un lance flammes ou une grenade). Le fusil d’assaut tue un badass mais s’il est chargé à fond, il en tue un deuxième. La grenade dégomme un badass et ses deux voisins…

 

À chaque tour vous aurez donc plusieurs choix :

  • vous augmentez le niveau de munitions (obligatoire) puis :
  • vous aurez la possibilité de changer d’arme
  • changer de personnage
  • utilisez votre arme (si elle a le niveau de munitions requis)
  • gagnez des munitions
  • utilisez la capacité d’un perso en annonçant son nom (vous pouvez bluffer). Bluffer signifie qu’on peut vous démasquer. Il faudra donc bien connaître les personnages, même si un rappel façon aide de jeu est prévu, il ne faut pas être hésitant quand on affirme être untel ou untel. Les gros bras n’aiment pas qu’on se moque d’eux.

 

 « Pour qui sonne la glace, celui là je l’ai déjà refroidi » ****

Vous avez démasqué les menteurs, vous avez fait cracher la sulfateuse… Arrive le moment où vous n’avez plus de perso disponibles. Vous n’êtes pas éliminé, c’est la bonne nouvelle, vous êtes en mode VENGEANCE !!

 

20181002_110448

 

Super, c’est cool de se venger et cela accélère les choses, vous gagnez deux munitions en début de tour et vous débloquez de nouveaux pouvoirs. Arnold devient plus résistant, quand aux autres ils peuvent répéter l’action, se servir à nouveau de leur arme si elle n’est pas vide… Trop bien, autant se mettre la rage de suite ! Mais non. Si se précipiter sur la vengeance peut paraître une bonne idée, ce mode donne aussi aux adversaires 1 point de victoire en début de tour. Ceci afin d’équilibrer la partie et éviter ce genre de comportement justement. Alors, on y réfléchit à deux fois… (réfléchir ? hein?).

 

20181104_095753

Pas prévue au départ, voici l ‘arrivée de Michelle

 

 

 « C’est le genre de type qui boirait un bidon d’essence pour pouvoir pisser sur ton feu de camp »*****

 

20181104_095123

On ne rigole plus avec le décompte, passé à la taille supérieure

 

Badass Force-t-il le respect ?

La première partie fut déconcertante dans le sens où on tente de conserver ses personnages alors que ce sont en fait de l’ordre du jetable. Le but n’est pas de survivre (puisque vous revenez d’entre les morts) mais d’utiliser chacun d’eux à bon escient. Idem pour les armes qu’on rêve de faire cracher alors que les charger prend un certain temps et qu’elles ont double-casquettes : effet de l’arme bien sûr, mais aussi servir de « porte monnaie » pour activer les pouvoirs de certains Badass.

Le bluff (j’incarne tel perso – vrai ou faux – pour activer le pouvoir) n’a pas trop été utilisé chez nous, encore une fois par peur de perdre si on se fait démasquer. Là encore, il faut y aller, et la mort, on en rigole ! Une fois éliminé, vous allez dans votre cimetière et vous prenez quelqu’un d’autre de votre main. De toute façon, dès que vous êtes visible, vous pouvez changer de perso pour brouiller les pistes. Vos héros tombent vite, mais puisqu’ils se relèvent en mode vengeance, vous ne resterez jamais sur le carreau et continuerez à jouer.

 

20181002_110115

pour de la démo, c’est quand même beau

 

Les deux parties suivantes auront plus collé à ce que doit être réellement le jeu : plus rythmées, avec des attaques permanentes. Sur cinq joueurs, deux étaient en mode vengeance arrivés à 10 points (sur 16). Si les pouvoirs des perso sont bien imaginés et facilement mémorisés, il faut tout de même une partie découverte pour saisir la chose.

La mécanique du jeu (charger son arme, tirer ou faire un pouvoir en bluffant ou non) marche bien. Malgré tout, nous avons trouvé le jeu assez répétitif (certains joueurs se demandent si le temps de chargement de l’arme ne ralentit pas l’action ?). 

 

20180919_203113

Les perso face visible autour du coutelas sont uniquement là pour rappeler les pouvoirs

 

Badass Force est, en l’état, un jeu d’ambiance avec des subtilités pour une durée d’environ 30 minutes. Il me fait l’effet d’un King of New York, un jeu « foufou » auquel on a voulu donner une âme et qui du coup perd un peu en efficacité (il y a des fans de KONY qui me contrediront certainement). Pour moi Canardage  (des cibles et des coin-coins) reste le summum du jeu « pan dans ta fratz », simplement parce que ce jeu ne s’embête pas d’un quelconque enrobage : il est débile, basique, efficace, drôle, rapide.

Bien sûr, Badass part avec un énorme avantage : l’univers duquel il s’inspire. On se remémore les films de Chuck Norris et les nanars de Stallone, du bonheur… Le jeu permet cela.

 

badass force jeu

 

Le pack Badass Force avec lequel nous avons fait cette chronique est un pack testeur, non finalisé. Difficile de donner un avis définitif sur un jeu qui ne l’est pas. On remarquera néanmoins que l’auteur est également celui de Not Alone, et là ça cause plus tout de suite.

Alors ? À suivre… 

 

– Je vais tout faire exploser.
– Vas-y, je m’en fous, j’irai faire mes courses ailleurs
. (Cobra/ Stallone)

 

Les références hautement culturelles de cet article : 

*(Mort ou vif. Rutger Hauer / Gene Simmons)

**(producteur / distributeur de Portés disparus, Blood sport…)

*** (Invasion Usa. Chuck Norris)

****(Last action hero / A. Shwarzenegger)

*****(Terrain miné / Steven Seagall)

bandeau tiré des Expendabeuls  / titre from la série des Die Hard (cf john Mc Lane).

 

4 Commentaires

  1. Photo du profil de Achéron Hades
    Achéron Hades 21/11/2018
    Répondre

    Ouaaa ça c’est du proto. Complétement déjanté, çà m’a l’air d’être sympa, un mélange de Complots (coup) et de Bang ce qui est plutôt sympa.
    Par contre ils ont du en ch… pour obtenir l’accord de tous les badass (j’imagine qu’ils ont le droit à l’imagine, même s’il ne s’agit que de leur prénom).

    Quand est ce qu’on lance les dé?
    Merci pour cette preview !!!

  2. Driepick 26/11/2018
    Répondre

    Une pure bombe de jeu d’ambiance et de bluff ce jeu, pour ceux qui hésitent, foncez sur le KS vous y gagnerez financièrement et aurez des exclues car de toute façon une fois en boutique, vous l’acheterez c’est certain !

  3. Photo du profil de Mahg
    Mahg 27/11/2018
    Répondre

    Les illustrations sont horribles…
    Je croyais que l’utilisation de ce style de caricature ringarde était révolue, apparemment non! J’imagine que c’était pour accentuer encore plus (s’il en était besoin) le côté « retro rigolo », mais c’était vraiment pas une bonne idée.

Laisser un commentaire